Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !! Lun 10 Sep - 0:18














Nom :Lyon'Onoro au complet, bien que seul Onoro ait encore une signification réelle aujourd'hui... et que je n'utilise plus que son préfixe, Lyon (se prononce "Ly-onne").
Prénom:Aube, mon vrai prénom de naissance, si méconnu que j'ai la chance de pouvoir l'utiliser encore aujourd'hui sans avoir à craindre sa renommée.
Age :Euh... *compte sur ses doigts, réfléchit intensément* ... 2 801 ans précisément !! Enfin... je crois.
Peuple :Fruit de l'union entre une Humaine et un Elfe, je tiens bien plus de mon père que de ma mère.
Statut :"Légende vivante", ça compte ?




« […] Représentants Humains présents au Conseil des Elfes :

Maurine Val'Targem […]

Représentants Elfes présents au Conseil des Elfes :

[…] - Turindo Lyon'Onoro »


Extrait de l'Histoire de la Tour du Centre, Rapport du Conseil des Elfes, chapitre I, Appel, An 2375 de l'Age de la Disparition.
* * *

«Dame Maurine Val'Targem, Lyan'Onoro de son nom d'épouse

Seconde fille du Seigneur Alban Val'Targem et Dame Éléanore Aliam'Ian, Val'Targem de son nom d'épouse, sœur cadette de sa Grâce la Reine Trisha Val'Targem, Mar'Oylias de son nom d'épouse, vingt-deuxième Reine du Trône d'Anavea […]. »

Extrait de la Généalogie détaillée de la Famille Royale.

* * *

« […] la Femme la plus belle que j'eu jamais vue jusqu'alors. Je me sentais atrocement coupable en cet instant, alors que l'heure était grave et les temps si noirs, alors que nous réunissions avec tant de peine ce Conseil si exceptionnel, moi, je n'avais d'yeux que pour cette femme, Maurine Val'Targem, telle qu'elle nous avait été présentée. Sœur cadette de la Reine en personne, cette dernière, souffrante, n'avait pu participer au Conseil, et le Roi avait préféré rester à son chevet et envoyer à leurs places un cousin proche et la jeune sœur de la Reine pour représenter leur Peuple.

Je me souviendrais par-delà la mort de son apparence en cet instant : bien qu'intimidée de se trouver en présence d'un noble représentant de toutes les Races, elle se tenait droite et fière dans sa longue robe de velours rouge brodée de fils d'or, son bras passé dans celui que lui offrait galamment son compagnon, représentant des Hommes dont j'avais oublié le visage sitôt que mon regard glissa sur lui. Je ne voyais qu'elle, gravant dans ma mémoire chacune de ses courbes moulées dans le velours, la finesse de ses traits d'Humaine, la pureté de sa peau piquetée d'adorables tâches de rousseur, les entrelacs compliqués dont étaient coiffés ses lourdes boucles brunes retenues par un anneau d'or, et je désespérais de croiser encore son regard aux iris d'un bleu pâle et envoutant. Avais-je été ensorcelé ?...

Oui, sans aucun doute, bien qu'elle n'ait jamais usé d'aucun sort à mon encontre. »


Extrait du Journal Personnel de Turindo Lyon'Onoro.

* * *

« C'était la première fois que je voyais des Elfes et des Ondins de toute ma vie, et par Shaere, que j'étais nerveuse de me retrouver parmi les membres de cet incroyable Conseil. Je ne cessais de leur jeter des coups d'œils que j'espérais furtifs et respectueux, mais je ne pouvais pas m'empêcher de les regarder, me fustigeant à chaque seconde pour ne pas tout simplement les dévisager avec béatitude.

