Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Jour J... tant attendu... peut être.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Mar 28 Aoû - 12:43

Que tous les Dieux endormis nous viennent en aide, la Princesse semble parler une langue comprise d'elles seules avec notre capitaine... et Maeglin qui s'y met maintenant. Le sentant se tendre imperceptiblement vers l'avant, signe qu'il n'était pas loin de craquer et de m'échapper pour aller s'en prendre aux pommes qu'il avait repéré depuis un moment, je refermais une main ferme sur mes rênes - pas question, tu restes là, c'est pas le moment de faire le pitre. Dans mon dos, la plupart des autres chevaux se tenaient tranquilles, mais j'entendais les plus fougueux déjà piaffer d'impatience - nous ne pouvions rester planté là trop longtemps, il fallait prendre une décision, et vite.

Il m'avait semblé percevoir une légère déception chez la Princesse face à mon absence de réaction au compliment du capitaine - pourtant, après m'avoir côtoyé pendant une dizaine de jours bien que nous n'ayons pas échangé plus de trois mots, elle aurait dû comprendre que la flatterie ne m'avait jamais fait aucun effet, glissant sur moi comme de l'eau sur les plumes d'un canard - la flatterie comme les menaces ou tout autre forme de provocation verbale, d'ailleurs. Seul le langage du sabre me parlait réellement, et je doutais que croiser le fer maintenant avec notre capitaine soit une idée judicieuse - ni d'une grande utilité, d'ailleurs. Et pourtant... depuis ma confrontation avec Syl'adran Tyan'Lirulin... une chose me turlupinait, outre l'aiguille dans mon bras - son comportement face à Emea. Je savais qu'elle avait longtemps vécu au côté de la Princesse, du temps où son frère n'était pas encore Corrompu... mais... quels rapports avaient-ils réellement entretenus en ce temps là ?... J'avais réalisé cette nuit là que je l'avais toujours ignoré dans le détail... et maintenant que je m'étais posé cette question, elle trouvait mille réponses que j'aurais préféré ignorer.

- ... Je le crois également. Nous vous suivons, répondis-je finalement après avoir pesé le pour et le contre.


Ignorant les échanges inutiles entre la Princesse et le capitaine, j'avais réfléchis à sa proposition, sentant le regard d'Eil'liathan peser dans mon dos, et j'en étais rapidement arrivé à la conclusion que nos chevaux seraient mieux à nous attendre sur la côte qu'enfermés dans la cale d'un navire. A ce tarif là, ils seraient tous devenus fous avant notre arrivée... et sur l'île, j'espérais que nous nous déplacerions plus facilement à pied. Remontant en selle dans un mouvement vif et plein de grâce, je retins une grimage lorsque mon poignet me lança douloureusement, ramassant mes rênes et attendant que... Yavana nous ouvre la route.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 30 Aoû - 18:30

Voilà au moins un problème de réglé. Même si je n'étais pas vraiment tranquille de savoir ma jument aux mains d'inconnus. Je m’inquiétais plus pour les dits inconnus que pour Itarillë. Entre son caractère et la fougue de la monture du Prince, nous n'offrions certainement pas un cadeau aux domestiques de notre capitaine. Mais il valait mieux pour nos chevaux qu'ils restent à terre. Rallier l'ile de Sanael par l'Océan serait relativement long et certainement dangereux.
Je dû retenir un petit sourire en entendant Wylian confirmer mes propres dires, il y a un truc qui cloche, vraiment !! Mais je doutais que ses paroles concernent autre chose que la proposition de notre capitaine de loger nos montures. L'espace de quelques secondes, je l'imaginais moins... formel capable du pire pour provoquer les Nains, par simple jeu. Ce n'était absolument pas son genre, ou alors, il cachait vraiment bien son jeu.

"Sage décision." fut le seul commentaire de la jeune femme face à nous, juste avant qu'elle ne siffle plusieurs de ses matelots, du moins, je l'imaginais, pour aboyer plusieurs ordres dans ce qui devait être l'un des dialectes employés par les Humains.

Et je ne me demandais que maintenant si tout les soldats m'accompagnant maitrisaient le Langage Commun. Jusqu'à présent, l'elfique nous avait suffit, mais en terres étrangères, nous devions adopter une autre forme de langage, très peu de peuples parlaient l'elfique et nous maitrisions assez bien le Langage Commun pour nous faire comprendre. Cependant, son apprentissage n'était obligatoire pour personne et s'il était normal que Wylian, Emea et moi même l'ayons appris, il n'en allait peut être pas de même pour le reste des soldats. Mais je me pencherais sur le problème plus tard et de toute façon, ce n'était pas bien grave.

Laissant Yavana prendre de l'avance, je fis tourner Itarillë et laissais Wylian prendre la tête pour reprendre ma place au milieu des soldats, à côté d'Emea, un peu renfrognée... aller savoir pourquoi, ça ne m'étonne pas tant que ça.
Yavana marchait d'un bon pas et nous la suivions au pas, quittant les limites de la ville, nous arrivâmes rapidement en vue d'une propriété dont je qualifierais les dimensions de plus que raisonnables.
Suivant toujours la jeune femme, qui nous abandonna à notre sort après nous avoir désigné les écuries et confiés aux bons soins de ses domestiques, nous installâmes les chevaux et je m'assurais que ma jument ne manquerais de rien, mettant la main sur le palefrenier en chef pour lui expliquer de long en large les divers travers de ma jument.
A peine deux heures plus tard, nous repartions à pieds vers le Port pour retrouver Yavana à bord de son bâtiment, une galère marchande taillée pour la vitesse. Élégante, elle n'en restait pas moins plus imposante que la plupart des petites galères amarrées au port. J'étais impatiente de voir les voiles, blanches et rouges, ouvertes aux vents.

J'étais tout simplement impatiente de partir.

Une fois à bord, Yavana nous confia aux bons soins de son second.
Wylian et Emea auraient droit à une cabine privée, tout comme moi, quant au reste des soldats, ils seraient dispersés à deux par cabine. Notre effectif réduit aurait au moins l'avantage de leur offrir un peu de confort. Nous aurions été plus nombreux, malgré la taille conséquente du navire et le nombre de cabines privées, ils auraient été obligés de s'entasser.
Mais le problème Nerwen se posa rapidement. Une fois tout le monde installé, il ne restait plus une seule cabine de disponible.
Alors, avant que qui que se soit ne se propose de s'entasser à plusieurs dans une petite cabine pour laisser la sienne à l'elfe, je lui proposais de s'installer avec moi.
Un peu de compagnie ne me ferait certainement pas de mal. Puis, je n'allais pas la laisser dormir sur le pont et quand elle fit mine de s'opposer à mon idée, je fronçais les sourcils, croisant son regard étrangement doré, lui faisant comprendre que son refus n'était pas acceptable.
Une fois le problème réglé et les cabines investies, je décidais d'explorer discrètement le bâtiment.

De l'extérieur, rien ne laissait présager du confort à bord et je compris que la galère de Yavana était plus un bateau de croisière, destiné au transport de passagers que de marchandises, même si après exploration, je constatais moi même que ses cales pouvaient contenir une cargaison relativement importante.

Le luxe que nous offrait la jeune femme piquait ma curiosité et je ne pus m'empêcher de me demander comme une femme avait pu en arriver à une tel point d'opulence dans un milieu aussi macho et superstitieux que celui de la navigation.

A peine deux heures après que nous ayons embarqué, l'agitation sur le navire augmenta encore un peu, chacun des matelots prenant son poste sous les ordres du capitaine. Lentement, le bateau quitta le port et déploya ses voiles, me tirant une légère exclamation enthousiaste alors que j'appréciais le spectacle depuis la proue. Nous prîmes rapidement en vitesse pour gagner le large.






Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Nabilac Alaëstra

avatar

Ancien Eclaireur
Ancien Eclaireur
Messages : 101
Date d'inscription : 06/02/2012
Localisation : Là où l'on me conmande d'aller...Au front génèralement.

Détails indiscrets
Age : 321 ans
Humeur : Egale en toutes circonstances.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 30 Aoû - 20:13

Dès que l'escorte, Wylian fut en vue, je les rejoignis pour reprendre ma place dans la formation et pénétrer dans la ville.
Je n'avais jamais eu l'occasion de mettre les pieds si loin hors des Royaumes Elfiques et j'étais curieux de découvrir Quinda. Bien qu'elle soit une ville construite par les Nains, elle n'était pas dénuée de beauté. Lumineuse, l'architecture restait tout de même très carrée mais adaptée à toutes les races. Pour une ville commerciale, il aurait été dommage que les dits commerçants soient obligés de ramper en permanence pour faire leurs affaires.
Tenant fermement les rênes de ma monture, je me concentrais sur la route, ignorant les regards que les badauds posaient sur nous.
Évidement, nous ne pouvions pas passer inaperçus. De part notre formation mais aussi et surtout de part notre race. J'eus vaguement conscience de quelques insultes proférées par des Nains plus saouls que les autres...Si tôt dans la journée, cette race est certainement l'une des pires de tout Quisaraedis.

Pourtant, malgré les railleries de mauvais gout de plusieurs Nains, nous atteignîmes le port sans encombre, nous contentant de les ignorer royalement. Nous valions plus que ça... En même temps, les Nains n'avaient pas non plus une grande valeur. Juste bon à se battre pour eux-mêmes et surtout pour leur plaisir.
Immobilisant ma monture à côté de celles des autres, j'observais notre environnement, attentif au moindre détail. Je repérais encore plusieurs Nains un peu trop lourdement armés tentant de nous approcher mais vite découragés par le nombre, ils rebroussèrent chemin en ruminant. Je pris tout de même soin de noter toutes les issues qui s'offrait à nous. Nous battre n'était peut-être pas au programme, mais si il le fallait, nous nous défendrions et je préférais noter les endroits les plus propices à la bagarre et surtout les issues en cas de nécessité de fuite.

Mais fuir devant des Nains... C'était une hypothèse qui me paraissait totalement invraisemblable.

Rassuré sur notre environnement, je me concentrais sur ce qui se passait en tête de cortège. Le Prince avait été abordé par une femme aux allures de sauvageonne, vêtue chaudement de rouge et de blanc, campée sur ses deux pieds, elle faisait face à Wylian mais à aucun moment ne parut impressionnée et à l'assurance qu'elle dégageait, je compris qu'elle jouerait un rôle dans notre voyage.
Et ses paroles confirmèrent mes soupçons. Elle serait notre capitaine et le fait qu'elle soit une femme ne choqua personne. Nous ne faisions pas ce genre de différence.

