Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 0:08

Je m'étais réveillé le lendemain de la fête, courbaturé de partout d'avoir dormi sur le fauteuil. Seul le châle d'Arabyss, qui me tenait un peu chaud, témoignait du passage de la Sirène dans ma chambre. Ce fut d'ailleurs le seul signe que j'eus d'elle pendant plusieurs jours, que j'occupais à voler, faire les courses pour ma mère et cuisiner parce que son état l'empêchait de rester debout plus de quelques heures.

Mais, alors que je finissais doucement ma nuit, quelque chose me fit ouvrir brusquement les yeux. Il y avait quelque chose, que je ne pouvais pas identifier, quelque chose d'imperceptible qui s'était modifié. Un brusque changement d'atmosphère dans la maison. Me levant dans le silence matinal, je m'habillai au radar et sortis de ma chambre. Rien. Pas un bruit dans la pièce, ni dans la chambre de mes parents qui était vide. Rien n'avait bougé par rapport à la veille, mais quelque chose ne tournait pas rond en moi, comme si j'avais perdu un équilibre. J'attendis alors, calme, stoïque, mon regard perdu au dehors, dans l'attente d'un signe. Je ne pensais à rien, n'essayai même pas d'imaginer ce qui s'était passé, j'attendais juste, sans bruit.

Mon regard se tourna alors vers la porte qui s'ouvrit, quelques minutes plus tard. J'observais mon père qui entrait, sans un mot. Ses cheveux rouges dégoulinaient d'eau, ils semblaient plus ternes que la normale. Alors qu'il se dirigeait vers sa chaise pour s'asseoir, je crus apercevoir que son boitillement s'était encore accentué par rapport à la veille. Mais rien de tout cela ne répondait à ma question muette. Ses yeux bleus, qui avaient perdu leur éclat métallique, me fixaient avec la profondeur de sa douleur muette et répondirent enfin à mon interrogation.

Je savais à présent où était ma mère : reposant au fond de l'océan, attendant de rejoindre l'écume des vagues, nous laissant seuls après avoir tant lutté contre le mal qui la rongeait. Elle était partie, là où elle ne souffrait plus, mais sans nous. Mon regard se voilà un instant et je dus m'asseoir, sentant que mes jambes tremblaient. Je tremblais de tout mon corps, comprenant enfin mon malaise, sentant mon coeur se serrer à l'idée que jamais plus je ne la reverrais.

Mon père avait du la retrouver au matin, sans vie, et l'emmener loin du port, des rives de Sanael pour la laisser aux soins de l'océan. Mes yeux ternes croisèrent une nouvelle fois les siens, qui ne m'avaient pas quitté. Nous étions seuls à présent, seuls sans elle, perdus sans elle. Je savais déjà qu'il nous faudra surmonter la peine et avancer, mais je voyais cette dernière comme un obstacle insurmontable. Je n'arrivais plus à me voir autrement qu'assis devant la table, regardant mon père en essayant de comprendre comment faire pour vivre, alors que la chose m'avait paru tellement simple quand elle était là pour me montrer.

J'avais froid, j'étais transi, tremblant, alors qu'il faisait doux dehors. Mais toute chaleur avait quitté la maison avec elle. Baissant les yeux, je remarquais alors le châle turquoise que j'avais abandonné sur le banc la veille. Quand elle était encore là. Attrapant le bout de tissu, je le passais mollement sur mes épaules pour me réchauffer, mais j'eux bientôt chaud. Trop chaud. Comme si j'étais condamné à ne pas pouvoir être bien encore un jour. Retirant le châle, je le triturais distraitement, fixant sans la voir la table en bois sombre devant moi. Le bruit de chaise m'indiqua confusément que mon père avait quitté la pièce, mais je ne m'en souciais pas, pris dans les sables mouvants de ma douleur, de mes regrets et toutes ces choses que je n'avais pas pu lui dire. Et plus je souffrais, plus je regrettais, plus j'avais l'impression d'étouffer.

Reprenant assez mes esprits pendant quelques secondes, je me levais pour sortir. J'avais besoin d'air, même si je n'en voulais pas... Me retrouvant dans la rue, le châle d'Arabyss toujours dans les mains, je marchais d'un pas lent dans une rue qui m'importait peu, ne songeant qu'au regard argent de ma mère que je ne pourrais plus jamais contempler.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 0:29

Je n'arrivais pas à y croire, je n'arrivais pas à y croire !!!!!!!!!! J'allais être libre, enfin libre, j'allais enfin partir, enfin quitter cette île, enfin découvrir le monde que je n'avais fait qu'entrapercevoir derrière les ailes de Féline !!!!! Quelques jours plus tôt, et j'avais du mal à croire que cela faisait seulement quelques jours, des Elfes avaient débarqué sur notre île. Mais la meilleure nouvelle... c'était qu'ils avaient besoin de moi !!!! Ils avaient besoin de moi pour gagner le temple de Surmae, pour récupérer une Perle d'Eau. Depuis combien de temps n'avais-je pas croisé de voyageur Élémentaire ??? C'était ma chance, ma chance, celle que j'attendais depuis trente ans déjà !!!! Dès que la petite Princesse Elfe aurait sa Perle, elle libérerait ma Pégase... et alors, je pourrais partir avec eux.

C'était plus que je n'en espérais... plus que je n'avais osé rêver. Partir, avec des Elfes en plus !!!! Mais... voilà, il restait un petit point noir dans mon tableau. Je n'avais pas revu Ilmaes depuis mon départ furtif de la dernière fois... j'avais tenu à me faire discrète, pour lui laisser un peu d'air, qu'il ne se sente pas obligé d'être avec moi, mais qu'il se réconcilie plutôt avec ses amis. Mais je ne pouvais décemment pas partir sans au moins le prévenir. Je savais bien, que je n'aurais jamais dû laisser les choses aller si loin... mais maintenant, au point où on en était... je ne pouvais partir simplement sans me retourner. Je me détestais d'avoir été aussi stupide... mais il était trop tard, et maintenant, je devais assumer les conséquences de ma bêtise. Satanael croulait sous un soleil de plomb ce jour là, et je déambulais dans les rues ombragées sans réel autre but qu'espérer apercevoir sa claire chevelure parmi celles bigarrées de la foule - mais pas d'Ilmaes à l'horizon... Je le cherchais sans vraiment fouiller, faisant le tour des places, de quelques auberges, me dirigeant vers le port. Je n'étais pas encore passé chez lui... et c'est à l'instant même où je me décidais à oser y aller que je le vis enfin.