La Sirène, au nom totalement imprononçable, était grande et élancée, et semblait gigantesque à côté des représentants Nains – ce qui attirait irrémédiablement mon regard était la couleur de ses cheveux, d'un orange vif qui faisait presque mal aux yeux, ils viraient lentement au rouge de plus en plus sombre à mesure que le temps passait, la contraignant à humidifier sa peau le plus souvent possible. Son compagnon arborait une chevelure tout aussi spectaculaire, d'un bleu intense, tirant sur le vert – j'avais entendu bon nombre de rumeurs sur ce peuple presque mythique, et l'une d'elle au moins était vérifiée : les couleurs de leurs yeux et de leurs cheveux étaient vives et tout simplement spectaculaires.

Mais bien que l'apparence des représentants Sirène et Ondin soit de loin la plus incroyable, les Elfes n'étaient pas en reste, loin de là. Certes, ils n'arboraient pas des traits atypiques et des couleurs de cheveux criardes, mais ils étaient tout aussi intrigants par l'aura qu'il dégageaient et que même moi, pourtant simple Humaine, pouvais ressentir. La femme était petite, plus que moi, et ses deux oreilles fines et pointues, chargées de bijoux d'or blanc, fendaient sa longue chevelure ondulée d'un améthyste sombre tombant librement jusqu'à sa taille. Et l'homme...

Ils étaient si j'avais bien compris cousin, ou quelque chose de ce genre, disposant d'un lien de parenté quelconque, et pourtant ils étaient presque totalement opposés dans leurs aspects. Il était assez grand, à échelle humaine, contrairement à sa compagne. J'ignorais quel age il pouvait bien avoir, mais l'assurance et la puissance qu'il semblait dégager m'amenaient à penser qu'il fêtait ses anniversaires en siècles. Vêtu d'une tunique blanche brocardée d'argent, il portait également ses cheveux raides et longs, d'un blond platine presque blanc auréolant son visage d'une impression de grande pureté. Mais c'était surtout son regard, que je jugeais le plus impressionnant. D'un vert d'eau translucide, fendu de cette incroyable pupille verticale comme celle des Félins ou des Reptiles, je le sentais peser sur moi sans relâche, tel le prédateur qui a repéré sa proie.

Mais lorsqu'enfin, au détour du Conseil, je croisais une nouvelle fois son regard... je su que je n'étais rien de tel.

Une proie ne se sacrifie pas volontiers au prédateur – or c'est ce que mon Cœur fit à l'instant même où je rencontrais son regard pour la seconde fois. 
»


Extrait du Journal de Dame Maurine Val'Targem.

* * *

« Elle fut prénommée Aube, comme le Jour qui se lève, car c'est à cet instant précis qu'elle naquit enfin, en l'An 2 376 de l'Age de la Disparition, au mois de Tullä, après neuf mois d'une longue attente. C'était un prénom Humain, mais il était traduisible en Elfique (Amaurëa) et convenait de toute façon parfaitement à ses deux parents – de plus, l'enfant arborait une chevelure d'un blanc ivoire, s'appropriant ainsi totalement la double signification de ce prénom parfaitement choisit.

C'était un bébé en parfaite santé, tenant visiblement plus de son père que de sa mère – ses cheveux donc, déjà bien fournis pour un nouveau-né, étaient d'un blond métallique, plus blancs encore que ceux de son père. Sa peau était rose et sans défaut, ses grands yeux en amande, du même vert d'eau que ceux de son père et fendus de la pupille verticale elfique, mangeaient son visage et scrutaient le monde avec curiosité.

Elle était la première née d'une union entre un Elfe et une Humaine – la première Hybride de l'Histoire, et elle était appelée à un grand Avenir. »


Témoignage du Médecin de la Famille Royale.