Wylian, la Princesse Daes et notre future capitaine engagèrent une courte discussion ou il était question de nos montures et quand la décision fut prise de les laisser sur la terre, je flattais l'encolure de mon hongre, songeant qu'il serait bien mieux sur la terre ferme.
Suivant l'Humaine, puisqu'il était évidement que notre capitaine en était une, elle nous conduisit à sa demeure, plutôt luxueuse et nous laissa nous installer.
Ce qui fut rapidement fait et nous pûmes la rejoindre sur son bâtiment pour nous y installer. Nerwen se vit attribuer un lit dans la cabine de la Princesse Daes et l'expression de son visage lorsque la Princesse proposa de l’héberger sous peine de la voir dormir sur le pont, faute de cabine disponible manqua de me tirer un éclat de rire, mais je me repris à temps.
J'étais étonné du confort que l'on nous offrait mais ne fit aucun commentaire.
Je n'avais jamais mis les pieds sur un bateau et l'idée ne me plaisait qu'à moitié, alors, pour une fois, je ne cracherais pas sur un peu de confort.

Quelques heures après notre embarquement, Yavana aboya plusieurs ordres en un dialecte humain qui m'était inconnu. Je maitrisais tout juste le Langage Commun. Les hommes, puisque le capitaine était la seule femme de l'équipage, se dispersèrent et l'effervescence sur le pont redoubla alors que le navire quittait le port pour rapidement rejoindre le large.
Restant à l'air libre, un peu anxieux, je constatais que je n'avais pas le mal de mer. Ce qui n'était pas forcément le cas de tout le monde.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nerwen Lythandas

avatar

Elementaire Iben
Elementaire Iben
Messages : 77
Date d'inscription : 23/07/2012

Détails indiscrets
Age : 322 ans
Humeur : Mortifiée
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 30 Aoû - 21:18

Laissant l'échange se poursuivre entre notre capitaine et le prince Wylian, je pris ensuite le chemin qui nous menait vers le domaine de l'Humaine. Les chevaux allaient donc rester à terre, nous attendant alors que nous allions prendre la mer. Une fois ma jument dessellée, je caressai sa robe grise avant de la laisser aux bons soins des domestiques, sachant qu'elle ne causerait pas trop de problèmes.

Je repartis avec le groupe vers le bateau, montant sur le pont avec une pointe d’appréhension. Je n'avais jamais pris le bateau, ce qui m'angoissait un peu, même si je ne le montrais pas. Attendant patiemment qu'on m'attribue une cabine, je commençais déjà à me faire à l'idée de, faute de dormir seule, partagée ma cabine avec un soldat, chose qui m'enchantait tellement peu que je prévoyais déjà de dormir sur le pont. Ce fut à ce moment que la Princesse Eil'liathan proposa de partager sa cabine avec moi pour ne pas me faire dormir dehors. Gênée au possible, je tentais de refuser quand elle rejeta mon opposition. M'inclinant, je remarquais la légère lueur amusée dans le regard de Nabilac et me contentai de le foudroyer du regard, ne sachant plus où me mettre.

Après avoir posé mes affaires dans un coin de la cabine, prenant le moins de place possible, je remontais sur le pont pour m'installer contre une rambarde, observant la ville que nous allions quitter. Le bateau avait à peine levé l'ancre que j'inspirais profondément l'air salé glacial. Mon pressentiment était justifié, je sentais que le voyage allait être très long...

Fichu mal de mer.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 30 Aoû - 21:59

Une fois les plaies de chacun correctement pansées, nous avions repris la route en direction de Quinda, laissant derrière nous quatre soldats bien trop blessés pour supporter un long voyage en mer. Au moins, ils pourraient nous faire envoyer du renfort une fois rentrés à Kalier. Parce qu'avec notre effectif réduit soudainement de moitié, le voyage de retour promettait d'être mouvementé, au moins jusqu'à ce que nous regagnions les forêts elfiques.
Nabilac repartit en tête et si je remarquais son air plus crispé qu'à l'accoutumée, je me gardais bien de faire la moindre remarque et l'idée de tenter de le réconforter ne me traversa même pas l'esprit.
Il l'aurait mal pris.

Wylian nous imposa un rythme assez lent, pour épargner les blessés et les montures éprouvées par le stress des combat. Et nous dûmes nous arrêter pour la nuit. Pourtant, nous n'étions plus très loin de Quinda, mais nous aurions de toutes nos force pour affronter le peuple Nain. Plus nous serions reposés, meilleure serait notre humeur et nous aurions besoin de toutes nos capacités pour ignorer les railleries qui ne manqueraient pas de nous accueillir. Quelle idée de nous faire passer par Quinda... En même temps, il n'y a plus qu'un seul port en activité à Quisaraedis, il a fallu qu'il soit aux mains des Nains...

Notre nuit se passa comme à l'accoutumée, comme si nous n'étions pas moitié moins nombreux, tous blessés et fatigués. Une fois encore, Wylian resta loin de moi. Mais je ne m'attendais pas à ce qu'il me pardonne facilement, utiliser son père pour arriver à mes fins était certainement la pire chose que je pouvais lui faire. J'étais presque certaine qu'il m'aurait plus facilement pardonner un adultère. Mais je n'aurais jamais aucun moyen de le vérifier et ce n'était pas plus mal.
Rongeant mon frein, je restais sagement à la place, un peu rassurée tout de même par la petite attention qu'il m'avait accordé alors que je me débattais avec mes plaies.

Nous partîmes à l'aube, Nabilac nous précédant de quelques heures et comme d'habitude, nous ne laissions aucune trace de notre passage.
Et en fin de mâtinée, alors que le Soleil n'était plus très loin de son zénith, Quinda apparut au détour d'un virage. Même si l'architecture carrée apparaissait comme Naine, la ville n'en était pas moins belle, claire et lumineuse.
Comme je m'y attendais, nous fûmes accueillis d'abord par des regards, certain surpris, d'autres fascinés et d'autres carrément hostiles, avant que les Nains les plus souls par cette belle mâtinée ne fassent leur apparition pour nous abreuver d'insultes. Et malgré leur état d'ébriété avancé, ils s’employèrent à user du Langage Commun, qu'ils détestaient pourtant, pour être sûrs d'être compris.
Mais il furent totalement ignorés, même par Eil'liathan à mon grand étonnement. Elle devait être bien plus atteinte par notre rencontre de la veille qu'elle voulait bien le laisser croire.
Et il n'y avait rien d'étonnant à cela.

Wylian nous conduisit jusqu'au port ou nous nous arrêtâmes. Notre capitaine nous trouverait très facilement, nous dénotions assez dans le paysage. Pourtant, toutes les races se mêlait à Quinda, mais nous étions les seuls elfes... Armés jusqu'aux dents et montés qui plus est.
Et bien évidement, nous... Enfin, Wylian fut rapidement abordé. En entendant son nom dans une bouche féminine, je fronçais les sourcils alors qu'Eil'liathan s'avançait pour être reconnue. Moi, je ne bougeais pas, mais je n'en fusillais pas moi l'Humaine du regard.
Yavana... Notre capitaine serait une femme. Soit, mais il faudrait qu'elle tienne sa langue. J'avais une sainte horreur de la navigation, prendre la mer me mettait toujours de mauvaise humeur et je ne supporterais pas qu'elle se permette encore se genre de remarque.

Moi ? Jalouse ?... C'est pas du tout mon genre !!

Suivant l'échange d'une oreille distraire, je lâchais un petit soupir, peu désireuse de laisser Kementari derrière moi, tout en sachant qu'elle serait mieux dans les écuries de cette femme qu'en pleine mer, immobilisée pour quelques longues semaines.
Alors, suivant le mouvement, je menais ma jument jusque chez Yavana pour l'y laisser aux bons soins de ses palefreniers qui me firent bonne impression. Et j'abreuvais ma jument de caresses avant de repartir vers le port et le bateau.

Nous primes rapidement possession de nos quartiers et je retins un rire quand Eil'liathan proposa spontanément une place dans sa cabine à Nerwen, condamnée par manque de place à soit dormir dehors, soit partager sa cabine avec un homme. La guerrière n'eut pas d'autres choix que d'accepter la proposition d'Eil'liathan et je ne pouvais que lui en être reconnaissante, un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal.

Et moi, je n'avais plus qu'à espérer que Wylian pourrait supporter ma présence dans la même pièce que lui.

En fin d'après midi, nous prîmes la mer et je ne pus qu'apprécier la vitesse du bâtiment à bord duquel nous nous trouvions.
Le voyage serait peut être moins long que prévu.

Ce qui n'était pas plus mal, parce que dès le deuxième jour, je fus prise d'un violent mal de mer. Je ne faisais que croiser Wylian, je n'étais même pas certaine qu'il dorme, il ne devait pas vraiment avoir envie de partager le même lit que moi. Pourtant, je n'y restais pas longtemps, réveillée deux jours de suite au petit matin par de violentes nausées qui persistaient dans la journée, me mettant au supplice.

Au moins, je n'étais pas la seule à avoir le mal de mer, je n'avais pas à avoir trop honte.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 30 Aoû - 22:13

Nous avions rapidement quitté le port de Quida et quand Yavana avait ordonné le départ, je m'étais d'abord placée à la poupe du navire pour pouvoir observer la ville jusqu'à ce qu'elle disparaisse à l’horizon, m'amusant de la voir réduire jusqu'à ne devenir qu'un point à l’horizon alors que nous nous éloignons. Puis, j'avais traversé le navire, me faisant la plus petite possible pour ne gêner personne et avait rejoint la proue du navire pour observer l'étendue qui semblait infinie de l'Océan. Plusieurs fois, je levais les yeux vers les voiles, ravie de les voir gonflées par le vent. Tout aussi ravie de pouvoir offrir mon visage à ce même air frais et salé. C'était idiot, mais j'adorais l'odeur de l'océan. Peut être parce qu'elle était synonyme de sécurité.
Ici, mon frère ne pourrait pas m'atteindre.
A moins que se ne soit parce que cette odeur me l'évoquait Lui alors que j'avais terriblement peur de venir à l'oublier. Même si ça me semblait inconcevable. J'avais bien fini par oublier le visage de ma propre mère. Pourtant, j'avais été si proche d'elle.

Je fus soudainement prise d'un violent sentiment de nostalgie face à cette eau bleue et passait mes deux premières journées en mer, dormant à peine. Nerwen avait tout le loisir de profiter du confort qu'offrait ma cabine et vu le mal de mer dont elle souffrait, ce n'était pas de trop. Plusieurs fois, j'avais tenté de l'envoyer voir le médecin de bord... Ou plutôt celui qui c'était improvisé médecin mais n'avait pas réussi à la convaincre.
Alors, quand se fut au tour d'Emea, le troisième jour, alors que de violentes nausées l'avaient torturé toute la journée de la veille et avaient repris au petit matin, je me forçais à me sortir de ma léthargie pour la trainer jusqu'au dit médecin. Ce qui m'inquiétais le plus, c'était qu'elle avait déjà navigué sans jamais souffrir du mal de Mer, ce n'était pas normal que ça la prenne si soudainement, j'avais peur qu'elle n'ait été blessée plus qu'elle ne pouvait le penser elle-même.
Restant avec elle alors que le médecin, qui semblait plutôt compétent, malgré son excentricité, l'auscultait, je ne pus retenir un grand éclat de rire face au diagnostic final.
Visiblement, Emea ne s'y attendait pas non plus, mais le sourire qui fendit son visage, dissipant visiblement sa nausée me réchauffa un peu le cœur et je la suivis sur le pont, à pas plus mesuré cependant, m'amusant de la scène que j'avais sous les yeux.