- Ilmaes !!!! l'appelais-je en fendant la foule qui se pressait sur les quais, un grand sourire aux lèvres, rayonnante de joie. Ilmaes, c'est merveilleux, je vais enfin pouvoir partir !! Des Elfes ont débarqué il y a quelque jour, et l'une d'entre elle est Élémentaire, elle va pouvoir libérer Féline !!! Je suis tellement contente, depuis le temps que j'attendais ça !!! Je te cherchais justement, je voulais te prévenir, je suis tellement heureuse !!!! m'empressais-je de lui raconter... ne remarquant qu'après coup qu'il semblait passablement... démoralisé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 0:41

J'étais arrivé sans m'en rendre compte sur les quais, toujours enfermé dans ma douleur sombre que même le soleil de plomb n'arrivait pas à percer. Malgré la vie grouillante autour de moi, j'avais la sensation d'être désespérément seul, que toute vie avait quitté l'île, me laissant à ma solitude. Je continuais de marcher sans but, jusqu'à ce qu'une voix familière attira mon regard sans lumière.

J'aperçus Arabyss, mais mis quelques temps à la reconnaître, sonné. Elle semblait... Tellement heureuse. Comment arrivait-elle à l'être ? Pourquoi elle n'était pas aussi effondrée que moi ? Une pointe d'agacement m'éclaircit les idées, vite recouvert par l'hébétude qui m'habitait maintenant Comment osait-elle seulement se montrer heureuse devant moi ? Ce mot m'écorcher les oreilles mais je restais neutre, à la contempler me parler de son départ. Un départ ?... Je n'arrivai même pas à comprendre qu'elle venait me dire adieu mais me forçai à lui sourire.


- C'est... Merveilleux. Tiens, je devrais peut-être te le rendre, lui répondis-je platement en lui tendant son châle.

Mes pensées s'arrêtaient à un simple enchaînement logique : elle partait, elle était peu couverte, elle pourrait avoir froid, il lui fallait un châle. J'étais incapable de réfléchir au delà, alors que je replongeais déjà dans les méandres de mon coeur blessé.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 0:51

J'étais au comble de la joie... mais je remarquais bien vite que lui semblait... complètement distrait, ailleurs. J'eu même l'impression qu'il n'avait pas écouté un traitre mot de ce que je venais de lui raconter - je m'attendais à ce qu'il soit content pour moi, au moins un peu... il savait que c'était important pour moi non ?... J'étais un peu douchée par son manque de réactivité, et même si je trouvais que ça ne lui ressemblait pas... je ne pu m'empêcher de lui en vouloir, un tout petit peu. Était-il finalement comme les autres ?... Peut-être qu'il se moquait totalement que je m'en aille - pire, il en avait certainement marre de m'avoir dans les pattes. Un peu perplexe, je baissais les yeux sur le châle qu'il me tendait - c'était mon châle... mais...

- Ben... je... je sais qu'à la base, c'est un vêtement de fille, mais... enfin... je pensais te le donner, tentais-je d'expliquer subtilement, franchement déconcertée par son air étourdit. Tout va bien ?... tentais-je en cherchant son regard, qui me semblait... étrangement terne comparé à d'habitude.


Mais qu'est-ce qui lui prenait ?... Pourquoi il me le rendait, alors qu'il l'avait gardé tout ce temps ?... Il me cherchait peut-être pour me le rendre, lui aussi ?... Peut-être qu'il ne voulait rien garder de moi, en fin de compte, et j'hésitais cependant avant de tendre la main pour le récupérer... puisqu’il ne voulait pas le garder.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 1:01

La seule chose qui m'échappait encore, c'était pourquoi le destin avait décidé de s'acharner autant sur nous. Je n'avais que ma famille, et pourtant il cherchait à me la prendre, pour que je me retrouve sans rien, sans attache, juste bon... Bon à quoi en plus ? A voler ? La bonne affaire... Le bras encore tendu pour rendre son châle à Arabyss, je ruminai dans mon coin sans me rendre compte de sa réaction. Pourquoi m'en soucierais-je toute manière ? Elle qui était tellement heureuse, elle ne devait rien remarquer de tout ça... Tout ce qu'elle voulait, c'était s'enfuir, loin, très loin de sa famille, alors que moi au contraire, c'était ma famille qui m'échappait.

- Oui, tout va bien, répondis-je machinalement à sa question, zappant totalement la première partie de sa phrase.

J'avais envie de hurler à l'agonie au lieu de lui répondre que tout allait bien. Rien n'allait, plus rien n'irait de toute façon. J'étais perdu et je n'avais pas vraiment espoir de pouvoir reprendre le cours normal de mon existence un jour...


- Je ferais mieux de te laisser, tu dois avoir des choses à préparer, soufflai-je sans pour autant bouger.

Mes dernières forces venaient d'être usées à former une phrase intelligible et seul le peu de dignité que j'avais m'empêcher de m'effondrer au sol. J'étais à présent incapable de faire quoi que ce soit de censé, alors je préférais resté planté là, le regard vague, sans bouger d'un centimètre.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 1:21

J'étais de plus en plus déconcertée, et je le regardais avec de grands yeux, presque choquée par son attitude si... inhabituelle et vraiment étrange alors qu'il me répondait totalement mécaniquement. Indécise, je le fixais durant plusieurs secondes, silencieuse - il était... très pâle... son regard était à la fois vide et... empli d'une autre chose que je ne saisissait pas, puisqu'il refusait de croiser mon regard. De plus en plus inquiète, je récupérais donc mon châle à contrecœur - je ne savais pas ce qui m'avait pris de le lui laisser de toute façon... il n'en aurait rien fait...

- ... Mais... je pars pas tout de suite, je te l'ai dit... c'était juste... pour te prévenir... bredouillais-je, complètement déstabilisée par son attitude. Ilmaes, appelais-je soudain avec fermeté.


Non, décidément, quelque chose n'allait vraiment pas, c'était pas possible autrement. Mon châle sur le bras, je réduisis d'un pas la distance de sécurité que j'avais toujours instauré entre nous comme avec quiconque d'autre, et l'attrapais par les épaules pour le secouer un peu, cherchant obstinément son regard.

- Ilmaes, ça suffit, dis-je, douce mais impérieuse. Qu'est-ce qui te prends ? Qu'est-ce qui ne va pas ??... demandais-je en le secouant toujours, essayant de contenir les accents désespérés que je sentais poindre dans ma voix.


Je ne savais pas pourquoi... mais le voir comme ça me faisait étrangement... mal.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 1:34

J'entendais la voix d'Arabyss plus que je n'en comprenais le sens, toujours dans mon état second. Je n'arrivais pas à le quitter et, à vrai dire, je ne faisais rien pour ça. Je préférais de loin cet état cotonneux ou je souffrais de la perte de ma mère, restant sagement sans rien faire à part ressasser toutes ces choses qu'elle ne pourra voir ou entendre , plutôt que d'affronter la réalité et me rendre compte que personne ne s'était arrêté pour la pleurer.

