Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Yavana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Yavana



Princesse des Quatre Mers
Princesse des Quatre Mers
Messages : 1
Date d'inscription : 05/08/2013

MessageSujet: Yavana Sam 10 Aoû - 18:42














Nom : Inconnu (elle refuse de le porter)
Prénom :Yavana
Age :194 ans
Peuple :mi-humaine mi-ondine
Statut :Maître marchande, capitaine de la Niniel



Aucune, elle ne pratique pas la magie.



Insondable pourrait qualifier Yavana. Il est toujours difficile de savoir ce qui se passe dans sa tête ,tant la jeune femme cache ce qu'elle pense et ce qu'elle ressent, soit par son attitude ou ses paroles. Ne cherchez pas dans son regard à ce qu'elle se trahisse, vous n'y parviendrait pas tant il est neutre. Mis à part sa mère puis  Valandil (et encore au bout de quelques années), rares sont pouvant prétendre bien la connaître. Elle se veut être une personne forte dans un milieu d'homme et se montre donc dure, infaillible et ne se laissant jamais faire. Qui la cherche la trouve et quand on s'oppose à elle, elle n'hésite pas à utiliser sa verve tranchante ou dans le pire des cas ses lames, allant jusqu'à humilier l'adversaire. Une manière de renforcer sa domination, sa réputation, dissuader de recommencer et un peu par plaisir.

Autant dire qu'il en faut pour l'arrêter, sa détermination est grande et  il en faut beaucoup pour la décourager. A cela s'ajoute son sens de l'honneur et une fierté qui peuvent la rendre acharnée voire têtue quand elle ne voudra pas démordre de qu'elle veut. Il vaut donc mieux être son allié que son ennemi, même si elle en a peu. Quelques concurrents dans le milieu marchand mais aucun ennemi juré. Si elle attire le respect ne serait-ce que par son apparence et sa prestance, elle a su également l'attirer par ses compétences et aussi sa fiabilité. Mais elle ne s'impose que par son comportement, ne jouant jamais sur son apparence. Elle a d'ailleurs une certaine modestie par rapport à son rang, elle ne se fait pas appeler par son équipage Maître (pour son rang de marchande), mais juste capitaine, chef ou patronne. Même si elle est arrivée là où elle en est aujourd'hui, elle n'oublie qu'elle doit tout cela à une seule personne et que malgré tous ses efforts, elle n'y serait pas parvenue sans. Ce qui ne l’empêche pas d'être fière de ce qu'elle est devenue, surtout quand elle regarde d'où elle vient.

Quand elle s'engage, elle tient parole, même si cela ne l’empêche pas de faire quelques coups, marchande oblige, mais aussi à cause dess restes de la période de sa vie où elle n'était pas des plus honnêtes. Si Valandil marchandait pour obtenir des prix justes avec une marge, elle s'arrange toujours pour avoir le prix qu'elle veut elle. Si elle le veut vraiment, elle est presque capable de vendre une bague surmontée d'un vulgaire caillou au prix d'un diadème. Elle ne rate jamais l'occasion d'un profit, gare donc aux pirates s'attaquant à son navire. Elle les mets au fer et les largue sur terre à la première occasion venue, après avoir saisit leur marchandise en guise de compensation. Quant à leur bateau, soit elle le remorque et le revend et s'il est trop gros, il finit au fond de la mer. Ceci aidant à sa réputation et qu'on évite son navire quand on voit son pavillon.

Cependant derrière cette femme à forte tête, menant son commerce, il y a une personne gentille et généreuse. Yavana n'est pas quelqu'un de méchant, elle ne tue ni ne blesse pas sans raison et est plus altruiste qu'elle ne le paraît. Ayant elle-même vécu une période difficile, elle est touchée par les personnes en détresse et en aide parfois quand elle peut. Tout le monde n'a pas eu la chance comme elle de rencontrer un Valandil vous empêchant de mal finir et de vous sortir de votre situation. Yavana est quelqu'un de bien plus sensible qu'elle ne le paraît, gardant ses états d'âmes, ses doutes, ses pleurs  quand elle est seule, préférant les cacher, pour garder son apparence de femme inébranlable et évitant donc d'ennuyer d'autres avec cela.