Je plaignais sincèrement Wylian qui ne devait absolument rien comprendre. Il n'allait pas tarder et mieux valait pour lui qu'il réagisse bien, sinon, il finirait le voyage à la nage...
Regardant Emea entrainer son fiancé vers leur cabine, j'éclatais de rire quand ils disparurent, un peu anxieuse... Ce qui n'était absolument pas justifié, après tout, ce n'était pas mes affaires. Mais j'avais trop peur de la réaction de Wylian... Je ne le connaissais pas assez pour tenter de deviner.





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 30 Aoû - 22:34

Franchement, entreprendre un tel voyage avec un mal de mer pareil !! Mes nausées ne me laissaient absolument aucun répit, ou presque. Ma première nuit à bord se passa plutôt bien, malgré l'absence de Wylian, ou si il avait été présent, je dormais trop profondément pour le remarquer, j'avais été réveillée le matin du deuxième jour en mer par une violente nausée et avais plus ou moins erré toute la journée jusqu'à m'écrouler la nuit tombée. Et le schéma se répéta le lendemain. Je n'avais jamais vraiment souffert du mal de mer, mais peut être était-ce du à l'air, au navire, à l’anxiété aussi. Je n'étais pas franchement en état de trouver la réponse.

En revanche, Eil'liathan semblait bien décidée à la trouver pour moi et quand elle me traîna jusque dans la cabine du pseudo médecin (soit disant passant relativement inquiétant) de bord, je ne trouvais même pas la force de résister. J'en étais arrivée à un point ou je n'étais même plus sûre de ce qui se passait autour de moi.
Face au médecin, puisqu'il tenait à se qualifier de la sorte, malgré l’absence de don de Guérison, je répondais à ses questions, même les plus loufoques et le laissais mener un examen à son terme, coopérant par pure automatisme. Je ne m'attendais pas à ce qu'il puisse me guérir d'une quelconque façon que se soit, mais au moins, après ça, peut être me laisserait-on (surtout Eil'liathan) agoniser en paix...
Mais quand le diagnostic tomba, je ne pus retenir un cri de surprise. Je m'attendais à tout, même à ce que l'on m'annonce que j'étais victime d'un sortilège, mais pas à ça.
La nouvelle eut sur moi l'effet d'un électro-choc, croisant le regard d'Eil'liathan qui me confirma que je ne rêvais pas, je me mis à sourire bêtement avant de me précipiter sur le pont avec la ferme intention de trouver Wylian.
Dés que je le repérais, je me précipitais vers lui, ne me souciant pas vraiment de l’interrompre ou pas.

"Je sais que tu m'en veux, terriblement. Je sais aussi que je n'aurais jamais du faire ce que j'ai fait et je ne te demande ni de me pardonner ni de me trouver des excuses, je n'en ai pas vraiment. Ou tu ne les trouveras pas valables."

Portant une main à ma poitrine pour tenter de réguler plutôt vainement les battements de mon coeur, je profitais de la surprise qu'avait provoqué ma subite déclaration.

"Et je me doute que te trouver en ma présence est la dernière chose dont tu as envie en cet instant, mais il faut absolument que je te parle !!"

Sans attendre la moindre réaction, je saisis sa main et l’entraînai jusque dans la cabine que nous étions censés partager pour nous y enfermer.
M'adossant à la porte, comme si je voulais l'empêcher de partir... J'avais réellement peur qu'il argue qu'il avait mieux à faire qu'écouter mes excuses. Pourtant, je ne nous avais pas enfermé pour m'excuser. C'était inutile. Une fois suffisait.
Ne sachant pas vraiment par où commencer, je posais une main sur mon ventre, relevant les yeux sur Wylian avec un sourire aussi doux que ravi.
Pourtant, il aurait pu ne par apprécier la nouvelle...S'il ne voulait plus de moi après ce que j'avais fait. Mais je décidais qu'il n'était plus temps de me poser trop de questions. Sinon, je n'arriverais jamais à lui annoncer.

"Wylian..." soufflais-je soudain très nerveuse. Mon sourire se fana un peu, mais la nouvelle était trop belle pour qu'il ne s'efface totalement.

"Je suis enceinte." annonçais-je tenant de croiser son regard.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Sam 1 Sep - 22:11

Dès que je fus en selle, je resserrais ma prise sur mes rênes - Maeglin conservait le masque, mais il était à deux doigts de craquer, tendu comme un arc... il était temps de mettre les voiles. A tous les sens du terme. Notre capitaine semblait par ailleurs relativement soulagée de ne pas avoir à transporter nos "bestioles" sur son navire, et je pouvais la comprendre - une quinzaines de chevaux habitués à vivre à l'air libre et à voyager soudainement enfermés dans l'obscurité pour une immobilité indéterminée... j'avais pris la bonne décision, je le sentais. En alerte, surveillant les quelques Nains en armes nous rôdant autour depuis que nous avions investi le quai, je croisais le regard de quelques uns de mes soldats parmi ceux maîtrisant la langue Commune - tous dans mes rangs ne le parlaient pas, le comprenant juste éventuellement un minimum pour la plupart. Ils venaient de toutes les classes, modestes ou nobles, perdant leurs titres derrière l'uniforme, et si certain avaient quelques notions, d'autres en ignoraient les bases les plus élémentaires, ce pourquoi dans un ordre bref donné en elfique, je confiais le soin aux initiés de mettre au courant la totalité de mon unité dans notre langue.

Donnant des jambes, Maeglin se lança sur les talons de notre capitaine, et je le cantonais à un pas assez lent pour qu'il n'aille pas lui marcher dessus. La Princesse ayant reprit sa place, l'escorte se reforma proprement, et nous conservâmes notre formation jusqu'à arriver à la demeure de Yavana. Son opulence nous laissa de marbre, les écuries forts heureusement étaient conçues pour accueillir de nombreux pensionnaires, et je laissais à regret les palefreniers se débattre avec Maeglin, laissant une partie de mes soldats installer les chevaux tendis qu'avec l'autre, je répartissais équitablement nos paquetages puisque ce serait maintenant à nous de les porter. Et comme il était hors de question qu'Emea et la Princesse soient chargées d'un gramme de plus que leurs propres poids, je récupérais les affaires d'Emea, et confiais celles de la Princesse à mon second et à Alaëstra.

Deux heures plus tard, deux de trop à mon goût mais nous avions dû faire avec la lenteur humaine régnant dans la demeure, nous étions de retour en ville, adoptant naturellement à pieds la même formation qu'à cheval, et Yavana nous mena jusqu'à son navire qui me parut fort prometteur. L'embarquement fut ordonné et rapide, et une fois sur le navire, alors que le capitaine prenait place derrière la barre et que les matelots larguaient les amarres, son second, humain lui aussi, nous fit visiter le navire en terminant par les cabines que je répartis entre mes hommes. Mais un problème que j'avais crains de longue date se posa finalement - je ne pouvais décemment pas laisser Nerwen cohabiter avec un soldat. Pas qu'aucun de mes hommes ne soient des brutes... mais elle avait droit à son intimité. Mais alors que j'allais lui donner ma place sans hésiter, quitte à pourtant m'attirer un peu plus les foudres d'Emea, la Princesse se proposa d'elle-même... et je réprimais un sourire amusé alors qu'elle lui forçait la main. Le problème était réglé.

Enfin, des heures plus tard, nous quittâmes enfin le port marchand - ayant bien recommandé à tout le monde de ne pas se mettre sur le passage des marins pour ne pas les gêner, je profitais moi-même du spectacle de notre départ en mer, puisque je n'avais que ça à faire, gardant de loin un oeil sur la Princesse et Emea.

Et les longues journées à rien faire ou presque commencèrent. Littéralement au supplice, je passais la majeure partie de mon temps sur le pont, ou à la proue, à scruter l'horizon dans l'attente que la terre soit enfin en vue. Enfin, la vigie étant humaine, je verrais certainement l'île bien avant qu'il ne l'annonce, mais bon... J'aimais la mer, et j'avais le pied sûr, mais ne rien avoir à faire... était une véritable torture. Je m'occupais pourtant comme je pouvais, nettoyant soigneusement mes armes, réalisant des rondes régulières sur le navire, m'entretenant avec mes hommes, puis un par un avec chaque membre de l'équipage... puis le capitaine lui-même... mais les journées étaient longues, et les nuits encore plus. Je me devais de faire bonne figure au cours des repas, et me forçais à manger un peu, mais ce que j'avalais avait un goût de cendre, et me pesait désagréablement sur l'estomac. J'aurais dû profiter des nuits calmes sur cette mer d'huile pour dormir un peu, essayer de me reposer, mais je ne pouvais fermer l'oeil, tourmenté par de mauvais souvenirs qui en appelaient d'autres, aussi et surtout par l'aiguille qui progressait lentement sous ma peau, noircissant le réseau veineux s'étendant tout autour.

Je ne m'inquiétais pas pour mes hommes victimes du mal de mer - le pied marin était quelque chose qui s'acquérait avec le temps, et je ne doutais pas qu'au bout de quelques jours en mer chacun se serait accoutumé à la houle. Je me faisais en revanche un sang d'encre pour Emea, qui dormait peu et allait visiblement mal - la Princesse veillait sur elle, et moi aussi, de loin, veillant sur elle durant la nuit alors qu'elle dormait... mais vraiment, je ne comprenais pas. J'avais cru pourtant comprendre qu'elle n'avait jamais eu ce genre de problème en bateau... Au troisième jour, accoudé à la rambarde entourant le pont, le regard perdu à l'horizon, laissant la brise marine énergique qui balayait le pont fouetter mes cheveux et caresser mon visage fatigué... je me retournais machinalement en entendant un bruit de course derrière moi, masquant tout juste ma surprise en voyant Emea arriver en courant, le sourire aux lèvres les yeux brillants.

Qu'est-ce que ?...

Pas inquiet puisqu'elle semblait... heureuse, je haussais un sourcil en l'entendant, gardant le silence... je réprimais un soupir de soulagement alors qu'elle se saisissait de ma main gauche, celle encore valide, et la suivis sans rechigner jusqu'à notre cabine, bien que sérieusement perplexe - mais qu'est-ce qui lui prend ??... Une fois enfermé dans la cabine... je soutins son regard quelques instant, un silence plana... je soupirais doucement. Non, je n'étais pas prêt à lui pardonner. J'y avais longuement réfléchi, seul ou presque sur le pont la nuit... et chaque fois que je revoyais le visage de mon père respirer la satisfaction en m'annonçant son ordre, je frissonnais encore de colère. Mais aussi de douleur. La trahison avait été amère à avaler... et elle était âpre à digérer. Jamais je ne l'aurais cru capable d'une telle bassesse, et je ne prenais pas en compte le fait qu'elle nous avait été bien utile lors de la bataille - ça aurait très bien pu ne pas se passer comme ça. Les conséquences de son acte auraient pu être catastrophiques pour nous tous. Par chance, elle avait eu raison... mais bien après s'être retournée contre moi. En cela, je ne pouvais accepter ce qu'elle avait fait.

