Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Lun 26 Déc - 23:50

- S'il te plait, tu sais très bien que tu ne peut pas partir toute seule, épargne nous donc la corvée d'en débattre, tu sais très bien que tu perdra à la fin !!!

Debout sur le balcon de ma chambre, située au troisième niveau du palais Royale de Nakae (comme si ça pouvait m'empêcher de passer pas la fenêtre !!!), je tournais éhontément le dos à mon père. On ne vous à jamais dit qu'il ne fallait jamais tourner le dos à un Roi ? Non ? Et bien, il ne vous reste plus qu'à prendre des cours de bonne conduite !! Accrochez vous bien, c'est d'un chi*nt...

Le débat du jour ? Facile, au début de la semaine, l'Eau c'était manifestée à moi. Maitrisant déjà le Tonnerre, l'Air, le Bois, la Terre, la Glace, le Feu et les Ombres (chut, c'est tabou !!), j'estimai être tout à fait capable d'aller chercher un Perle d'Eau chez les Sirènes toute seule comme une grande, sauf que mon Papounet de Roi chéri n'était visiblement pas de mon avis...
Les mains crispé sur la rampe, les yeux plongés dans le décor d'architecture fantastiquement fine et élégante (elfique quoi...) noyé de verdure sur un fond d'Océan, je tentais de me convaincre que transformer le Roi des Elfes Daes en statue de Glace pour enfin m'enfuir où bon me semblerait n'était pas forcément le meilleur moyen d'avoir la paix. Je me retrouverais à coup sure avec la moitié de l'armée Diossad et tous les Élémentaires aux fesses, comme voyage d'agrément, on fait mieux !!!

Mais j'avais déjà tout tenté ! Les hurlements indignés, les longs monologues éloquents, les yeux doux, rien n'avait fonctionné. Non mais sérieusement, ma Perle de Glace, joliment fiché dans mon avant bras droit, je n'avais eu besoin que d'Emea pour aller la chercher, bon et Dirpk (il croit encore que je sais pas qu'il me suit partout, il est pas très doué pour la discrétion, ou alors, c'est moi qui suis forte...j'aime bien l'idée), mais il compte pas !!

"Je n'ai jamais eu besoin de personne !!" rétorquais-je.

Déjà utilisé comme argument, mais là, je suis un peu à cours !!

"Tu sais très bien que la situation à évolué, tu ne peux pas te promener seule même dans les forêts elfiques."

Ouais, surtout tu veux dire...

"Barf, j'en fait qu'une bouchée et tu le sais."


Roh mais qu'elle inconvenance !! Tutoyer le Roi !! Heureusement que sa suite n'était pas là, j'étais suffisamment agacée pour ne pas en plus avoir à supporter leurs murmures d'indignation. C'est mon père hein !! Je le tutoie si je veux et surtout je...Bref !! Ne nous égarons pas, tachons de rester calme.
Voilàààààààààà On inspire, on expire, ça va bien se passer !! Fermant furtivement les yeux, je ne voyais qu'une seul moyen de m'en sortir, céder pour filer en douce... Ce qui vu la conjoncture actuelle et tout ses foutus Corrompus trainant partou,t ne serait pas chose aisé.

Je secouais la tête, ce n'était certainement pas le moment de penser à ça.


"Trêves de discussions, je ne te laisse pas le choix !! De toute les manières, ton escortes sera là d'un moment à l'autre. Je compte sur toi pour te montrer digne de ton rang."

Et blablabla... Secouant de nouveau la tête, je tachais de me détendre. J'avais perdu, c'était rare, mais j'avais perdu. Je n'aimais pas perdre, surtout pas face à mon père.

"Ais-je au moins le droit de savoir quel genre de boulet je devrais me trainer ?"

Mon père ricana vaguement, l'air relativement fière de lui ce qui n'augurait rien de bon pour moi !!
Il savait parfaitement que l'escorte avait intérêt à être sacrément douée pour que je ne lui file pas entre les doigts.


"Wylian Tyl'Illian et une dizaine, peut être moins, de ses soldats." répondit-il fièrement.

Je fis soudain volte face, plus qu'en colère.


"PARDON ???!! Vous me collez ce...ce...Prince de pacotille dans les pattes ??? Il ne sait même pas créer le moindre courant d'air, le balayer sera un jeu d'enfant et vous voudriez que je parte avec lui ???"

Bras croisés sur le torse, un sourire satisfait accroché aux lèvres (je vais vraiment finir par tuer le Roi, ça craint, j'suis son héritière et je veux pas hériter de quoi que se soit..mais là !!)


"Prépare toi, il ne devrait plus tarder. Après tout, pacotille ou non, il reste un Prince héritier et tu te doit de lui faire bon accueil."

Ben vas-y enfonce le clou, c'est pas grave !!! Bras tenus le long du corps, poings serrés, je fusillais mon père du regard. Là, il m'avait eu, je ne l'avais absolument pas vu venir celle là. Échapper à Tyl'Illian serait bien plus compliqué qu'échapper aux crétins de soldats de mon père et bien plus stimulant. Je sens que le voyage va être super marrant !!!

"Comme vous voudrez..."

Je repassai au vouvoiement histoire de le laisser savourer sa victoire éphémère. Quand il tourna les talons, sur un hochement de tête satisfait (c'est ça jubile, rira bien qui rira le dernier), je me fendis d'un grand sourire presque sadique. Oh non je n'avais aucune envie d'avoir une escorte. Je pouvais encore m'enfuir dans la nuit, mais là où mon père avait bien joué, c'était en me collant comme nounou Wylian Tyl'Illian, il savait que je ne résisterait pas à la tentation de le tourner en ridicule (oui parce que je ne fais pas qu'essayer, je réussi aussi !!). Oui, finalement, le voyage promettait d'être très drôle !! Aller, ouvrons les pari, je me donne deux jours pour lui échapper et lui faire avaler ses principes.
Ça me semble raisonnable.

Dans la cour du palais un cor résonna, annonçant l'arrivée imminente de mon escorte, Illian et ses soldats devait être aux portes de la ville, ce qui me laissait juste le temps de me changer.
Ouvrant ma penderie, je choisis avec soin une longue robe blanche brodée d'or, cintrée et offrant un avantageux décolté, ses longues manches tombantes me permettait de dissimuler les Perles des Éléments fiché dans mon avant bras droit et une petite dague fixée sur le bras gauche. Enfilant de simple petites chaussures plates et blanches, dissimulé par le drapée tombant de ma robe, je tressais rapidement mes cheveux et couvrais mon front d'un diadème d'or et de diamant. Un collier formant un filet d'argent passé autour du cou, les yeux sou et surligné de noir, me conférant un regard de biche, je jetais un dernier regard au miroir pour juger de l'effet. Satisfaite, j'enfilais rapidement un long manteau de soie blanche doublé de laine, remontant légérement le col pour me protéger du froid et pris le chemin de la cour, où le cor résonna une fois de plus.

Nos invités pour une nuit et mon escorte personnelle (je devrais pourtant trouver ça flatteur !) allaient passer les portes du palais de Nakae et moi et mon sourire serions là, sur les marches montant vers l'entrée, pour les acceuillir.
Au fond de moi, j'étais tout de même impatience de rencontrer Wylian, je voulais savoir si tout ce que l'on disait de lui était la réalité. Je l'espérais, car si c'était le cas, j'allais vraiment m'amuser !





Spoiler:
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Eil'liathan Tyan'Lirulin le Lun 18 Juin - 13:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mar 27 Déc - 19:09

Juché sur mes étriers, tenant fermement les rênes de mon étalon qui piaffait d'impatience, j'observais d'un oeil perçant non sans un certain mélange de soulagement et de nostalgie mes escouades défiler devant moi en rangs serrés pour passer le pont. Soulagement parce que j'avais reçu mon nouvel ordre de mission d'un faucon m'apportant le message par courrier, m'épargnant une entrevue des plus désagréables avec mon père - nostalgie parce que ma décision de me rendre directement à Nakae sans repasser par Kalier, si elle était logique et plus pratique, m'empêchait de revoir Emea et Cindara alors que j'avais été absent plus d'un mois, reportant nos retrouvailles probablement pas avant la fin de l'Hrivë. Mais rien de tout cela ne se lisait sur mes traits lisses et impassibles, mon regard étrangement clair pour un Diossad passant en revue l'état de mes hommes.

Tous étaient vêtus du même uniforme que le mien, cuirasse brune et épaisse cape vert sombre bordée de fourrure - l'Hrivë promettait d'être rude, et les températures de l'Hrila étaient déjà sérieusement alarmantes. La majorité de mes hommes repassaient en Doadis pour retourner à Kalier après des semaines de traque et de combats contre les Corrompus menaçant nos frontières, tendis que moi et une douzaine de mes guerriers les plus vaillants prendrions l'intersection avant le Fleuve d'Or, direction Nakae. Je laissais mes meilleurs hommes regagner leurs foyers et prendre un repos bien mérité pour ne m'entourer que de guerriers, certes forts et rodés dans l'art du combat, mais ne faisant pas partie de mon élite - j'estimais que pour encadrer une princesse indocile, l'élite n'était pas nécessaire. Mais je prenais ma futur mission assez au sérieux malgré tout pour m'entourer d'hommes en qui j'avais confiance, et ils attendaient près de moi au bord du chemin que la troupe au complet ait passé le pont pour que nous puissions nous en retourner vers Nakae.

Pensif, je passais distraitement le bout de mes doigts sur mes côtes, sous ma cape, là où j'avais été blessé par un corrompu au cours d'une attaque éclair. La plaie, assez profonde, cicatrisait mal et restait douloureuse, mais le plus dérangeant à mon sens était qu'elle me démangeait, distrayant sans cesse mon esprit que je me devais pourtant de conserver clair et à l'affût du moindre danger. Si rien ne me distinguait physiquement de mes hommes dans mon armement ou mes vêtements, je restais néanmoins le général des armées Diossads, et je ne devais jamais baisser ma garde.

Jamais.

Sauf que cette fichue blessure refusait de me laisser en paix. Soupirant imperceptiblement, mes gants de cuir grincèrent lorsque je resserrais ma prise sur mes rênes avant de relâcher enfin ma monture qui trépignait sur le bord de la route. Enfin libéré, le puissant étalon pommelé s'élança sur le chemin de terre durcie par le froid, mais d'une poigne implacable je l'empêchais de rattraper la cavalerie qui disparaissait de l'autre côté du fleuve pour lui faire prendre le chemin de gauche, ignorant son hennissement de protestation : nous, nous descendons vers Nakae. Ne prenant même pas la peine de surveiller la progression de mes hommes dans mon dos - ils devaient comme toujours suivre par rangées de trois, parfaitement organisés et efficaces - je laissais l'étalon se délier un peu les jambes, profitant simplement de son galop régulier et puissant, le vent frais sifflant à mes oreilles. Je n'étais pas du genre à faire du sentiment avec les animaux, mais j'aimais bien ce cheval - au cours de ma longue vie, j'avais connu de nombreuses montures à la vie bien trop brève pour que j'y accorde de l'importance, mais celui-ci avait un petit quelque chose de spécial, une intelligence, une vivacité que je n'avais jamais rencontré chez ses prédécesseurs. Pourtant, avec sa carrure petite et trop trapue, sa tête trop lourde, ses membres épais et courts, son large poitrail, son épaisse encolure et sa croupe en pomme, il était loin d'être le plus beau cheval que j'ai jamais possédé. Sa robe simple d'un gris clair et pommelé et ses crins trop longs et épais couleur souris lui conféraient plus un air de poney que de cheval de guerre, mais... tout tenait dans ce "mais".

Il n'était certes pas grand, fin et rapide comme le standard des chevaux de ma cavalerie, sa robe au poil d'hiver trop touffu n'était pas d'une teinte ou d'une brillance exceptionnelle, mais il avait pour lui la vivacité de sa jeunesse et surtout une intelligence et une malice sans pareille. Il anticipait le moindre de mes gestes, restait à mon écoute, ne s'affolait pas au moindre bruit, était calme et méthodique dans l'action, et je lui devais probablement déjà de nombreuses victoires. Je ne le montais pas depuis longtemps - à vrai dire, c'était la première fois que je l'emmenais pour une traque - mais je crois bien que je m'y étais attaché. Ce n'était pas très malin - la vie des chevaux était trop courte, et s'y attacher était probablement une source sûre de partage trop bref et de chagrin futur, mais... mais.

Maeglin.
Oeil vif.

Tout simplement parce qu'il avait un oeil bleu, sorti de je ne savais quel gène - selon mon père, son naisseur aurait mieux fait de tuer un animal aussi disgracieux, né d'une jument retrouvée pleine alors qu'elle n'avait pas été saillie par un de nos étalons. Selon moi, laisser la vie à ce cheval avait probablement été la meilleure idée que l'éleveur ait jamais eue. Car il avait probablement sauvé la mienne au cours de la bataille où j'avais été blessé, faisant preuve d'une intelligence rare en me permettant de combattre tout en restant hors de portée de nos adversaires.

Enfin, pour l'instant il m'agaçait plus qu'autre chose - s'il était peut-être doté de certaines qualités cérébrales compensant son manque d'élégance, il avait aussi son petit caractère le poussant parfois à me défier ouvertement, ce qu'il était en train de faire alors que je n'étais absolument pas d'humeur. Soufflant bruyamment, il se rebellait contre le mors, refusant de ralentir alors qu'un bref coup d'oeil en arrière m'avait apprit que mon escouade peinait à suivre - soupirant, conservant néanmoins mon calme, je finis par lui faire entendre raison et il reprit enfin le pas, laissant les autres nous rattraper tant bien que mal.

* * *

Le cinquième jour, enfin.

J'étais très satisfait de notre voyage et de mon équipe - malgré les rudesses connues lors de nos traques et le froid de plus en plus mordant, chevaux comme cavaliers avaient suivis le rythme soutenu que j'avais imposé pour que nous arrivions au plus vite sans trop de mal, et lorsque nous arrivâmes en vue des portes de Nakae, je ne pus m'empêcher de redresser très légèrement le menton, seule preuve de ma fierté. Nous avions beau être gelés et épuisés, je savais que malgré ma blessure qui semblait aller en se dégradant, nous aurions tous été en état de repousser une attaque ennemie. J'étais fier d'être à la tête de guerriers si résistant, et tout aussi fier d'en faire partie. Le cor raisonna une première fois, faisant hennir nos chevaux, et les lourdes portes de la ville fortifiée malgré la protection de la forêt s'ouvrirent sur notre passage, les sabots de nos montures produisant un claquement clair sur le sol dallé de la cité elfique où nous entrâmes au trot.

Nous étions visiblement attendus, mais je me dirigeais sans ralentir vers le palais, où un comité d'accueil patientait sur les marches, le Roi de Nakae en personne présidant la petite assemblée. Nous immobilisant dans un ensemble parfait au pied des marches, je mis souplement pied à terre, confiant ma monture aux écuyers attendant notre arrivée, puis je gravis les escaliers d'un pas sûr suivis de mes hommes, me dirigeant vers le Roi que je regardais dans les yeux avant de poser un genou à terre et de consentir à baisser très légèrement la tête, le simple mouvement suffisant à ramener une partie de mes cheveux libres sur mes épaules - je n'étais pas encore son égal, et je me devais de lui manifester le respect dû à son rang.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mar 27 Déc - 20:37

Hrivë, je n'aime pas cette saison, pourtant, j'adore la neige, mais de toute façon, le Froid Intense n'est pas encore là. C'est étrange, parce que personnellement, je trouve qu'il fait particulièrement froid !! Debout, aux côtés de mon père, légèrement en retrait, je resserrais mon long manteau contre moi, m'appliquant à respirer doucement pour contrôler mes tremblements.

Dans la Cour Pavé du Palais, un foule de nobles c'étaient donné rendez vous pour acceuillir mon escorte. Pff, bonnes manières à la noix. Ils ne sont là que pour le Prince, mon père n'aurait demandé que de simples soldats, je ne suis même pas sur que lui même se serait donné la peine de les accueillir.
Vous vous demandiez pourquoi je m'applique tant à contourner l'étiquette en vigueur à la cour ? Certes, je la trouve terriblement ch...ennuyante, mais elle est aussi injuste et pleine d'hypocrisie et comme je ne supporte ni l'un ni l'autre ... Comme si tous ses pauvres soldats étaient moins digne de respect que leur commandant. Il fait quoi lui hein ? A part donner des ordres et envoyer les autres à la mort ? Secouant légèrement la tête, je tachais de penser à autre chose. Comme par exemple, la meilleure façon de tourner Wylian en ridicule.

Alors que les sabots de leur chevaux battait le pavé des rues de Nakae, la foule se resserra encore, allez y encore un peu et vous les empêcherez d'entrer. Ça pourrait être drôle tien ! Enfin, Wylian et...un douzaine, rien que ça, de ses soldats pénétrèrent dans la cour. Je sais pas vraiment comment je dois le prendre !! On va dire que c'est parce que je suis quelqu'un d'important. Comment j'suis censé rester modeste quand mon père déplace tant d'elfes guerriers pour ma seule protection.
Mouais soyons lucide, ils sont surtout là pour me surveiller. Déplacement de foule totalement inutile, sérieusement partir avec Dirpk aurait été tout aussi efficace. Qu'est ce que je raconte moi ??? Deux fois plus...Cent fois plus efficace et un chouille plus rapide !

Tiens, d'ailleurs, il se planque où? Balayant rapidement la cour du regard, je ne le trouvais nul part et eu du mal à retenir un sourire satisfait. Dirpk absent égale une plus grande marge de manœuvre pour moi.

Reportant mon attention sur ma futur escorte, parfaitement coordonnées dans leurs mouvements (cliché quand tu nous tiens...), le prince et ses hommes mirent pieds à terre, s'avancèrent vers mon père et s'agenouillèrent comme un seul h...elfes, c'est tout de même plus approprié.

Je devais bien admettre que la réputation du Prince Wylian Tyl'Illian et ses troupes n'était pas usurpée, haussant un sourcil, je pris le temps de les détailler. Il se dégageait d'eux une aura de une puissance presque écrasante, pourtant, ils avaient tous l'air plus frigorifiés les uns que les autres. Tous armés, Wylian semblait être le mieux équipé (sans sous entendu grivois s'il vous plait merci...ça viendra plus tard !). Les lames croisées dans son dos avaient l'air intéressante, même si je préférerais toujours mon sabre à la lame courbe.
Détaillant plus précisément celui qui se voudrait capable de m'imposer sa volonté je du bien admettre qu'il n'était pas déplaisant à regarder, loin de là. Ses longs cheveux blond retenu par un simple lien de cuir, deux mèches battant ses tempes et ses yeux vert, peu habituel pour un Diossad, auraient pu le rendre envoutant si ses traits n'étaient pas figés en une expression de froide détermination. Le genre de personne qui veut faire croire que rien ne peut l'atteindre.