La mer est la principale passion de Yavana. Que cela soit sur terre, à quai, sur une plage ou sur mer, c’est là qu'elle se sent le mieux et elle ne trouve que très peu de choses qui lui déplaisent dans cela. Sa vie et sa passion c'est ce milieu et celui de la navigation. Celui du commerce ne lui déplaît pas, cependant cela reste la partie la moins distrayante du métier. Les soirées autour de verres entre marins, les parties de dés, de cartes, de pèche, elle aime aussi le milieu pour sa culture et ses coutumes.

Elle aime les gens de la profession, même si pour les amitiés et surtout pour plus si affinités elle préfère les hommes ayant un peu plus de standing que la majorité des marins que l'on croise sur les quais. Elle ne veut donc pas d'un rustre ou autre gros lourdaud, mais de quelqu'un de bien. Après ses goûts ne vont pas non plus jusque dans la noblesse, elle ne demande pas tant, surtout que ce milieu lui est étranger et bien loin de sa manière de vivre.

En dehors de cela, elle lit beaucoup, enfin du moins quand elle peut. Surtout des récits de navigateurs, mais plus généralement d'aventures et de voyages y compris sur terre, même si elle fait peu de ceux-ci dans la pratique. A vrai dire, Yavanna est une piètre cavalière doublée d'une craintive envers les chevaux, donc pour les grands voyages sur terre mieux ne vaut compter sur elle qu'à pied ou au mieux dans une carriole. Ce n'est pas pour autant qu'elle n'aime pas les excursions dans les terres, car après tout, celles-ci ont aussi leurs charmes, leurs attraits et elle aime l'exploration et la découverte.

C'est d'ailleurs les voyages, leurs défis et l'exploration qui la motive le plus. L'argent ne l'intéresse avant tout que pour vivre correctement, pouvoir se faire plaisir et faire tourner la boutique dont maintenir en toujours parfait la Niniel. Elle n'a donc pas un goût prononcé pour le pouvoir et l'argent au point de vouloir les accumuler sans limite. Sa réputation et la reconnaissance auprès de ses pairs lui suffisent.


La première chose que l'on remarque chez Yavana c’est que c’est une très belle femme à la peau claire. Fine est élancée, dotée de formes généreuses, elle a tout pour plaire et les hommes sont la plupart du temps charmés sans qu'elle ne fasse rien. Au second regard on remarque qu'elle n'est pas totalement humaine et pour cause, mi-ondine, elle est plus grande que les humains
avec ses 1m78.

L'autre détail qui trahit ses origines et son visage avec ses yeux noisettes, semblant rouges au soleil. Outre leur couleur c’est surtout à leur grandeur et son regard insondable que l'on voit sa part ondine. Son visage est fin dans ses traits, son nez, encadré par de longs cheveux blonds.

On pourrait se ravir de l'idée de la voir dans une belle robe, plus féminine que jamais, mais cela sera difficile à voir. La dernière fois que Yavana a porté une robe et encore très simple, c'était avant de partir à l'aventure, quand elle était encore chez sa mère. Elle porte généralement les mêmes vêtements, un pantalon de cuir avec de hautes bottes, une tunique rouge et blanche par dessus un corsage blanc. Le tout surmonté par sa cape noire doublée. A cela s'ajoute ses gants en cuirs noirs, ses armes et leur fourreaux. En accessoires elle porte toujours son anneau le Léviathan, ses boucles d'oreilles rondes et ce qui est son bandana rouge qui retient ses cheveux.


L'histoire qui va être racontée en rappellera bien d'autres, celle de la rencontre entre deux individus de peuples différents et qui pourtant, malgré leurs différences vont s'aimer. Elle se nommait Maella et était humaine, vivant dans un petit village de la Plage Blanche, il était ondin venant d'une région éloignée par le navire sur lequel il travaillait. Mais il ne resta que le temps de l'escale et repartit à la mer, au désespoir de son amante.