Me détournant, j'avançais de quelques pas jusqu'au hublot, laissant mon regard se perdre au-dehors. Je ne savais pas ce qu'elle voulait, et si je n'étais pas prêts à lui pardonner, je ne pouvais pas non plus l'ignorer totalement, aussi l'écoutais-je attentivement, appuyé contre le petit meuble de cabine... et plusieurs choses se déroulèrent simultanément. Avalant de travers, ma main dérapa sur la surface laquée de la commode, je me rattrapais de justesse, me retournais en me prenant les pieds dans ma cape, manquais une nouvelle fois de tomber, me rattrapais in extremis une fois de plus à la commode, tournant vers elle de grands yeux ronds, mon masque ayant totalement volé en éclat sous le coup de l'annonce qu'elle venait de me faire.

- ... Quoi ?... balbutiais-je finalement d'une voix étranglée, complètement sous le choc, à demi affalé sur le meuble.


C'était pas possible. C'était possible ??!!! Mais... mais... mais...

- Tu...


Elle était... enceinte. Elle. Moi. Nous. Nous... nous trois. C'était... c'était un miracle. Un cadeau. Un don. Nous qui étions si peu fertiles, pour compenser notre extraordinaire longévité... et elle... elle attendait un enfant. Une petite Elle. Ou un petit Moi. Un petit Nous. Tremblant, haletant, je la scrutais de longues secondes, assimilant l'information avec difficulté. Et alors que mes yeux commençaient à briller, je me jetais sur elle pour la serrer de toutes mes forces, oubliant un instant la douleur, la trahison, mon père, ma mère, la Princesse, mes hommes, mon devoir... tout.

- C'est... c'est...


Ma gorge se noua, et je réprimais mes larmes de toutes mes forces en la serrant encore plus fort, enfouissant mon visage dans ses cheveux. C'était trop beau. Était-ce un cadeau des Dieux endormis, pour m'obliger à lui pardonner ?... en tout cas, c'était bien joué. Ils avaient réussi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Dim 2 Sep - 21:51

L'espace d'un instant, alors que je refermais la porte de ce qui aurait du être notre cabine, je crus qu'il allait tout simplement m'ignorer, attendant le moment de pouvoir être enfin libéré de ma présence. Je faillis en oublier la nouvelle que j'avais à lui annoncer, prise de la peur soudaine qu'il ne la trouve pas aussi merveilleuse que moi. Pire qu'elle ne l'enferme et qu'il ne tolère ma présence plus que par devoir.
Je savais que j'avais pris un énorme risque en utilisant son père pour arriver à mes fins, je ne m'étais pas attendue à ce qu'il le prenne avec le sourire, ni même à ce qu'il me pardonne... Je m'étais même préparé à ce qu'il m'abandonne et peut être l'aurais-je mérité, mais face au fait accompli, je n'étais pas certaine d'avoir la force de tenir.

Adossée à la porte, je préférais cesser de penser. Quoi que puisse nous apporter cette nouvelle, il était de toute façon en droit de savoir.
Et le cadeau qui nous était fait était trop beau pour que je le refuse.
Posant une main sur mon ventre, comme pour me donner du courage, je fixais le dos de Wylian, tordue par l'angoisse. Vaguement, je me demandais si tant de nervosité n'était pas mauvais.
Puis enfin, sans chercher à prendre de gant, je lui annonçais ce qui nous attendait et sa réaction me fit sursauter. Jamais je n'avais vu Wylian perdre le contrôle de lui même au point d'en devenir maladroit et jamais je n'avais vu son visage aborder une expression d'aussi franche surprise.
En même temps, il y avait de quoi.
Nous étions jeune pour des elfes et que je puisse tomber enceinte si rapidement tenait presque du miracle.

Quand enfin, son regard croisa le mien, toutes mes craintes volèrent en éclats et je souris de plus belle alors qu'il me serrait dans ses bras.
Cette étreinte fut libératrice et je la lui rendis sans une once d'hésitation.
J'étais heureuse comme jamais, à tel point que j'en étais incapable de retenir quelques larmes avant de pincer les lèvres et déglutir.

La surprise passée, les nausées revinrent au galop et je dus me défaire relativement violemment et maladroitement de son étreinte pour me jeter sur le hublot.
J'eus tout juste le temps de l'ouvrir avant de me vider de... Je sais même pas quoi, parce qu'au point où j'en suis, mon estomac ne doit plus contenir grand chose.

Reculant lentement, je m'assis précautionneusement sur le lit, relevant un regard désolé et certainement maladif sur Wylian.

"Je sens que ça va être long..."
soufflais-je un peu dépitée à l'idée de subir neuf mois de nausées aussi violentes.

Mais je les supporterais, le cadeau qui nous était offert était bien trop beau.
Et j'étais trop heureuse de pouvoir offrir un fils ou une fille à Wylian.

"Mes nausées viennent de là et pas du bateau... Je suis rassurée, je pensais avoir perdu le faible pied marin que j'avais pu acquérir."


Souriant de plus belle, je soutenais le regard de Wylian plus heureuse et amoureuse que jamais, mais je préférais encore rester assise...


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Mer 5 Sep - 21:48

Je la serrais de toutes mes forces contre moi, peut-être un peu trop fort d'ailleurs mais je ne le réalisais pas, trop heureux et surtout trop sonné par la nouvelle. Moi qui jusqu'à présent broyais du noir en songeant à sa trahison, à ma mère, à mon père, à cette Princesse au caractère impossible, à mes hommes morts au combat, à ma mission, à l'étrange épine dans mon bras... J'avais à présent juste envie... de courir, de sauter partout, d'aller trouver un à un tous les membres de l'équipage, capitaine inclus, pour leur annoncer la nouvelle, pour leur dire à tous que j'allais être père, que pas une seule personne sur ce navire ne l'ignore... et de recommencer une fois à Satanael, que toute l'île de ces mystérieuses Sirènes ne parle plus que de ça... que le monde entier sache que nous allions être... parents.

Le visage enfouis dans ses cheveux, la fatigue et les émotions me rattrapèrent... et pour la première fois depuis un siècle ou deux, je sentis mes larmes rouler sur mes joues en une sensation que j'avais presque oubliée. Appuyé contre elle, je me détendis enfin un petit peu, son corps chaud, réceptacle de cette nouvelle petite vie palpitant en elle, soudé au mien, son parfum floral et doux emplissant mes narines alors que je l'inspirais à pleins poumons. Jusqu'à ce que je ne sente la pression de ses mains s'arrachant à mon étreinte... et je la suivis du regard, inquiet, avant de comprendre et de la rejoindre, ramenant ses cheveux en arrière avant de l'aider à s'asseoir sur le lit. Attrapant une outre emplie de l'alcool de pomme piquant et mousseux fabriqué par notre peuple, je la lui tendis pour qu'elle se rince la bouche, posant sur son front moite ma main droite qui était depuis l'attaque du Prince déchut toujours glacée. Posant un genou à terre, j'esquissais un sourire, continuant à caresser son visage de ma main froide.

- Ça passera, la rassurais-je avec douceur, mais il est certain que le bateau ne doit pas aider. Repose toi, ne fait pas d'efforts, essaye de manger léger... je t'aime... dis-je, avant de déposer un léger baiser sur ses lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Mer 5 Sep - 22:19

L'euphorie puis l'inquiétude et enfin la joie avaient réussi à me faire oublier mes nausées quelques temps, mais elle se rappelèrent bien vite à moi. D'après le médecin de bord, il n'y avait rien de vraiment alarmant, toutes les femmes réagissaient différemment lorsqu'elles portaient la vie et visiblement, j'étais à classer dans les "réactions violentes". Vaguement, je me demandais si c'était ou non de mauvaise augure, mais comme le médecin pensait que le fait d’être en mer n'arrangeait pas mon cas, je préférais attendre d'avoir les deux pieds sur la terre ferme avant de m'affoler.

Assise sur le lit, un peu gênée d'avoir du repousser Wylian de la sorte alors que son étreinte était tout ce que j’espérais depuis des jours, je pensais qu'il valait mieux que je lui échappe plutôt que de lui vomir dessus. On a fait plus romantique.
Assise sur le lit, je saisis la gourde qu'il me tendit sans cacher ma reconnaissance. Pourtant, j'hésitais un peu avant de boire, l'idée de remplir de nouveau mon estomac ne me plaisait pas vraiment. Mais le gout amer que me laissait chacune de mes nausées m'encouragea à boire quelques petites gorgées.
Je sursautais légèrement en sentant le contact de sa main glacée sur mon front et fronçais légèrement les sourcils en baissant les yeux sur lui alors qu'il posait un genou à terre pour me faire face.

"Le médecin pense la même chose." confirmais-je avec un sourire vaguement inquiet.

Je devais être un peu fiévreuse, certes, mais pas au point de sentir sa main si froide.
Et les seuls mots trouvant soudain grâce à mes oreilles furent ceux de sa déclaration, souriant légèrement, je passais une main dans ses cheveux, goûtant son baiser avec plaisir.

"Je t'aime." soufflais-je alors qu'il s’éloignait de moi.

Soupirant légèrement, je laissais glisser ma main sur sa joue, fronçant de nouveau les sourcils. Il me faudrait plus qu'une étreinte, quelques mots doux et un baiser pour me faire oublier mon inquiétude des jours passés.

"Tu vas bien ?" demandais-je , soudainement très sérieuse, fixant mes yeux dans ses iris émeraude. Ce qui était certainement une erreur, puisqu'elles avaient le don de me faire perdre la tête.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Mer 5 Sep - 22:32

Un sourire béat plaqué sur les lèvres comme ça ne m'était certainement jamais arrivé de toute ma vie, je réfrénais mes envies de déclarations publiques, songeant qu'elles pourraient avoir comme une légère tendance à saper toute mon autorité durement acquise, et préférais m'occuper d'Emea. Voilà donc pourquoi elle était si mal depuis que nous étions en mer... je n'en espérais que plus encore que le voyage soit rapide, sur terre, elle ne serait plus perturbée par la légère houle continue sous nos pieds, et elle pourrait prendre un peu de répit avant notre retour. La nouvelle était merveilleuse, mais je n'en regrettais à présent que plus qu'elle nous ait accompagné - elle devrait faire très attention, surtout se ménager, faire attention lorsqu'elle sera en selle... à cheval... la simple idée m'arracha un frisson. Et si elle tombait ?? Et si elle se blessait ??! C'était inconcevable. Je ne le permettrais pas. Pas plus qu'il ne lui arrive quoi que ce soit si jamais le frère de la Princesse récidivait. Je la maintiendrais à l'écart des combats, et elle pourrait m'opposer tous les arguments qu'elle voudrait, je ne l'écouterais pas, et cette fois elle ne pourrait pas me mettre mon père à dos.