Mais la voix de la Sirène, plus ferme quand elle invoqua mon nom, me ramena un peu à la réalité. Fixant pour la première fois son regard brillant, je me laissais secouer en l'écoutant, refusant de répondre, refusant de répliquer... Mais son ton impérieux eut raison de mes nerfs et ma barrière de calme se brisa pour laisser la colère me dévaster totalement, aveuglant mon chagrin. Je repoussai ses bras avec force, hargneux.


- Non. Toi, ça suffit. Qu'est-ce que tu veux à la fin ?! T'as pas eu ce que tu voulais, à m'étaler devant les yeux le BONHEUR que tu peux enfin avoir de quitter ta famille et de jouer les aventurières à deux balles ?! Tu veux peut-être que j'applaudisse le fait que tu crache sur tout ce qu'on t'offre ?

Je rageais, laissant la colère me brûler, me sentant presque mieux. J'évacuais enfin, je montrais quelque chose et, même si ce n'était pas beau à voir, je pouvais respirer, enfin.

- Je suis désolée pour toi, mais je ne vais certainement pas féliciter une égoïste pourrie gâtée alors que je suis en train de pleurer ma mère. Maintenant laisse-moi.

Ma voix était glaciale, mais mon regard ne montrait rien d'autre que de la douleur, du déni et du regret. Je me doutais bien que je regretterais mes paroles, mais j'étais encore trop remonté pour le savoir. Dépassant Arabyss, je m'éloignais sans lui laisser le temps de répondre, m'en allant vers la mer pour partir là ou personne ne me chercherait.




Spoiler:
 


Dernière édition par Ilmaes le Jeu 20 Déc - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 6:55

Franchement inquiète à présent, j'étais confrontée à un choix problématique - où je me comportais comme je m'étais toujours comportée... je me contentais de reprendre mon châle, râler un coup et repartir voir ailleurs si j'y étais - avec les Elfes, certainement... Soit je me décidais à agir, et j'essayais de savoir ce qui n'allait clairement pas. Surmae seule sait ce qui me prit de choisir sans même vraiment y réfléchir la seconde option. Complètement amorphe, il se laissa secouer sans opposer la moindre résistance, ce qui... m'effraya vraiment - pour un peu, si je n'avais pas crains qu'il le prenne vraiment mal, je l'aurais giflé pour tenter de le faire réagir. J'étais... un peu perdue... il avait totalement douché mon enthousiasme... mais en même temps... pour une raison obscure, je n'arrivais pas à lui en vouloir, pas cette fois ci...

Et je n'attendis pas bien longtemps pour comprendre pourquoi. Son regard tomba enfin dans la mien, et j’esquissais un faible sourire soulagé - pas trop tôt... mais si je m'étais doutée de la suite... Il me repoussa soudain brutalement, et je bousculais un commerçant au passage qui me jeta un regard noir - mais je ne relevais même pas, fixant de grands yeux sur Ilmaes. Mais... qu'est-ce qui lui prend ?... Il avait complètement péter les plombs... et il ne me fallut malheureusement pas longtemps pour voir rouge à mon tour. M'étouffant de colère, prête cependant à répliquer bien plus fort que lui... je me figeais dans mon élan en croyant soudain comprendre ses derniers mots.

J'aurais voulu le frapper. J'aurais voulu garder mon légendaire aplomb, j'aurais voulu hurler plus fort que lui... j'aurais voulu tuer tous les badauds qui s'étaient soudain arrêtés autour de nous pour nous lancer de brefs coups d’œils, tantôt surpris, tantôt compatissant, tantôt hostiles... Mais tout ce que j'arrivais à faire, c'était sentir les larmes emplir mes yeux... jusqu'à ce que l'une d'entre elle parvienne à franchir la barrière de mes paupières. Pourquoi, de toutes les choses qu'il aurait pu dire... il avait choisit ces mots là ?... et pourquoi lorsque c'était lui qui les prononçait... cela me faisait si mal, bien plus mal encore que lorsqu'ils franchissaient les lèvres de mon propre père ?... Complètement sonnée, je le vis à peine fuir au travers du brouillard de mes larmes - prenant enfin une inspiration difficile... je me pliais en deux sous l'effet d'un atroce poids dans la poitrine - et le pire... c'était que je n'arrivais même pas encore à lui en vouloir...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 11:24

Une fois ma crise passée, je n'accordais plus d'importance à personne et partis, ne remarquant même pas la réaction d'Arabyss, obnubilé par ma rage. Je fendis la foule en bousculant les passants sans même chercher à m'excuser, avant de plonger sans plus de cérémonie. Je nageais vite, m'éloignant du port, n'accordant pas un regard à la vie sous-marine, ne cherchant même pas à suivre les courants. Je nageais comme un forcené, loin d'ici, là où je pourrais être enfin seul.

J'arrivais enfin sur ma plage, retrouvant l'usage de mes jambes pour partir m'échouer derrière un rocher. Ici, personne ne me trouvera... Je n'avais parlé de cet endroit à personne, à part... Arabyss... A cette simple pensée, je réalisai soudain ce que j'avais fait, et un sourire amer parvint à s'imprimer sur mes lèvres. Je l'avais repoussé et lui avait dit des horreurs... Et le pire... C'est que je les avais pensé sur le moment. Je ne pouvais pas faire pire en éloignant la seule personne qui s'était soucié de moi. Elle pouvait partir tranquille, maintenant, elle pensait que je la haïssais et ça devait être réciproque à présent. Elle m'oubliera plus vite ainsi...

Me recroquevillant, je sentis le froid revenir en moi. Je tremblais de nouveau, alors que le soleil réchauffait ma peau nue, mais je ne le sentais pas. Je ne voulais pas le voir. Tout était trop brillant, trop clair, trop chaud. Je ne voulais plus de ça. Je voulais du noir, seulement du noir...




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 11:49

Sonnée, je restais un moment plantée parmi les passants qui me contournaient soigneusement, reprenant peu à peu le cours de leur existence comme si la scène qui venait de se dérouler n'avait jamais eu lieu. Mais elle avait eu lieu... et la claque fut violente lorsque je redescendis enfin sur terre. Il... il m'avait dit... des choses... horribles... Réalisant soudain que je pleurais, et que je pleurais en public, je fis brutalement volte-face, bousculant une série de Sirènes gloussantes pour me jeter tête la première dans les eaux du port - je devais fuir... fuir cette foule, fuir cette agitation, et surtout, noyer mes larmes dans la mer, pour que plus personne ne puisse les voir... Nageant droit devant moi, je pris naturellement la direction des plateaux où je savais que je trouverais Féline - elle ne serait plus prisonnière bien longtemps à présent... mais sur le coup, je n'y songeais même pas, trop blessée pour me réjouir encore de la perspective de ma liberté future.