Dans la peine que provoqua cette séparation, arriva cependant un bonheur. Elle la nomma Yavana et était le fruit de leur union. Leur vie n'était pas facile, elles n'étaient pas riche loin de là, arrivant tout juste à joindre les deux bouts. Il y eut des jours difficiles avec leur situation et elles devaient aussi supporter la dureté des gens du village, dont l'esprit imprégné des paroles des moines voyaient d'un mauvais œil l'enfant de cette union. Mais Maella protégeait Yavana du mieux qu'elle pouvait de cela et partagea avec elle sa passion de la mer. Maella désirait que Yavana parte, loin de ces gens la traitant comme une bâtarde et une moins que rien. Elle ne voyait pas la vie de sa fille ici, car ce village ne lui apporterait rien. Mais elle ne pouvait se résoudre à partir. A vrai dire, elle ne s'était jamais remise du départ du père de Yavana et espérait toujours qu'il revienne, l'attendant chaque jour. Elle laissa le temps faire, convaincue que Yavana déciderait de partir par elle-même. La jeune fille avait l'esprit bien plus aventurier, un goût pour la mer allant au-delà du sien jusqu'au large, donc Maella savait qu'un jour elle prendrait la mer. Avec les années, le caractère de Yavana s'affirma, en même temps que son irritation d'être regardée comme une moins que rien. Mais des ondins Yavana tenait leur longévité, ainsi, elle était encore une enfant à leur échelle malgré son apparence quand sa mère disparut. Elle resta dans son village n'ayant d'autre choix, les habitants profitant qu'il n'y ait plus Maella pour la rabattre encore plus. Excédée, dès qu’elle fut en âge de partir, elle réunit quelques affaires et s'en alla.

Toujours attirée par la mer, ce qu'elle désirait était clair dans son esprit : elle voulait embarquer sur un bateau pour devenir marin. Elle partit à pied, faute de cheval, pour Quinda qui avait le plus grand port. Elle espérait également pouvoir y trouver ce père qu'elle n'avait pas connu et que sa mère avait attendu jusqu'à son dernier souffle. Si elle le trouvait que ferait-elle ? Lui sauter au cou ? Non ce n'était pas dans son caractère ce genre de choses. Elle lui flanquerait sans doute une baffe ou deux pour les avoir laissé. Après elle verrait, mais il l’aiderait peut-être à entrer dans le métier. Mais les choses ne furent pas aussi faciles. A Quinda elle ne trouva aucune trace de son géniteur et quand elle chercha une place sur un navire, elle ne subit que des échecs. Non pas par le manque de place, les raisons étaient autres. Il y avait des marins humains qui ne voulaient pas de femme à bord car cela portait malheur soit-disant, ceux qui la voyaient d'un bon œil (par son physique surtout), mais refusaient au final car elle était novice. N'ayant pas un sous, elle se retrouva sans toit et dans une situation des plus précaires Mais une bande de vauriens  un peu dans la même situation qu'elle, la prit avec eux et lui enseignèrent le ''métier'' de voleuse. Elle ne resta avec eux que quelques semaines, jusqu'à ce qu'ils se fassent attraper. Par chance elle n'était pas là à ce moment-là, partie demander une fois de plus des places sur un navire, échappant ainsi aux cellules de Quinda.

Sa situation ne changeant pas, elle alterna le vol avec de petits boulots minables. Parfois certains lui proposaient de la payer pour du sexe car elle était très attirante et ils pensaient qu'elle accepterait vu sa situation. Mais elle avait sa fierté et refusait, quitte à se passer de cet argent proposé et continuer à galérer des mois voire des années. Ce qui arriva, car elle voulait se rendre à Sanael et le trajet coûtait une petite fortune à son niveau.  Mais elle avait l'espoir d'avoir plus de chance avec les ondins et de retrouver son paternel. Cela la faisait tenir et elle finit par pouvoir partir de Quinda. Mais elle essuya un nouvel échec à Sanael. Aucune trace de son père qui était pourtant de ce peuple et on lui refusa encore des postes de mousse. Pour eux, elle n'était encore une jeune adolescente voire gamine et ceux qui lui donnèrent une petite chance, finirent par refuser car malgré son côté ondine, elle nageait comme une humaine et qui plus est moyennement bien.

La voilà donc de nouveau reprenant des boulots minables, vider les poches de passants et se retrouver à dormir dans la rue quand elle ne pouvait même pas se payer une nuit dans une écurie d'auberge. Si dormir à côté de chevaux n'était pas l'idéal pour elle, cela restait mieux que dehors par mauvais temps. Cela dura des mois, mais elle ne démordait pas de ses objectifs. En fait, plus on lui refusait, plus elle voulait prouver qu'elle était capable. Sa dernière tentative fut auprès d'un navire elfique qui s'était arrêté. Le second du bâtiment ayant l'oeil exercé la jugea comme les ondins, trop jeune et la renvoya. Piquée à vif, elle repartit en lui ayant volé sa bourse. Elle n'avait plus un sous une fois de plus et il avait une belle somme sur lui. Le soir elle put prendre dans une taverne un bon repas chaud pour une fois et allait pouvoir se payer une nuit dans un vrai lit au chaud. Mais au moment de quitter sa table elle percuta quelqu'un qui n'était autre que la victime de son larcin. Inutile de dire que l'elfe la reconnu, on n'oubliait pas quelqu'un comme elle. Elle tenta de s'échapper mais il la rattrapa. Elle se débattu, allant jusqu'à lui mordre le bras (une marque qu'il garda des semaines d'ailleurs), mais il parvint à la neutraliser et tendit la main et elle lui rendit sa bourse.