On pari ?


"Soyez le bienvenu votre Altesse Royale, je vous remercie d'avoir été si prompt à répondre à ma demande. Relevez vous, votre voyage à du être harassant."


Deux secondes, je vais vomir, je reviens. Blablabla... Rien à faire, la politesse me rend malade.
Hey...je rêvé ou Son Altesse Royale est entrain de royalement m'ignorer. Oh, il aurait pas du !!! fermant furtivement les yeux, je retins un sourire et m'avançais d'un pas. Mais mon père me devança, visiblement sur la défensive, près à rattraper la moindre de mes bévues à défaut de ne pouvoir les empêcher.


" Vous ne connaissait pas ma fille il me semble. Eil'liathan, c'est elle que vous escorterez jusqu'à l'Ile des Sirènes."


Sérieusement, ces femmes sont trop dominatrices et les Ondins t'en fait quoi hein ? Non parce que personnellement, les Sirènes, c'est pas vraiment mon genre ...

"M'escorter hein?"


Ben quoi, il ne m'a pas salué, je vois pas pourquoi je le ferais !! Je ne suis pas une petite fille bien élevé et je vous em...

" Êtes vous certain de pouvoir être à la hauteur, votre Altesse ?" demandais-je ironique,appuyant particulière sur "votre Altesse", lançant un coup d'œil aux elfes toujours agenouillé derrière leur prince.

Entendez vous ce doux murmure de protestation qui parcours la foule ? Roh que je l'aime !!
Le pire, c'est que tous ses idiots ne se formalisent toujours pas de mes frasques, ça fait juste 300 ans que ça dure, ils devraient commencer à avoir l'habitude...Et ben non !!! Doivent tous avoir un peu de sang de poisson rouge dans les veines !


"Eil'liathan, s'il te plait..." soupira mon père, lançant un vague regard d'excuse au Prince.

Ah, lui, il a pris l'habitude ! En même temps, valait mieux pour sa santé mentale !!
Tournant un regard parfaitement calme et entendu vers mon père, je haussais imperceptiblement les épaules.


"Vous l'avez dit vous même père, il en va de ma sécurité, puisque vous ne voulez pas me laisser l'assumer seule, il me faut bien m'assurer que ceux à qui vous la confiez, sans vraiment me demander mon avis, seront capable de me protéger aussi bien que je pourrais le faire."

Et paf, moi, ou l'art d'expliquer poliment que un, je suis une grande fille, deux, je peux m'assumer toutes seule, trois, je sais me défendre, quatre, je ne voulais absolument pas d'escorte et cinq...que je suis une véritable garce et j'aime ça en plus !!
Tournant de nouveau les yeux vers Wylian, je haussais un sourcil, lui lançant un regard appuyé signifiant que j'attendais sa réponse.





Spoiler:
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Eil'liathan Tyan'Lirulin le Lun 18 Juin - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mar 27 Déc - 23:34

Un seul regard m'avait suffit pour détailler l'emplacement et la position de tous, et j'aurais pu tous les situer les yeux fermés si cela avait été nécessaire bien que ça ne le soit absolument pas actuellement - mais un bon général se devait de connaitre son terrain sur le bout des doigts, d'autant plus que je n'en avais eu qu'un très bref aperçu du bas des escaliers. Les "nobles" s'étaient rassemblés au sommet des marches, plus ou moins près du Roi et de celle que je supposais être sa fille suivant le rang qu'ils occupaient, mais je ne leur accordais pas un regard - l'un d mess principaux sujet de polémique avec mon père était un mépris certain des rangs de noblesse et de royauté - j'étais avant tout un soldat, l'égal de mes hommes, voilà pourquoi rien ne me démarquait de mes confrère agenouillés derrière-moi dans mon équipement si ce n'est les deux sabres que je maniais au lieu d'un seul, autre cause de nombreuses disputes avec mon père qui estimait que je devais au moins ceinturer mon front d'argent ou porter une quelconque marque de mon prétendu rang.

Mais pour moi, sur un champ de bataille, notre seul différence était que je commandais et qu'ils obéissaient, voilà tout. Et ils ne m'obéissaient pas parce que j'étais un quelconque membre de la famille royale Diossad. Ils m'obéissaient parce que j'étais leur général, ce qui à mon sens n'avait strictement rien à voir. Ce rang, je l'avais gagné, il ne m'avait pas été offert à la naissance.

Je sentais les regards scrutateurs des Daes nous examiner avec une avide curiosité, ce qui m'agaça prodigieusement bien que cela ne se lise en rien sur mes traits impassibles - je haïssais tout ce petit cinéma visant à nous exhiber comme des monstres de foire, comme s'il n'aurait pas été plus commode de nous recevoir comme de simples soldats. Pas de foule, pas de manières, mes hommes auraient pu partir se reposer un peu avant notre départ tendis que je remplissais les formalités d'usage puis nous aurions accomplit notre mission et nous serions enfin rentrés. Au lieu de ça, nous voilà en plus obligés de jouer les bons toutous...

Si mon père m'entendait.

Enfin, j'étais encore libre de penser ce que bon me semblait, même s'il ne tarderait probablement pas à trouver un nouveau moyen de pression pour remédier à cela. A la demande du Roi, je me relevais, toujours impassible malgré l'élancement que le mouvement avait provoqué dans ma blessure, esquissant un imperceptible signe de la main à mes hommes pour leur indiquer de faire de même.

- C'est à nous de vous remercier pour votre si chaleureux accueil, répondis-je de ma voix grave et velouté, prenant un ton calme et posé pour rappeler que je n'étais pas le seul à m'être déplacé pour assurer la protection de sa fille - rien à voir avec les ordres implacables que je pouvais hurler en rafale au coeur d'une mêlée sanglante jusqu'à en avoir la voix cassée. Inutile de nous remercier, nous ne faisons que notre devoir, poursuivis-je en regardant le Roi dans les yeux sans ciller, coulant un très bref regard à la princesse avant de reporter mon attention sur lui.

Celle-ci avait avancé d'un petit pas, semblant déclencher chez son père une vague panique qu'il s'efforça d'endiguer tout en anticipant visiblement un mauvais coup de la part de sa tendre fille - eh beh ça promet... Suivant le regard du père, je baissais enfin les yeux sur la jeune femme, la regardant elle aussi droit dans les yeux. Plutôt petite, surtout face à moi qui était grand même pour mon peuple et qui dépassait le Roi de plusieurs centimètres, je fus bien obligé de donner grâce aux rumeurs courant à son sujet.

Elle était incroyablement belle, même pour une Elfe. Outre la perfection de son teint de nacre velouté, la finesse de ses traits était sans pareille, à la fois typique à son peuple et incroyablement unique. Son petit visage au menton capricieux encadrait d'une mâchoire fine l'ourlet de ses lèvres en coeur, que l'on devinait particulièrement expressives et sensuelles. Des pommettes hautes lui donnaient un air espiègle et enfantin, rapidement contrecarré par la ligne droite d'un nez légèrement pointu et par un regard en amande contenant la profondeur des ages teintés d'indigo, écrin de la prunelle fendue caractéristique de notre race. Sa longue chevelure satinée d'une teinte d'améthyste sombre était rassemblée en une natte dégageant son visage, mettant en valeur la pureté de ses traits ainsi que le bijou d'or fin ornant son front, la sévérité de sa coiffure ne gommant pourtant pas l'éclat malicieux qui brillait malgré elle dans le fond de son regard. L'épais manteau couleur de neige dont elle était vêtue ne parvenait pas à masquer totalement les charmes dont son corps fin et gracile était pourvu, mais... mais.

Une petite voix me soufflait que sous ce visage d'Ange se cachait le pire Démon que j'ai jamais croisé.
Si j'avais su à quelle point j'avais raison...

Alors que j'allais ôter un de mes épais gants de cuir pour me permettre de prendre sa main et d'y déposer un léger baiser afin de la saluer, ainsi que le convenait l'usage, elle me coupa dans mon élan, l'air pas spécialement ravie par l'arrivée de sa nouvelle escorte. Impassible, je ne la lâchais pas du regard, attendant de voir ce qu'elle allait faire puis... elle parla. Les femmes sont décidément bien plus à craindre que les serpents lorsqu'il s'agit de cracher du venin. A une exception près, mais la question n'est pas là...

Ne répondant pas immédiatement, l'ombre d'un sourire aussi ironique que ses paroles effleura mes traits - je retirais mon gant et pris délicatement sa main, bien plus petite que la mienne mais d'égale finesse, caressant imperceptiblement du bout des lèvres le dos de sa main en m'inclinant légèrement, mon regard figé dans le sien.

- Ne craignez rien ma Dame, murmurais-je d'une voix de velours, ne m'adressant qu'à elle alors que son annonce était destinée à toutes les oreilles pointues traînant de ce côté du palais. Nous saurons vous garantir un voyage des plus plaisant, ajoutais-je en me redressant, avant de la libérer et de remettre mon gant d'un mouvement souple et rodé.

L'insolence de la jeune princesse semblait atterrer la cour présente, sans compter son père qui semblait s'attendre à un comportement aussi irrespectueux de la part de sa fille, mais je n'étais pas du genre à m'offenser pour si peu. A vrai dire, aussi belle soit-elle, je venais de décider que cette jeune demoiselle n'était finalement pas aussi intéressante qu'on pouvait le prétendre - elle avait peut-être l'air d'une femme, mais intérieurement, elle avait tout d'une gamine cherchant sans cesse à défier l'autorité juste pour se prouver qu'elle pouvait le faire.

Aucun intérêt.
Sauf qu'elle insista encore.

Anticipant la réponse du père, je choisis de répondre à sa provocation, puisqu'elle ne semblait attendre que ça. Il n'y avait que deux méthodes avec ce type de personnes : être intransigeant, ce qui en général ne fonctionnait pas bien longtemps, ou entrer dans leur jeu, ce qui malheureusement était rarement plus concluant. Mais puisque nous allions êtres amenés à passer un certain temps ensemble, j'aurais probablement le temps d'exploiter les deux en long, en large et en travers... voyons voir.

- Je suis navré d'avoir à vous imposer notre présence, Princesse, mais comprenez que votre sécurité est ce qui compte le plus aux yeux des Elfes aujourd'hui, répondis-je de mon timbre lisse et velouté. Nous ne nous permettrions pas de mettre en doute une seule seconde vos capacités guerrières, et il va de soit que vous seriez certainement totalement à même d'effectuer un tel voyage en compagnie d'une escorte beaucoup plus modeste que la notre - considérez seulement notre présence comme un gage de sûreté, un bonus en quelque sorte venant agrémenter vos propres talents. Présenté ainsi, notre présence vous semble t-elle moins futile ?... interrogeais-je sans la lâcher de mon regard perçant, me demandant vaguement si elle pousserait l'insolence jusqu'à continuer à mettre en doute les talents guerriers de mes hommes... et les miens au passage.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 0:34

Je crevais littéralement d'envie de ricaner devant tout leurs cancans inutiles. Sérieusement, à quoi peut bien servir toute cette politesse ! Non seulement, je n'ai aucunement besoin d'une quelconque escorte, mais si en plus la dite escorte est à moitié morte, je ne suis pas prête de l'avoir ma Perle d'Eau.
Ils pourraient au moins avoir la l'amabilité de renvoyer ses pauvres bougres dans les appartement qui leur avaient été préparés, histoire de les laisser se reposer.
Je me surpris à laisser trainer un regard compatissant sur ses elfes courbant l'échine alors qu'à bien des égards, beaucoup devraient s'agenouiller devant eux.

Autour de nous, je sentais les regards se faire plus insistants et les oreilles se tendre. Ce sont vraiment des hypocrites ! Ils s'offusquent tous de mon comportement insolent, mais n'attendent qu'une seule chose, que je recommence. Cruel dilemme : servir les attentes de la foule ou les emm** et rester sage ? Non finalement, le choix est vite fait, je m'ennuie déjà beaucoup trop.


"Bien bien." souffla mon père, l'air passablement perturbé. J'adore le mettre mal à l'aise comme ça !!

"Vous devez avoir besoin de repos à présent, j'ai fait préparer des appartements pour vos hommes et vous même."

Tu crois quand même pas que tu va t'en tirer comme ça ??!
A plusieurs reprise j'aperçus le regard de Tyl'Illian sur moi, te fit pas à l'emballage, tu pourrais être surpris par le contenu.
Visiblement, je l'avais devancé, trop lent, mauvais point, pour lui surtout !! Lui laissant ma main de bonne grâce, un peu de protocole que diable (beurk), j'eus du mal à retenir un frison alors que ses lèvres effleurèrent le dos de ma main et faillis la récupérer un peu vite, en revanche, soutenir son regard ne me fut pas bien difficile, amusé que j'étais par ce vague sourire ironique accroché à ses lèvres.

Bien ,c'est maintenant que l'on s'amuse.

J'esquissais un sourire miroir du sien, le ton qu'il employait, mêlé à une voix de velours, ne me perturba pas le moins du monde, des pseudos charmeurs, j'en ai connu, tous plus mauvais les uns que les autres. Il faut bien avouer qu'il joue mieux le jeu. Je me penchais légèrement en avant, jouant son jeu de discrétion.

"Je ne parierais pas la dessus." soufflais-je sans jamais détourner les yeux, récupérant ma main avec un calme complétement feint alors que je jubilais comme une gamine.

"Je suis certain que tout se passera pour le mieux, une telle escorte ne peux qu'être sure." affirma mon père d'une voix forte, tentant de ne pas perdre le fils de la conversation. Loupé.

Je me redressais légèrement alors que Wylian tenait à m'assurer de mon talent, inutile, je le connais, pas lui, c'est la que le bas blesse, et de la nécessité de son escorte.
A mes côtés, mon père hocha vigoureusement la tête, je me sentis vaguement honteuse, il avait l'air franchement ridicule à paniquer de la sorte, l'incident diplomatique était encore loin !!


"Bien tu vois, je te l'avais dit Eil'liathan."

Coulant un bref regard vers mon père qui frissonna, je haussais honteusement les épaules, un vague murmure horrifié secoua la foule alors que mon père ouvrait des yeux comme des terrifiés. Dans le dos de Wylian, une ombre s'éleva brusquement, prolongement de la mienne, pour le frapper au niveau des épaules, le faisant rouler à terre. La Terre se souleva, suivant le mouvement des mes mains, pour emprisonner les jambes et les mains du prince dans une gangue de terre plus dure que le plus épais des métaux.
Dans son dos, ses soldat s'agitèrent, mais ils étaient cloués au sol depuis longtemps.

J'esquissais un sourire presque sadique alors que la foule autour de nous c'était tut et que mon père balbutiait des ordres que je ne comprenais même pas. Rappelant à moi mon ombre, je la laissais m'envelopper, s'enrouler autour de mon bras jusqu'à former une lance que je brandis sous le menton du Prince, m'accroupissant à ses côtés, je me penchais en avant presque outrageusement...Non pas presque d'ailleurs.


"Pas vraiment." soufflais-je a son oreille, laissant ma lance se désintégrer pour que les ombres entourent Wylian.

"Il serait si simple de vous tuer."
ricanais-je, sourde aux supplications de mon père. J'envisageais sérieusement la possibilité de laisser mes ombres prendre leur petit déjeuné.

"Eil'liathan ! Cesse ce jeu ! Relève toi !"


L'ordre avait claqué avec une telle force que je sursautais avant de me raidir, serrant les poings, les ombres s'évaporèrent rapidement emportées par de légers courants d'air. Je fermais furtivement les yeux secouant légèrement la tête.

"Eil'liathan, ne m'oblige pas à me répéter."

Je me raidis de nouveau, l'aura que je sentais dans mon dos me mettais toujours mal à l'aise, et je me redressais lentement. Le grand chef était dans le coin finalement ...Oups.
Lentement, je me retournais pour faire face à un Dirpk l'air passablement en colère, à qui j'offris un sourire angélique.

"Tes frasques ne servent à rien, tu ne partira pas seule, que tu le veuille ou non, surtout, ne me fait pas l'affront de m'obliger à expliquer à toute la Cour pourquoi !"

Je ne pus retenir un regard mauvais. Oh non, parce que si ces mots franchissent tes lèvres, Sorcier du 11° Cercle ou pas, je te tue, tout simplement.

"Je ne faisais que répondre à une question." répondis-je ironique au possible, esquissant un geste de la main pour libérer Wylian et ses hommes de la terre qui les emprisonnait.

Je levais les yeux au ciel et tournais les yeux vers Wylian.

"Puisqu'il semble que je n'ai pas le choix..." soupirais-je, reprenant ma place près de mon père.

Dirpk lui s'approcha du Prince mais sembla se retenir de lui offrir un aide quelconque..bof au point ou il en est !

"Pensez à être au meilleur de votre forme Altesse avant de vous présenter devant la Princesse...Elle est d'un humeur relativement massacrante en ce moment." souffla -t-il.

"Il semble que vous ayez besoin de repos et de soins." reprit -il plus fort !!!

Ben vas y ruine mes efforts, c'est pas grave!! A côté de moi, mon père semblait reprendre contenance. Forcément, maintenant que Dirpk est là, je me retrouvais pieds et points liés.

" Vos appartements vous attendent, si vous avez besoin de soins, un Maitre Guérisseur est actuellement présent en nos murs, je suis sure qu'il sera ravi de vous apporter son aide, je l'envoie quérir sur le champ."
ajouta -i-il en esquissant un geste du menton, faisant déguerpir un valet, certainement partie à la recherche du Guérisseur.
Je pouvait pas savoir qu'il était blessé moi !


"Nous pourrons parler des détails de votre voyage après une bonne nuit de sommeille."

"Ben voyons, j'suis plus à un jour prés."
râlais-je...Non c'est sure, je ne suis pas prête de l'avoir ma Perle ...