Émergeant sur la plage, je titubais dans le sable, mais poursuivis inlassablement ma route - si même lui le pensait... pouvait-il avoir raison ?... Lui... mon père... ma famille... tout le monde en fait, ne me voyait que comme une gamine capricieuse et égoïste... J'avais conscience d'accorder une grande importance en mes intérêts personnels, mais... étais-je réellement si odieuse ?... Mes pensées se tournèrent vers la mère d'Ilmaes alors que je débouchais sur les plaines, derrière les dunes. Elle au moins, j'étais certaine qu'elle ne m'avait pas considérée ainsi. Elle était trop douce, trop gentille pour penser comme ça... et... si j'avais bien compris... elle était... morte ?...

Mais comment était-ce possible ??... Elle avait eut un accident ?... Je l'avais vue quelques jours plus tôt à peine !! Certes, elle m'était apparue comme fragile et fatiguée... mais pas mourante... non... j'aurais fait quelque chose pour l'aider sinon... on aurait pu... trouver un remède, quelque chose... Pleurant toujours, le cœur bien lourd, je trouvais enfin Féline, qui releva la tête à mon approche - courant sur les dernier mètres, j'éclatais définitivement en sanglot en enfouissant mon visage au creux de son aile, dans le duvet si doux de l'articulation.

Je restais longtemps, très longtemps sur la plaine, accrochée à ma Pégase, qui me gratifiait de petits coups de naseaux compatissant entre deux bouchées de bruyère... Je sentais le vent se lever petit à petit, l'atmosphère s'alourdir - une tempête se préparait. Lorsque je me décidais enfin à redresser la tête, le crépuscule était tombé. Je me sentais... vidée... et penser à Ilmaes me faisait mal... mais... lui devait avoir bien plus mal encore. Alors... j'allais lui donner... une dernière chance. Ça ne me ressemblait pas... mais je ne me sentais pas capable de partir, pas comme ça, pas encore. Retournant vers la mer, les vagues se brisèrent sur mon corps jusqu'à ce que je ne plonge pour échapper à leurs violents remous - machinalement, presque instinctivement, sans réfléchir, je retrouvais le chemin de la petite crique où il m'avait emmenée, une fois. Hésitante... je quittais pourtant le couvert des flots, les rouleaux se brisant dans mon dos alors que j'avançais sur la petite plage.

Lentement, inexpressive, j'avançais sur le sable humide, vers sa silhouette que je distinguais affalée derrière un amas rocheux - arrivant dans son dos... j'hésitais, encore... Pinçant les lèvres, je m'immobilisais un instant - je ne voyais pas son visage... je ne savais pas quoi faire... Alors, lentement, j'approchais encore... posais un genou dans le sable... tendis la main... effleurais son épaule du bout des doigts. J'avais peur... peur qu'il ne se remette à hurler, peur qu'il ne m'ordonne de partir pour de bon... Car j'obéirais... et je n'aurais jamais cru que cette simple idée puisse me faire si mal.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 12:40

Je remarquais à peine que la lumière déclinait, pensant que j'étais seulement en train de sombrer dans les ténèbres que je désirais tant. Je ne voulais plus rien d'autre, collé sur mon rocher, à attendre je ne sais quoi... A ne rien attendre du tout en fait. Je demeurais là sans rien faire d'autre, pensant un instant que j'y resterais bien tout ma vie.

La déshydratation assombrissait mes cheveux, mais je ne m'en souciais même pas, restant sa bouger, les yeux clos. Ce fut un effleurement qui me sortit de ma torpeur. Sans même la voir, je savais qui était là, et je tournais vers elle mes yeux sombres, interloqué. Pourquoi était-elle là ? Elle n'était pas censée partir ?... Je la regardais avec un semblant de surprise pendant un instant, avant de baisser les yeux.


- Elle...

Je sentais le besoin de le dire, mais n'y arrivait pas. Reprenant plusieurs fois le début de ma phrase, ma voix se brisait constamment, comme pour m'empêcher de rendre réelle la mort de ma mère. Un sourire ironique apparut sur mes lèvres, comprenant que, même si je le savais, je refusais d'annoncer à quelqu'un la disparition de ma mère, dans l'espoir qu'elle revienne un jour. Je sentis quelque chose d'humide couler sur ma joue une fois, deux fois... Avant de faire reposer ma tête sur le rocher derrière moi et de finalement fondre en larmes.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 20 Déc - 20:23

Ruisselante d'eau fraiche, mon châle noué autour des hanches, j'attendais sa sentence, notant sa chevelure qui avait viré à l'anthracite, et qui faisait ressortir par contraste son regard argenté de manière plus spectaculaire encore qu'à l'accoutumée. Il sembla d'abord... profondément surpris, et je ne su trop comment interpréter son regard - était-ce parce qu'il pensait que je n'aurais pas su retrouver le chemin ?... Ou parce qu'il ne s'attendait pas à ce que je revienne vers lui après ce qu'il m'avait dit ?... Mon cœur saignait encore des mots et du ton qu'il avait employé. Mais... je ne voulais pas rester fâchée... surtout pas maintenant... alors qu'il pourrait... peut-être... avoir besoin d'aide... mais lui n'en voulait peut-être pas. Peut-être pas la mienne, en tout cas...

Agenouillée dans le sable, lèvres crispées, poings serrés, torturée par la peur qu'il me rejette autant que par la violence de la douleur que je lu dans son regard, j'en eu le souffle coupé durant plusieurs secondes alors qu'il... essayait de le dire... de parler... mais les mots restaient figés dans sa gorge... Et je contemplais alors, horrifiée, la première larme rouler sur sa joue. Complètement interdite, le cœur serré, je l'observais alors qu'il... craquait, littéralement - son visage... son expression me paraissait étrangement décalée sur ses traits, comme si la peine, comme si la douleur n'aurait jamais dû pouvoir les déformer à ce point. J'aurais voulu, j'aurais préféré qu'il me nargue, qu'il se moque de moi comme il savait si bien faire, avec son sourire goguenard et ses yeux qui pétillaient... Alors me redressant finalement sur le sable humide, je me jetais sur lui pour l'enlacer de toutes mes forces, calant mon menton sur le haut de son crâne, mes bras enroulés autour de son cou - je voulais... je voulais qu'il ne pleure plus... je ne supportais pas ses larmes... pas lui... lui qui moins que quiconque méritait de souffrir ainsi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Ven 21 Déc - 18:55

Je gardais mes yeux douloureusement fermés, comme pour essayer de retenir mes larmes, mais j'étais trop faible face à elles, trop sujet à la douleur pour réussir à la contenir. Alors je restais là, à pleurer devant Arabyss qui était revenue, sans que je sache pourquoi -mais elle était revenue, et cette simple pensée me rassurait-.

