Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

La Genèse du Monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: La Genèse du Monde Lun 7 Jan - 20:29

Chapitre 1 : L’éveil des Dieux


A l’origine du monde il y avait le néant, un trou béant ou se mêlait l’Obscurité et la Lumière, le Tout et le Rien. Un gigantesque paradoxe sans âme, sans vie, presque sans intérêt. Aucune tristesse, pas de larme, aucune colère, seulement les Ténèbres. Pas de joie, jamais aucun rire, simplement la Lumière. Des matières inertes se tournant simplement autour des siècles durant, éternité après éternité, sans jamais se rencontrer, équilibrant le Néant dans une harmonie parfaite. Jusqu’à l’apparition de ce que l’on appellera le Destin. Car même dans le Néant où tout se mêle sans jamais se toucher, il existe et pousse chaque chose à prendre sa place dans l’univers. Il ne connait ni le Bien, ni le Mal, simplement la Lumière et les Ténèbres. Il n’œuvre pour personne, pas même pour lui. Il n’a pas de Raison propre, aucune âme, pas de conscience, pas de vie, pas de forme, et pourtant il est toujours là, partout. Se mêlant au matériel comme au substantiel, Il est Chaos face à l’Harmonie et pourtant, il tend toujours vers elle.

C’est le Destin qui créa l’Univers que nous connaissons, son système solaire, ses étoiles, ses planètes, c’est grâce à lui, si toutes les nuits, nous pouvons admirer la carte brillante du ciel. C’est lui, en se mêlant au Tout et au Rien qui, les poussant l’un vers l’autre, entraina la collision. Le Tout et le Rien ne firent plus qu’un, se rencontrant enfin. La Lumière et l’Obscurité se touchèrent pour la première fois, l’Harmonie disparue au profit du Chaos et le Néant devint un tourbillon de matière inerte au milieu duquel s’éleva une voix unique. Un Chant de Beauté pure célébrant la création de ce nouvel univers pourtant vide. La rencontre des opposés avait créé la Conscience et elle chantait son éveille d’une voix forte et pure, heureuse d’exister, et pourtant, souffrant le martyr perdu au milieu de ce tourbillon de matière informe. Elle chanta pour chasser la douleur et le désarroi de sa naissance et sa voix puissante ordonna le Néant pour lui permettre d’y vivre en harmonie, reconnaissant la Matière qui l’entourait, elle pouvait la comprendre et la rendre belle, mais elle ne pouvait lui donner ce qu’elle-même possédait : la faculté de penser. Pourtant sa condition lui convenait, elle pouvait s’amuser avec ses choses sans forme et les plier à sa volonté. Elle n’avait pas de vie propre, mais son existence simple lui convenait.

Mais même l’immatériel, dès l’instant qu’il possède une conscience peut connaitre les sentiments et si durant des siècles, la Conscience de notre univers s’amusa à façonner son Monde d’un chant pure et cristallin, bientôt le Néant repris forme, lui rappelant sa solitude et son insignifiance. Au milieu de ce tourbillon de matière qu’elle tentait d’organiser pour sa propre survie, elle était irrémédiablement seule et jamais elle ne pourrait gagner. Elle serait engloutie par la Lumière, ou bien par l’Obscurité, le Tout ou le Rien, une fois que ceux ci ce seraient de nouveau séparé emportant avec eux la matière créee par leur rencontre et la Conscience disparaitrait. Elle ne pouvait lutter, elle était seule.
C’est alors que le Destin lui souffla de se laisser emporter par la matière, d’offrir son existence à cette chose inerte, sans vie, sans pensées, sans intérêt, cette chose qui serait appelé à disparaitre car elle ne pouvait pas même réfléchir.
Sans autres alternative que celle de sa disparition pure et simple, la Conscience se mêla à la matière. Elle lui offrit son existence et la matière la façonna.
Ainsi naquirent les Dieux, reflet de la Conscience de l’Univers, ils étaient au nombre de cinq, Chacun avec sa voix propre, sa propre conscience acquis de celle du Monde qui c’était sacrifié pour leur permettre de naitre. Cette nouvelle forme, étrange et enivrante leur permis de diriger le Néant et le repousser. L’harmonie disparut, le Tout et le Rien se mêlèrent de façon définitive et les Dieux créèrent, en plongeant dans ce qu’il restait de la matière qui les avait vus naitre, le système stellaire, simplement illuminé de quelques étoiles brillante, rien de plus que de petits phares sans vie dans une nuit éternellement belle.
Imitant leur mère créatrice, ils chantèrent mais leur chant, plus qu’ordonner, créa. Ensemble, ils érigèrent ce qui serait leur domaine, faisant de la matière inerte une chose magnifique et l’Harmonie retrouva sa place, alors que le Néant dans lequel elle avait toujours évoluée disparaissait.
Evoluant dans cet Univers de Beauté et d’Harmonie qu’ils avaient créé les Dieux, désireux de vivre et non plus de simplement exister, se donnèrent d’abord un nom, se créant ainsi une identité propre. Ils se façonnèrent une personnalité, reflétant la Conscience créatrice, et bientôt, ils s’ennuyèrent de l’immobilité de leur création, ils comprirent que pour vivre, un nom et un état d’esprit ne suffisait pas.
Et si ils possédaient un nom, une personnalité, des désirs profonds, des sentiments, ils ne pouvaient les exprimer à travers rien d’autre que leur voix et rien, jamais, à part eux même ne pourrait avoir conscience ni de la beauté qu’il pouvait faire naitre, ni de la puissance qui était la leur.
Rien dans cette univers de Beauté parfaite n’attestait vraiment de leur vie et ils en virent même à douter de la réalité de leur existence. Ils avaient besoin de se reconnaitre en quelque chose, besoin que quelque chose les reconnaisse et alors, seulement, ils pourraient exister et vivre à la fois.

Alors, unissant de nouveau leur voix, ils créèrent un nouveau Chant et de ce Chant, remplie d’espoir et de désir, plus magnifique que le Chant originel, naquis une nouvelle planète, plus brillante que toute les Etoiles qu’ils avaient créé jusque-là. D’autre étoiles virent le jour pour illuminer leur plus belle création et le système solaire que nous connaissons débutait là son existence. Cette merveille, née de leur voix, les dieux la nommèrent Quisaraedis.
Dans le langage qu’ils avaient acquis lorsque Conscience et Matière ce mêlèrent pour leur donner naissance, cela signifiait : Destin.

Usant de leur force propre et de leur envie personnelle, firent de ce nouveau monde celui que nous connaissons aujourd’hui.

Extrait des mémoires de Shiejo conservés dans les Archives de la Tour du Savoir





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

La Genèse du Monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  ::  ::  :: -