Spoiler:
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Eil'liathan Tyan'Lirulin le Lun 18 Juin - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 1:44

Maintenant que je m'étais autorisé à poser les yeux sur elle, je remarquais enfin réellement à quel point elle semblait excédée par la situation. Si par bien des points, je pouvais vaguement la comprendre... une vague d'agacement totalement insoupçonnable de l'extérieur me submergea malgré moi face à l'irrespect dont elle avait et continuait de faire preuve. Je venais donc d'imposer à mes pauvres soldats rentrant tout juste de guerre un long voyage probablement très éprouvant mais pas à cause des dangers que nous croiserions... juste parce que nous serions contraint d'escorter une peste contre son gré, ce qu'elle ne manquerait certainement pas de nous faire payer, quitte à nous fausser compagnie. J'allais devoir être vraiment très vigilant - la réputation de mes soldats était en jeu. Je ne la laisserais pas ternir si facilement l'éclat de mes armées à cause d'un caprice de jeune fille.

Le Roi semblait complètement dépassé par la situation, sa fille ne se gênant pas pour le tourner en ridicule publiquement, et même s'il était effectivement légèrement grotesque dans sa manie de sans cesse appuyer la nécessité de notre présence, je songeais qu'elle ne manquait franchement pas de toupet - nous défier ouvertement, passe encore, se moquer de son père... bref. Les princesses sont bien les pires garces qui soient sur cette terre, heureusement que la seule qui ne corresponde pas à ce critère me soit déjà réservée, dans le cas contraire je me serais battu jusqu'à la mort pour espérer l'avoir. En attendant, celle-ci avait décidé de jouer au chat et à la souris avec moi, et manque de bol la souris semblait vouloir tenter de se faire pousser des crocs. Je me demandais vaguement si elle connaissait la fable de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf... avant de rapidement chasser ces futilités de mon esprit.

Je devais rester lucide, sur mes gardes. Elle ne me ferait aucun cadeau, je le sentais bien, et si elle jouais vaguement le jeu en public, je me doutais qu'une fois passé les portes de la cité ce serait pire que tout. A moins que, privée de public, elle ne se rende à la raison ?... c'est beau de rêver. Hochant vaguement la tête à la proposition du Roi, j'attendais la réponse de la princesse à ma question, espérant malgré moi être rapidement libéré de son petit jeu - j'étais las et ma blessure me démangeait, j'avais hâte de savoir mes hommes au repos et de moi-même profiter de ma dernière nuit tranquille avant un bon moment - j'allais probablement devoir veiller jour et nuit pour que cette petite princesse ne tente pas de me filer entre les doigts. Ou du moins, essayer de l'en empêcher...

Et puis soudain, tous mes sens se mirent en alerte. Un danger guettais... mais, honte à moi, je n'imaginais pas immédiatement qu'il puisse provenir de la princesse elle-même. D'un mouvement fluide et d'une vitesse calculée, j'effaçais brusquement mes épaules, sachant que je ne pourrais éviter la totalité du coup mais protégeant immédiatement mon coeur et mon flanc blessé en plaçant mon épaule valide en bouclier - elle atténua la majorité de l'impact, qui fut pourtant rude, relançant la douleur de ma blessure que je sentis se rouvrir en partie sans que cela ne se lise sur mon visage en aucune façon. Roulant à terre, j'allais me relever, un peu ralenti par la violence de la douleur pulsant de ma blessure que j'avais réussis à ignorer jusque ici, ne songeant pas une seconde à porter ma main à la poignée de mon sabre, en aucun cas offensif... je me retrouvais subitement coincé au sol, un genou à terre - tient tient... voilà qui est très intéressant.

Mes soldats montrèrent moins de scrupules face à l'attaque de la jeune femme, et si tous furent en garde en une fraction de seconde, il leur fut impossible à mon grand soulagement de mettre leur plan à exécution - manquerait plus qu'ils attaquent l'objet de notre escorte... ce serait le bouquet. D'un signe de la tête visible d'eux seuls, je leur intimais la patience, et tous abandonnèrent leur attitude offensive sous mon ordre invisible - j'étais curieux de voir ce que notre petite princesse allait faire. Au point où elle en était, je ne doutais même plus qu'elle soit capable de m'exécuter de sang froid juste pour essayer de prouver qu'elle était plus forte que moi.

Pathétique.

Mon aura pas le moins du monde entachée par mon artificielle posture de soumission, mes hommes désormais calmes dans mon dos, j'esquissais pour la première fois depuis un moment un vague réel sourire en plongeant mon regard dans celui de la princesse. Pensait-elle réellement m'atteindre ainsi ?... Était-ce donc sa seule puissance qui forgeait le respect des autres pour elle ?... Il fallait croire que oui. Ce n'était plus pathétique.

C'était carrément tragique.

Immobilisé au sol, contraint d'attendre son bon vouloir pour pouvoir me relever, je ne cherchais pas à me débattre - peut-être était-ce la douleur, dévorante, qui me rendait plus lucide, mais je savais que cette fois ci je ne devais pas essayer de rentrer dans son jeu. Message reçu. Ne frémissant même pas lorsque sa lame d'ombre vint se poser sur ma gorge, je me contentais de la défier vaguement du regard - irais-tu réellement au bout de ton geste ?... Non bien sûr. Tout cela ne sert qu'a agrémenter le spectacle se jouant sur cette scène burlesque. Cette scène que tu ne peux pas t'empêcher de désespérément tenter de maîtriser, à défaut d'avoir le contrôle de ta vie. Combien de temps encore se débattrait-elle avant de comprendre que c'était perdu d'avance ?...

- Vous le croyez donc réellement ?... soufflais-je avec une fausse incrédulité plus insultante encore que son attitude, mon regard toujours vissé au sien alors que ses ombres m'enveloppaient.

Et puis soudain... elle sursauta. Tient ?... Existerait-il quand même dans ce palais un heureux élu bénéficiant d'un minimum d'autorité sur elle ?... Remarque, vu que le dit palais tient encore debout, ça semble logique finalement. Les ombres menaçant de m'étouffer me libérèrent soudain, et je pu suivre avec un peu plus de clarté la suite des évènements - le nouveau venu aboya trois ordres, et contrairement à ceux de son père, plutôt que les tourner au ridicule, elle se contenta finalement d'obéir - de mauvaise grâce certes, mais c'était déjà pas mal...

Me redressant souplement, absolument impassible malgré cette petite bévue et la douleur lancinante de ma blessure, j'observais le nouveau venu de mon regard perçant... et compris immédiatement pourquoi même cette jeune princesse se pliait à sa volonté.

Il semblait tout simplement inimaginable de pouvoir faire autrement.

Si l'homme me faisant face possédait certains attributs typiques au corrompus que j'avais l'habitude d'affronter, bien stupide aurait été celui le confondant. Il respirait le pouvoir et la justice, et je béni malgré moi la présence d'un tel homme en ces lieux - au moins était-il capable d'arriver à faire entendre raison à la princesse. Rien que pour cela, il avait gagné toute mon admiration. Son conseil apporta l'ombre fugitive d'un sourire sur mes lèvres, et j'inclinais légèrement la tête, daignant baisser les yeux une fraction de seconde pour marquer le réel respect que je lui attribuait - mine de rien, il venait de clore proprement une situation fort agaçante qui aurait pu facilement dégénérer à cause des caprices d'une gamine.

- Je saurais m'en souvenir, répondis-je sans daigner accorder un regard de reproche à la princesse, l'ignorant simplement comme si absolument rien ne c'était passé, je vous remercie de votre sollicitude, ajoutais-je aussi bien pour lui que pour le Roi tout en reculant d'un pas. Je suggère en revanche de discuter de ces détails au cours du dîner, l'après-midi et cette nuit de repos seront suffisantes à mes hommes pour ensuite pouvoir repartir au plus tôt conformément au souhait de la Princesse. Au risque de me répéter, ma Dame : ne craignez rien, nous nous assurerons que le voyage soit le plus court et le plus paisible possible afin que vous acquériez rapidement l'objet de vos désirs, repris-je en la regardant à nouveau dans les yeux, ne lui tenant pas la moindre rancune pour ce qui venait de se passer.

Elle n'en valait pas la peine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 2:55

La rapidité de sa réaction me tira un sourire, mais ce n'était pas encore assez pour m'échapper et je devais avouer que le voir plier ainsi devant moi, lui qui m'avait purement et simplement ignoré dés son arrivée, n'était pas pour me déplaire. Non mieux, c'était carrément jouissif.
Plus il soutenait mon regard et plus l'envie de l'étouffer grandissait en moi. Je sentais ma perle noire palpiter sur mon bras, je sentais les ombres danser autour de moi, envoutantes, hypnotisantes, réclamant du sang. Un sang que je brulais de faire couler.
Les mots du Prince m'arrachèrent un sourire, si seulement tu savais pauvre fou, à quel point ta vie ne tient qu'à un fil, celui là même qui retient ma raison. Salut ton publique, remercie le, sans lui tu serais déjà mort, ton assurance et tes principes ne t'auraient servi à rien.

Dirpk intervenu, mes esprits me revinrent vite, mais à aucun moment je ne regrettais mon geste.
Debout aux côtéx de mon père, j'imitais Wylian, l'ignorant royalement, pas bien compliqué pour une Princesse me direz vous. Il pouvait dire, penser, faire ce qu'il voulait, je venais de prouver à tous que je n'avais besoin de personne pour me défendre. Qu'il pense tous que c'est un caprice de ma part, on en reparlera quand nous serons au milieu de la forêt. J'espère pour Wylian que les hommes qu'il c'est choisit sont plus que bons, parce que dans le cas contraire, il est a parier qu'il aura des morts sur la conscience.
Oui, je sais, on fait mieux pour tenter de sauver des vies que tourner un Prince en ridicule. Mais je n'y peux rien, son air impassible, froid et déterminé m'est bien trop familier pour que je le supporte sur quelqu'un d'autre. Quelqu'un se voulant capable de me plier à sa volonté.

Me voilà contraire de les suivre. Vaguement, je me demandais ce qu'il se passerait si je tentais de leur fausser compagnie, ce qui serait peut être un peu plus compliqué que prévu. Peut être auraient-ils une chance de rentrer chez eux en vie et entiers...ou pas, puisqu'ils m'auraient tous approché, ils seraient irrémédiablement condamnés. Même maintenant, Il ne pouvait tolérer que l'on me mette en cage, et c'était bien la seule chose sur laquelle je pouvais encore m'accorder avec Lui.


"Je n'en doute pas une seconde." répondit Dirpk.

Quoi, ça t'étonne encore que je marque les esprits du premier coup ? Levant les yeux au ciel, je balayais la foule du regard, quelques peut refroidit par une manifestation si honteuse des Ombres. Roh ça va, elles ont jamais bouffées personne non plus. Comment ça si ...Oui bon Ok, c'est même leur rôle principale, mais je m'en fiche, j'adore ce pouvoir. Étrange d'ailleurs, je devrais le haïr à tout point de vu. N'avez vous toujours pas compris que je suis un paradoxe ambulant, c'est ce qui fait mon charme.


"C'est la moindre des choses." minauda mon père, ravi de retrouver sa contenance, alors que Dirpk se contentait d'un hochement de tête amicale.

Tiens, il est de bonne humeur aujourd'hui, j'aurais pas cru. J'etouffais un rire en remarquant l'attitude de Wylian face au Sorcier, à croire qu'il peut être capable du juger ses potentiel adversaire. J'espère pour lui que le potentiel ne s'effacera jamais, avoir Dirpk comme ennemis n'est pas spécialement recommandé pour la santé.
Remarquant le regard un brin accusateur et inquiet que se dernier posait sur moi, je me contenter de hausser les épaules. Ca va, il est pas mort, moi non plus et mes cheveux...Je louchais légèrement...sont toujours violets. Tout va bien !!!

Mon parut étonné par les propos de Wylian et il fallait bien avouer que j'avais bien du mal à cacher ma propre surprise. Là, il m'intéresse. Quoi que si j'avais du aller chercher une Perle de Lumière, je ne l'aurais certainement pas attendu aussi longtemps...Mais Dirpk non plus, alors la question ne se posait pas.
Fixant le Prince, je haussais un sourcil. Paisible hein ? Oh papounet chéri c'est mal de tromper les clients sur la marchandises, mais ne compte surtout pas sur moi pour lui parler de Ça !


"L'espoir fait vire..." soufflais-je pour moi.s

Quel espoir hein ? Celui de gagner rapidement la Citée Sous-Marine ? Oui, voilà c'est cela.
Que l'on en finisse avec tous ses ronds de jambes, cette politesse dégoulinantes d'hypocrisie, que je récupère ma Perle et ....Et quoi ? Que je retourne me noyer dans de vains espoirs ? Je vois pas beaucoup d'autre option de toute façon.
Pff, c'est pathétique d'y croire encore...


"C'est à votre convenance Altesse, vous êtes mieux à même que moi de juger de l'état de vos troupes." s'empressa de répondre mon père pour couvrir mon murmure.

Alors il veut vraiment leur cacher ? Il a vraiment honte ? Lançant un regard assassin à mon géniteur, je me gardais pourtant de faire le moindre commentaire. C'était Sa honte, c'était Mon secret. Chacun sa croix.


"Et que tout le monde puisse rentrer chez soit...entier." précisais-je fixant le Prince alors que mon père sursautais imperceptiblement.

"Il n'y a aucune raison qu'il en soit autrement." répondit -il.

Du coin de l'œil, j'aperçus Dirpk, dans le dos de Wylian, hausser un sourcil. Visiblement, il n'était pas d'accord avec la stratégie adoptée par mon père. Moi, je m'en fichais éperdument. Peut être avait-il raison de craindre que mon escorte refuse de me suivre en sachant ce qui l'attendait, peut être se trompait-il et avait-il en face de lui des hommes assez courageux pour ne pas fuir ce danger, nous le serons assez vite.

"Peut être pourrais -je les aider à s'en assurer votre Majesté" tonna une voix dans l'assemblée.

Voix qui me fit sursauter tant je fus surprise de l'entendre en ces lieux. Je me fendis d'un immense sourire en la voyant se détacher de la foule pour nous rejoindre. Elle dégageait toujours cette impression de calme raisonnable et de douceur mêlé, imposant le respect à sa façon. A la voir ainsi, enroulé dans un long manteau de laine noir, gracieuse et souriante malgré tout, on ne pouvait que l'aimer.
L'envie de courir la serrer dans mes bras était immense et je n'y résistait pas longtemps, sautant au cou d'une amie que je n'avais pas vu depuis...Trop longtemps.
Quelques mots à mon oreille me firent lâcher prise, m'incitant à la patience...ce qui promettait d'être difficile.





Spoiler:
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Eil'liathan Tyan'Lirulin le Lun 18 Juin - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 3:35

Nous venions d'arriver, juste à temps, pourtant, nous avions été rapides. Je ne pensais pas que rallier Nakae depuis Kalier serait si court. Pourtant, je connaissais cette route sur le bout des doigts, je l'avais tant parcouru. Il faut croire que le temps était un bien mauvais conseiller, à moins que le voyage de nuit fausse considérablement la notion du temps. Peut être est ce les deux, mais ça n'a pas d'importance, nous sommes là, juste à temps pour nous glisser dans la foule de nobles réunit dans la Cour du Palais Royale de Nakae pour accueillir l'arrivée du Prince Wylian Tyl'Illian et sa courte escorte.

Le gros de ses troupes devaient être encore en chemin pour Kalier. A moins qu'eux aussi est préférés voyager de nuit comme de jour, pressés de retrouver leur foyer depuis si longtemps désertés. Trop longtemps. Un mois d'absence, de vagues nouvelles pas toujours rassurantes et une peur constante d'en recevoir de plus mauvaises encore. Ce n'était pas une vie !! Et pourtant, il faudrait que je m'y fasse.

Perdu dans la foule d'elfes massés dans la cour, j'esquissais un sourire en pensant que de tous, je devais être la plus impatience de voir Wylian arriver. Enfin, une des plus impatientes.
Puis enfin, le cor sonna une deuxième fois, rapidement suivis du tonnerre provoqué par les sabots des chevaux foulant les pavés. Wylian entra en premier, droit sur sa selle, fière et impassible, je savais qu'il analysait les lieux. Déformation professionnelle dirait- il.
Il mis pieds à terre devant le Roi, imité par ses soldats. Unité parfaite, tous s'avancèrent pour s'agenouiller devant le roi et enfin, je remarquais Sa présence.
Je n'étais pas habituée à ce que ses entrées soient discrètes. Il y eu échange de politesses et je gloussais, dissimuléz dans la foule, je savais parfaitement qu'Eil'liathan devait ronger son frein. Je frissonnai légèrement, tout à fait consciente que l'escorte offerte par Wylian et ses hommes l’horripilait.
Tant par orgueil que par crainte.
Attentive, je tentais tant bien que mal de suivre l'échange et fronçais les sourcils en entendant les mots d'Eil'liathan. Je voulu crier un avertissement, mais il était déjà trop tard.
Eil'liathan avait frappée, utilisant les Ombres et je frissonnais de dégoût, luttant pour retenir ma compagne. Inutile de se faire remarquer maintenant, c'était un coup à être renvoyé manu militari au pays.
Je déglutis légèrement devant la scène, le coeur battant la chamade, l'espace d'un instant, je fut incapable de reconnaître mon amie de toujours. Cette lueur dans ses yeux, son oeil plus rose encore...

Elle semblait sans pitié, brûlant d'envie de prendre une vie et je fermais les yeux, incapable de croire ce que je voyait. Wylian ne se débattait pas, je devais alors avoir confiance, il savait qu'il n'y avait pas de danger, dans le cas contraire, il ne se serait jamais laissé faire de la sorte.
Mais en même temps, que pouvait-il bien faire, cloué au sol de cette manière. Serrant les poings, je faillis lacher ma compagne et intervenir avec elle pour arrêter les délires d'Eil'liathan.
Je ne voyais pas comment définir la chose autrement tant elle ne semblait plus elle même pour ceux qui la connaissait comme je la connaissais.

Mais contre toute attente, un ordre claqua et je me détendis immédiatement, raffermissant ma prise sur ma compagne qui bouillait littéralement à mes côtés.
Dirpk était à Nakae, Eil'liathan était bloquée et elle le savait. Sa réaction ne se fit que peut attendre et elle libéra Wylian, m’arrachant un soupir de soulagement et ses hommes. Je fronçais les sourcils en le voyant se relever. Oh bien sur, sa difficulté avait été à peine perceptible, mais je le connaissais trop bien.
Il était blessé, ce qui expliquait sa vitesse de réaction face à l'attaque, un peu garce, il fallait le reconnaître, d'Eil'liathan. Je resserrais une main sur le bras de ma compagne, soudain très inquiète, incapable de juger de la gravité de sa blessure avant de le voir seul.
Foutue fierté !