Relâchant ses lèvres, je m'assis à côté d'elle, ma main posée dans son cou - elle semblait... si fatiguée... si fragile pour porter à elle toute seule le poids d'une nouvelle vie. Car je ne me faisais pas d'illusion - j'aurais beau en faire le plus possible, ce sera toujours elle qui portera l'enfant, pas moi... et qui en subira les conséquences directes. Je m'inquiétais déjà au sujet de la grossesse - nous étions si jeunes... j'espérais que son corps le supporterait. Normalement, oui, mais elle avait déjà été bien secouée par l'attaque... et moi qui n'avait rien fait pour arranger les choses... Elle ne devrait plus ni s'inquiéter, ni se sentir coupable, ni quoi que ce soit d'autre qui puisse altérer son moral. Alors à sa question, j'esquissais un sourire, effleurais ses lèvres des miennes.

- Tout va très bien, murmurais-je, rassurant. Le médecin de bord ne t'as pas conseillé une herbe ou quelque chose pour calmer tes nausées ?... Tu dors mal, je le sais, tu devrais essayer de faire une sieste et de te reposer, sur Satanael nous n'aurons pas beaucoup de temps pour ça, dis-je en caressant sa joue, inquiet.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Mer 5 Sep - 22:45

Soutenant son regard du mieux que je pus, j'avais du mal à ne pas me laisser déstabiliser par son sourire. J'avais beau y réfléchir, j'étais certaine que je ne l'avais jamais vu sourire de la sorte et quelque chose me disait qu'il n'avait jamais vraiment eu l'occasion de sourire comme il le faisait en ce moment.
Rien que ce sourire là, j'étais prête à endurer des années de nausées s'il le fallait. J'aurais tout donner pour ne jamais le voir se faner.
Pourtant, la froideur anormale de sa main sur ma joue m'aida à rester lucide et je retins un léger soupir. J'aurais du m'en douter...
Même si j'avais espéré une réponse franche, j'avais été idiote d'y croire. Il avait déjà des tendances sur protectrices à mon encontre et je ne doutais pas une seule seconde que la nouvelle de ma grossesse n'aggrave encore les choses.

A cette idée, je soupirais franchement. Car je savais parfaitement qu'en plus des lubies sur protectrices de Wylian, je devrais également composer avec celle d'Eil'lia. D'ici une heure, je me verrais reléguée au rang de petite chose fragile qu'il faut choyer à n'importe quel prix.
Et l'idée me déplaisait fortement. Je n'étais certainement pas prête à faire des folies, moi aussi je voulais préserver la vie naissant en moi, mais pas au point d'obliger les autres à marcher à ma place.
Et mon petit doigt me disait que, malgré la mésentente entre Wylian et Eil'liathan, ils finiraient par très bien s'entendre pour me chouchouter de trop.
L'idée me tira un léger sourire.

"Tu sais... Je suis enceinte, pas en sucre." rappelais-je, un brin amusée.

"Si, quelques-unes, mais si je ne peux rien garder, je vois mal comment le moindre traitement pourrait avoir de l'effet." avouais-je avec une grimace.

Il me fallait peut être un temps d'adaptation avant de retrouver le pied marin et pouvoir manger un peu.
Reculant légèrement, je posais un regard réprobateur sur mon fiancé.

"Si tu le sais, c'est que toi, tu ne dors tout simplement pas." affirmais-je, mon ton ne souffrait aucune contradiction et de toute façon, en considérant les cernes qui alourdissaient son regard, il ne pouvait pas me contredire.

"La vision... Elle te hante encore ?..." demandais-je, un peu hésitante, j'avais une vague idée de la réponse.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Mer 5 Sep - 23:07

Assis sur le bord du lit à côté d'elle, la couvant d'un regard protecteur, le coin de mes lèvres me faisait presque mal tant je n'avais pas l'habitude de sourire si largement aussi longtemps. Mais là, rien ne pourrait plus gâcher cette journée - c'était certainement le plus beau jour de ma vie... le premier d'une longue collection, je l'espérais. S'en suivrait notre mariage, puis la naissance de notre enfant, qui serait élevé dans la joie et l'amour, nous aurions une longue vie, belle et prospère, je ferais de mon mieux pour consigner aussi bien mon devoir et ma famille sans jamais la négliger... oui, je prévoyais déjà toute notre vie future, aussi parfaite que je l'avais imaginée lorsque j'avais pour la première fois croisé le doux regard de ma fiancée. Et un jour, je monterais sur le trône Diossad pour succéder à mon père, et l'enfant qu'elle m'offrait aujourd'hui serait appelé à me succéder un jour également... Tout cela me donnait presque le vertige tant j'étais heureux. Je n'avais jamais rien espéré de plus, sachant qu'elle pourrait me l'offrir, et aujourd'hui... mon voeu était exaucé, et encore plus tôt que prévu.

- Cela revient au même, ou presque, répondis-je en haussant les épaules. D'autant plus que maintenant, vous êtes deux... je vais devoir redoubler de vigilance, souris-je en glissant ma main sur son ventre, souriant en capturant une nouvelle fois ses lèvres.


Je ne pourrais plus m'en lasser.

- Essaye quand même, insistais-je, peut-être qu'au bout d'un moment, elles feront effet quand même et tu seras plus tranquille.


Caressant son visage du bout des doigts, ne me lassant plus de la toucher après tout ce temps, je la regardais, un peu surpris alors qu'elle se reculait un peu et que son regard se durcissait... avant de sourire de nouveau.

- C'est normal, j'ai l'habitude de ne pas dormir, je dois veiller sur...


... je me tus alors, et mon visage retrouva un peu de son impassibilité coutumière. Je ne l'avais pas vue venir, celle là... Je n'avais pas envie de l'inquiéter, et de toute façon, que ça me préoccupe ou non, il n'y avait rien à en dire... mais en même temps... c'était bel et bien une des raisons qui m'empêchait de dormir, outre la douleur continue qui pulsait dans mon poignet, mais de cela, je ne devais surtout pas lui parler. L'aiguille progressait lentement dans ma chair, et si je croyais connaitre sa destination, je devrais arriver à tenir jusqu'à Kalier. Inutile donc de l'inquiéter avec ça maintenant... et la vision imposée par le Corrompu suffisait à elle seule à me maintenir éveillé de toute façon. Soupirant doucement, je baissais les yeux... hésitais une seconde, avant de poser la tête sur son épaule, les yeux clos.

Oui... ce souvenir me hantera certainement pour toute l'éternité... plus jamais je ne supporterais de regarder ceux que j'aime mourir sous mes yeux sans rien pouvoir y faire. Et si jamais... ça devait lui arriver... je n'y survivrais pas... Enroulant soudain un bras autour de sa taille, ma main libre se perdit dans ses cheveux alors que je l'embrassais presque douloureusement - je ne pourrais pas... je n'y survivrais pas...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Mer 5 Sep - 23:29

Poussant un nouveau soupir, je secouais légèrement la tête, étouffant un rire amusé, je relevais les yeux sur Wylian, un peu blasée par sa déclaration. C'est qu'en plus, il avait l'air sûr de ce qu'il affirmait. D'accord, à cet instant précis, je devais être si blanche que me prendre pour une poupée de porcelaine ne serait pas difficile, de la à imaginer me comparer à du sucre. Et d'abord, si j’étais vraiment en sucre, avec toutes cette eau autour de nous, j'aurais déjà fondu !!!
Et voilà que je me met à raisonner comme une enfant. Ca aussi, je vais le mettre sur le compte de ma récente grossesse.

"Oh oui, ça va être terriblement long..." riais-je, posant ma main sur celle qu'il passa sur mon ventre.

Ce simple geste me tira des frissons et je l'imaginais déjà tenir son fils, parce que je lui donnerais un fils, j'en étais certaine, dans ses bras, ce même sourire accroché aux lèvres.
Si je n'avais jamais douté qu'il tiendrait la promesse qu'il m'avait faite de toujours revenir, je n'aurais plus à avoir peur désormais, il avait bien assez de raisons pour se battre pour sa vie.
Lui mieux que quiconque savait à quel point il était difficile de grandir sans ses deux parents.

"J’essaierais." promis-je pour le rassurer.

Haussant un sourcil, un sourire presque victorieux, je m’apprêtais déjà à répliquer qu'il n'avait pas grand chose à surveiller tant que nous étions en mer, mais il ne finit même pas sa phrase et mon sourire déserta alors que le sien se fanait lentement.
Je m'attendais déjà à plusieurs répliques plus sèches les unes que les autres avant qu'il ne prenne la poudre d'escampette, alors, quand il posa la tête sur mon épaule, je dus retenir un sursaut.
J'avais été idiote de poser cette question. La réponse était évidente et le lui rappeler ne servait qu'à enfoncer le couteau dans la plaie.
Surprise par sa soudaine étreinte... Son comportement si inhabituel, je retins de justesse un léger cri quand il s’empara de mes lèvres comme si il m'embrassait pour la dernière fois.
Mon coeur fit un bond et j'enroulais mes bras autour de son cou, lui rendant son baiser voulant y faire passer la promesse que jamais je ne le quitterais, quoi qu'il arrive je resterais à ses côtés et s'il fallait pour ça accepter d'être mise sous cloche, alors je le laisserais faire. Simplement pour le rassurer, qu'il soit certain de ne jamais me perdre.

J'aurais voulu prolonger notre étreinte, mais je du me résoudre à m'éloigner de lui, sentant une nouvelle nausée monter lentement. Posant mon front contre le sien, les yeux clos, je respirais profondément pour me tenter de me calmer et quand enfin, je fus certaine de pouvoir refouler mes nausées, je soupirais légèrement, enroulant mes bras autour du cou de Wylian, je me laissais lentement tomber en arrière, l'attirant contre moi, je le laissais poser sa tête sur ma poitrine, passant une main dans ses cheveux, je gardais les yeux clos, profitant simplement de l'instant.

Je l'avais pour moi seule et c'était si rare...