* * *

« […] une élève exemplaire... surtout lorsqu'il s'agit de mettre le Palais sans dessus-dessous. A quinze ans à peine, elle a plus d'énergie que toute la garnison royale réunie. Nous savons à présent que pour le bien de l'architecture Humaine, mêler le sang des Hommes et des Elfes n'est pas un cadeau à faire aux Bâtisseurs, bien qu'elle soit un vrai régal pour tous les yeux de la cour. Déjà plus grande que sa mère, elle promet d'être peut-être même aussi grande que vous lorsqu'elle aura terminé sa croissance. Ses cheveux, plus blancs encore que les votre, ondulent jusque dans le creux de ses reins, ce qu'elle nome sa « longueur idéale », et elle ne supporte pas les coiffures que lui impose l'étique de la cour Humaine, préférant les garder libres à la mode Elfique malgré les sermons de sa mère.

Ses traits demeurent cependant bien plus Humains qu'Elfiques, son menton pas assez pointu, ses joues trop rondes, ses pommettes trop peu marquées, seuls ses yeux conservent la forme en amande et leur pupille commune à votre peuple, et son visage somme toute est le portait de celui de sa mère, en à peine plus félin. Votre fille désespère d'ailleurs que ses oreilles ne soient pas aussi pointues que les votre – elle ne peut les parer des bijoux dont les Elfes sont friands, et au vu de la véritable passion qu'elle nourrit pour votre peuple, c'est pour elle une réelle déception, mais n'ayez crainte, elle s'est trouvée bien des consolations pour y palier.

Tous les jours elle s'entraine plusieurs heures au tir à l'arc, au maniement du sabre, au lancer de couteaux, à l'escalade et maintes autres activités que désapprouvent fortement tous les membres de la famille royale, au grand damne de sa propre mère. Elle monte également très bien à cheval, et fait régulièrement des balades hors du Palais, sous ma surveillance avisée bien évidemment, bien que ce ne soit pas forcément à son goût. Elle possède un caractère fort et décidé, sachant parfaitement ce qu'elle veut quand elle le veut, mais également d'une grande douceur et d'une soif de savoir à toute épreuve. Elle adore tout particulièrement l'Histoire et la Géographie, et rêverait de rencontrer comme vous un représentant de chacun des Peuples de Quisaraedis.

Elle révèle de plus au fil du temps un don incroyable pour la science des herbes et des plantes, ayant déjà dépassé par ses connaissances le médecin du Palais, et pas plus tard que la veille, un fait étrange s'est réalisé : revenant d'une balade en ma compagnie, elle fut attirée par de l'agitation dans l'arrière cours – le palefrenier en chef et quelques uns de ses subordonnés tentaient d'immobiliser un magnifique étalon, qui s'était malheureusement brisé un membre en tombant. Ils s'apprêtaient à abréger ses souffrances, lorsqu'elle est intervenue – refusant que l'on abatte l'animal, elle a pris son membre entre ses mains, et lorsque l'étalon s'est redressé, à son simple contact, il ne boitait déjà presque plus.

[...] et pourtant, si son fort caractère la rend parfois un peu trop têtue pour son propre bien, elle sait se montrer exemplaire lors des soirées mondaine où elle est conviée, entretenant des conversations fines et délicates, faisant preuve d'un esprit vif et d'une intelligence toute Elfique. Plusieurs Seigneurs demandent déjà sa main, mais rassurez vous, elle n'y prête aucune attention, trop occupée par sa trépignante vie d'adolescente pour se préoccuper de questions maritales.

De son humanité, elle possède un côté bricoleuse qui lui a pourtant déjà joué de nombreux mauvais tours – elle a beau s'escrimer à la réalisation de diverses machines et instruments, ceux-ci se révèlent malheureusement au bout du compte souvent tristement inutiles, peu aboutis voir même inutilisables. Elle ne se lasse pourtant pas, et fait régulièrement des tentatives plus ou moins ratées, avant de finalement se retourner vers les domaines où elle excelle pour se consoler avant de revenir à la charge.

Elle est réellement très entêtée lorsqu'elle s'y met, et cela, elle ne le tient pas de vous.