J'eus cependant un hoquet de surprise en sentant deux bras fins entourer mon cou avec force, me retrouvant contre la Sirène alors qu'elle m'offrait une étreinte rassurante. Je me sentais protégé, en sécurité... Ses bras protecteurs me rassurèrent et j'agrippais le dos de sa robe, me lovant contre elle en pleurant toujours, me laissant aller comme lorsque j'étais enfant, dans les bras de ma mère qui allait tant me manquer. Je n'arrivais plus à m'arrêter de pleurer maintenant que mes larmes roulaient d'elles-même si mes joues, sentant le flot des mes émotions s'échapper dans mes sanglots, alors que je m'accrochais à la Sirène désespérément, craignant plus que tout qu'elle m'abandonne elle aussi. Qu'elle s'en aille, qu'elle me laisse seul... Cette perspective m'effrayait plus que tout.

Peu à peu, mes pleurs se calmèrent, me laissant exténué, vide, mais mieux, dans la mesure du possible. Respirant profondément, je ne me détachais cependant pas d'Arabyss, profitant de sa chaleur, de son aura rassurante. Je ne voulais pas la lâcher, j'avais tellement peur qu'elle parte...


- Merci...

Ma voix était cassée par les larmes, mais j'arrivais enfin à parler de façon intelligible. Je ne cherchais plus à parler de ma mère, je savais que je pouvais craquer de nouveau. Je préférais ne rien dire d'autre que l'essentiel.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Dim 23 Déc - 14:08

Paupières plissées, lèvres serrées, je tentais de contenir mes émotions alors que je le serrais contre moi, tentant d'interdire à mes larmes de rouler sur mes joues, mais ce fut peine perdue... sa douleur me touchait trop. Bien plus que je ne l'aurais jamais cru... et malgré ma peine, je trouvais encore la force de m'en étonner sincèrement. Jamais je n'aurais cru pouvoir être aussi affectée par la douleur de quelqu'un d'autre... jusqu'à maintenant, la seule douleur que j'avais su percevoir, comprendre et guérir, ça avait été celle de Féline. Pour le reste... je n'avais jamais vraiment eu d'amis, jamais vraiment cherché à m'en faire, rejetant quiconque tentait de m'approcher de trop. Je ne m'étais jamais préoccupée d'autre chose, de quelqu'un d'autre que de moi-même jusqu'à présent, travaillant mes pouvoirs, voyageant pour aller chercher mes perles... désespérant de révéler le bois un jour. Ma famille m'avait toujours été indifférente, et vice versa - la cour des nobles pantin m’exécrait... mes tentatives de mariage avortées plus encore.

Mais Ilmaes... sans même que je ne me rende compte à quel point, il avait abattu toutes mes barrières, avait su se rendre indispensable. Tellement bien qu'aujourd'hui... plutôt que mettre les voiles comme j'en rêvais depuis plus de trente ans, j'étais là, avec lui, à partager sa douleur. Soupirant doucement, je me calais plus confortablement contre la roche lisse dans mon dos, l'attirant un peu plus contre moi alors que le flot de ses larmes semblait intarissable - basculant peu à peu dans un état second, le regard vague, je fixais sans les voir les hautes vagues ourlées d'écume qui se levaient avec le vent, de plus en plus violent alors que le soleil disparaissait à l'horizon. La chaleur tombait à mesure qu'il s'amplifiait, mais Ilmaes me tenait chaud, et je caressais doucement, tendrement de ma main libre sa fine chevelure de plus en plus sombre. Dans cette petite crique isolée, protégés par les rochers, nous étions à l'abri du vent et de la colère des flots... Relevant la tête en constatant qu'il faisait de plus en plus noir... d'une simple pensée, je créais de petites sphères de lumière... qui se changèrent en papillon lumineux qui entamèrent une petite danse autour de nous. Amusée par mes propres créations, je les emprisonnais chacune dans une bulle d'eau claire - un arbre d'argent prit alors racine à mes pieds, et j'y suspendis les petites sphères qui diffusaient la lumière des papillons, qui commencèrent à lentement changer de couleur... Ne répondant rien lorsque la voix brisée d'Ilmaes s'éleva au milieu des sifflements du vents, je me contentais d'une énième caresse, un doux sourire flottant sur mes lèvres.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Ven 28 Déc - 11:51

Les caresses d'Arabyss dans mes cheveux eurent pour effet de ma calmer, de m'apaiser bien plus tôt que je ne l'aurais cru. Alors que j'étais emprisonné dans ma douleurs, ma peine et toutes ces autres émotions qui me détruisaient à petit feu, ses bras autour de moi, sa main dans mes cheveux apaisait l'ouragan qui déchirait mon coeur depuis ce matin. Alors, peu à peu, je ne pleurais plus, je respirais mieux et je commençais à ressentir les choses autour de moi. Je me rendais enfin compte que la mer se déchaînait derrière nous, que le vent sifflait autour de nous mais ne nous atteignait pas. Je me rendais aussi compte que la nuit était tombée, mais que quelque chose nous éclairait quand même.

Rouvrant les yeux je les levais tout d'abord vers Arabyss, pour l'observer quelques secondes, avant de tourner le regard vers la source de la lumière. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant l'arbre d'argent où étaient suspendus des dizaines de papillons lumineux... Je regardais ce spectacle avec un petit sourire, presque envieux du pouvoir de la Sirène. Si je ne savais pas tout les malheurs qu'il lui avait apporté, j'aurais voulu le même...

Alors que je me tournais vers elle pour la complimenter, je fus pris d'un vertige. Je fermai les yeux en me tenant la tête entre mes mains, lâchant Arabyss à regret.


- De l'eau...