- Alors c'est comme cela que tu cherches du travail en volant ceux à qui tu présentes ?
- Si vous m'aviez accepté, je n'aurai pas été obligée de vous voler pour avoir quelque chose à manger.
- C'est le capitaine qui décide et ce n’est pas ta place sur un navire.

D'autres marins présents dans la salle dont des capitaines à qui elle avait demandé une place auparavant approuvèrent en l'entendant. Des mentions comme quoi le métier n'était pas pour les femmes, qu’elles portaient la poisse etc, se firent entendre. Yavana partit bousculant devant la porte un autre elfe qui entrait. Adieu le lit confortable, elle allait encore devoir dormir dehors après s'être faite encore insultée.

Cependant, l'elfe qu'elle avait bousculé était le capitaine du second. Une fois son second rejoint,  il demanda par curiosité ce qui s'était passé. Après qu'on lui ait raconté, il eut les commentaires de la salle,disant que cela faisait des mois qu'elle se présentait à tous les navires, accompagnés d'une nouvelle salve de commentaires sur elle. Cela le toucha, cette jeune fille vivait visiblement comme une miséreuse pour en venir à devoir voler. Tout le monde lui refusait l'accès à la mer juste parce qu'elle était une femme et jeune, bien que pour son âge, la plupart des mousses avaient tout juste la majorité dans le meilleur des cas.  Il sortit de la taverne et décida donc de la chercher. Il la retrouva plusieurs heures après dans une chaloupe abandonnée sur le quai.

- Qu'est-ce que vous me voulez, laissez-moi tranquille dit-elle se redressant et lui balançant un morceau de bois.
- Hey du calme ! dit-il en esquivant. Je ne te veux pas de mal, je suis capitaine de navire et si tu veux toujours une place de mousse, j'en ai une pour toi si cela t'intéresse vraiment.

Elle acquiesça de la tête le fixant du regard et se demandant, d'où il sortait.

- Je suis un passionné de la mer tout comme tu l'es et j'ai entendu une partie de ton histoire. Peu m'importe ce que tu es. Si tu aimes la mer, désires naviguer et travaille bien, cela me suffit d'autant que j'ai une place de disponible.

Yavana le regarda commencer à marcher pour repartir et il s'arrêta la voyant rester assise.

- Je te donne une chance qui t'as été refusée, si tu traînes il y en aura pas d'autre.

Elle sauta en dehors de sa chaloupe et le suivit car il reprenait déjà sa marche. Cet homme n'était autre que Valandil Vil'Misle et il ne lui mentait pas, lui donnant véritablement cette opportunité, la chance de sa vie. Elle n'en avait pas conscience à ce moment là, mais la rencontre de cet elfe était une des plus importantes qu'elle fit.

Valandil ne la conduit pas immédiatement sur son navire, l'emmenant dans l'auberge où il s'était posé, lui offrant une nuit dans un vrai lit. Le lendemain après un bain et lui trouver de nouveaux habits car elle faisait pitié, il lui offrit un vrai déjeuner. Il la conduit ensuite sur son navire et lui fit faire le tour, lui expliquant les règles de bases et lui présentant les membres de l'équipage les plus importants. Yavana se sentit immédiatement bien sur ce navire et était ravie, bien que le regard noir du second n'était pas des plus réjouissants. Mais le fait de pouvoir embarquer prenait le dessus sur ce cela. Elle fut un peu moins ravie cependant, quand on lui assigna ses premières tâches, toutes ingrates. Nettoyer le pont, ranger des choses dans la cale, faire la plonge, etc,... en tant que mousse on lui refilait toutes ces besognes. Mais elle ne se contentait pas de faire seulement son travail, car elle observait tout ce qui se passait et se montrait curieuse ce qui  n'échappa pas à Valandil. Il se dit que son instinct avait été le bon, cette fille en voulait vraiment et embarquer sur un navire n'était pas juste une idée en tête. Elle s'intégra bien à l'équipage, bien que devant en repousser un ou deux les premières nuits. Son caractère finit par les dissuader et Valandil passa en plus derrière, ordonnant de la laisser tranquille. Il décida de prendre Yavana en main car il voyait en elle la même passion de la mer qui l'animait. Il commença par lui apprendre à mieux nager et avec le temps, elle finit par nager avec un niveau entre celui d'un ondin et d'un humain, donc plus que correct. De temps en temps il l'assignait à d'autres tâches pour qu'elle découvre en quoi cela consistait et souvent il lui expliquait certaines choses. Petit à petit une relation d'amitié s'installa voire peut-être plus. Valandil s'était pris d'affection pour elle, presque comme un père, vu qu'il pouvait l'être facilement. Pour Yavana il devint son mentor et son modèle, suivant ses enseignements du mieux qu'elle pouvait. Son caractère faisant qu'il y avait des différences avec son modèle, car si Valandil n'était pas un homme tout en douceur, elle était plus dure et intransigeante que lui, surtout quand on lui marchait sur les pieds.