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 6 Sep - 10:27

Elle ne semblait pas ravie par la comparaison qu'elle s'était elle-même trouvée, mais rien ne pourrait me faire changer d'avis. Je pouvais être très têtu quand ça me prenait - vestige du caractère maternel dont j'avais hérité aussi bien que Cindara, mais que j'avais étouffé jusqu'à devenir celui que j'étais aujourd'hui - et sur un sujet si important et merveilleux à la fois, je serais intraitable. Souriant pourtant en l'embrassant, je lui lançais un regard brillant de joie - long... oui, tellement long maintenant... j'étais déjà si impatient. Mais le sort était jeté - ce petit être allait arriver, que ça lui plaise ou non, et bien sur je ferais toujours en sorte que cela lui plaise, quoi qu'il arrive. Et je tuerais de mes mains tous ceux qui tenteraient de lui faire le moindre mal. Emea promit alors d'essayer de prendre les herbes conseillées par le médecin, et je souris encore, rassuré - il ne fallait pas qu'elle se fatigue inutilement, et qu'elle suive les conseils de ce médecin. Il n'était peut-être qu'humain, mais nos corps avaient un fonctionnement similaire - sur Satanael, je ne voulais pas qu'elle prenne le risque de consulter un Ondin qui lui conseillerait peut-être un remède qui ne serait pas adapté à son corps et qui pourrait lui faire du mal.

Je ne pourrais tolérer qu'il lui... leur arrive quoi que ce soit. Serrant de nouveau Emea avec force, elle me rendit mon étreinte et mon baiser, mais je la laissais m'échapper lorsqu'elle le désira, en devinant la cause. Silencieux, je la laissais respirer, posant juste ma main froide dans son cou pour essayer de la soulager un peu, et lorsqu'elle passa ses bras autour de mon cou pour m'attirer contre elle, je me laissais faire. Les yeux clos, je m'étendis contre elle, écoutant son coeur battre un rythme rassurant dans sa poitrine - elle allait bien... elle était vivante... et j'étais là pour la protéger. Rien ni personne ne pourrait jamais me la prendre. Alors, rassuré par mes propres constats, mes nombreuses nuits blanches de tortures physiques et mentales me rattrapèrent, et je m'assoupis contre elle, apaisé par ses caresses et sa présence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 6 Sep - 11:31

J'allais devoir m'y faire. Je connaissais les lubies de Wylian, même celles qu'il dissimulait à la perfection. Le contredire ne servirait à rien, rien d'autre que le pousser à insister encore un peu plus. J'allais être enfermée dans un cocon et si je parvenais à garder le droit de manger seule, sans personne pour tenir mes couverts... Je pourrais m'estimer heureuse.
Je ne le supporterais peut être pas longtemps, tout comme je n'étais pas certaine de finalement être en état de protester. Alors, plutôt que de commencer à livrer une bataille perdue d'avance dès maintenant, je préférais profiter de l'instant et de la présence de Wylian.
Il était là rien que pour moi... Rien que pour nous. Et je ne laisserais pas une seule seconde m'échapper.

L'attirant contre moi, je m'allongeais et le laisser s'installer, ravie qu'il coopère, ça aussi c'était plus que rare.
Le sourire jusqu'aux oreilles, je laissais mes doigts glisser dans ses cheveux, fermant les yeux, je gouttais ces instants de tranquillité avec plaisir, me laissant bercer par le rythme de sa respiration apaisée, signe qu'il s'était assoupi et je ne tardais pas à l'imiter.
Je n'aurais su dire si c'était le fait de sa présence à mes côtés, mais je me sentais beaucoup moins nauséeuse que ces derniers jours.
Et je sombrais lentement dans un sommeil réparateur, après toutes ces nuits agitées.

Je fus tiré de ma quiétude par d'inintelligibles murmures. Fronçant légèrement les sourcils, je tentais vainement de retenir le sommeil avant de finalement ouvrir les yeux, complètement réveillée par l'agitation de Wylian à mes côtés.
Soupirant légèrement, je passais une main sur son visage, murmurant son nom en espérant le réveiller. L'expression de son visage ne laissait aucun doute quant aux raisons de son agitation et c'était certainement pour cette raison qu'il avait fui si longtemps le sommeil.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 6 Sep - 19:34

Un léger reste de sourire sur les lèvres, blotti contre ma fiancée comme rarement, je me laissais emporter par le sommeil sans y prendre vraiment garde - j'étais épuisé... je n'avais plus aucune raison de veiller comme j'y étais contraint... et je venais de me réconcilier avec Emea. Qui m'offrait le plus beau cadeau qui soit. Que demander de plus ?... Le navire se passerait de ma surveillance constante pour quelques heures. Détendu, je pus enfin prendre un peu de repos - je ne dormis même pas trois heures, mais ces trois heures de vrai sommeil suffirent à me faire assez de bien pour que mon esprit commence à divaguer... et je commençais alors à rêver. Je rêvais de Syl'adran, le frère de la Princesse, je rêvais de lui prenant mon enfant dans ses bras à lui, le réclamer de droit... Tout était flou et confus, et ce n'était pas vraiment un cauchemar à proprement parler - je ne ressentais qu'une fausse angoisse, puisque si dans mon rêve, j'étais étrangement extérieur à l'histoire et incapable ni de réagir, ni de m'interposer, je savais qu'en vrai, il ne pourrait même pas approcher Emea à moins de dix kilomètres... et pourtant.

M'agitant un peu, je cherchais à fuir ce rêve sans queue ni tête, à regagner la réalité - celle où je massacrais le Prince à mains nues bien avant qu'il ne puisse atteindre Emea. Mais mon corps fatigué ne l'entendait pas de cette oreille... et ce furent un murmure et une douce caresse qui vinrent à mon secourt. Me raidissant d'abord, j'ouvris vivement les yeux, en alerte maximale, croisais le regard d'Emea durant une fraction de seconde... mon regard s'embruma de nouveau, et je fermais brièvement les yeux en me détendant à nouveau, avant de les rouvrir, fixant ma fiancée, encore à demi endormi.

- P'quoi tu aimais le Prince ?... échappais-je sans vraiment le vouloir, la question posée par mon subconscient franchissant mes lèvres alors que je quittais le rêve.


Clignant des yeux... je réalisais ma question, et la regrettais immédiatement - je ne voulais pas lui demander ça... pas comme ça en tout cas... mais en même temps... j'avais posé la question sans le vouloir, mais en entendant ma propre voix, j'avais réalisé que c'était pourtant exactement ce qui me minait. Ce que je voulais savoir. Pourquoi. Comment. Quand. Même si elle ne voulait pas répondre, j'aurais au moins enfin posé la question...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 6 Sep - 21:03

Réveillée par l'agitation de Wylian, je soupirais, hésitant à le réveiller. J'avais certes besoin de repos après plusieurs nuits presque blanches, mais lui devait impérativement dormir. Il n'avait pas du avoir l'occasion de trouver le sommeil depuis que nous avions quitté Kalier, peut être même le Temple de Cylia, il n'avait pas dormi depuis au moins 12 jours, si ce n'est plus.
Mais je ne pus me résoudre à le laisser se débattre avec ses cauchemars et tentais de l'éveiller le plus doucement possible. Quand il ouvrit finalement les yeux, croisant mon regard de ses yeux encore embués de sommeil, je souris, me voulant rassurante.
Le laissant reprendre ses esprits, j'attendis patiemment qu'il se réveille complètement et sursautais violemment, croisant de nouveau son regard, en entendant sa question.

Je ne m'y attendais absolument pas. Me redressant brutalement, inquiète de l'issue que pourrait avoir cette discussion alors que nous venions de nous réconcilier après des semaines d'ignorance. M'asseyant au bord du lit, je dévisageais longuement Wylian, passablement surprise. Nous devions bien en parler, mais j'aurais préféré attendre.
Soupirant finalement, je baissais les yeux, l'espace de dix secondes, l'idée de jouer les ignorantes me traversa l'esprit.

Le Prince ? Quel Prince et.. Je l'aimais ? Première nouvelle... Mais je savais que cette tactique ne fonctionnerait pas avec Wylian, au contraire, elle le mettrais simplement en colère quand il comprendrait que je ne tenais pas particulièrement à engager la conversation sur ce sujet. Il préférerait que je lui réponde franchement que je ne tenais pas à en parler.
Mais je lui avais caché cette vérité trop longtemps. Pour des raisons absurdes certainement, mais ces mêmes raisons tournaient de nouveau dans mon esprit.
C'était idiot, totalement idiot, maintenant, il ne resterait pas avec moi par pitié, ni même par devoir, je savais qu'il m'aimait, il me l'avait dit maintes et maintes fois et même prouvé... A sa manière.

"Comment as-tu su ?" demandais-je, curieuse de savoir si c'était mon propre comportement ou les paroles de Syl'adran qui m'avait trahi.

Entendant à peine sa réponse, je soupirais de nouveau, fixant les draps.

" Je suis née et j'ai grandi à Nakae, ma mère était la préceptrice de Syl'adran, puis d'Eil'liathan, alors, comme nous étions amenés à passer beaucoup de temps tous les trois, nous sommes forcément devenus amis. Syl'adran à grandit avant nous, forcément et moi, je suivais Eil'liathan."

Comme souvent...

" Il arriva simplement ce qui devait arriver quand deux personnes grandissent et évoluent ensemble. Notre brève relation plaisait à Eil'lia et nous étions plus soudés que jamais tous les trois. Ce temps là fut certainement l'un des plus heureux de ma vie. Mais ce que j'ai pu vivre avec Syl'adran à ce moment là, même si je ne m'en rendais pas vraiment compte et étais persuadée du contraire, n'était pas plus qu'une amourette d'adolescents."

Je poussais un nouveau soupir, évoquer cette époque bien qu'heureuse, n'avait rien de très satisfaisant.
Les bons souvenirs sont toujours les plus douloureux dit-on, et c'est une vérité indéniable.

" Pourtant, nous y avions cru et comme le statut de mes parents et par la même, le mien était convenable, puisque ma mère avait sa place à la cour, je fus finalement promise à Syl'adran... Jusqu'à ce que Serindë ne fasse son entrée. Si mes souvenirs sont bon, elle venait d'Eadj, sa mère, Dissael est une proche parente de la reine Lui'nil et son père un Daes d'une noblesse quelconque. Je ne sais pas pourquoi ils sont venue s'installer à Nakae, à vrai dire, je m'en fiche. Toujours est-il que ses charmes attirèrent Syl'adran, bien plus que les miens. Nos fiançailles furent rompues... Et à l'époque, j'en ai souffert. Et Syl'adran a épousé Serindë. C'est pour m'éloigner du couple princier que mes parents décidèrent d'immigrer à Kalier." finis-je, fixant toujours les draps.

Il n'y avait surement aucune raison, pourtant, j'avais profondément honte. Honte d'avouer la façon dont j'avais été rejetée, honte d'avouer que j'avais pu en souffrir... Honte d'avouer que j'avais pu en aimer un autre avant Wylian.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 6 Sep - 22:23

Étendu sur le lit dans la même position que j'avais prise pour dormir, je n'osais pas vraiment bouger, encore assez détendu et un peu vaseux. Mais j'étais bien réveillé à présent, plus lucide après ce sommeil court mais réparateur, et si j'avais d'abord regretté la question, maintenant, j'étais plus avide que jamais de connaitre la réponse, bien que je le cache pour ne pas lui mettre la pression. Neutre, je la fixais d'un regard inexpressif ou presque, encore teinté de douceur et de bonheur - quoi qu'elle puisse me révéler à présent... cela ne pourrait entacher la nouvelle précédente. J'étais prêts, et quoi qu'elle puisse me dire, ça ne pourrait être pire que mes plus noires spéculations.