J'avais besoin de nager, tout de suite.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Ven 28 Déc - 13:34

Malgré l'étanchéité de notre petit coin plutôt bien abrité, je commençais à avoir un peu froid à rester ainsi dans le sable humide - mes jambes s’ankylosaient doucement, la roche se faisait de plus en plus dure et rapeuse dans mon dos... mais je ne bougeais pas, poursuivant distraitement mes caresses tout en jouant avec mes bulles et mes papillons colorés et lumineux. Les sanglots d'Ilmaes s'étaient à mon grand soulagement enfin tarit, mais il demeurait silencieux, et je me refusais à briser ce silence qui semblait lui convenir. Le sentant finalement bouger entre mes bras, une éternité plus tard... je baissais les yeux sur lui, et remarquais son sourire alors qu'il contemplait mon éphémère création. Oui... moi aussi, je le trouvais joli. C'était la première fois que je prenais le temps d'en faire un aussi grand... M'arrachant à la contemplation de l'arbre lumineux, je baissais soudain les yeux vers lui, inquiète - oui... mince, j'avais complètement oublié. Si mes cheveux avaient quitté leur teinte du bleu des abysse pour lentement virer au turquoise... les siens paraissaient déjà presque noirs au clair-obscur diffusé par les papillons.

- Debout, le pressais-je en passant un de ses bras par-dessus mes épaules pour l'aider à se lever.


Heureusement la crique était minuscule, et la marée haute nous facilita encore la tâche. Le guidant jusqu'à la plage, les yeux plissés pour les protéger du sable alors que les plis de ma robe voletaient dans mes jambes, je nous fis rapidement plonger pour passer sous une vague titanesque qui menaçait de nous briser contre les rochers, et nous entrainais le plus profond possible. Sous la mer, au-dessus des algues, il faisait très sombre, mais une partie de mes papillons nous avait suivit, et l'eau était simplement agitée d'agréables remous... rien à voir avec la tempête qui sévissait à la surface. Inquiète, je regardais Ilmaes alors que ses cheveux blanchissaient rapidement, et sursautait soudain - un éclair venait de zébrer le ciel loin au-dessus de nos tête, et le fracas du tonnerre raisonna jusqu'au fond de l'océan.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Dim 30 Déc - 21:23

Je me levais quand Arabyss m'aida à le faire, m'appuyant sur elle, trop faible pour le faire moi-même. Me laissant guider dans la nuit agitée, je sentis l'eau atteindre mes pieds et me trouvais déjà un peu mieux, mais ne m'arrêtai pas pour autant. Nous plongeâmes alors qu'une vague nous atteignait et je me laissai couler, encore plus profondément, là où l'eau ne nous secouais pas sans arrêt. Une fois au calme, je fermais les yeux, recouvrant des forces physiques seulement. J'étais exténué moralement, et c'était loin de changer...

Je m'apprêtais à relever les yeux quand un grondement sourd secoua les eaux, me surprenant. Je poussais un cri de surprise, avant de regarder Arabyss, qui n'avait pas l'air très rassurée. Je la rejoignis rapidement, me retenant de ne pas me cacher une fois de plus dans ses bras. J'y étais tellement bien, mais maintenant que je les avais quitté... Je ne pouvais pas me permettre de l'approcher plus. Elle m'en voulait peut-être encore pour les choses que je lui avais dites, et puis elle était partie sans un mot de chez moi la dernière fois que nous nous étions vu. Je baissais les yeux, face à elle, observant sa queue qui battait au même rythme que la mienne, ses écailles bleues se fondant dans l'obscurité ambiante alors que les miennes ressortaient légèrement.


- Tu... Tu peux rester encore un peu avec moi ?... Je sais que tu t'en vas, mais... Tu peux repousser un peu ton départ, s'il te plait...

Je ne supporterais pas qu'elle s'en aille aussi, je m'en rendais compte. En peu de temps, elle m'était devenue importante, j'avais sans cesse envie de l'embêter, pour le simple plaisir de la voir s'agacer, ou pour la voir tout court parfois. Et maintenant que j'avais perdu ma mère... Je ne voulais pas la quitter elle aussi.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Mer 2 Jan - 22:01

Frissonnant, je retrouvais avec soulagement la tiédeur des profondeurs, battant les flots de ma queue aux écailles aussi sombres que mes cheveux de nouveau bleus nuit. J'avais l'impression que la moindre aspérité de la roche s'était gravée dans mon dos, et mes épaules et mon cou étaient tout endoloris... mais ce n'était rien comparé à la douleur réelle et profonde que je ressentais par ricochet au travers d'Ilmaes. Il était comme... brisé, et ça m'inquiétait bien plus que ça ne le devrait. L'ambiance orageuse n'était pas non plus pour me rassurer... et je tournais vers Ilmaes un regard emprunt de douceur et de douleur. Pour lui. Soulagée malgré moi qu'il me rejoigne, je l'observais maintenant qu'il était plus près - il avait vraiment mauvaise mine... et paraissait complètement épuisé. Il fallait qu'il rentre chez lui... avec son père, qui devait être dans un état similaire...

Puis sa voix brisa le silence des profondeurs... et je restais muette quelques instants. Arrivait l'instant fatidique... dès le début j'avais su que ce jour viendrait. Celui ou il serait trop attaché à moi pour accepter de me laisser partir, et où il faudrait que je brise un dernier cœur avant de partir. Ce que je n'avais pas prévu, en revanche... c'était que je m'enchainerais également. Parce qu'à la voir ainsi, esseulé et vulnérable dans la douleur de son deuil... je réalisais pour de bon que je me refusais à le laisser seul dans cet état. Cet état que je ne supportais pas. Moi... moi je voulais qu'il m'embête, juste pour le plaisir de le traiter de tous les noms. Partir avec les Elfes... c'était le rêve de toute une vie... mais...

- ... Féline est libre maintenant. Je peux partir quand je veux. Alors... je te laisserais pas tout de suite, ne t'inquiète pas... murmurais-je doucement tout en lui prenant la main.


Et peut-être même... que dans quelques temps... il songerait à carrément venir avec moi... peut-être...

- Allez viens... tu dois rentrer chez toi maintenant, proposais-je en tirant doucement sa main.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 3 Jan - 16:38

J'évitais le regard d'Arabyss, de peur d'y lire de la pitié, ou tout autre sentiment que je pourrais éveiller en elle à cet instant. Je savais que j'étais pitoyable, et que je le serais pendant un bon bout de temps encore, mais je n'avais pas vraiment envie de le voir dans son regard. Je voulais seulement qu'elle me réconforte encore un peu, je ne voulais pas qu'elle parte alors que j'étais en mille morceaux. Mon père ne pourrait pas m'aider à aller mieux, il était aussi voire plus détruit que moi, et je ne voyais pas qui pourrait me soutenir à part elle. Mes amis ne m'avaient pas adressé la parole depuis la dernière fois... Et puis en plus, je ne voulais pas de leur soutien. Je voulais seulement celui d'Arabyss, parce qu'il était plus rare, plus précieux encore.