Les années passèrent et elle était désormais un membre d'équipage d'aguerri, finissant par être acceptée par tous, même par le second. Elle connaissait son métier, la navigation, le transport et le marchandage car Valandil l'avait envoyé en formation à la Guilde des marchands. Elle savait se battre, Valandil lui ayant appris à se défendre et elle était devenue une excellente bretteuse. Il lui promit lors de son apprentissage des armes que le jour où elle le battrait, il lui offrirait une lame. Ce jour arriva, où elle parvint à le surprendre et le faire tomber. Une promesse étant une promesse, il lui acheta l'Acheron. Valandil essaya aussi de lui apprendre à mieux monter à cheval mais il avait compris très vite qu'il valait mieux consacrer le temps à autre chose, vu la durée que cela prendrait pour arriver à quelque chose de correct. Au fil des départs dans l'équipage elle monta en grade. De mousse elle passa membre d'équipage, puis Quartier Maître, soit responsable de l'équipage. Finalement quand le second de Valandil prit sa retraite, il la nomma second, ce qui n'étonna personne, car elle se montrait compétente et elle était tout désignée comme l'apprentie de leur capitaine. Avant de partir, l'ancien second lui transmit sa dague car il en aurait plus besoin et il voulait qu'elle continue à servir leur capitaine. Yavana l'accepta et comme elle n'avait pas de nom, elle la nomma Léthée.

Voilà donc Yavana lieutenant de Valandil. Ils effectuaient toujours autant de voyages et Valandil commençait à lui apprendre les dernières choses qu'il savait, une grande partie liée au commandement d'un navire. A vrai dire, il savait qu'il naviguerait moins dans l'avenir. Non pas par perte du goût par cela, mais parce qu'il était promis à Eil'liathan Tyan'Lirulin, la princesse héritière des Daes. Il en était ravi étant très épris d'elle. Il pouvait en parler durant des heures, en devenant même fatiguant. L'avantage était qu'il suffisait de lancer le sujet d'une manière ou d'une autre pour qu'il en oublie ce de quoi il voulait parler au départ. Une bonne méthode pour Yavana afin de faire oublier sur le moment d'éventuels reproches. Ce qui faisait rager Valandil de se faire avoir chaque fois d'ailleurs. A vrai dire, elle était un peu jalouse car elle admirait Valandil et il était désormais moins présent. Quand il était là,  Eil'liathan lui manquait clairement et elle n'avait aucun moyen de combler ce vide. Elle n'était que son apprentie et son second, elle ne pouvait pas le rendre aussi heureux que sa fiancée. Elle n'avait jamais rencontré Eil'liathan et était curieuse cependant de la voir en vrai. Mais si elle savait que cela n'arriverait pas de si tôt. Après tout, Valandil était de la noblesse  et sa promise également. Un milieu bien différent du sien qui n'était pas pour les gens comme elle. Cependant Yavana se dévalorisait dans ce qu'elle pensait qu'elle représentait pour Valandil. Elle s'en rendit compte pour son cent quatre-vingt dixième anniversaire où il lui offert le Léviathan, un anneau en or en forme de serpent des mers.