En revanche, je ne m'étais pas attendu à ce qu'elle réagisse si mal... et sa réaction me conforta dans mon idée - j'avais touché juste... il était temps qu'on en parle. Maintenant. Un peu... anxieux malgré moi, je me redressais également, gardant mon regard rivé sur elle alors qu'elle semblait chercher ses mots - je supportais le poids de son inspection sans broncher, sans montrer la moindre émotion non plus - je ne voulais ni l'encourager, ni la décourager... c'était un choix qu'elle seule pouvait faire. Mais je ne pu m'empêcher de ressentir une pointe de déception lorsqu'elle détourna finalement le regard en soupirant - elle ne voudrait pas parler, et c'était compréhensible mais...

- ... Je ne sais pas vraiment moi-même, répondis-je en toute honnêteté. Une intuition... je n'ai pas aimé la façon dont il s'est adressé à toi... Puis je me suis rappelé que tu avais grandi à Nakae... mes déductions ont fait le reste, murmurais-je sans la quitter du regard.


Je n'avais pas cherché à remuer le passé, à fouiller dans sa vie, et peut-être que si nous n'avions pas croisé la route du Prince, jamais je n'aurais pu deviné ce qui avait éventuellement pu les unir... mais je m'étais battu contre lui, et je me rappelais très clairement ses derniers mots à la fin du combats - il voulait me punir, pour lui avoir pris non seulement sa soeur... mais également Emea. Je trouvais la réaction un peu excessive pour une simple amitié... Silencieux, je l'écoutais me raconter un peu plus en détail un pan de sa vie dont je connaissais les grandes lignes - mais nous avions des vies si longues... et si nous étions pourtant jeunes pour des elfes, nous avions pourtant déjà vécu tant de choses...

J'avais à peu près tout imaginé en ce qui concernait son ancienne relation avec le Prince, alors lorsqu'elle m'annonça qu'ils avaient même été fiancés... je ne fus qu'à moitié surpris. J'avais été jusqu'à les imaginer mariés, alors fiancés... c'était pas le pire. Je me rappelais alors le malaise ambiant dans le temple de Cyliea... et en compris enfin la cause. Serindë n'avait pas forcément gagné au final... c'était malheureux pour elle, mais je ne pouvais m'empêcher d'en être très heureux - car aujourd'hui, c'était à moi qu'Emea donnait la vie, et lui ne savait pas ce qu'il manquait. Fixant Emea avec intensité, le silence retomba dans la cabine alors que le jour déclinait lentement derrière le hublot entrouvert - me redressant pour de bon, je passais un bras autour des épaules d'Emea, et l'attirais sur mes genoux avant de ramener une mèche de ses cheveux derrière son oreille pointue.

- Je vais te dire un secret, chuchotais-je à son oreille ainsi libérée. La première fois que je t'ai vue, toi, tu n'as pas su tout de suite qui j'étais, tu ne m'as certainement même pas vu. Je rentrais de mission, et j'ai traversé la cour à cheval avec mes hommes par derrière - c'était un retour tranquille, nous n'étions pas parti depuis longtemps, nous n'avions fait aucune vagues... mais je me rappelle très bien t'avoir vue pour la première fois ce jour là. Tu faisais partie d'un petit groupe de Dames, et aux paniers que vous portiez ainsi qu'à la direction que vous preniez, j'avais deviné que vous alliez dans les jardins prendre peut-être un pique-nique, peut-être une collation. Tu étais parmi elles, douce et souriante, un peu en retrait - et pourtant, même de loin, même juste en passant... j'ai vu que tu ne souriais pas vraiment. Ton regard était si... mélancolique... Nous nous sommes officiellement rencontré au cours d'un dîné, deux jours plus tard. Mais bien avant ce jour, cette fin d'après-midi là où je t'ai vue pour la première fois... je me suis juré que j'arriverais à te faire sourire. Pour de vrai, pas cette pourtant excellente imitation que tu servais à qui en voulait, murmurais-je, un bras passé autour de sa taille, ma joue frôlant la sienne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 6 Sep - 22:51

L'euphorie des heures passées s'était définitivement envolée et j'étais nerveuse à l'idée du tour relativement dramatique que pourrait prendre cette discussion. J'en faisais certainement trop, pourquoi me reprocherait-il d'avoir eu une vie avant de le connaitre ?
Je devais ignorer quelques pans de son propre passé, des secrets qu'il désirait garder rien que pour lui et pourtant, l'idée que mon secret à moi puisse le blesser me mettait au supplice. Mais je ne pouvais plus le lui cacher.
Puisqu'il avait deviné... Je jure que la prochaine fois que je croise Syl'adran, je lui arrache la langue... Quoique je doute fortement qu'on me laisse l'approcher d'assez près pour ça.

Soupirant une énième fois, je pensais vaguement que je devais absolument perdre ce tic qui me trahissait trop souvent et baissais les yeux pour finalement conter à Wylian ma vie à Nakae.
C'était un passé plus que révolu et mes parents avaient eu une idée fantastique en décidant de quitter Nakae. Si j'avais regretté d'être séparée d'Eil'liathan, au moins, ne plus avoir Syl'adran et sa femme sous les yeux tous les jours m'avait aidé à oublier jusqu'à ce que Wylian entre dans ma vie effaçant tous les regrets que j'avais pu avoir.
Finalement, Serindë était bien plus à plaindre que moi. Je n'avais perdu qu'une amourette d'adolescent, le premier amour que connaissent certainement tous les êtres vivants avant d'avoir la chance de connaitre le véritable amour dans les bras de Wylian.

Elle avait simplement perdu l'homme de sa vie et elle en avait tant souffert qu'elle avait cessé de vivre et avait rejoint le Temple de Cyliea pour offrir ce qu'il lui restait de coeur à la Déesse endormie. Heureusement qu'elle avait eu Nell'ya, à sa place, sans une bonne raison, je n'aurais certainement pas survécu...

Fixant toujours obstinément les draps, je n'osais pas relever les yeux, par peur de ce que je pourrais lire dans les yeux de Wylian.
Je le laissais pourtant m'attirer contre lui, soulagée qu'il ne me repousse pas.
Je frissonnais légèrement lorsqu'il replaça une mèche de cheveux derrière mon oreilles avant de me raidir en sentant son souffle dans mon cou et surtout ses paroles.
J'écarquillais légèrement les yeux en entendant ses révélations.

Non, je ne le savais pas, je ne l'avais pas vu ce jour là.
Et oui, j'étais définitivement une idiote.

Le souffle coupé, je me sentais terriblement bête et incapable d'aligner deux mot cohérents. Quant à penser, ce n'était plus au programme.
Je me contentais de me retourner dans les bras de Wylian et enrouler mes bras autour de son cou avant d'y enfouir mon visage, sentant quelques larmes de joies pures rouler sur mes joues.

"Si tu savais comme je t'aime..." furent les seuls mots que je parvins à articuler dans un souffle, les yeux clos, blottie contre lui, souriant comme une bienheureuse.

Comme toujours, il avait atteint son but.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Jeu 6 Sep - 23:07

Une main perdue dans ses cheveux, je jouais avec ses douces ondulations aux reflets tantôt dorés, tantôt cuivrés dans la lumière du soleil couchant, me demandant un instant de quelle couleurs seraient les cheveux de notre enfant. Blonds comme les blés, ou couleur noisette ?... Ou bien l'hybridité de ma fiancée nous réserverait-elle quelque surprise, et la teinte de ses yeux ou de ses cheveux déclineraient-ils un cercle chromatique inattendu, comme le bleu ou l'orange ? J'avais hâte, tellement hâte de trouver réponse à toutes mes questions. Fille ou garçon ? Blonde ou brun ? Le physique dominant serait certainement Diossad, mais la génétique pouvait nous réserver tant de surprises... et pour une fois, j'adorerais la surprise. Emea semblait quant à elle soulagée - par son aveux ? Ma réaction ? Les deux peut-être, mais j'avais posé assez de questions pour ce soir. Ce point ci était réglé, c'était du passé, il n'était plus question d'y revenir. Et cela ne faisait qu'ajouter un motif de plus à mon envie de libérer définitivement le Prince.

Lorsqu'enfin, elle se retourna pour m'enlacer presque brutalement, un nouveau sourire fendit mon visage, et je lui rendis son étreinte, bien qu'un peu plus mesuré que précédemment - il fallait que je fasse attention à ne pas la serrer trop fort maintenant... quoi que. Me reculant un peu, je croisais son regard, laissant le mien s'allumer alors qu'il glissait sur ses courbes avant de revenir à son visage - l'attirant une nouvelle fois à moi, j'attrapais ses lèvres pour les gratifier d'un baiser passionné, nous laissant basculer en arrière - et cette fois, ce n'était pas pour une gentille sieste, comme le révélais mon regard soudain presque animal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Dim 9 Sep - 14:12

Je me sentais...Soulagée. Comme si mes aveux m'avaient ôtés un poids des épaules. J'avais eu tord de garder ce pan de mon passé pour moi. Il était en droit de savoir et peut être même que si il l'avait su plutôt, il aurait compris mon insistance à vouloir les accompagner. Il n'aurait pu douter de mes connaissances en ce qui concernait le frère Corrompu d'Eil'liathan. JE ne le saurais jamais et à vrai dire, en cet instant, je m'en moquais.
C'était du passé et nous avions tout l'avenir devant nous.

Blottie dans ses bras, je ne demandais rien de plus.
Nous étions à nouveau ensemble et a présent, plus rien ne pourrait nous séparer. Soupirant d'aise, j'éclatais d'un rire heureux alors que je croisais son regard brillant d'une nouvelle étincelle que je connaissais pourtant bien et qui n'étais pas pour me déplaire.
Alors, quand il s’empara de mes lèvres je les lui abandonnait avec plaisir, enroulant un peu plus mes bras autour de son cou, désireuse de le sentir plus prés de moi encore, avant de lui abandonner mon corps entier et jusqu'à mon âme.
Je lui appartenais toute entière et je ne désirais rien d'autre qu'être à lui pour l'éternité.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être. Lun 8 Oct - 20:25

La journée avait bien commencé, moi qui avais pensé devoir veiller Emea et ses nausées, je me retrouvais finalement seule sur le pont sans rien d'autre à faire qu'à profiter de l'air marin et de plus en plus doux à mesure que nous gagnions le large. Il faisait beaucoup moins froid et une simple cape en coton jetée sur une chemise en lin blanche suffisait à me protéger contre l'air frai.
Laissant Emea et Wylian à leurs affaires, j'errais sur le pont, levant le nez vers les hauts bancs. Je ne résisterais pas longtemps à escalader le mât et personne ne pourrait ne m'en empêcher. Wylian n'était plus là et largement assez occupé pour ne pas avoir à se soucier de mes facéties et sans lui, ses hommes n'oseraient rien me dire, quant aux matelots de Yavana, tant que je ne les dérangeais pas, ils en feraient autant. Eux au moins ne prenaient pas la peine de me traiter comme une Princesse fragile et rien que pour sa j'aurais aimé que se voyage ne s'arrête jamais.