Mais face à son silence, je commençais à me faire à l'idée que je devrais m'en passer. Les yeux rivés vers les profondeurs, je cherchais à cacher la peur qui m'assaillait. La peur de la solitude surtout. Alors, quand sa main se lia à la mienne, je relevai la tête et la regardais de nouveau, les yeux un peu plus brillants d'espoir. Sa réponse m'apaisa, me réchauffa un peu et je me forçai à lui sourire. Malgré ma douleur, je me sentais rassuré, aussi heureux que ma situation me le permettait... Avant de replonger en me trouvant incroyablement égoïste. Ce n'était pas parce que je souffrais qu'elle devait souffrir aussi, à rester sur cette île qu'elle détestait...


- Merci... lui répondis-je malgré tout en serrant doucement sa main.

Je hochais ensuite la tête, avant de la suivre vers le port. La vérité, c'était que je n'avais pas envie de rentrer, je ne voulais pas traverser ma maison, alors que me mère n'y était plus, alors que seul mon père se tiendrait assis, sans avoir bougé de la journée. Je ne voulais pas, et pourtant, quand j'aperçus les lueurs du port à travers les eaux agitées, je savais que je ne pouvais pas faire autrement. C'était ma maison, et ma mère n'aurait certainement pas voulu que je quitte son toit pour la simple raison qu'elle n'y était plus.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 3 Jan - 16:58

Je me sentais... décalée, maladroite, presque coupable face à sa douleur, moi qui méprisait et rejetais ma famille. Il avait précisément tout l'inverse de ce que j'avais... mais si je pouvais vaguement le comprendre, je n'avais pas connu l'amour maternel... je ne pouvais certainement réellement saisir l'étendue de sa douleur. Finalement, tout à l'heure, je me répétais qu'il n'avait peut-être pas tout à fait tort... peut-être que je ne pensais vraiment qu'à ma poire. Peut-être même qu'à cet instant, ce que je croyais être de la compassion pour lui n'était en fait qu'un simulacre d'une émotion que je n'étais en fait pas capable de ressentir. Silencieuse, tourmentée, je me contentais d'un faible sourire en réponse, avant de commencer à le guider doucement vers le port, serrant toujours sa main dans la mienne.

Il avait eut l'air sincèrement soulagé de ma réponse - il voulait pourtant que je reste avec lui, en fin de compte. Malgré tous mes défauts... pourquoi ?... Il avait des amis, sûrement bien plus agréables que moi... et... Marina, ou Océane là, je sais même plus... Elle elle aurait été ravie de le réconforter, et elle l'aurait fait sincèrement, pas juste parce qu'il lui aurait demandé... Traversant rapidement la mer sombre et agitée, je crevais la surface et une rafale de vent m’inonda de pluie - heureusement que j'aime l'eau... mais là quand même, il serait temps de se mettre à l'abri. Tirant sur le bras d'Ilmaes pour l'inciter à courir, je traversais les rues à l'aveuglette - j'avais déjà été étonnée de ma propre capacité à retrouver sa maison... cette fois là ne fit pas exception, et je m'arrêtais devant sa porte, mon bras libre levé pour protéger mon visage de la pluie et du sable qui volait. Il était arrivé...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Jeu 3 Jan - 22:51

Quand je crevais la surface de l'eau, je me retrouvai ballotté par les flots et le vent, la pluie fouettant mon visage avec force. Je sortis de l'eau à la suite d'Arabyss, trouvant la force de courir pour pouvoir la suivre. A vrai dire, que le vent souffle ou que la pluie tombe, je m'en fichais pas mal, je ne les sentais presque pas. Pas plus que j'étais complètement nu, me laissant entraîner dans les rues sans savoir si nous étions sur la bonne route. Je m'arrêtai quand elle le fis, reconnaissant ma maison. Ouvrant la porte, je tirai Arabyss avec moi et refermai derrière nous. La pluie s'abattait sans relâche au dessus de nous, je refusai qu'elle parte maintenant.

Me décollant du mur, je partis dans ma chambre pour prendre deux grandes serviette qui, même si elles étaient un peu rêches, étaient épaisses et nous sécheraient. Revenant dans la pièce drapé du tissu, je remarquai alors l'absence de mon père... Que je retrouvais, prostré devant la petite coiffeuse de ma mère, dans leur chambre. Fermant douloureusement les yeux, je revins vers Arabyss pour lui donner l'autre serviette.


- Tu ne pars pas tant que la tempête ne s'est pas calmée dehors.

Je ne savais pas vraiment quoi faire ensuite, je grelottais au milieu de la pièce, sans bouger, alors que j'aurais déjà du l'inviter à s’asseoir, faire chauffer de l'eau pour lui faire une infusion, quelque chose de chaud... Mais non, je restais planté là, comme un idiot.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Ven 4 Jan - 15:59

Serrant sa main dans la mienne, je courrais presque à l'aveuglette dans les ruelles du port - entre les bâtiments, le vent soufflait moins fort, la pluie tombait moins drue, mais les éclairs zébraient régulièrement le ciel, m'éblouissant et me désorientant un peu... mais certainement pas autant qu'Ilmaes. Il m'avait parut... tellement sonné que je doutais même qu'il aurait été capable de rentrer chez lui seul. Peut-être n'en aurait-il même pas eu l'idée. Certainement, d'ailleurs. M'arrêtant finalement net devant sa porte, il manqua me rentrer dedans, et alors que je m'écartais pour le laisser entrer, relâchant sa main, lui resserra son étreinte et m'attira à l'intérieur avant de claquer la porte derrière moi. Trempée et essoufflée, mais enfin à l'abri, je le suivis du regard alors qu'il filait en direction de sa chambre - aucune lumière n'était allumée, il faisait plus sombre encore qu'à l'extérieur - son père n'était pas là ?... Rentrer chez lui n'était peut-être pas une si bonne idée que ça, en fin de compte...

Trempée, gelée, je n'osais pas avancer plus, plus intimidée encore que la première fois où j'étais venue - la maison... semblait si vide, le silence seulement brisé par les sifflements du vents et les crépitements de la pluie... Relevant les yeux lorsqu'Ilmaes revint, je pris la serviette qu'il me tendait... ne cherchais pas à discuter en l'entendant. Son état apathique, son regard éteint m'inquiétaient... mais je ne m'étais jamais occupé de quelqu'un d'autre que moi, encore moins de quelqu'un qui souffrait... enfin, à part de Féline. Donc, ça ne m'était pas impossible non plus. Me décidant à prendre sur moi, je commençais par envoyer des boules de lumière aux quatre coins de la pièce. Enveloppé d'une lueur chaude et diffuse, la situation semblait déjà moins pire, et je poussais doucement Ilmaes jusqu'à un des bancs encadrant la table pour l'inciter à s'asseoir. Ma serviette jetée sur mes épaules, je pris doucement celle d'Ilmaes et la remontais sur sa tête pour sécher un peu ses cheveux et son visage. Esquissant un faible sourire en croisant finalement son regard, je le laissais tranquille pour aller au plan de travail - récupérant une casserole dans un placard, la remplir d'eau ne fut pas bien compliqué, et je ravivais les braises dans l'âtre de la cheminée, relançant les flammes avec précaution avant de déposer la casserole sur le feu. Une douce chaleur commença à se diffuser dans la pièce, la lueur des flammes s'ajoutant à celle de mes globes, et je me tournais finalement vers Ilmaes en serrant ma couverture sur mes épaules.