La conversation repris entre le souverain et les héritiers, comme si rien ne c'était jamais passé ce qui me fit lever les yeux au ciel, ce que l'étiquette peut être stupide par moment. Bon d'accord très utile, mais stupide !
Je glissais quelques mot à l'oreille de ma compagne, lui expliquant où me retrouver, espérant ne pas me tromper. Nakae n'avait pas du beaucoup changer depuis mon départ, les invités de marque devaient toujours être logés au même endroit...Du moins, je l'espèrais.
Je dus presque la supplier de se montrer raisonnable, usant un peu de chantage mais parvins à la convaincre. Prions pour qu'elle ne se perde pas.
Je profitais d'être seule pour me rapprocher un peu, saisissant un peu mieux la teneur de la conversation, grandement aidé par le silence et le froid que les frasques d'Eil'liathan avait jetées sur la foule.
J'ouvris des yeux horrifiés en comprenant ce qui se disait. Il'druin n'avait donc rien dit ??! C'était de la folie ! Wylian devait savoir à quoi s'attendre pour pouvoir s'organiser en conséquence. Je serais les dents...Dommage, j'étais là, Wylian serait prévenu, dussais-je tourner le Roi en ridicule et briser le secret de mon amie. La vie de Wylian m'étais bien trop précieuse pour que je garde le silence, mais j'aurais la décence de ne m'exprimer qu'en privé.
Puis enfin, je pus intervenir, sautant sur l'occasion, je me frayais un chemin dans la foule.

" Peut être pourrais-je les aider à s'en assurer votre majesté."

Souriant, je m'avançais vers Wylian, Dirpk, le Roi et Eil'liathan qui n'attendit pas que je soit à sa hauteur pour me sauter au cou, passant outre toutes les règles de bienséance. Heureuse de la retrouver, tachant de faire taire mes inquiétudes quant à son état, je la serrais furtivement dans les bras.

"Je t'expliquerais plus tard." murmurais-je à son oreille alors qu'elle me lâchais.

Avançant de quelques pas, j'adressais un furtif clin d'oeil à Wylian, brulant de me jeter à son cou, je préférais attendre, sachant pertinemment que les démonstrations publique, ce n'était pas vraiment son truc.

"Je suis sur qu'une paire d'yeux de plus pour veiller à la sécurité de son Altesse ne sera pas de trop." continuais-je glissant un regard en coin à Eil'liathan, ravie de constater que l'idée ne semblait pas lui déplaire. J’esquissais un vague sourire triste, sachant qu'elle avait en tête d'échapper a Wylian, je me doutais qu'elle pensait que je l'y aiderait et que ma présence faciliterait les choses. Sauf que cette fois ci, ça ne se passerait pas comme cela, j'avais autre chose en tête.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 12:17

Les ombres... je n'étais pas friand de magie en général, mais si je ne lui accordais pas assez d'importance pour la détester fondamentalement, il y avait deux pouvoirs que j'exécrais par-dessus tout.

Le feu et les ombres.

Un mauvais mélange, qui en avait englouti parmi les plus coriaces. Les pouvoirs favoris des corrompus, bien qu'ils en possède souvent d'autres. Des pouvoirs qui transformaient le plus honorable des elfe en une bête sanguinaire. Ma plus intime, et surtout ma plus grande crainte, était de voir ma jeune soeur les acquérir - pas que je ne lui fasse pas confiance... mais... je ne pourrais pas supporter qu'elle passe dans les rangs ennemis. Je ne pourrais pas supporter de voir sa blonde chevelure se décolorer, son teint de pêche virer au noir, ses iris sombres passer au rouge sang. Et par-dessus tout... combien de mois, d'an, de siècles s'écouleraient avant que je ne me retrouve face à elle ?... La chasse, la traque, le meurtre des corrompus était mon quotidien. La guerre couvait, nos ennemis avaient besoin de recrues... si ma soeur était de ceux là... si un jour je devais la combattre, pour le bien de nos royaume... je devrais la tuer.

Ce qui me briserait le coeur.

En aurais-je de toute façon la force ?... Face à elle, oserais-je seulement lever mon sabre. J'en doutais. Enfin, à mon grand soulagement, nous n'y étions pas encore... ce qui n'était pas le cas de cette jeune princesse ci. Je pouvais lire dans son regard se teintant d'une étrange lueur rougeâtre le plaisir, la jouissance qu'elle pouvait tirer de ce qu'elle croyait être mon humiliation. Elle avait envie de me tuer. Mais elle ne le ferait pas.

Pas cette fois du moins.

C'était cette intime conviction qui me permettait de conserver mon impassibilité et de me laisser vaguement faire, pas plus atteint par ses manifestations de pouvoir vorace que par les gesticulations désespérées d'une mouche, songeant que le laxisme du père causerait tôt ou tard la perte de la fille - rares, très rares étaient les elfes ayant naturellement soif de sang, je sentais que son noir pouvoir motivait pour elle ce besoin de soumettre quiconque se prétendant à sa portée - marionnette des ombres... le jour où elle gagnerait le feu était à craindre. Enfin à cet instant, je ne voyais qu'un chaton indocile désireux de faire étalage publique de sa puissance - elle semblait ignorer que je passais ma vie, ou du moins une bonne partie de celle-ci, à éliminer les corrompus bravant nos frontières. Pensait-elle donc que je n'avais pas déjà développé maints stratagèmes pour compenser mon absence de pouvoirs ?... J'espérais qu'elle n'était pas idiote à ce point.

Enfin, au moins un maître sorcier veillait-il au grain, tout n'était peut-être pas encore perdu. Enfin libéré et sur mes pieds, je sentis le soulagement imperceptible de mes hommes dans mon dos - ils n'avaient pas apprécié la démonstration, je le savais, ce qui ne les empêcherait pas de donner leur vie leur moment venu. Bien que je m'arrange toujours pour que ce ne soit jamais nécessaire. Mais si au cours de ce voyage des hommes devaient mourir pour les caprices d'une seule femme, je pourrais commencer à sérieusement envisager de détester cette princesse. Toutes les vies se valaient à mes yeux, je ne voyais pas en quoi la mort de simple soldats pourrait être moins tragique que la sienne - bien peu de monde ici devait partager mon opinion de toute façon soigneusement tue, mais je n'en pensais pas moins.

Cette femme était probablement assez égoïste pour se moquer du sort de mes hommes.

Le maître sorcier nous accompagnerait-il ?... J'espérais secrètement que non. Je nous voulais pas d'un chaperon, et je ne pouvais résister à l'envie de malgré moi de placer la princesse en position de pseudo "force" par rapport à nous. Juste pour voir si elle essayerait d'en user. Même si je pensais malheureusement connaître la réponse... c'était bien malheureux. En attendant, la présence du sorcier semblait avoir enfin remis à sa place la princesse, qui n'affichait plus qu'un air ennuyé et vaguement agacé, et j'étais franchement soulagé de l'intervention du mage - la petite comédie de la princesse n'avait fait que retarder le moment où mes hommes pourraient enfin avoir un peu de repos bien mérité, et Cyliea seule savait combien de temps cela aurait encore pu durer. Le père semblait sur le point de s'évanouir de soulagement, et si je lui accordais malgré tout de crédit dû à son rang, je ne pouvais m'empêcher de le trouver bien ridicule - il faut croire que sa fille avait réussit son coup au moins à ce niveau là.

Il sembla étonné que je propose que nous repartions si vite, et je soutins sans aucun mal son regard, sentant également l'étonnement de la princesse. Elle avait peut-être espéré se forger des raisons de plus de nous haïr en attendant le départ... j'étais navré de contrecarrer si outrageusement ses plans. Mais j'avais confiance en mes hommes, et on sous-estimait trop souvent les capacité régénératrice d'un oreiller en plume. Demain, ils seraient prêt, eux et leurs montures. Ignorant la réflexion mesquine de la princesse, je hochais brièvement la tête à la réponse du père - il semblerait que j'ai épuisé mon quota de parole pour la journée, et tout ce cirque me portait sérieusement sur les nerfs, à moins que ce ne soit la douleur, lancinante, qui élime aussi sérieusement ma patience, bien que comme toujours ce soit parfaitement indiscernable. Suivant vaguement l'échange entre le père et la fille, feignant l'attention alors que je n'attendais que le moment où nous prendrions enfin congé, une voix que je n'osais pas immédiatement reconnaître perça soudain le silence gêné qui s'était installé.

Emea.

C'était comme si un rayon de soleil teinté d'or perçait l'épaisse couche nuageuse qui s'amalgamait au-dessus de nos tête pour nous apporter sa douce quiétude. Me détournant du roi et de sa fourbe de fille, je l'observais fendre la foule et monter les marches d'un pas sûr, un sourire dans les yeux. Comment avait-elle pu arriver si vite ?... A cet instant je m'en moquais éperdument, simplement heureux de trouver un visage des plus familiers en ces lieux si hostiles, écartant rapidement une vague de regret de ne pas voir ma soeur avec elle. Sa chevelure châtain sombre ondulait sur ses épaules, l'éclat des perles onyx de ses yeux renforcé par la couleur charbon de son épais manteau, mais... quelle ne fut pas ma surprise, invisible comme toujours, de voir la princesse se jeter au cou de ma fiancée.

Elles semblaient... très proche, et j'en tirais malgré moi immédiatement une grande satisfaction. Avec Emea dans mon camp, je gagnais une chance de plus de maîtriser la princesse. Esprit stratège oblige, je ne pouvais m'empêcher d'imaginer les avantages que je pourrais tirer de la situation, mais si je goûtais avec plaisir sa présence et la discrète mais bien présente attention qu'elle me portait, la lui retournant d'un sourire tout aussi discret mais bien réel, un furtif éclat de douceur traversant mon regard lorsqu'il rencontra le sien... je recouvris immédiatement mon masque de froide impassibilité en l'entendant.

C'était hors de question ça !! J'avais déjà émargé le maître sorcier de l'affaire, je refusais qu'Emea prenne part à cette expédition. Je lui faisais confiance et la savais capable de se défendre, mais notre escorte attirerait suffisamment l'attention comme ça - sans compter que si elle venait, je la considérerais immédiatement sous ma responsabilité... hors en cas de problème, avec deux princesses à surveiller au lieu d'une, nous ne serions plus assez nombreux à mes yeux pour assurer leur sécurité respective. Tout cela ne faisait absolument pas partie de mes plans - c'était donc absolument hors de question.

La princesse elle semblait considérer l'option avec plus de sérieux - mine de rien, la présence d'Emea serait peut-être un gage de pseudo bonne conduite de la princesse... mais je refusais de prendre le risque. Le voyage serait assez long, notre escorte trop peu nombreuse, je ne voulais pas de ça.

- Permettez-moi, ma Dame, de vous rappelez également la préciosité de votre personne, répondis-je calmement. Si votre présence apporterait très certainement une aide de plus à la Princesse en cas de besoin, vous resteriez malgré tout sous ma responsabilité et celle de mes hommes - hors nous ne serions plus assez nombreux pour garantir l'efficacité de notre garde en couvrant la sécurité de deux personnes au lieu d'une. Vous comprendrez donc que je m'oppose à votre proposition pourtant fort charmante - mais il en va de votre sécurité, ainsi que de celle de la princesse, que nous ne pouvons nous permettre de négliger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 13:30

C'était presque trop beau pour être vrai. Emea ici, après presque 50 ans d'absence où je n'avais eu droit qu'à de très furtives nouvelles. Debout à ses côtés, je l'observais proposer son aide, puisqu'il ne s'agissait pas d'autre chose, mais son aide pour qui ? Moi ou mon père ? Ce dernier semblait ravi, la présence de Dirpk le rassurait toujours quant à ma bonne conduite, mais celle d'Emea devait le conforter dans l'idée que, dés à présent, ma conduite serait un peu plus digne de mon rang.

"Dame Dall'Assield, je suis ravi de vous savoir en ces murs. Mais vous auriez du prévenir de votre visite, nous vous aurions fait meilleur accueil."

Le calme de mon amie avait cette fâcheuse tendance à déteindre sur moi, il me fallait toujours un certain pour passer outre et l'entrainer avec moi, même si elle trouvait toujours un moyen de tempérer mes ardeurs. J'aurais du la haïr pour cela, mais comme Dirpk, elle avait l'art et la manière de me demander certaines choses sans me les imposer, et puis, nous avions pratiquement grandis ensemble, elle savait tout de moi, comme je connaissais tout d'elle et je savais que dans tous les Royaumes de Quisaraedis, je ne trouverai personne capable de me comprendre comme elle.
Au moins, aujourd'hui, je ne serais pas passé pour une capricieuse aux yeux de toute la Cour. En même temps, ce n'était pas ce qui m'importait le plus.

Observant attentivement, je remarquais le furtif échange de regards qu'elle eu avec Wylian et déglutis, déchantant subitement en me rappelant qu'elle lui était promise. Non ce n'était pas de la jalousie...Je le lui laisse et volontiers même, seulement, j'étais d'un coup beaucoup moins sure de l'allégeance d'Emea, tout ce que je pouvais espérer c'était qu'elle tienne sa langue.
Elle avait toujours eu tendance à vouloir me rendre honorable aux yeux des autres, ce que je n'approuvais absolument pas. Je préférais largement que l'on voit en moi la pire des garces, prête à tout pour obtenir ce qu'elle désirait et laissant les autres se tromper constamment sur l'objet de ce désir. Je restais pour eux totalement imprévisible et ils craignaient tous mes réactions, s'appliquant le plus possible à me plaire. Et user de ce pouvoir en politique m'était plus qu'utile.

Il y avait autre chose qu'elle savait, mais je lui faisais confiance, elle savait à quel point il était important pour moi que se secret reste ce qu'il était.

Rah mais de quoi je me mêle ??! On t'as pas demandé ton avis non plus. Lançant un coup d'œil à Emea, je retins un soupir, obligée de reconnaitre que les paroles de Wylian étaient plus que justifiées, il n'avait même pas idée à quel point.
L'idée de faire courir un risque à tous ces elfes qui ne me devaient rien, lui ce n'est pas pareil, je me moque de son sort, il avait le choix de ne pas partir, m'étais déjà assez insupportable sans qu'en plus je soit obligé de supporter l'idée de mettre la vie d'Emea en jeu, quand bien même elle connaissait aussi bien que moi les dangers qui me guettaient. Malgré toute sa force, elle serait incapable de se défendre. Je l'étais à peine moi même...


"Au risque de te surprendre, je suis assez d'accord." soupirais-je de mauvaise grâce.

Je préférais oublier l'idée de profiter de l'aide d'Emea pour échapper à Wylian alors que je n'étais pas certaine qu'elle accepte de m'aider, en revanche, je connaissais très bien le risque encouru.


"Peut être pourriez vous reparler de tout cela plus tard."
suggéra Dirpk.

Jetant un coup d'œil au sorcier, j'esquissais un sourire, il hésitait sur la décision à prendre. Certainement était -il pris des même doutes que moi. Vers qui irait le soutient d'Emea ? L'imposer dans l'escorte serait prendre le risque qu'elle m'aide moi plutôt que son fiancé de Prince. Mais si c'était lui qu'elle décidait de soutenir, alors, m'échapper me devenait totalement impossible. Et il le savait parfaitement.

"Vous avez besoin de repos, les décisions seront plus simple à prendre une fois vos plaie penser Altesse."

Ouais dit plutôt quand tu toi tu aura réussit à discuter avec Emea.


"Pourquoi vouloir revenir sur cette question, puisque Wylian et moi même sommes d'accord, Emea ne doit pas nous accompagner."
affirmais-je sans un regard pour mon amie.

Je préférais la prendre de cours, ne laisser aucun espoir, aucune faille dans laquelle elle s'empresserait de se glisser pour nous démontrer que sa présence était indispensable.
C'était tout de même dommage, j'aurais voulu pouvoir passer plus de temps avec elle, elle serait surement repartie quand je rentrerais, mais je me refusais à m'offrir sa compagnie par égoïsme si cela devait la mettre en danger.


" Je pense au contraire, sans mettre en doute vos parole Altesse, que la question de la présence de dame Dall'Assield au côtés d'Eil'liathan mérite d'être posé."


Je levais les yeux au ciel, fusillant mon père du regard. A quoi s'attend -t- il hein ?
Mais il ne laissa le temps à personne de protester, frappant dans ses mains, un air satisfait collé au visage, il rejoignit Dirpk.


"Mais je pense effectivement que cela peut attendre jusqu'au diner."


Serrant les poings, je pris sur moi et me tut, pensant à tous se pauvres bougres derrière nous qui ne devaient rien avoir à faire des détails et ne penser plus qu'au repos.

"A votre convenance." répondis-je les dents serrées.

Me tournant vers Emea, j'esquissais un sourire.


"Je suis heureuse de te savoir ici."

Relevant les yeux pour regarder tour à tour mon père, Dirpk, Wylian et Emea j'esquissais un légère révérence.

"Nous nous retrouverons donc au diner, pour l'heure, veuillez m'excuser j'ai encore beaucoup à faire avant de pouvoir partir l'esprit tranquille."


Estimant que j'avais assez fait preuve de bienséance, ce qui semblait plaire à mon père, je serais de nouveau Emea dans mes bras.

"Pas de bêtises." soufflais-je à son oreilles, sachant parfaitement qu'elle comprendrait ce que je voulait insinuer.

Tournant les talons, je montais les marches menant à l'intérieur du palais mais m'arrêtais juste avant de rentrer dans le bâtiment, me tournant pour fixer Wylian.

"Remerciez vous hommes pour moi. Bien que je ne la considère pas vraiment utile, j'apprécie la peine qu'ils se donnent pour moi."


Oui oui, vous avez bien compris, son sort ne m'intéresse pas le moins du monde. Après tout en tant que chef, ses responsabilités le mettent aussi à l'abri et puis, il serait mieux traité que sa suite, le voyage n'avait pas du lui couter grand chose.
Tournant définitivement les talons, je disparus dans les bâtiments, regagnant ma chambre avec empressement.

-----------------


" Permettez moi de me retirer à mon tour ."