[…] Je prie les Dieux endormis que cette Lettre vous parvienne jusque sur le chantier de la Tour du Centre, je sais que nos voies de communications sont de moins en moins sûre ces temps-ci […]. 
»


Extrait d'une Lettre du Précepteur Dairiun au Seigneur Turindo Lyon'Onoro, datée du mois de Tasmë de l'An 2 391 de l'Age de la Disparition.

* * *

« […] la pauvre femme n'eut certainement même pas le temps de se défendre, fatiguée par les ans et trop surprise par l'attaque. La gorge fut tranchée net jusqu'à la colonne vertébrale, par une lame si tranchante qu'elle a même entamé l'os, sectionnant sur son passage tout ce qu'il y avait à sectionner, occasionnant une mort rapide et j'ose l'espérer, le moins douloureuse possible... »

Rapport d'autopsie du Médecin de la Famille Royale du corps de Dame Maurine Lyon'Onoro, daté de l'An 2 427 de l'Age de la Désolation.

* * *

« […] je vous convie donc personnellement aux funérailles de Feu Turindo Lyon'Onoro, mon père, décédé prématurément un an tout juste après le cruel assassina de Feu Maurine Lyon'Onoro, ma très chère mère, et compte sur votre respectable présence lors de ce dernier hommage accordé au couple exceptionnel que représentèrent mes parents.

Je requière également votre présence afin de vous entretenir du projet dont je vous avais déjà parlé, afin que vous m'épauliez dans la mise au point de la sélection de ses membres et de l'entrainement que je pourrais leur dispenser, afin de protéger la Famille Royale, et contrer à l'avenir les tentatives d'assassinats telles que celle dont fut victime ma mère […]. »


Extrait d'une Lettre de Dame Aube Lyon'Onoro au Sorcier du Douzième Cercle, datée de l'An 2 428 de l'Age de la Désolation.

* * *

« […] partie. Elle nous a quitté un matin, alors que les rayons du soleil naissant paraient d'un voile d'or rose le monde en contre-bas, ses longs cheveux blancs ondulants dans la brise d'été, sa cuirasse noire absorbant la lumière comme pour l'en nourrir. Elle n'emportait avec elle qu'un sabre Elfique, son vieux poignard dont je soupçonnais qu'il eut appartenu à son propre père, son arc et quelques flèches confectionnées par nos meilleurs ouvriers, elle-même n'ayant jamais eu aucun talent pour les travaux manuels. Si elle était capable de tous nous battre à mains nues sans récolter la moindre égratignure, ou escalader n'importe quelle montagne en un temps record... monter une flèche restait un exercice d'une trop grande complexité pour elle, ce qui n'avait jamais manqué de tous nous amuser.

Elle nous avait tout apprit, nous avait offert un chemin à tracer, des lois à suivre, nous avait tous entrainés jusqu'à ce que nous soyons capables de prouesses pourtant encore si ternes à côté de ses propres capacités... elle nous avait tout donné. Elle avait toujours été présente, montrait la voie à ouvrir au travers des siècles, sélectionnait elle même les six autres membres de son Conseil, toujours présente pour nous guider, toujours à l'écoute de nos suggestions pour améliorer la Guilde au fil des ans, un exemple tel que nous n'en retrouverions jamais plus. Elle était l'Âme de la Guilde, et presque comme notre Divinité personnelle. Après tout, n'était-elle pas aussi immortelle que les Dieux eux-même ?... Et elle évoluait parmi nous, bien vivante, à l'inverse de ces Dieux si lointains, reclus dans leur Tour et endormis par-dessus le marché. Ne pouvant absolument plus rien pour nous.

Et maintenant, en ce triste début de journée, je l'observais s'éloigner vers la lumière, des réserves pour quelques jours dans ses sacoches, montée sur un jeune étalon à la robe immaculée, retenant mes larmes bien que ce soit sans grand succès.