- Tu... tu as du thé, ou quelque chose ?... Tu veux boire quelque chose de chaud ?... reformulais-je finalement, peu sûre de moi - c'était vrai, ça j'aurais mieux fait de lui demander d'abord... il n'avait peut-être pas envie d'avaler quoi que ce soit...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Dim 6 Jan - 22:27

Après avoir apporté une serviette à Arabyss, je restais planté au milieu de la pièce, retrouvant mes pensées sombres et sans réelle logique, les yeux vides. Je n'arrivais pas à rester conscient de ce qui m'entourait très longtemps et le peu que j'avais fait m'avait déjà coûté beaucoup trop. Aussi, je restai là, ne remarquant même pas les lumières que la Sirène avait disposé dans la pièce, me laissant ensuite guider pour m'asseoir sur le banc.

Je me retrouvai rapidement sans ma serviette, ma tête bougeant au rythme doux des gestes d'Arabyss qui me séchait les cheveux. Je fermais les yeux, me forçant à stabiliser ma tête et à ne pas me laisser tomber contre la poitrine de ma compagne pour m'y endormir. Je sentis toute la fatigue revenir au galop, m'emprisonnant dans un univers cotonneux où tous les bruits me parvenaient de loin. Je fixais le regard d'Arabyss quand elle eut fini, avant de fixer la table avec insistance. Après quelques instants passés dans le silence, j'entendis la voix de la jeune femme, aussi lointaine que possible. Revenant à la réalité avec la sensation que je l'avais quitté il y a des siècles, je me forçais à réfléchir.


- Oui, euh... Là.

Je me levais du banc pour me diriger vers le placard où était rangé le peu de thé qu'avait ma mère, je m'empetrai dans un pied de la table avant de me vautrer de tout mon long par terre. Me relevant tant bien que mal, j'ignorais la douleur et pris un sachet d'herbes pour le tendre à Arabyss.

- Oui, je veux bien, rajoutai-je en grelottant, me rendant enfin compte qu'une boisson chaude me ferait du bien.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Dim 6 Jan - 22:47

Je me sentais complètement inutile... et le regard vide et éteint d'Ilmaes commençait à vraiment, vraiment m'inquiéter. Il fixait un coin de table sans le voir, ne semblant même pas remarquer que j'avais mis de la lumière, que j'avais allumé un feu, chez lui, sans lui demander la permission - mais moi, durant tout ce temps je le surveillais du coin de l’œil, et voir à quel point il semblait apathique me serrait le cœur. La mort de sa mère semblait l'avoir tué un peu, lui aussi... je n'osais pas briser le silence, et je n'étais de toute façon même pas certaine qu'il était en état de m'entendre... mais arriva le moment où je n'osais pas fouiller d’avantage, et je me décidais à lui adresser la parole.

J'aurais visiblement mieux fiat de m'abstenir... il semblait si absent que je cru d'abord que j'allais devoir me répéter - mais finalement, au bout de plusieurs secondes de réflexion, il répondit enfin... voulu joindre le geste à la parole.

- Ilma !!...


... es. Sous mon regard horrifié, il se prit les pieds dans un pied de table, et s'étala sans même tenter de se rattraper - j'avais eu beau m'être précipitée en avant, j'étais trop loin pour le retenir... et de toute façon, il m'aurait certainement complètement écrasée, mais au moins, il ne serait pas tombé directement sur le sol... Pinçant les lèvres, les larmes aux yeux, je les ravalais bravement, lui pris doucement le sachet des mains alors que l'eau commençait à frémir dans la cheminée.

- On va arrêter les frais pour ce soir, murmurais-je avec un calme qui me surprit moi-même. Ne bouge pas.

Retournant vers la table, je récupérais sa serviette abandonnée sur son banc, la jetais sur ses épaules en me hissant sur la pointe des pieds, et l'enveloppais dedans.

- Viens, murmurais-je toujours avec douceur, le poussant doucement pour l'inciter à marcher vers sa chambre. Tu vas aller te coucher gentiment, et moi je t'apporte un thé, dis-je en l'accompagnant jusqu'à sa chambre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297
Date d'inscription : 02/07/2012

Détails indiscrets
Age : J'ai 132 ans, dans la fleur de l'âge !
Humeur : Oh, regarde, un nuage !... Ton argent ? Quel argent ? J'ai rien volé moi !
Autre:

MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous. Dim 6 Jan - 23:03

Entendre le cri d'Arabyss ne m'aida pas à me rattraper. Mangeant le sol avec douleur, je ne cherchai pas à comprendre et me relevai aussi sec, prenant ce qu'elle m'avait demandé, avant de laisser tomber mon bras quand le sachet n'était plus dans ma main. Fixant Arabyss avec un peu d'intérêt, je me demandais pourquoi ses yeux brillaient autant. On dirait qu'elle... Retenait ses larmes. Etrange.

Ne réfléchissant pas plus loin, de toute façon incapable de le faire, je la laissais me guider vers ma chambre, la regardant en l'écoutant attentivement.


- D'accord, fut la seule chose censée que je trouvai à lui répondre.

Je fis quelques pas dans la pièce avant de me retourner.


- Tu pourras faire une tasse, pour mon père ? Laisse la sur la table, ça lui fera... Du bien.

Je tentais un sourire, avant de m'asseoir dans mon lit. Je me glissai sous les couvertures avec un soupir de soulagement. Je tremblais moins d'un coup, un peu réchauffé. Je fermai les yeux et laissa ma tête reposer contre le mur, tripotant mon pendentif machinalement en attendant le retour d'Arabyss.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous.

Revenir en haut Aller en bas

Tu es devenue un rêve... Et tu seras le plus beau de tous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Soeur Sourire
» Vous pouvez pas me taper, j’ai des lunettes. || SKYLER
» L'après Barbie...
» La vie de Serge Gainsbourg
» L'Histoire de Harold Charles, un pauvre haïtien devenu riche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  :: -