Eil'liathan était incorrigible. Je n'étais pas dupe et elle le savait, son caprice n'en était pas un, comme elle voulait le faire croire, même partie, je pouvais encore ressentir la peur qui la dévorait. Elle devait m'en vouloir de ne pouvoir l'accompagner, comme nous l'avions toujours fait. Il fallait bien avouer que je m'en voulais aussi, mais je ne pouvais me soustraire plus longtemps à mes responsabilités et à cet Appel. L'ignorer me devenait presque douloureux.
Je le savais entre de bonnes mains et son père n'avait pas était difficile à convaincre. Tout ce que j'espérais, c'était que Wylian soit vraiment capable de Lui faire face, ou au moins aider Eil'liathan à le faire. La forcer à partir avec des inconnu était le meilleur moyen de m'assurer qu'elle se défendrait pour les protéger eux. Elle ne devrait pas sombrer cette fois ci.

Du moins, je tachais de m'en convaincre, ce qui n'était pas forcement évident au vu de sa démonstration.
La présence d'Emea m'apparut alors comme un cadeau inespéré. Seulement, je devais être certain qu'elle préférerait aider Wylian plutôt qu'Eil'liathan avant de l'imposer.

"Prenez le temps de rencontrer le Maitre Guérisseur Altesse."


Me tournant vers le roi, je m'inclinais légèrement.

"Votre majesté."

Il se contenta d'incliner la tête et je tournais les talons, partant à la poursuite d'Eil'liathan, je devais m'assurer que les Ombres ne se manifesterait plus avant longtemps.





Spoiler:
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Eil'liathan Tyan'Lirulin le Lun 18 Juin - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 15:20

M'inclinant respectueusement devant le Roi, comme il se devait, je saluais également Wylian comme l'imposait la bienséance.
Le coeur n'y était pas vraiment, j'aurais préféré pouvoir lui sauter au cou. Mieux, m'assurer de sa santé, mais je devrais attendre.
Je n'étais pas quelqu'un d'impatient, c'était même tout le contraire, et heureusement parce qu'avec Eil'liathan puis Cindara, de la patience, il m'en fallait et à forte dose. Mais il fallait reconnaître que là, j'avais du mal à ronger mon frein.

Je tachais de ne pas oublier que Wylian m'en voudrait certainement de me laisser aller, risquant ternir son image, mais ça ne m'aidait pas vraiment.
Alors je m'accrochais à l'idée que je voulais garder pour moi le vrai Wylian, c'était déjà plus motivant.

"Ne vous formalisez pas votre majesté, j'ignorais moi même ma venue avant de prendre la route, le temps de vous prévenir m'a donc manqué. "

Ça pour ne pas avoir prévu. D'ailleurs, c'était une erreur, j'aurais du m'y attendre dés que j'avais appris que Wylian ne rentrerait pas à Kalier directement après sa traque, chargé qu'il avait été d'un nouvelle mission. Mais je n'allais certainement pas me plaindre de cette "surprise", attendre un mois de plus aurait été une vrai torture, surtout en connaissant la nature de sa mission. Et puis, je pouvais revoir Eil'liathan, sa compagnie et ses frasques me manquaient. Nakae me manquait.
Mais je tenais bien plus à ce qui m'attachait à Kalier, même si l'objet de cet attachement en était trop souvent absent à mon gout.

Fermant furtivement les yeux en entendant Wylian, celle là aussi, j'aurais du la voir venir, je du me retenir de lui lancer un regard assassin, malgré tout touchée par le sens de ses paroles. Si il pensait un peu à lui pour une fois !!! Avait-il seulement idée de l'enfer qu'Eil'liathan était capable de lui faire vivre. Entre une Eil'liathan excédée et une armé de Corrompus, personnellement, le choix étaient vite fait !
Elle n'aurais de cesse de vouloir lui échapper, pour lui, ce voyage serait épuisant. Alors que si je pouvais les accompagner, je pourrais tenter de raisonner Eil'liathan. Tenter certes, mais au moins, cela la retiendrait quelques temps.

" Prétendriez vous que je suis encombrante ?" insinuais-je, soutenant le regard émeraude de Wylian, ce qui n'était pas forcément une bonne idée pour garder une certaine contenance.

"Ce n'est qu'un simple voyage d'agrément, je crois vos hommes capable de grandes prouesses, à l'image de leur chef. De plus, j'ai besoin de prendre l'air, un voyage en votre compagnie ne peut que me faire du bien."

Ou comment sous entendre : non mais tu te fiche de moi ??? Tu crois quand même pas que je vais avaler cette ineptie. Et puis ça fait un mois que je t'attends, n'espère pas une seule seconde que je pourrais attendre un mois de plus.

Eil'liathan allait m'en vouloir, elle qui semblait ravi que je les accompagne ...Ou pas. Tournant des yeux surpris vers la princesse, j'avais du mal à saisir la portée de ses paroles. Elle était d'accord ??! Mais Eil'liathan n'est jamais d'accord avec personne, sauf avec Dirpk, mais ça c'est une autre histoire.
Avait-elle peur à se point ? Elle me connaissait pourtant, elle savait que j'étais parfaitement au courant de ce qui nous attendait, elle savait que je pouvais me défendre, gagner non, mais me défendre, elle savait que je pouvais l'aider à prendre le dessus, et pourtant, elle refusait ouvertement cette aide.

Elle avait déjà tenté d'évincer Wylian et ses hommes, maintenant, c'était moi qu'elle rejetait. La contemplant avec plus d'intensité, je me mordis l'intérieur des joues pour ne pas échapper de paroles malheureuse qui n'avaient pas leur place ici.

Dirpk tenta de mettre une point final à la conversation. Il semblait indécis quant au partie à prendre. Il ne serait pas difficile à convaincre.
Ses paroles me poussèrent à prendre mon mal en patience, il avait raison Wylian et ses hommes avaient besoin de repos et lui même avait besoin de soins. J'aurais tout mon temps pour le convaincre de me laisser partir avec lui.
Quant à Eil'liathan, si son père Dirpk et Wylian était contre elle, elle n'aurait pas le choix, une fois de plus.
Je commence à douter de la survie de notre amitié là...

Le roi en revanche semblait fort intéressé par ma proposition, il devait être inquiet de savoir Eil'liathan seul avec un elfe qui devrait lui donner des ordres qu'elle n'aurait aucune envie de suivre. Il devait craindre l'incident diplomatique, ce qui était relativement justifié.

" Oui, nous pouvons attendre un peu." confirmais-je avec un sourire.

Je hochais la tête pour répondre à Eil'liathan, lui rendant son étreinte avec joie, je préférais en profiter, vu qu'elle n'allait pas tarder à me détester.

"Je te rejoint bientôt, promis." soufflais-je avant qu'elle ne me lâche et tourne les talons.

Sa dernière réplique me tira un sourire, elle devrait surprendre Wylian, comme toujours Eil'liathan restait totalement imprévisible.
Dirpk se retira à son tour, il devait être inquiet pour la princesse et désireux de s'assurer que les Ombres qu'elle venait d'utiliser ne l'avaient pas trop marqué.
Je le saluais simplement avant de me tourner vers le roi, alors que les nobles massées derrière nous commençaient discrètement à se disperser.

"Permettez moi votre majesté d'accompagner le Prince jusqu'aux appartements que vous lui avez réservés, a moins bien sure que vous n'ayez changer l'endroit."

Le roi secoua légèrement la tête.

"Faite donc madame, vous connaissez le palais aussi bien que ses résidents, l'endroit n'a pas changer." confirma -t-il, me tirant un soupir de soulagement imperceptible.

M'inclinant respectueusement devant le Roi, j'attendit que Wylian me suive.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 16:59

Je ne savais trop quoi penser, et je songeais qu'il valait mieux que j'attende le soir pour reconsidérer l'option de la venue d'Emea - à cet instant, la douleur embrouillait mon esprit ainsi que surtout la joie de la revoir alors que je ne m'y attendais absolument pas, je ne devais pas prendre de décision hâtive. Il me fallait considérer correctement toutes les options, et un peu de recul me serait nécessaire. La princesse quand à elle semblait aussi ravie que moi par la venue surprise de ma fiancée, mais si un léger sourire ne quittait plus ses lèvres et que son regard indigo pétillait de joie, je n'avais même pas besoin de veiller à demeurer impassible malgré mon soulagement. Nous ne nous verrions pas longtemps... mais c'était mieux que rien, et j'accueillais les instants futurs comme un cadeau des Dieux. La Guerre était peut-être mon métier, mais tous les hommes choisiraient mille fois leur foyer au champ de bataille...

Le Roi semblait également heureusement surpris de la présence de ma fiancée, ce qui me conforta dans mon idée que le calme de ma Dame avait une influence certaine sur les pulsions provocatrice de la princesse. Cela m'amènerais à sérieusement envisager la nécessité de sa participation au futur voyage... même si je restais profondément réticent. Nous n'étions pas assez nombreux... et il fallait bien reconnaître que j'avais horreur que les choses ne se passent pas comme je le prévoyais. J'analysais méticuleusement toutes les possibilités de chaque situation afin de prendre la meilleure décision possible, anticipant le moindre souci, pensant et prévoyant absolument tout pour tout le monde... il était rare, très rare, voir presque impossible qu'une situation puisse m'échapper à ce point.

Or depuis que j'avais mis pied à terre, non seulement rien ne tournait comme je l'entendais, mais en plus ça ne faisait qu'empirer.

Bientôt je devrais accepter la présence du Roi lui-même si ça continuait comme ça. Mon intervention ne plut ni à l'une ni à l'autre, mais à ma grande surprise... la princesse approuva. Lui lançant un regard neutre mais appuyé, marquant simplement par là mon étonnement de l'entendre m'approuver alors qu'elle semblait si heureuse de voir Emea, je les laissais se débrouiller entre-elles, après tout, c'était à Emea que la princesse s'adressait, pas à moi.

Je ne comprenais absolument pas ce qui motivait pour elle tant d'hostilité à mon égard, mais je songeais qu'une bonne raison ne lui était peut-être pas nécessaire pour pouvoir détester quelqu'un au premier coup d'oeil. Et il fallait que ça tombe sur moi... protéger quelqu'un qui vous haït n'est vraiment pas une mince affaire. Moi qui pensait que cette mission nous reposerait après la traque aux corrompus... et voilà qu'Emea va m'en vouloir de la protéger aussi maintenant...

- Je ne me le permettrais pas, répondis-je en m'inclinant légèrement devant elle, et toutes mes excuses si je vous ai offensé. Mais votre participation à cette expédition inclurait le fait que vous soyez sous ma responsabilité - je ne voudrais pas que mon manque d'anticipation ne soit la cause d'un drame tel que l'incapacité de mes hommes à pouvoir vous protéger toute les deux comme il se doit, expliquais-je en soutenant sans mal son regard d'onyx si semblable à celui de ma soeur. Vous surestimez notre valeur, et sous-estimez la votre - pardonnez moi d'insister, mais si vous choisissez de nous accompagner, nous ne serions plus assez nombreux pour vous garantir une escorte descente, voyage d'agrément... ou non.


Les corrompus n'aimaient pas les elfes, et je doutais que nous puissions éviter éternellement la confrontation - le voyage serait long jusqu'à l’île des Sirènes, tout pouvait arriver, et je me refusais à prendre le risque de ne pouvoir assurer correctement la couverture des deux femmes. Même si j'avais également parfaitement compris l'un des buts de ce voyage... elle voulait passer un peu de temps avec moi. Comment lui en vouloir ?... Moi-même je ne pouvais m'empêcher de songer que pour une fois en plus, elle pourrait m'accompagner sans que ce ne soit aussi dangereux que la traque des corrompus... mais le devoir avant tout. J'avais une mission, et le fait est que sa présence m'empêcherait de la mener selon mes plans.

Ah, quand même. Remerciant le maître sorcier d'un regard à peine teinté de soulagement, soit ce que j'avais de plus expressif à disposition, bien que je soit également légèrement agacé par le rappel constant à ma blessure, je n'en montrais absolument rien. Je me moquais bien de savoir comment il savait, et je me moquais encore plus de recevoir des soins. J'avais poussé mes hommes pour justement gagner un peu du précieux temps que nous étions en train de gaspiller en de vaines futilités, alors qu'ils devraient tous avoir déjà rejoint leurs appartements pour se délasser, se réchauffer, et surtout prendre le repos qu'ils méritaient, il était temps de cesser cette mascarade.

Ah tient, nous sommes d’accord maintenant. Elle ne voulait donc pas de la compagnie d'Emea. Pourquoi ?... elle qui avait eut l'air si heureux de la voir. Voilà que maintenant, elle ne voulait pas qu'elle vienne avec nous, ce qui n'était d'ailleurs visiblement pas du tout au goût de ma fiancée. Quelque chose m'échappait, je le sentais, et cela m'agaçait. On me cachait quelque chose, quelque chose d'essentiel, quelque chose qu'Emea savait mais que la princesse, par un moyen que j'ignorais, lui empêchait de me rapporter. Je laissais le Roi et la princesse, ainsi que ma Dame et le sorcier, poursuivre le jeu alors que je demeurais silencieux, analysant chaque discours, chaque parole, cherchant la faille sous le masque.

Une chose était sûre - on cherchait à m'évincer, à garder un secret, et je devais savoir pourquoi et en quoi ce secret avait-il un rapport quelconque avec ma mission. Les bras croisés sur la poitrine, enveloppé dans mon épaisse cape du vert de la forêt, mes cheveux tombant lourdement sur mes épaules, mon souffle que je m'efforçait de conserver paisible et régulier malgré la douleur formant un nuage de vapeur devant mes lèvres, je tentais de m'éclaircir les idées pour réfléchir correctement à tout ça.

En vain.

La douleur obnubilait mon esprit, m'agaçant dangereusement, sans compter qu'il me manquait trop de pièces pour reconstituer le puzzle. La princesse semblait agacée que cette discussion soit reportée au dîner, pour ma part j'en était grandement soulagé - au calme et sachant mes hommes au repos, il me sera plus facile de réfléchir objectivement à tout ça. Ignorant le regard de la princesse, perdu dans mes pensées, je la laissais prendre congé sans y faire vraiment attention... jusqu'à ce que son regard se fasse plus insistant. Ce fut cette fois à moi de lever les yeux puisqu'elle était au sommet des marches - étant actuellement l'un des plus grands elfes vivant, j'avais plus souvent l'habitude de les baisser que de les lever, et redresser la tête me procurait toujours une étrange sensation d'incompatibilité avec ma nature profonde - et je constatais qu'elle s'était retournée pour me faire face, me dominant de toute sa hauteur. Que voulait-elle cette fois ?... ah.

- Ils vous ont entendue, répondis-je en m'inclinant légèrement, soutenant sans mal son regard, désignant d'un geste de la main mon escouade dans mon dos, condamnés qu'ils étaient à attendre ma propre libération pour s'en aller.


Mais ils n'étaient pas encore sourds, loin de là.

- ... Merci, ajoutais-je d'un ton légèrement plus rude, mon regard se durcissant à peine - mais j'appréciais de savoir qu'au moins, ses insultes n'étaient destinées qu'à moi et à moi seul.


Mes hommes ne méritait pas ça.
Bien que je me demande ce que j'avais pu lui faire pour les mériter, moi.

Elle s'en alla enfin sur ces bonnes paroles, et je sentis la tension retomber d'un cran - sans la présence de la princesse, son père n'avait plus à craindre une effronterie de sa part, et le sorcier n'avait plus à jouer au méchant pour lui faire entendre raison. Quel souk tout de même ici... N'ayant plus personne à surveiller, il prit également congé pour partir probablement à la poursuite de l'indocile princesse, me laissant en tête à tête avec le Roi et Emea. Celle-ci demanda à m'escorter elle-même à mes appartements, et je ne pus retenir l'ombre d'un sourire sur mes lèvres - nous allions enfin gagner quelques instants de paix.

- Majesté, m'inclinais-je en guise de salut, avant de me tourner vers mes hommes. Reposez vous, je vous tiendrais informés des détails de notre départ en temps voulu. En attendant, je vous souhaite à tous une excellente fin de journée, dis-je en les couvant d'un regard fier - c'étaient des hommes droits, d'une patience et d'un talent indéfinissable - je les respectais beaucoup, et j'étais navré de leur avoir imposé une si longue attente avant qu'ils puissent bénéficier du repos dont ils avaient tant besoin.


Rompant les rangs après un salut respectueux, je les laissais prendre soin d'eux avant d’emboîter le pas à Emea - elle nous guida à l'intérieur du palais, où je la suivis docilement tout en retirant mes gants, silencieux - puis lorsque nous fûmes enfin à l'abri des oreilles indiscrète, je saisis sa main que je portais délicatement à mes lèvres tout en m'inclinant, laissant enfin libre cours à mon regard vissé dans le sien d'exprimer toute ma joie de la revoir.

- Emea, murmurais-je d'un ton chaud rendant le velours de ma voix plus caressant que jamais - elle était bien l'une des seules personnes avec qui je pouvais m'ouvrir autant sans craindre de ternir l'image de mes armées.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 17:55

Wylian sembla surpris que je le soutienne dans sa décision d'écarter Emea. J'aurais été infiniment heureuse de pouvoir passer du temps en sa compagnie, peut être que sa présence me donnerait l'impression d'un retour en arrière. Lorsqu'elle m'accompagnait avec Dirpk pour aller chercher mes Perles, ou lorsque c'était nous qui l'accompagnons pour qu'elle puisse acquérir les siennes.

Seulement, toute à ma joie de la revoir s'ajoutait la crainte de la perdre. Je ne pourrais pas le supporter. Imaginer que des soldats que je ne connaissais pas allaient très certainement donner leur vie pour moi me rendait déjà malade, mais si Emea devait... Non, je ne pouvais même pas l'envisager.

C'est dingue ça, même quand je me montre sage, polie et raisonnable et ben...On m'écoute pas. Après, on s'étonne que je passe mon temps à provoquer tout le monde.
J'eus du mal à retenir un rire quand Emea passa à l'offensive. Touché en plus ! Mais il m'en faudrait un peu plus. J'espérai qu'il en allait de même pour le blondinet, avec un peu de chance, l'idée de perdre sa fiancé lui ferait trop peur pour qu'il puisse seulement envisager la possibilité que son influence sur moi puisse lui être utile.
Emea se défendait bien, mais à mon grand soulagement, le prince ne sembla pas vouloir lâcher le morceaux.

Si je ne me trompais pas sur lui, et je ne me trompais pas, il Lui ressemblait bien trop, le simple fait que les choses ne se déroulent pas comme il avait du le prévoir le pousserait à ne pas changer de position. Il faisait partie de cette catégorie qui ne savait pas faire avec les imprévus et les évitait le plus possible. Et comme pour cette fois, ça pouvait me servir, je ne dirais rien.