La veille déjà, elle nous avait réunis en un Conseil privé, nous, les Sept Anciens Érudits Onoriens, pour nous informer sans préambule de son départ proche – d'abord choqués, nous avions ensuite protesté, mais rien ne l'avait fait changer d'avis. Elle avait toujours été têtue... je savais que c'était perdu d'avance. Même si je ne pouvais approuver non plus ce départ...

Elle partait en quête de l'Harmonie, nous avait-elle révélé. Elle nous passait donc le flambeau, nous laissant le soin de peaufiner nos lois, nos entrainements, d'étendre la Guilde à tout Quisaraedis, nous confiant les rênes de sa seule Création réussie. Et quelle réussite.

Onoro, la Guilde des Mercenaires.

Alors qu'elle disparaissait au détour du chemin, j'essuyais mes larmes en me faisant cette promesse : nous porterions sa Création au delà des Ages, au delà de toute limite. Nous serions là pour assurer le poids de toute ses responsabilité, alors qu'elle avancerait plus loin qu'aucun de nous ne le pourrait jamais sur le Chemin qu'elle avait ouvert.

Aube Lyon'Onoro.

Je ne te reverrais sans doute jamais, mais les Mercenaires qui croiseront ta route sauront te reconnaître. »


Dernière page du Journal de Robb Milluis, seizième Ancien Érudit Onorien Maitre du Conseil, approximativement daté de l'An 2834 de l'Age de la Répartition.




Les Temps ont passés, les Ages avec eux. Ils n'eurent pourtant jamais aucune prise sur mon corps, qui conserve une apparence de jeune fille dans la vingtaine, et grâce à mon Don de Guérison jamais aucune cicatrice n'entacha la pureté de mon grain de peau. Pourtant, après des siècles passés sur les routes, le soleil a foncé mon teint, autrefois aussi nacré que celui des Elfes, d'un hale de plus en plus sombre, faisant ressortir par contraste mes yeux et mes longs cheveux clairs. Ceux-ci, d'origine blonds platine, se sont éclaircit jusqu'à devenir d'un blanc argenté, modifiant à peine mon aspect physique.

J'ai connu beaucoup de monde, mortel ou non, et j'ai assisté à la Renaissance de Quisaraedis avant de maintenant être témoin de sa nouvelle décadence. L'heure est donc venue pour moi de sortir de l'Ombre après des siècles et des siècles d'absence - mais aujourd'hui, le Mal gronde, je peux le sentir en moi et dans Quisaraedis entier.

Il est temps pour moi d'abandonner quelque temps mon Chemin personnel, et de croiser à nouveau la Route de ceux dont le Destin est lié au mien.

Car nous seuls pouvons faire pencher la Balance du bon côté.




Validés !!






Dernière édition par Aube Lyan le Lun 10 Sep - 19:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !! Lun 10 Sep - 10:51

Que dire...
C'est nickel ?! Ouais, c'est ça !! Super !! La Chronologie et compagnie !!
Je sens qu'on va bien s'amuser !!! Je te valide dans la foulée !!
Bienvenue :p





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !! Lun 10 Sep - 18:10

Merci beaucoup, ça fait plaisir vu comme j'me suis pris la tête dessus XDDD
Pour le rang faudra trouver un truc, là de suite j'ai vraiment pas d'idées UU"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !! Mar 11 Sep - 9:35

Eh bien et bien, rien à ajouter, et le travail a déjà été fait !
Bienvenue !!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Date d'inscription : 03/09/2012

Détails indiscrets
Age : 19
Humeur : Jovial
Autre:

MessageSujet: Re: Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !! Mar 11 Sep - 12:40

Bienvenue et bon amusement Smile


"Landeater"
Épée-Magique du porteur Vannar.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !! Sam 15 Sep - 15:07

Merci beaucoup ^^



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !!

Revenir en haut Aller en bas

Être une Légende vivante, c'est pas tous les jours facile !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Quelque vilains dans la Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  ::  :: -