En attendant le mariage, abandonner les voyages n'était pas encore prévu pour Valandil, bien au contraire. Un jour, il emmena Yavana dans un hangar du port de Quinda, où il lui présenta une galère qu'il était en train de faire construire, car l'actuelle commençait à fatiguer. Un projet qu'il avait gardé pour lui, le temps que les travaux soient suffisamment avancés. Yavana resta bouche bée devant le bâtiment qui était magnifique et qui promettait d'avoir toutes les qualités pour être un excellent navire. Valandil ne lui avait pas encore donné de nom, l'esprit plus concentré sur sa réalisation et les voyages qu'il ferait avec. S'il n'en dit rien Yavana comprit qu'il voulait y emmener sa promise. Après tout ils seraient un jour liés et il n'investissait pas dans un tel bâtiment juste pour remplacer l'ancien.

En attendant que ce nouveau navire soit prêt, car il faudrait encore plusieurs mois et les voyages se poursuivirent. Rien d'inhabituel si ce n’est que pour la première fois, Valandil devant s'absenter, il lui confia un voyage. Elle se retrouva donc à devoir mener la barque. Le trajet fut cependant perturbé car ils se firent accoster par des pirates de fond de cale. Malheureusement pour les assaillants, ce n'était pas leur jour de chance, car ils pensaient attaquer quelques paisibles marins et ce fut un échec. L'équipage était expérimenté et loin de ne pas savoir se défendre, bien au contraire, ils étaient tous armés jusqu'aux dents. Mis à terre, leur meneur négocia son pendentif pour sa liberté quand Yavana voulu le mettre aux fers et l'envoyer aux autorités de Quinda. Comme le pendentif n'était pas anodin et doté d'une perle, avec des propriétés intéressantes, elle accepta... enfin en quelque sorte. En réalité elle prit l'amulette nommée Phlégéthon mais mit quand même l'homme et son équipage aux fers. Elle saisit un certain nombre de choses sur leur navire pour ses compagnons en guise de compensation et afin que tout le monde ait sa part. Autant dire que Valandil eut un avis plus que mitigé sur les faits.  Il approuvait qu'elle ne se soit pas laissée faire, mais voyait son implacabilité un peu trop grande. Mais au final, elle avait mené le transport correctement et elle avait quand même géré l'incident sans conséquences pour l'équipage et le navire.

Le moment arriva où le nouveau navire fut prêt. Un grand moment, excitant pour tout l'équipage. Après un petit essai, ils effectuèrent leur premier voyage à bord de celui-ci. Tout fonctionnait à merveille, le bâtiment tenait toutes ses promesses. Ils était solide, rapide et l'intérieur parfaitement fonctionnel, en plus d'être magnifique. Valandil était heureux et fier de son nouveau navire. Après ce voyage, il mit l'ancien navire à la vente et repartit mener quelques affaires chez les siens. Pendant ce temps l'équipage eut quartier libre. Flânant dans Quinda, Yavana découvrit un matin chez un vendeur d'armes nain une pièce étrange, une sorte de pistolet doté d'une perle. Le vendeur lui expliqua qu'il avait hérité ce prototype de son père, mais cherchait à s'en séparer. Pour lui, seule une bonne lame valait le coup et non ce genre d'armes folkloriques inutiles. Attirée par l'objet, Yavana l'acheta, surtout qu'il la vendait une misère pour un objet doté d'une perle.

La semaine suivante, un messager arriva et apporta une terrible nouvelle : Valandil avait péri près de Kalier, tué par une araignée géante. Un choc pour tout l'équipage et surtout pour Yavana. Ils ne purent assister aux funérailles mais lui rendirent hommage à leur manière, comme des marins. Une soirée tous ensemble à évoquer leurs bons souvenirs avec lui autour d'une bouteille, chacun le pleurant ensuite de son côté. Yavana joua les dures devant le reste de l'équipage, mais elle était inconsolable, dès qu'elle était seule. Le reste de l'équipage en vint à s'inquiéter car ils la voyaient peu. Elle restait seule chez elle, en marge de Quinda presque cloîtrée ne parlant à personne. Plusieurs jours après, un représentant des affaires des Vil'Misle se présenta à elle avec trois documents. Le premier la désignait comme héritière du nouveau navire, le second en était le titre de propriété et le dernier était une lettre scellée à son intention. Cette dernière lui arracha de nouvelles larmes, car elle était bien plus personnelle :


Yavana,

Au moment où tu liras cette lettre, c'est que j'aurai rejoins mes ancêtres. Comme tu t'en aies sans doute aperçu, j'avais pris mes dispositions au cas où, car nous vivons dans un monde troublé et je ne pouvais me permettre de partir sans laisser de dernières volontés.