La meilleure solution restait encore de lui expliquer pourquoi je ne voulait ni de lui, ni de son escorte et encore moins de sa fiancé, seulement, c'était complétement au dessus de mes force. L'énoncer à haute vois rendrait la chose beaucoup trop réelle et voir cette lueur de haine qui ne manquerait pas d'animer son regard briserait un peu plus les espoirs que je nourrissais.
De ma place, il me paraissait presque évidement qu'il avait compris que nous lui cachions quelque chose et je priais pour qu'Emea tienne sa langue, sachant qu'à sa place, je ne l'aurais pas pu.
Après tout c'était de la vie de celui qu'elle aimait dont on parlait, alors quelle importance pouvait avoir une promesse faite à une simple amie longtemps perdu de vue.

La décision fut reporté au soir, ce qui n'était absolument pas pour me plaire, Emea avait largement le temps de trouver Dirpk et lui exposer son point de vue. Je ne doutais pas une seule seconde qu'elle serait capable de trouver les mots qu'il voulait entendre, quitte à lui mentir. Sous ses airs angélique, elle pouvait se révéler une redoutable manipulatrice. Et si Dirpk était pour, nuls doute que mon père le serait aussi. Tout ce qui lui importait, c'était que moi je rentre en vie. Certes si Wylian pouvait rentrer aussi, il éviterait une confrontations avec son père, mais ce n'était pas ce qui l'inquiétait le plus.

Décidant qu'il était inutile d'insister, puisque le Prince était blessé...c'est bon, une fois on a compris, tu l'as déjà sauvé son honneur, inutile de t'acharner !!

Juché en haut des marches, ravie d'obliger Wylian à lever les yeux sur moi, c'est si rare que qui que se soit est à lever les yeux pour croiser les miens, je reportais furtivement mon attention sur ses hommes, leur adressant un vague sourire avant de baisser (c'est jubilatoire) de nouveau les yeux sur leur commandant, mon sourire se fit bien plus ironique, mais je ne répondit rien, préférant lui laisser croire qu'il m'avait cerné. Il serait bien plus facile de le berner par la suite.
Je regagnais rapidement ma chambre, je voulait me changer et sortir prendre un peu l'air...entre autres choses.
Mais Dirpk me rattrapa et j'eus droit à un examen dans les règles...Mais non, je me suis pas laissé bouffer.





Spoiler:
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Eil'liathan Tyan'Lirulin le Lun 18 Juin - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 18:21

Touché ! Je dus faire un effort considérable pour retenir un sourire tant amusé que satisfait. Et pourquoi veut-il absolument que je sois sous sa responsabilité ? Après tout, je suis une grande fille, tout à fait capable de s'assumer toute seule, même si je ne prendrais pas le risque de le lui prouver de la même façon qu'Eil'liathan l'avait fait, je n'en étais pas capable, tant physiquement que moralement. Et puis de toute façon, je savais qu'il en était parfaitement conscient, seulement, il n'avait pas prévu ma présence dans les plans, et lorsqu'il commandait, l'improvisation n'était pas ce qu'il apprécier le plus.


"Je suis sure vous trouverez rapidement une solution pour répondre au attente de tous." répondis-je simplement, refusant de continuer le débat plus avant, nous avions le temps pour cela.

Je savais ce que je lui imposait en l'obligeant à accepter ma présence. Il tenait à la vie de ses hommes tout autant qu'au bon accomplissement d'une mission et pour cela, il ne pouvait effectivement pas se permettre d’improviser. Mais je saurais le convaincre, une nuit serait amplement suffisant pour lui permettre de revoir un peu ses plans.
Au moins, j'eu la confirmation qu'il n'était pas dupe et devait savoir que le voyage ne serait certainement pas aussi calme que nous pouvions tous le prétendre...Seulement, il ignorait à quel point il avait raison.

Quand Eil'liathan prit congé, je secouais légèrement la tête, elle avait eu ce qu'elle voulait. Tout le monde, Wylian le premier la voyait comme la pire des garce prétentieuse et capricieuse. Il faudrait que j'arrive à m'empêcher de corriger cela auprès de Wylian, inutile de lui donner des raisons de plus de me détester.

Mon Prince pu enfin donner congés à ses hommes, la façon dont il s'adressa me tira un sourire de fierté. Comme les elfes de la cour devait m'enviaient et elles ne sauraient jamais à quel point elles avaient raison.
Enfin, nous prîmes congé du Roi, les nobles disparurent dans le palais et le Roi retourna vaquer à ses occupations de Roi.
Quant à moi, j’entraînais Wylian à travers le palais jusqu'aux appartement qu'il lui était réservé.

Le regard qu'il posa sur moi, une fois la porte de ses appartements close me tira un long frisson, n'y tenant plus je me jetais à son cou, enfouissant mon visage dans le creux de son épaule.

"Tu m'as tellement manqué." soufflais-je resserrant ma prise sur ses épaules, laissant enfin libre cours à la peur qui m'avait étreint le coeur durant cet interminable moi.

Puis je me rappelais les paroles de Dirpk et relâchais subitement Wylian, lui lançant un regard plein d’inquiétude, même si je savais qu'il avait horreur de ça.
Je devais faire avec ses déplacements et prise de risque constants, alors il ferait avec mon inquiétude et mes manières.

"Comment tu te sens?"

Et mes question idiotes aussi...
Une chose après l'autre, d'abord m'assurer de sa santé, ensuite, nous pourrions discuter un peu plus sérieusement.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 19:29

Si j'ai bien compris, aujourd'hui sera pour moi ce que les Hommes appellent un jour "sans". Pourquoi refusent-elles aussi bien l'une que l'autre d'entendre raison et de ne serait-ce qu'essayer de comprendre qu'en tant que général des armées Diossads, que ça leur plaise ou non, à partir du moment où l'on me demande d'escorter une princesse elle se retrouvera irrémédiablement sous ma responsabilité ?... Elle ainsi que tout autre choisissant de nous accompagner d'ailleurs. C'était ainsi, mais visiblement aujourd'hui les choses ne pouvaient fonctionner correctement comme à leur habitude.

Je m'en serais bien passé.

De toute façon ni l'une ni l'autre ne comptait lâcher le morceau pour l'instant, il était à mon sens inutile de continuer à débattre - je commençais à avoir hâte que tout cela cesse, mais pas une seconde je ne regrettais ma venue. Aussi exécrable soit-elle, une princesse reste une princesse, et cela restera un honneur pour mes hommes et moi de l'escorter et de garantir sa sécurité, que ça lui plaise... ou non. Et visiblement ça n'était pas du tout de son goût que quiconque la suive sur les routes - je détestais ce sentiment d'être pris pour le dindon de la farce. Il faudrait que j'aille trouver le Roi au plus vite, qu'il se décide à m'expliquer ce qui motivait réellement la princesse à se donner tant de mal pour essayer de nous faire fuir.

Parce qu'elle ne voulait de personne, et c'était là que je commençais à percer le problème. Craignait-elle quelque chose en particulier au-delà des murs de la ville ?... Avait-elle des ennemis puissants au point de craindre pour nous ?... Difficile de savoir, et j'avais du mal à imaginer que son comportement grotesque et irrespectueux pourrait éventuellement être motivé par une certaine peur pour nous.

Mais il me fallait bien considérer toutes les options - je ne laisserais plus la situation m'échapper à ce point. Inclinant la tête à la réponse finale d'Emea, ne cherchant pas à discuter plus avant - cette conversation était stérile à mon sens - je n'ajoutais rien, essayant de m'empêcher de commencer à réviser mes plans - je ne devais pas faire ça si vite, je n'avais pas les idées claires, ça n'apporterait rien de bon. Jamais prendre de décision irréfléchie, ne pas non plus changer d'avis toute les cinq minutes. Prendre une décision et s'y conformer - mais pour cela, je devais avoir bien étudié la situation et tous les possibles s'offrants à moi, ce que je n'étais pas en état de faire actuellement.

Enfin, nous fûmes débarrassés de l'odieuse princesse, de sa puissante nounou et de son grotesque père, et je pus libérer mes hommes avant de me retrouver seul avec Emea. Je sentais le sang goutter sous ma cuirasse, collant ma tunique à la peau de mes côtes, mais je n'en montrais absolument rien bien que la douleur soit cuisante. Je suivis docilement ma promise à travers le palais, et lorsqu'enfin nous fûmes seuls dans mes appartements et que j'abandonnais progressivement le masque de froide impassibilité couvrant mes traits... elle fut plus pragmatique et se jeta à mon cou.

Souriant, je l'entourais délicatement de mes bras et posais ma joue sur le haut de son crâne, soupirant doucement avant de la serrer un peu plus fort, oubliant totalement la douleur le temps d'une seconde alors que j'inspirais profondément son parfum si familier de lys et de jasmin. Caressant doucement sa longue chevelure à la teinte si chaude, je me laissais un instant aller au plaisir de ne songer à rien d'autre que son corps chaud contre le mien, privilège devenu si rare depuis que les corrompus ne lâchaient plus nos frontières.

Un mois. Plus même que je n'avais pas eu le loisir de contempler son visage, qui s'il n'égalait peut-être pas la froide perfection de celui de la princesse, conservait bien plus de charme à mes yeux dans son hybridation qui l'avait parfaitement servit. Alors lorsqu'elle se recula soudain, je posais sur elle un regard emprunt d'une tendresse rare... jusqu'à ce que je constate que le sien était teinté d'inquiétude. Me fermant immédiatement à sa question, je détournais mon regard d'elle en soupirant doucement et m'avançais dans la pièce, dégrafant ma cape pour la déposer sur le dossier d'un fauteuil près du feu, abandonnant mes gants sur une petite table ronde près de l'accoudoir.

- Ça va, répondis-je simplement, lui tournant le dos, mon regard perdu dans les flammes dansant dans l'âtre.


Elle n'avait pas besoin de savoir ce qu'il en était réellement - je ferais mander ce guérisseur plus tard pour être tranquille avant le voyage et tout irait bien, en attendant je continuerais à tenir sans mal mon rôle.

- Et toi ?... repris-je en souriant légèrement, me tournant à nouveau vers elle, ne supportant finalement pas de perdre une seconde de plus à ne pouvoir l'admirer. Comment as-tu fait pour arriver si vite à Nakae ?... Le voyage n'a pas été trop dur ?... L'Hrivë s'annonce rude, rentre vite lorsque nous serons parti pour ne pas risquer de faire le retour sous la neige, recommandais-je en avançant jusqu'à me retrouver devant elle, levant une main pour caresser doucement sa joue en plongeant mon regard dans le sien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 20:18

J'aurais certainement mieux fait de me laisser aller dans ses bras et savourer les frissons que m'arrachait sa main dans mes cheveux. Je le savais pourtant.
Retenant un soupir, je me contentais de serrer les poings, passablement frustrée. Je savais qu'insister ne servirais à rien. Ce genre de faiblesse, il ne la donnait à voir à personne pas même à moi ou à sa soeur, pourtant, nous devions êtres les deux personnes les plus proches de lui, seule à vraiment le connaitre.
Mais cette fierté ridicule...Il ne l'abandonnait jamais, même si il avait été à l'agonie, il aurait certainement préférer mourir plutôt que de demander une quelconque assistance.

Préférant garder ma place, au risque de ne pas résister à l'incendier, trop consciente que ça ne changerais absolument rien, sinon gâcher nos retrouvailles. Je tentais de me perdre dans n décor bien trop familier pour qu'il est eu quelque chose d’intéressant. Je n'étais revenue à Nakae depuis longtemps, et pourtant, dans le palais Royale, rien n'avait changé tout était à la même place, jusqu'à ce fauteuil et cette table sur lesquels il venait de déposer négligemment cape et gants.

"Ça me rassure pas plus que ça." répondis-je sur le même ton que lui.

Les circonstances auraient été autres, peut être aurais-je tenter un chantage affectif, mais je n'avais pas vraiment le temps et surtout, je préférais ne pas m'engager sur ce terrain là, sachant que la bataille était perdu d'avance, quand j'en avait une autre, qui promettait d'être aussi rude à mener...
Malgré ses absences répété, je pense que je passe un peu trop de temps avec Wylian, j'ai finis par penser comme lui. Mais je ne voit pas vraiment d'autre mot que bataille pour qualifier la discussion qui ne manquerait pas de suivre.

"Je vais bien" répondis-je avec le même sourire, incapable que j'étais de lui en vouloir plus de 30 secondes, surtout pas lorsqu'il me souriait de cette manière.

Puis mon sourire se mua en un léger rire...Si il savait !! Mais je vais le laisser avaler tout ce qu'il viens de se passer et je préfère encore que ce que j'ai à lui dire reste entre nous. J'allais déjà trahir une promesse, alors autant qu'il y est le moins d'oreilles possibles pour l'entendre.

"Je connais bien la route." éludais-je.

Penchant légèrement la tête sur le côté, appréciant la douceur de sa peau contre la mienne, je fermais furtivement les yeux je ne pus retenir un soupir. J'attrapais sa main pour l'écarter de mon visage, autant éloigné toutes les causes de déconcentration.

"Je n'ai absolument pas l'intention de rentrer ou que se soit."

Levant une main, je posais un doigts sur ses lèvres pour l'empêcher de répondre.

"Tss...écoute moi avant de râler." intimais-je...tiens, je lui est piqué un brin d'autorité aussi...bof, c'est pas plus mal!

"Tu va avoir besoin de moi, crois moi. Eil'li ne t'as pas démontré tous ses talents loin de là et quoi qu'on en dise, elle n'est pas du genre à suivre les ordres, surtout pas quand ses ordres mettent en danger la vie des autres. Je la connais pas cour, je n'ignore aucun de ses tours et aucun de ses pouvoirs et peut être même serais-je capable de la convaincre."

Récupérant mes mains, je les posais sur mes hanches, plus sérieuse que jamais, j'avais une vague idée de quel point atteindre pour le convaincre.

"C'est simple, sans moi, n'imagine pas une seule seconde que tous les plans que tu pourra élaborer fonctionneront comme tu le désir.
Eil'li est bien trop imprévisible pour ça. Même Dirpk est incapable de prévoir ses mouvements."


Soupirant, je marquais un pause, levant un doigts pour ne pas le laisser argumenter.

"Je n'ai pas finis." soupirais-je.

Je me mordis une lèvres, tentant d'endiguer la vague de culpabilité qui m'assaillait. J'allais trahir une promesse, et même si c'était pour sauver des vie, je me détestais. Eil'liathan avait confiance en moi et je lui démontrer qu'elle avait tord. J'étais certaine qu'elle ne me pardonnerait jamais, elle si peu enclin à faire confiance à qui que se soit.
Mais il s'agissait de la vie de Wylian, je n'avais pas vraiment le choix.

"Le Roi est un crétin, doublé d'un menteur. Si il a fait demander l'élite à ton père, ce n'est pas parce qu'il pense sa fille incapable de se défendre. Une simple escorte de cinq soldats Daes aurait du suffire. Il est certain que se voyage ne sera pas une simple promenade de santé, pour personne. Eil'li ne peut pas faire un pas sans être assaillie par les Corrompus."

Oui bon jusque là, rien d'étonnant, et je sus à son visage que Wylian avait déjà deviner cela tout seul.

"Ne t'y trompe pas...C'est des soldats obéissant à son frère aîné dont on parle. Il c'est laissé corrompre par les Ombres il y a un peu moins de cent ans et depuis, il n'a qu'une seule idée en tête, récupérer sa soeur. Ce qui attend Eil'li dehors n'a rien avoir avec tout les Corrompus que tu as pu chasser ses derniers mois, pas un n’ignore l'art de la Magie et Syl'adran est lui même Élémentaire. C'est un Herdir Wylian, certainement un des plus puissant de l'histoire, il est pire que sans pitié et le sadisme dont il fait preuve est sans limite. Il ne supporte pas que l'on approche sa soeur, il voudra tuer tout tes hommes...Il voudra te tuer et si tu veux avoir une idée de ce qui t'attend...Imagine comment tu pourrais penser en étant Corrompus. Eil'li est incapable de lever la main sur Syl'adran, et tu aura très certainement besoin de quelqu'un capable de la motiver un peu et même de la seconder. Et je sais exactement comment m'y prendre."

Bon alors maintenant, ça passe ou ça casse et je sais pas pourquoi, j'ai l'étrange sentiment que ça va casser.
Ceci dit...Joyeuses retrouvailles...peuh !


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Mer 28 Déc - 23:43

Je sentis parfaitement sa frustration lorsque je me reculais pour lui tourner le dos à l'évocation de ma blessure, mais il était totalement inutile d'insister - j'estimais avoir eu ma dose pour aujourd'hui, et cette blessure bien trop douloureuse à mon goût pour ce qu'elle était réellement commençait à me porter sur les nerfs presque autant que les frasques de la princesse Eil'liathan. Soupirant face au feu, je m'exhortais au calme - j'étais fatigué... c'était mauvais pour moi. Ça faussait mon jugement, mettait mes nerfs à rude épreuve, me sensibilisait à la douleur, tout cela élimait bien trop ma patience pour que je ne permette que ça dure. Je devais me reprendre, et vite.

A mon grand soulagement, Emea se montra raisonnable et n'ajouta rien, me laissant reprendre le contrôle que j'avais vaguement perdu en demeurant silencieuse derrière-moi. Et pourtant, elle ne put s'empêcher finalement de surenchérir discrètement, à sa manière, et je me permis un nouveau soupir. Les femmes sont les créatures les plus têtues qu'il m'ait été donné de rencontrer... Décidant que c'était à moi de faire le premier pas cette fois, je me tournais à nouveau vers elle en souriant malgré moi. Elle était si différente de toutes les autres elfes que j'avais connu... elle savait se démarquer des autres par sa douceur et sa docilité apparente, bien que je la sache également redoutable combattante, élémentaire avertie et surtout dotée d'une langue d'un acier plus trempé que celui de mes lames.

Je profitais d'ailleurs d'être dans un environnement à peu près sûr à mon sens pour défaire les boucles sur ma poitrine maintenant les sangles de mes sabres, que je rattrapais dans mon dos d'un geste expert avant qu'ils ne heurtent le sol ainsi libérés, et je les déposais soigneusement contre le dossier du fauteuil accueillant déjà ma cape, ne conservant sur moi pour l'instant que mes poignards, avant de rejoindre ma jeune fiancée, incapable de lui tourner le dos trop longtemps après une si longue séparation. Si nous pouvions éviter les sujets qui fâchent durant le peu de temps qui nous était accordé, ce serait tellement plus simple... et j'avais un sérieux besoin de simplicité après tout ce cirque. Revenant vers Emea, je la détaillais des pieds à la tête d'un rapide coup d'oeil avant de perdre à nouveau mon regard dans le sien - oui... elle allait bien. Je la croyais. Même si une légère raideur dans ses épaules m'indiquait que quelque chose lui pesait... et que je n'allais probablement pas tarder à savoir ce que c'était.