Plantée au milieu du pont, le nez levé vers les voiles, je n'entendis pas les bruits dans mon dos, ou plutôt, je n'y prêtais pas la moindre attention.

"Vous semblez bien soucieuse Altesse."

La voix de Yavana me fit légèrement sursauter, je la pensais à la barre. Dissimulant ma surprise passagère, j'étouffais un léger rire et me tournais pour faire face au capitaine.

"Les apparences sont parfois trompeuses. Pour une fois, je ne pensais à rien ou presque."

Ma réponse la fit sourire, comme si elle n'était pas dupe mais qu'elle ne voulait pas se donner la peine de me contredire.
Pas par respect, mais parce qu'elle n'en voyait aucune utilité et j'aimais particulièrement sa façon de s'adresser à moi.
Je n'étais rien de plus que se que je semblais, une jeune elfes rêvant d'escalader un mât pour profiter de l'air marin alors que je n'avais pas souvent l'occasion d'y gouter.

"Que diriez-vous de prendre la barre, histoire de continuer à ne pas penser...Ou presque."

Écarquillant légèrement les yeux, je dévisageais la jeune femme comme si elle était folle, puis, j'éclatais franchement de rire. Avec n'importe qui d'autre, j'aurais saisi la perche, mais je savais qu'elle me la tendait délibérément et je n'avais aucune intention de l'insulter.

"Ai-je l'air de m'ennuyer à ce point ?"

L'ombre passant sur son visage me fit froncer les sourcils.

" Je dirais que vous avez l'air de penser beaucoup plus que vous ne le prétendez et je suis certaine que tenir la barre est la seule chose qui vous manque pour plonger un peu plus dans de bons souvenirs. Je suis bien placé pour savoir que ça ne fait jamais de mal...pour se pardonner."

Fronçant un peu plus les sourcils, je réfléchissais sur le sens de ses paroles. Comment aurait-elle pu savoir ce que saisir la barre de son navire aurait pu éveiller en moi ? Comment aurait-elle su que les bateaux, la navigation et la mer éveillaient en moi des souvenirs doux et tendres, sans violence ni culpabilité ?

"Je suis certaine que Valandil vous a appris à manier une barre."

Là, j'écarquillais franchement les yeux, étendre ce nom dans la bouche d'une humaine si jeune était une réelle surprise. Je manquais presque de m'étouffer tant j'étais étonné.

"Comment..." fut le seul mot que je parvins à articuler.

Yavana esquissa un sourire puis tourna les talons.

"Acceptez mon invitation."

Ses paroles sonnaient presque comme un ordre et je savais que si je voulais comprendre, je devrais la suivre.
Alors, je n'hésitais pas une seule seconde, trop surprise et trop curieuse pour retourner vaquer à mes occupations..inexistantes du reste.
Je suivis le capitaine jusqu'à la barre derrière laquelle elle avait pris place, fixant l'horizon, comme si elle ne venait pas de me faire de troublantes révélations.
Retenant un soupir, je pris appui contre le bastingage et fixais la jeune femme. Au bout de plusieurs minutes, je la vis esquisser un sourire qui m'horripila et je retins un nouveau soupir alors qu'elle tournait les yeux vers moi.

"Ce n'est certainement pas visible, mais je ne suis pas vraiment une Humaine, en réalité, mon père était un Ondins...un peu trop volage, comme beaucoup d'autres. Je ne l'ai jamais vraiment connu, mais si j'ai grandi près de la mer, c'est uniquement parce que ma mère attendait son retour. Et moi, j'ai décidé d'apprendre à naviguer pour le retrouver...Au début, ce n'était que ça, jusqu'à ce que je tombe réellement amoureuse de la mer."

Sourcils froncés, je dévisageais la jeune me figeant dans une expression d'impassibilité. Son histoire était intéressante. Étonnante sur certain point, parce qu'effectivement, elle ne semblait pas avoir du sang de Ondin dans les veines.
Mais je ne dis rien, me doutant que son histoire mène quelque part. Je ne la fréquentais pas depuis longtemps, mais j'avais compris qu'elle n'était pas le genre de femme à s'encombrer de fioritures.

"Savez-vous pourquoi j'ai accepté sans discuter de vous accompagner lorsque Dirpk est venue me trouver ?"

Soutenant son regard insondable, je secouais doucement la tête pour lui signifier que je n'avais aucune idée de la réponse.

"Je voulais simplement vous rencontrer." assena-t-elle, me tirant un hoquet de surprise.

Je ne lui posais aucune question, c'était inutile. Elle tourna le regard pour fixer l'horizon mais je ne la quittais pas yeux, impatiente de connaitre la suite, je me contenais pour rester la plus inexpressive possible. Je ne comprenais absolument pas où elle voulait en venir et je commençais un peu à avoir peur.

"Je viens de fêter mes 194 ans et le premier capitaine à avoir accepté de me prendre à son bord pour m'enseigner le métier se nommait Valandil Vyl'Misle. Il m'a récupéré dans les rues de Sanael alors que je trainais ma misère désespérant de pouvoir trouver un patron. En tant que femme et jeune, j'avais un peu de mal, mais Valandil n'en avait rien à faire et il m'a tout appris sans se soucier de mon sexe."

Toujours appuyée contre le bastingage, les bras croisés sur la poitrine, je dévisageais Yavana, la bouche entrouverte, les yeux écarquillés. Je m'étais attendu à être complètement sonné à plusieurs reprises durant ce voyage, mais ce que venait de m'apprendre Yavana me troubla au point que j'étais incapable de comprendre toutes les émotions qui se bousculaient.

"Je..."

J'étais complètement abasourdi je ne savais plus quoi dire et ma mâchoire se décrocha encore un peu plus lorsqu'elle éclata de rire.

"Je suis certaine qu'il serait surpris de savoir que j'ai réussi à vous laisser sans voix."

"Je suis désolée." furent les seuls mots que je soufflais, sans vraiment savoir pourquoi.

Le ton qu'elle avait employé en parlant de lui me laissait penser qu'elle avait tenu à lui et c'était par ma faute qu'Il était mort. Je l'avais privé d'un être cher... L'histoire de ma vie.

"Il n'y a pas de quoi. Valandil ne tarissait pas d'éloges à votre sujet. Enfaite, il ne cessait de parler de vous. Je vous ai longtemps envié, j'aurais voulu pouvoir le rendre heureux comme vous le rendiez heureux."

J'étais à présent complètement incapable de retenir mes larmes. Elle l'avait aimé, c'était évident et ça tombait sous le sens. Moi aussi, je l'avais aimé, à la folie, plus que je n'avais jamais aimé et pourtant...je l'avais tué...

"Yavana..."

Elle leva la main pour m'interrompre.

"Je suis contente et soulagée de pouvoir enfin payé la dette que j'avais envers lui. Je lui dois tout ce que je suis, tout ce que j'ai, jusqu'à ce navire. Vous conduire où le voudrez et assurer votre sécurité à bord de l'un de ses navires...c'est le moins que je puisse faire."

J'avais l'impression de perdre contenance. Je flottais, comme dans un rêve et je n'aurais su dire si mon cœur saignait ou si au contraire, il était léger. J'hésitais entre une souffrance incommensurable et un bonheur immense. Les souvenirs éclataient les uns après les autres, Son visage m'apparaissait de nouveau rieur, si plein de vie et de joie comme je l'avais toujours connu.
Les larmes roulaient sur mes joues en un flot intarissable. Le silence retomba et toute l'agitation autour de nous disparut totalement pour ne plus laisser place qu'à ma nostalgie.

"Je vous laisse la barre..."

La voix de Yavana me tira à peine de ma léthargie et je poussais un long soupir, relevant sur elle des yeux pleins de larme et le sourire, le sourire qu'elle m'offrit me tira de nouvelles larmes et je hochais la tête, décroisant les bras, j'esquissais un pas en avant.

"A vous la direction de la Niniel."

Et de nouveau je me figeais. Connaissait-elle ce détail également ? Non, c'était impossible, jamais Valandil n'aurait parlé du nom qu'il me donnait par moquerie d'abord et puis, pour me forcer à sourire.

"Niniel..." soufflais-je du bout des lèvres, fixant la barre que la jeune femme ne tenait que d'une main.

Ce navire lui avait appartenu, elle l'avait dit.

"Quand vous a-t-il nommé capitaine de ce navire ?" demandais, la voix chevrotante, saisissant la barre en tremblant légèrement, incapable de reprendre le contrôle de mes émotions, c'était beaucoup trop pour moi.

"A sa mort..."répondit-elle en prenant ma place contre le bastingage.

"J'en ai hérité et pris soin depuis, je savais qu'il affectionnait particulièrement ce navire. Il n'a pu naviguer à son bord qu'une seule et unique fois...Je crois qu'il voulait vous l'offrir."

Enfaite, elle avait décidé de me tuer et sa technique était bien meilleure que celle de mon frère. Ses mots finiraient par m'achever si elle avait d'autres révélations du genre à me faire. Fixant l'horizon, les mains crispées sur la barre, je déglutis, incapable de retenir mes larmes.
J'avais conscience du regard de la jeune femme sur moi, mais n'y prêtais pas vraiment attention, jusqu'à ce que je puisse reprendre le contrôle de mes émotions.
Je passais une grande partie de la journée accroché à la barre du navire. Le diriger n'était pas un exercice bien compliqué et Yavana m'abreuvait de conseils, jusqu'à ce que je puisse rester maitre de moi-même et évoquer avec elle les souvenirs que nous avions de mon fiancé.
Dans la soirée, je la remerciais, chaleureusement et lui rendit son poste pour aller escalader le mât et admirer la vue imprenable que j'avais sur l'océan depuis les hauteurs.

La journée avait été riche en surprises et émotions, j'avais besoin de décompresser, cesser réellement de penser ou bien m'abandonner complètement à mes souvenirs et j'y passerais le reste de la soirée et une bonne partie de la nuit et j'avais l'assurance que personne ne viendrait me déranger. Une fois installé, je devins pratiquement invisible et personne ne me remarqua, ce qui m'aillait parfaitement.





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Jour J... tant attendu... peut être.

Revenir en haut Aller en bas

Jour J... tant attendu... peut être.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Sujets similaires

-
» Départ pour un voyage tant attendu
» Le jour tant attendu [PV:Fubuki Tsuya]
» Suis-je simplement ici pour me remémorer un souvenir ? [Livre 1 - Terminé]
» Le tant attendu quizz 37 : niaiseries
» Rapport de bataille tant attendu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis :: -