Je ne te l’ai peut-être jamais dis directement, mais je suis heureux de t'avoir rencontré. Rares sont les personnes avec qui j’ai pris autant de plaisir à partager ma passion pour la mer. Tu n'as pas été que mon apprentie puis mon second, pas qu'une amie chère et fidèle, mais tu es comme ma propre fille. Je me souviens encore de la fille des rues qui voulait devenir mousse et dont personne ne voulait. Je ne regrette pas de t'avoir tendu la main et je suis fier de ce que tu es devenue, ainsi que d'avoir pu te transmettre tout ce que je savais.

Le navire est désormais tiens. Je ne veux pas qu'il aille entre d'autres mains que les tiennes, nul ne saura en prendra autant soin que toi. Dans tous les cas, tu en aurais eu le commandement une fois que je me serai marié. Désormais tu en es la propriétaire. Je ne te demande pas d'en faire bon usage, je sais que tu le feras. Continue de mener ta vie comme tu l'as toujours fais, dictée par ton cœur et ton instinct. Ne change pas ce que tu es et garde tes valeurs, c'est ce qui fais tes qualités.

Valandil.



Outre sa disparition, elle regrettait de ne pas avoir pu lui dire ce qu'il en était pour elle. S'il la considérait presque comme sa fille, elle avait fini par réaliser qu'elle le voyait plus que comme un mentor. Valandil s'était occupé d'elle comme un père, si bien qu'elle pouvait le considérer comme tel, plus que son véritable qu'elle n'avait jamais connu. S'il était fier de ce qu'elle était aujourd'hui, elle était fière d'être l'héritière de son savoir et de son bâtiment.

Faisant honneur à Valandil, elle se rendit après quelques jours de repos sur les quais et regarda ce navire qui n'avait pas de nom. Elle devait réunir l'équipage et les informer de ce qui se passait et savoir qui la suivrait ou non. Elle monta sur le bateau et alla jusqu'à la barre. Valandil n'avait même pas eu le temps d'officialiser ce navire et de le baptiser. Elle sourit légèrement en ayant une idée.

- Il te destinait à sa fiancée, tu seras la Niniel.

Le nom n'était pas choisi au hasard, Valandil disait souvent taquiner Eil'liathan en la surnommant comme ça. Bien que cela signifiait ''larmoyante'', le nom n'était pas triste puisqu'il y avait une moquerie derrière. Elle le trouvait donc plus gai qu'il en avait l'air et cela aurait plût à Valandil. Le jour suivant elle rassembla l'équipage qui la suivit entièrement et ils reprirent leurs activités. La Niniel permettait des voyages avec des chargements importants et était rapide. Il ne fallu guère de temps pour que les affaires aillent bien et elle fut nommée Maître marchande dans la guilde. Elle s'offrit durant cette période son couteau de lancé le Cocyte, qu'elle avait repéré sur une annonce affichée à Quinda. L'homme en proie à des dettes importantes voulait s'en séparer pour se refaire. Quelques temps après son nom arriva aux oreilles de Dirpk le Sorcier du Treizième Cercle en quête d'un navire pour un voyage. Enfin c'est ce que le sorcier avait raconté car officieusement, il avait eu connaissance de ses liens avec Valandil et espérait donc qu'elle accepterait facilement. Il savait cependant qu'il aurait fort à faire vu la réputation de la jeune femme. Quand il arriva à Quinda il trouva la Niniel mais tomba sur le second de Yavana, qui lui dit qu'ils devaient lever les voiles le lendemain et que la direction n'était pas la même. Au moment où il repartit, Yavana arriva à ce moment-là et demanda ce qu'il voulait.

- Il vous cherchait Capitaine pour transporter des passagers à Sanael. Une grande délégation encadrée par des soldats. Mais je lui ai dis que c'était trop tard.
- Tout est dit désolée, allez trouver la guilde pour un autre navire.
- C’est regrettable, je voulais le meilleur navire pour une Tyan'Lirulin.

Yavana qui avait commencé à avancer s'arrêta et tourna la tête.

- Eil'liathan Tyan'Lirulin ?
- Elle-même.

Yavana regarda alors son second.

- Va à la guilde on annule le transport de demain.
- Mais Capitaine...
- Ne discute pas et file.
- A vos ordres chef dit-il partant aussitôt.

Elle se tourna vers Dirpk dont elle sut qui il était. Valandil disait souvent qu'il ne lâchait jamais Eil'liathan.

- Je vous conduirai à Sanael. Ne soyez pas en retard.