Tant pis pour la simplicité. Son léger rire me laissa perplexe, ce qui se traduisit par un léger haussement de sourcil - il s'est passé quelque chose que je devrais savoir ?... Bah, je serais mis au courant tôt ou tard. Les réponses à mes questions furent rapidement données - je savais bien qu'elle connaissait la route... mais c'était bien là qu'était le danger. Considérer une chose comme acquise était le premier pas vers l'erreur fatale, et un voile d’inquiétude couvrit mon regard - je voulais qu'elle reste prudente. Était-ce donc réellement trop demander ?...

Sa réaction à ma caresse me rendit mon sourire, mais... il s'estompa bien rapidement. Son soupir était pour moi annonciateur d'une suite peu agréable, ce qu'elle me confirma en repoussant ma main avec délicatesse. Bien, j'allais peut-être savoir ce qui la préoccupait autant... Elle n'était vraiment pas à l'aise, aussi m'appliquais-je à demeurer silencieux pour la laisser parler... ou du moins essayais-je. Mais en l'entendant, je fronçais immédiatement les sourcils, un éclat réprobateur illuminant mes iris.

Non.

Mais son doigt sur mes lèvres m'incita au silence, et je serrais les mâchoires, contrarié mais concédant à la laisser s'expliquer. Et puis d'abord, je ne râle pas. J'explique. Soupirant, agacé, je l'écoutais pourtant avec attention, peu habitué à ce que ce soit moi qui reçoive les ordres et encore moins à y obéir, mais venant de sa part... je pouvais tenter de faire un effort. Elle m'expliqua plus avant la réelle profondeur des performances de la princesse, argumentant qu'elle la connaissait par-coeur et que cela pourrait m'être utile. Je n'en doutais pas. Le fait est que nous n'étions pas assez nombreux pour assurer l'escorte de deux personne, point final.

Elle était beaucoup trop sérieuse à mon goût - elle envisageait réellement que je puisse la laisser partir avec nous. Le problème était que moi, je me refusais à envisager quoi que ce soit pour l'instant - je n'avais pas les idées assez claires pour ça. Il me fallait un peu de temps. De silence. Et son avalanche d'argument commençait à m'agacer avant même que je n'ai pris une décision. Elle essayait d'anticiper mon jugement, et j'avais horreur de ça. Voyant dans un silence l'occasion de couper court à tout ça, elle me coupa une fois de plus dans mon élan, déterminée à terminer son discours, et je me fermais un peu plus en croisant les bras, détournant le regard pour qu'elle ne puisse y lire à quel point elle m'agaçait.

Non.

Je devais me calmer, immédiatement, c'était ridicule. La douleur et la fatigue me rendaient déraisonnable - je devais écouter ce qu'elle avait à dire, si je n'en ferais rien maintenant ses paroles me seraient utiles plus tard pour m'aider à raisonner correctement. Ce n'était pas sa faute si je n'étais pas d'humeur. D'autant plus que ce qu'elle s'apprêtait à me dire semblait lui coûter réellement. Qu'allait-elle me révéler de si terrible ?... Rien que pour le courage dont elle faisait preuve, je me devais de lui accorder toute mon attention.

Bien que ses premiers mots ne soient pas pour me plaire. Traiter un Roi de crétin ou de menteur n'était pas très avisé... elle devrait faire plus attention. La suite me laissa de marbre - j'avais déjà compris tout cela... à quoi voulait-elle me mener ?... J'obtins rapidement ma réponse. Si mon visage resta lisse... nombre de rouages venaient de trouver leur place dans mon esprit. Ça expliquait beaucoup, beaucoup... beaucoup de choses. Voir tout, ou presque. Toutes mes déductions, mes analyses trouvaient leur sens. L'effarement de la cour. Les craintes du père. L'agressivité de sa fille. Je notais le surnom dans la bouche de ma future compagne, qui me fit comprendre qu'elles étaient plus proches encore que je ne l'aurais cru - bon sang de mission... j'avais bien fait de venir vite.

En revanche, la fin de son discours me fit brièvement perdre mon calme à nouveau, et je me détournais rageusement pour retourner prendre place face au feu, les mains croisées dans le dos, les épaules raidies autant de douleur que d'agacement. Je laissais un long et pesant silence s'installer lorsqu'elle se tut, perdant mon regard dans les flammes. Elle venait de sous-entendre que ma si longue traque ne m'avait conduite qu'à du menu fretin. Elle venait de sous-entendre que mes hommes ne seraient pas capable de faire face à de "véritables" corrompus, nous qui les combattions depuis près de deux siècles sans relâche pour garantir une certaine sécurité dans nos forêts.

Bouillonnant, je restais pourtant parfaitement immobile et silencieux. Je ne devais pas ouvrir la bouche tant que je n'avais pas retrouvé la parfaite maîtrise de moi-même. D'autant plus que le clou du clou était qu'elle venait de m'annoncer qu'un fou sanguinaire guettait la sortie de la princesse pour nous tomber dessus sans nous laisser la moindre chance de survie... et qu'elle voulait prendre part au massacre. Avait-elle seulement conscience de la série d’aberrations qu'elle venait de me sortir ??...

Les Élémentaires, aussi puissants et corrompus soient-ils, je ne les craignais pas. Je savais mes hommes capables de faire face à un ennemi semblable, ils étaient entraînés pour ça, et si la confrontation ne pouvait se jouer à notre avantage, notre fuite serait suffisamment organisée pour que personne n'en pâtisse. Soupirant profondément, je voulu prendre la parole... un éclair de douleur plus violent encore que les autres m'empêcha de poursuivre, et je me raidis malgré moi - il était temps de mettre fin à ce cinéma.

- ... Je refuse d'en débattre maintenant, répondis-je finalement sans bouger d'un cil. Nous poursuivrons cette discussion au dîner, comme convenu. Je te suis reconnaissant de m'avoir informé de ce "détail" - cela m'épargne la corvée d'avoir à solliciter un entretient privé avec le Roi qui aurait probablement été des plus désagréable. Maintenant que je suis au courant de l'affaire, j'agirais en conséquence et comme toujours au mieux possible - j'y réfléchirais dans l'après-midi et annoncerais ma décision au cours du dîner. Sache que je t'ai entendue - je n'oublierais pas ce que tu viens de m'apprendre, murmurais-je plus doucement, me rendant compte un peu tard que je m'étais adressé à elle avec un froid dont je m'appliquais pourtant à essayer de la préserver.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Jeu 29 Déc - 0:34

Peut être aurais-je du attendre avant de trahir ma promesse pour l'avertir de la véritable nature de sa mission : protéger Eil'liathan contre celui qui restait à mon sens, malgré le fait que je n'en ai pas croisés beaucoup, le pire des Corrompus qui soit. Son frère qui plus est. Frère qu'elle aimait encore au point de ne pouvoir défendre sa vie face à lui.
Peut être aurais-je du profiter un peu plus de nos retrouvailles, le laisser se reposer, attendre qu'il s'endorme pour avoir tout le loisir de l'admirer sans que jamais il ne le sache. Je n'étais pas certaine qu'il apprécierait, j'étais même convaincu du contraire.
Peut être aurais-je mieux fait d'insister pour qu'il fasse soigner sa blessure sur le champs.

Mais il fallait que je me libère de ce poids. C'était certes égoïste, mais j'aurais du le faire à un moment ou à un autre et pour mon intégrité mentale, le plus tôt serait le mieux.

Quand il se retourna en me souriant avant de me détailler pour s'assurer de la véracité de mes propos, je me sentis plus coupable encore, les choses auraient pu se passer tout autrement.
Je grinçais des dents quand je compris qu'il savait qu'il ne pourrait avoir la paix et le repos tant escompté jusque là, tout de suite. Je devais l'embêter encore un peu. Au moins y mettrais-je moins de formes que si nous avions été en publique, se serait donc plus rapide.
Plusieurs fois, je remarquai que ne pas m’interrompre lui coûtait, augmentant encore un peu plus mon sentiments de culpabilité.
J'avais mal calculé mon coup, j'aurais du attendre. Mais maintenant que j'étais lancé mieux valait finir, histoire d'avoir une vrai bonne raison de lui imposer ce calvaire plus longtemps.

Certaines de mes révélations parurent le surprendre, mais je pouvais lire dans ses yeux qu'elles ne suffirait pas à le convaincre, au contraire.
Terminant mon discours, je fermais furtivement les yeux en le voyant se détourner, il perdait son calme, signe de sa fatigue.
Je n'aurais jamais cru que moi, j'arriverais à lui faire perdre son calme...Avec un peu de chance, peut être arriverais-je à faire entendre raison à Eil'liathan, puisque visiblement, aujourd'hui était le jours des actes impossibles.
Wylian garda longtemps le silence et je me tortillais les mains dans l'attente de sa sentence, puisque pour moi, il ne s'agirait pas d'autre chose.

J'avais vaguement conscience que certains de mes mots avait pu le vexer, après tout, il connaissait tout des Corrompus, mais ce que j'avais vu de Syl'adran ne ressemblait à rien d'autre. Et pour l'avoir connu avant qu'il ne se laisse Corrompre, je savais qu'il serait pour Wylian un adversaire redoutable.
Pas parce que ses soldats étaient plus forts, leur force se valait certainement. Mais pas leur sens de l'honneur. Et puis Wylian était la copie conforme, à quelques détails prés, de Syl'adran. Quand il tomberais sur lui, il tomberais sur quelqu'un capable de prévoir le moindre de ses mouvements, et il en irait de même pour ses soldats.
L'inverse serait peut être vrai, mais la force de Syl'adran et ses hommes se retrouverais dans leur sadisme et Wylian ignorait tout du sadisme, il était trop honnête et droit pour cela.

Il se retrouverait simplement en face de lui même, un autre lui sans le moindre sens de l'honneur, se délectant de la souffrance et surtout... Maîtrisant tous les Eléments à la perfection.

En faite plus j'y pensais et plus je réalisait que personne ne devrait partir pour se voyage, c'était tout simplement du suicide. A moins que l'importance de Wylian pour moi fausse mon jugement. Peut être Syl'adran n'était-il pas aussi puissant que dans mes souvenirs, peut être le temps, les avaient-ils altéré, à moins que ce ne soit mes propres craintes ?

Un soupir de Wylian m'avertit que j'aurais bientôt ma réponse. Fronçant les sourcils en le voyant se raidir, je m'avançais d'un pas, m'arrêtant brusquement. Il ne ferait que me repousser de toute façon, inutile de laisser libre court à mon inquiétude, je l'avais assez agacé pour une vie.
La façon dont il s'adressa à moi m'arracha un frison d'indignation, j'avais l'impression d'être l'un de ses soldats, ou l'un de ses ministres, pire, l'un de ses espions.
Retenant un soupir, je préférais ne pas surenchérit. Il était bien trop fatigué pour daigner m'écouter comme il se devait. Chacun de mes arguments, puis de mes supplications ne ferait que l'agacer un peu plus, gâchant définitivement nos retrouvailles et mes chances.

Il était plus sage et certainement plus utile pour moi de patienter jusqu'à se qu'il soit reposé et alors, je pourrais lui imposer ma présence.
De toute façon, si je ne l'accompagnais pas lui en tant qu'aide de camps, j'accompagnerais Eil'liathan en tant que dame de compagnie, après tout, je n'avais que deux personnes à convaincre et pour la seconde, se serait d'une simplicité enfantine, puisqu'il était déjà convaincu. Au pire, je pourrais toujours user d'un peu de chantage.

"Comme tu voudra, du moment que tu sais à quoi t'en tenir, c'est tout ce qui n'importe."

Je ne pouvais m'empêcher de me montrer aussi froide que lui dans ma réponse. Qu'il use de ce ton avec moi me blessait toujours, même si je ne lui en voulait jamais longtemps et qu'il avait des circonstances atténuantes.

"Je suis désolé, mais je ne suis pas sure que tu puisse te reposer tout de suite, il y a quelqu'un qui veut te voir repris-je tentant de m'adoucir un peu.


Ouvrant une porte donnant sur l'une des chambres de la suite, j'adressais un clin d'oeil à la jeune elfe assise sur le lit. Peut être qu'elle serait capable d'adoucir l'humeur de Wylian. A moins que sa présence ici ne le mette hors de lui, puisqu'une fois de plus, elle avait bravé un interdit et prit des risques.
Super, je vais prendre aussi puisque j'ai suivis.
C'était peut être pas une si bonne idée finalement.

C'est pas mon jour !!



<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cindara Tyl'Illian

avatar

Princesse des Elfes Diossads
Princesse des Elfes Diossads
Messages : 44
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où bon me semble

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 11 années je vous laisse faire le compte
Humeur : Râleuse
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Jeu 29 Déc - 13:20

Ah, enfin ! Ce n'est pas trop tôt... Je regardais avec satisfaction la cour et je confiais mon cheval à un écuyer en lui recommandant d'y faire attention - oui j'ai besoin de lui réapprendre son métier oui. Je retirais tranquillement les gants de daim clair qui recouvraient mes mains fines et je les rangeais dans une poche de ma longue cape couleur chocolat. Nous y voilà, il ne restait plus qu'à attendre l'annonce de l'arrivée de mon frère. J'avais tellement hâte que je ne tenais plus en place - il m'avait vraiment manqué et je n'étais pas la seule... Tournant le regard vers Emea je l'observais rapidement, mes traits malicieux restant à peu près neutre puis brusquement je tournais la tête vers la porte. Il était là. Le cor sonna pile au moment où je me fis cette constatation et je trépignais d'impatience, restant cependant un minimum discrète bien que ce ne soit pas dans mes habitudes.

Le cor retentit une deuxième fois - bon c'est bon mon cher Wyl' tu t'es assez fait prier comme ça tu ne voudrais pas entrer ?! Il apparut à peine quelques secondes plus tard et je le regardais avec un soupir heureux. Après le plaisir de le revoir je le scannais tout entier à la recherche de la moindre chose différente. Il semblait aller bien dans l'ensemble même si comme toujours en public il cachait ses émotions sous un masque neutre - tu m'étonne que les gens le trouve froid, c'est repartit pour la tête de coincé façon Wylian Tyl'Illian. Mais ça ne me dérangeait pas plus que ça, j'aimais savoir que peut de gens savaient comment il était réellement et que je faisais partit de ces gens.

Les réjouissances commencèrent - ironique bien sur, c'est d'un ennui à mourir - et voir Wyli lécher les pieds du Roi de cette façon m'agaça. D'accord c'était normal de respecter un Roi mais il aurait pu seulement incliner la tête et non courber l'échine de la sorte. Je ne fis aucuns commentaires à voix haute, me contentant de suivre ce qu'il se passait avec quelques soupirs d'impatience incontrôlés. A peine la princesse eut-elle ouvert la bouche que je décidais que je ne l'aimais pas. Elle était bien trop insolente envers Wyli - elle se prenait pour qui ? Je suivis la scène les sourcils légèrement froncés.

Brusquement, quelque chose attira mon attention et je regardais au sol dans le dos de Wyli. L'ombre de la princesse s'étirait et je faillis hurler un avertissement mais ça m'aurait découvert et je savais pertinemment que mon frère pouvait gérer la situation - il m'en aurait peut-être même voulu si je l'avais "aidé". Je serrais les dents et les poings et lorsque l'autre pimbêche l'emprisonna je me décidais à intervenir.

Tiens, Emea ne semble pas de cet avis. Essayant de me libérer au départ je capitulais pour ne pas attirer l'attention sur nous et j'observais donc la scène en regardant partout autour de moi afin de trouver un moyen de protéger Wyli à distance. Rien, j'étais impuissante et je grinçais des dents, essayant de me libérer de nouveau plusieurs fois. J'écoutais malgré tout la sagesse de Emea mais dès qu'elle me lâcherait je foncerai et quoiqu'il puisse m'en coûter je réduirais cette sale princesse au silence éternel que je possède le niveau...

... Ou non.

Un homme rétablit l'ordre et je le regardais avec un air appréciateur. Enfin quelqu'un de censer, le Roi n'a même pas lever le petit doigt. Je sentais quelque chose de différent dans l'attitude de mon frère et même si il s'appliquait à le cacher à la foule il ne pouvait pas me le cacher à moi. Mon accompagnatrice resserra sa main autour de mon bras et je tournais rapidement la tête vers elle, déduisant qu'elle avait comprit elle aussi et qu'elle était au moins aussi inquiète que moi... Mais je doutais que la même colère l'habite. J'étais furieuse et je voulais faire mordre la poussière à la "princesse" loin d'être réellement noble autant dans les actes que dans la parole - elle venait de nous prouver à tous sa fourberie et sans manque d'élégance.

Je me calmais petit à petit, me retenant au maximum de ne pas fendre la foule pour gifler Wyli avant de le prendre dans mes bras. Comment osait-il se présenter blesser devant une princesse instable ?! Puis, soudain et sans que je m'y attende Emea commença à avancer et prit la parole sous mon regard interloqué. Mais qu'est ce qu'elle fait ? Ne souhaitant pas me montrer maintenant - inutile d'énerver mon frère plus qu'il ne semble déjà l'être... Je suivis des yeux la fin de l'échange.

Je me décidais à m'éclipser lorsque les nobles commencèrent à se disperser et je me laissais entrainer par la foule, ma cape recouvrant soigneusement mes cheveux ainsi qu'une partie de mon visage. Une fois à l'intérieur je retirais ma capuche et je m'aventurais dans la palais. Si je ne me trompais pas Emea m'avait dit que c'était par là... Bien, bien, bien...

Une fois dans sa suite je me dirigeais vers la chambre et je refermais la porte derrière moi avant de me mettre à mon aise et de retirer ma cape puis d'observer l'extérieur grâce à la fenêtre. L'attente fut à mon goût interminable et je râlais pour moi même mentalement alors que je patientais en usant le tapis par mes passages répétés. Les cents pas ça ne mène à rien donc je m'installais sur le lit, assise sur le bord.