Le sorcier repartit et elle devait s'occuper désormais des préparatif pour ce voyage, celui-ci étant plus long que celui qui était prévu. Peu lui importait que la guilde soit furieuse qu'elle abandonne un travail assez important. Celui-ci n'était pas moins important dans le fond et elle ne pouvait pas le laisser passer. Cela serait peut-être son unique chance de payer sa dette envers Valandil et de rencontrer Eil'liathan...




Capacités :

Négociation : possibilité de vendre n'importe quoi à n'importe qui au prix voulu.
Valeur : capacité de deviner la valeur d'une marchandise en un seul coup d’œil.

Objets magiques :

Acheron : la lame principale de Yavana., une rapière. Quand elle en active la perle, la lame est enchantée,  traversant plus aisément les protections y compris magique et infligeant plus de dégâts. La consommation de magie varie selon la durée que l'enchantement reste activé.

Léthée : une dague qu'elle utilise en main gauche. Si Yavana active sa perle, la blessure qu'elle inflige met beaucoup plus de temps à  cicatriser que la normale (environ 3 fois plus). Mais ne peut être utilisé que ponctuellement car consomme beaucoup la perle.

Styx : cette arme se présentant comme un pistolet contient une perle logée au fond du canon. Quand Yavana appuie sur la gâchette, cela envoie un projectile magique sur l'adversaire. Peut-être utilisé à de nombreuses reprises avant d'être épuisé, mais demande un temps de latence entre chaque tir.

Cocyte : un couteau de lancé ayant la propriété que si la perle est activée quand on le lance sur un adversaire, il rebondie et blesse les quatre autres adversaires proches du premier et revient dans la main du lanceur  Peut-être utilisé à plusieurs reprises avant d'être épuisé.

Phlégéthon : cette amulette pendant à son cou en forme de crâne (dont on voit la lueur de la perle dans les yeux) la protège des altérations d'état. La magie se vide chaque fois qu'elle est activée en proportion du sort subit.

Marques :


Objets non-magiques :

La Niniel : sa galère marchande, héritage de Valandil. Elle la traite avec respect et veille toujours à ce qu'elle soit en parfait état. Elle préférerait voir sans doute tout le reste de ses affaires couler plutôt qu'elle. Non seulement parce qu'elle est son outil de travail, mais qu'elle veille avec bienveillance sur cet héritage de Valandil.

Léviathan : un anneau en or en forme de serpent qui se mord la queue qu'elle porte à l’annulaire droit et garde sous son gant et donc jamais visible. Un cadeau de Valandil qu'elle garde précieusement.

Boussole : Yavana a toujours la sienne sur elle car sur terre comme sur mer cela sert toujours !

Crochets : deux crochets de serrures, un cadeau d'un amant de courte durée qui lui appris à s'en servir. Pratique quand on oublie ses clés !

Rang spécial :

Princesse des quatre mers : capitaine de charme et unique femme à ce poste, elle est surnommée comme cela par ses pairs, dont par certains lui avaient fermé les portes autre fois, mais  on reconnu aujourd'hui sa valeur.


(obligatoire pour la validation, lisez bien le règlement Wink)

Code 1 : Forêt
Code 2 : Plaine
Code 3 : Lirulin
Code 4 : Plage



Coming soon
Theme song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Yavana Lun 12 Aoû - 13:09

Bon, après relecture, pour moi, tout est ok.
Le caractère correspond parfaitement à ce que j'attendais pour Yavana, bien décrit, clair et concis.

Les gouts colle parfaitement, j'aime bien la petite touche "humour" XD (Avoue tu l'as fait exprès, y a un message derrière, t'aime pas les chevaux, je le savaiiiiiiis )

Le physique nickel aussi. J'aime beaucoup ton avatar, mais tu le savais déjà.

Et l'Histoire, après relecture, je n'ai absolument rien à te reprocher. On suit bien la progression de Yavana, l'histoire avec Valandil est parfaitement romancé, même la courte apparition de notre Dirpkounet national est bien vu.

Pour les objets magique, nous en avions déjà parlé, donc, tout va bien. J'aime beaucoup la marque d'ailleurs, je me demandais justement comment tu allais t'arranger pour toutes les faire passer XD

Ton rang est parfait, je m'occupe de te le faire dans la journée.
De mon côté, je te valide, on va attendre la confirmation d'Aby mais pour moi, tout es ok ^^

Bienvenu à bord Smile





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Yavana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Yavana Finariel
» Yavana [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  ::  :: -