Enfin et je dirais même enfin !, Emea ouvrit la porte et je lui accordais un sourire même si il était un peu crispé. Les bras ainsi que les jambes croisés, mon regard de nuit fermé tout comme mon visage, mes longs cheveux glissant autour de moi en un halo d'or et ma tunique beige brodées de fils dorés recouvrant un pantalon de cuir marron souple, j'attendis...

... Le prince daignerait-il ramener sa royale personne ici oui ?! Il apparut dans l'encadrement de la porte et je haussais un sourcil :

- Tu voulais m'éviter n'est ce pas ? demandais-je sur un ton boudeur en allusion avec le fait qu'après un mois d'absence il était immédiatement venu ici au lieu de rentrer me voir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Jeu 29 Déc - 22:28

Immobile face à la cheminée, laissant mon regard se perdre dans les flammes, je songeais que j'étais tout de même tombé bien bas pour en arriver à lui parler sur un tel ton. J'aurais dû attendre encore quelques instants... bah, pour ce que ça aurait changé. Mon voyage et l'accueil de la princesse m'avaient plus marqué que je ne voulais bien l'admettre, voilà tout. D'ailleurs, les révélations d'Emea ne justifiaient pas à mon sens un tel irrespect. J'avais bien pensé qu'elle puisse vaguement craindre pour nos vies, mais à mon humble avis sa méthode pour le démontrer laissait franchement à désirer. Mais il était trop simple de se laisser prendre par l'image de peste qu'elle avait voulu donner sans l'être réellement - du moins d'après Emea - et je me devais de passer outre le masque. Même si personnellement, je trouvais que passé un certain stade, la comédie n'en était plus vraiment une... non vraiment, j'avais sentis une réelle hostilité de la part de la princesse que je ne m'expliquais pas et qui m'intriguait malgré moi.

Mais ce n'était pas le moment d'y songer... de toute façon que ça lui plaise ou non, si la présence d'Emea était encore sujette au débat, notre présence à nous, mes hommes et moi, était quant à elle désormais absolument indiscutable - comme je l'avais déjà dit, je ne doutais pas des talents de la princesse, mais si notre présence pouvait lui garantir un semblant de sécurité en plus, aussi infime soit-elle, alors elle devenait indispensable.

Même si j'avais à craindre pour mes hommes. Moi qui aurait voulu éviter les morts... à entendre ma fiancée, aucun ne survivrait au voyage, même si là encore je refusais de considérer la simplicité apparente du schéma. Ils étaient forts, j'avais confiance en eux... je saurais les guider au mieux, quitte encore une fois à préférer la fuite au combat. J'imaginais d'ici la princesse nous traiter de lâche - vu le manque de respect qu'elle m'avait accordé, je l'en croyais tout à fait capable - mais pour moi il fallait souvent plus de courage à un homme pour fuir plutôt que combattre. Mais ma priorité demeurerait la survie de la princesse... quitte à devoir sacrifier mes hommes, et peut-être ma propre vie pour elle. Encore une bonne raison pour refuser la présence d'Emea... je ne tenais en aucun cas à ce qu'elle assiste à une scène semblable. Encore moins à devoir l'obliger à fuir et nous laisser en arrière. Je ne tolérerais jamais d'être à l'origine d'un tel poids sur sa conscience. Nos vies étaient bien trop longues pour qu'on puisse se permettre d'alourdir nos coeurs du fardeau de culpabilité...

En attendant, Emea n'était absolument pas responsable de tout cela, et je m'étais montré bien trop dur avec elle. Ses sentiments la rendaient plus fragile que le cristal... et elle avait souffert de sa confidence, je l'avais bien senti. Elle venait probablement de me révéler un secret dont elle avait promis le silence... je lui devais beaucoup, et voilà comme je la remerciais. Et puis je me doutais bien qu'il n'était pas dans ses intentions de me mettre en colère... vraiment, je devenais ridicule. Il fallait que je me contrôle un peu.

Je l'avais entendue avancer dans mon dos, mais je lui étais reconnaissant de s'être maîtrisée - la situation était bien assez délicate comme ça sans qu'elle n'insiste un peu plus sur un autre sujet dont je ne voulais pas entendre parler. Son silence suivant mes paroles me fit comprendre à quel point elle n'avait que peu apprécié le ton sur lequel je lui avais parlé, malgré ma tentative de rattrapage plutôt bancale sur la fin - la sécheresse de sa réponse confirma mes pensées, teintant mon regard d'une tristesse fataliste - il fallait bien que je finisse par arriver à la blesser pour de bon... Oui, c'était bel et bien un jour "sans".

- ... Emea je...


Tourné à demi vers elle, mon regard trahissant bien malgré moi ma tristesse et mon regret de m'être montré aussi indélicat, elle m'interrompit, me laissant vaguement perplexe à ses paroles - quelqu'un ?... Oh ne me dites pas que...

Quittant ma place près du feu, je m'avançais vers la chambre, vaguement intrigué bien que je crois me douter qui trouver dans la pièce. Passant près d'Emea non sans lui accorder un regard d'excuse plutôt piteux, j'effleurais sa main de la mienne au passage puis m'avançais dans la pièce... me figeais sur le seuil en croisant un autre regard d'onyx. Soupirant doucement, je fermais les yeux, les rouvris. Elle était toujours là, bel et bien présente, ici, à Nakae, alors qu'elle aurait dû être à Kalier. Une fesse posée sur le bord du lit, bras et jambes résolument croisés sur sa poitrine pour marquer sa mauvaise humeur, sa longue chevelure lisse et soyeuse du même blond miel que les miens cascadant autour d'elle en un halo d'or clair, son visage était figé dans une expression de profonde désapprobation, et son ton lorsqu'elle parla m'annonça que je n'avais pas fini d'en voir aujourd'hui.

Bien. Je crois qu'il est plus qu'inutile de m'énerver...

- ... Je capitule, soupirais-je en fermant brièvement les yeux, à bout. Vous m'avez manqué... repris-je en passant délicatement un bras autour de la taille de ma fiancée, l'attirant doucement contre moi, tendant mon autre bras à ma soeur dans une invitation à nous rejoindre.


Puisqu'elles étaient là, j'avais besoin de les avoir contre moi un instant, toute les deux. Il était temps que je cesse de faire semblant pour une heure ou deux... je n'étais plus en état, j'en avais assez.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Jeu 29 Déc - 23:18

Laisser tomber, c'est ce que j'avais de mieux à faire pour le moment. Insister ne me mènerait qu'à un échec cuisant et définitif, puisque visiblement, aujourd'hui la chance n'était pas de mon côté.
Mais je devais prendre sur moi, surtout pour brider mon inquiétude. Si dans son apparent état de fatigue il n'était pas enclin à argumenter, même a mieux de sa forme, il détestait que l'on puisse faire preuve de prévenance et d'inquiètude face à une quelconque blessure. Qu'elle soit physique ou mentale d'ailleurs...Surtout mentale en faite. Sur ce point là, il ressemblait à Eil'liathan, alors, j'avais vite appris à faire avec.

Un jour, promis, j'en aurais marre de m'adapter gentiment à tout le monde et en prendrais un pour taper sur l'autre en leur expliquant gentiment que tenant à eux plus qu'à ma propre vie, j'avais le droit de m’inquiéter et qu'ils avaient intérêt à faire avec, sous peine de souffrir un peu plus. Mais ce n'était pas pour aujourd'hui, surtout pas en de telles circonstances.

Je décidais alors de profiter du reste de l'après midi après tout, je n'avais pas vu Wylian depuis un peu plus d'un mois et un mois d’inquiétude, c'est très très long.
Abandonnant ma rancune dés l'instant où je croisais le regard désolé de mon fiancé, je lui offris un sourire doux, lui assurant que si l'espace de quelques minutes je lui en avais voulu d'user de ce ton froid avec moi, ce n'était plus le cas. Et puis, si il s'excusait, je ne pouvais que lui pardonner.
Dans un sens, je l'avais quand même un peu cherché. Mais maintenant que ma conscience était soulagée d'un poids, je pourrai patienter et profiter au maximum de sa présence.
Enfin, au maximum, c'était vite dit...

Je me demandais ce que pouvait nous réserver Cindara, elle qui n'avait pas vu son frère depuis aussi longtemps que moi et qui avait du supporter le voir ployer devant un Roi, ce dont elle avait horreur et être malmené par une Eil'liathan en apparence toujours aussi garce.
Je n'étais pas pressé de savoir ce que ma belle soeur pensait de ma plus vieille amie. J'en avais déjà une vague idée.

M'écartant légèrement pour laisser Wylian passer, j'esquissais un sourire en remarquant que si il paraissait curieux, il avait aussi l'air de savoir à quoi s'attendre.
En même temps, ce n'était pas bien compliqué. Lui offrant un clin d'oeil en réponse à son regard navré, je lui rendit sa furtive caresse.

Les paroles de Cindara m’arrachèrent un léger éclat de rire. Comme elle avait pu pester quand elle avait apprit que Wylian ne rentrerait pas directement. J'avais même cru que son père pourrait faire quérir Wylian et confier sa mission à une autre, juste pour faire plaisir à sa fille...Et la calmer un peu.
Elle détestait certainement Eil'liathan, mais à bien des égards, elle lui ressemblait. Constat que je me garderais bien de lui faire remarquer, j'avais assez supportée ses grognements pour plusieurs siècles. L'avantage était qu'elle avait tendance à râler pour deux, je n'avais pas besoin de le faire moi aussi...De toute façon, je ne râlai jamais, j'exposais fermement mon point de vu, ce qui est totalement différent !!!

Je fus incapable de retenir un soupir de soulagement devant la réaction de Wylian, j'avais tant craint qu'il ne nous reproche notre venue, qu'il nous fasse remarquer à quel point nous nous étions mise en dangers, selon ses propres critères. Mais visiblement, il était bien trop las pour ça. En même temps, vu la tête de Cindara en cet instant, droite comme un I, jambes et bras croisés, assise au bord du lit, le menton fièrement relevé mieux valait qu'il ne se mette pas en colère, il était à parier que Cindara crierait plus fort que lui.
Et nous y passerions le reste de l’après midi !

"Je pense que c'est plus raisonnable en effet." riais-je tout à mon soulagement de sentir la tension entre nous deux redescendre.

Tien, on dirait que la chance tourne un peu. C'est pas trop tôt ! Espérons que cela dure un peu, surtout pour moi. Si je réussissai à m'imposer dans l'escorte de Wylian, lui même et certainement Eil'liathan en viendraient vite à classer cette journée parmi les pires qu'ils avaient pu vivre...Quoi que.

Quand Wylian passa un bras autour de ma taille pour m'attirer à lui, je me laissais aller de bonne grâce, me blottissant contre lui, un sourire heureux accroché aux lèvres.

"Toi aussi, tu n'imagine même pas à quel point." soufflais -je dans son cou.

Je n'étais pas aussi douée que lui pour contenir un minimum Cindara. J'étais certaine qu'il manquait même à son père pour cette unique raison. Pourtant, elle était capable de faire d'eux absolument ce qu'elle voulait, mais d'une certaine manière, j'étais persuadée que l'inverse était vrai aussi...Surtout pour Wylian, enfin, que pour lui.

J'aurais bien arrêtée le temps si j'en avais eu le pouvoir, pour pouvoir profiter de cet instant, de sa présence et de la chaleur réconfortante de son corps contre le mien. Posant ma tête contre son épaule, je fermaais les yeux, respirant son odeur avec délice.
Enfin les retrouvailles tant espérées, sans fioritures, sans soupirs las, sans discussions houleuses, sans supplications.
Nous pouvions enfin retrouver le vrai Wylian, loin de la foule et des responsabilités qui pesaient sur ses épaules.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cindara Tyl'Illian

avatar

Princesse des Elfes Diossads
Princesse des Elfes Diossads
Messages : 44
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où bon me semble

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 11 années je vous laisse faire le compte
Humeur : Râleuse
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Ven 30 Déc - 14:26

Il soupira - comme ose-t-il ?! - et ferma les yeux avant de les rouvrir pour voir mon visage avec un sourcil haussé, la mine plus que contrariée. J'ai fait tout le voyage pour voir son altesse soupirer en me voyant ?! Peuh ! Je commence à me demander pourquoi j'ai eu autant envie de le revoir alors que son accueille et loin très loin d'être chaleureux... Je le dévisageais en silence et en l'entendant je me raidis sous l'énervement. Il... Capitule ? Oh non c'est la meilleure, c'est trop je n'y crois pas...

Je tournais résolument la tête vers la fenêtre, les sourcils froncés. Lui tout à coup il m'a beaucoup moins manqué c'est étrange non ? Pour une fois que ce n'est pas de ma faute... Je vis du coin de l'œil qu'il attira Emea contre et lorsque je vis son bras se tendre dans ma direction je ne bougeais pas de mon emplacement, vexée au possible :

- Je ne voudrais pas gâcher vos retrouvailles ne pus-je m'empêcher de siffler sur un ton désagréable.

Dans un sens ce n'était pas totalement faux, j'allais les laissé tous les deux et j'allais repartir puisque c'était comme ça. Et puis le sourire d'Emea me fit me féliciter. Ils avaient certainement besoin d'un peu d'intimité et comme ma présence semblait agacer mon frère je n'avais pas de raison de m'imposer entre eux deux pour le moment. Malgré tout ma remarque n'était pas des plus plaisantes et j'espérais que Emea n'allait pas le prendre pour elle, c'était tout simplement destiné à Wylian.

Je poussais donc un petit soupir et je gardais le regard rivé vers la fenêtre, déterminée à ne pas être gentille avec lui même si il avait l'air fatiguée - il a été gentil avec moi ? Absolument pas alors je n'ai aucune raison de l'être moi aussi. Malgré tout j'étais légèrement inquiète par sa blessure car je ne pouvais pas en mesurer la gravité sur son visage... J'essayerais de faire en sorte qu'il mette dans ses priorités d'aller voir ce guérisseur dont j'avais entendu parler tout à l'heure - si jamais il daignait m'accorder deux minutes sans soupirs ni air affligés. Mais de doute manière, je sais pertinemment que si il avait vraiment mal il avait déjà prévu de lui même d'aller consulter quelqu'un pour faire arranger sa blessure...

Je rejetais au bout d'un moment une mèche de cheveux qui chatouillait mon cou d'un revers de la main, la faisant voler par dessus mon épaule avec une certaine grâce. J'étais profondément agacée et dans ces cas là il valait mieux me laisser tranquille quelques instants. Sauf lorsqu'on savait s'y prendre pour me calmer mais j'irais presque jusqu'à dire que personne ne possède cette capacité.

Je me levais dans un mouvement raide et sec et je marchais jusqu'à la fenêtre, les bras toujours croisés sur ma poitrine. J'irais certainement me promener... A cheval de préférence afin d'être assurée d'être moins dérangée que à pieds. J'ouvris enfin ma fenêtre afin de profiter de l'air frai pour m'éclaircir les idées - tant pis si la chambre de Wylian est froide ensuite, ce ne sera pas mon problème.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Ven 30 Déc - 23:02

J'étais sincèrement navré d'être d'une humeur aussi peu plaisante, et pour un peu je l'aurais renvoyée pour lui épargner mes indélicatesses - mais je ne l'avais pas vue depuis trop longtemps pour me priver volontairement de sa présence, même si je sentais que si je continuais comme ça, volontaire ou non, elle finirait par fuir d'elle même. Sans compter qu'avec le ton sur lequel je venais de lui parler, si en plus je lui avais sommé de sortir, il aurait fallut un peu plus qu'un sourire et de belles paroles pour espérer me faire pardonner. Nous ne nous étions pas vu depuis si longtemps... pourquoi les choses devaient-elles tourner ainsi ?... enfin...

Nous avons beau avoir une vie si longue que les jours sont pour nous les minutes humaines, un mois loin des êtres aimés rend le cours du temps incroyablement long et pénible. Nous avions pour nous une après midi, une nuit et peut-être une matinée si je considérais qu'elle ne venait pas, essayons d'en profiter un peu... Il faudrait que je commence par me soigner. J'en avais besoin, et si en l'absence de guérisseur je m'étais contenté du strict minimum, ne pas profiter de l'opportunité d'être débarrassé de cette blessure gênante aurait été plus que stupide de ma part. Se montrer obstiné pouvait être une grande qualité mais aussi un terrible défaut... je savais la plaie infectée, il fallait que je m'en libère au plus vite afin de pouvoir réfléchir avant le dîner à ce que nous ferions demain lors du départ.

De plus, être guérit me permettrait de recouvrir une certaine sérénité que ces deux jolies poupées semblaient prendre plaisir à mettre à rude épreuve. Une, passe encore, les deux... remarque, j'aurais dû me douter que cette fugue était une idée de Cindara. Pas que je ne croie pas Emea capable d'accomplir un si long trajet pour le simple plaisir de me voir, mais la brutale rapidité de cette décision manquait trop de subtilité pour qu'elle soit son oeuvre. La diversion m'en fit oublier les excuses que je devais à ma fiancée, tout à ma réprobation contenue mêlée d'une certaine joie de les revoir malgré tout, et j'interceptais clairement le soupir de soulagement d'Emea - la culpabilité ajouta une nouvelle charge sur mes épaules, ce qui me fit abandonner toute idée de protestation - elles avaient gagné.

J'en avais assez de me prendre la tête - je le ferais bien assez une fois seul pour essayer de trouver une solution qui permettrait de contenter tout le monde, moi inclus, sans parler du dîner qui promettait d'être mémorable - suivant ce qui serait décidé, nous serions debout à l'aube mes hommes et moi pour que je les mette au courant et que nous préparions tout en vue du voyage, la nuit serait courte - je n'étais pas d'humeur à poursuivre un quelconque débat, encore moins à en lancer un.

Aussi soulagé qu'Emea alors que je l'attirais à moi, ses paroles et son rire gracieux m'arrachèrent un sourire doux, et je fermais brièvement les yeux en posant ma joue sur le haut de son crâne, rassuré de la sentir se blottir contre moi. Elle ne m'en voulait pas trop. C'était toujours ça de gagné...

- Je pense que si, murmurais-je en réponse contre ses cheveux, mon bras toujours tendu vers ma soeur...


... qui ne semblait absolument pas d'humeur coopérative pour changer. Par Cyliea, qu'est-ce que j'ai fait encore ??... Elle me toisait de son regard plus froid que la pierre dont ils avaient la teinte, et je notais son raidissement alors que j'annonçais à ma manière que je ne comptais pas m'énerver - elle n'aurait pas dû être... soulagée, contente, je sais pas, quelque chose comme ça ?... Elle s'attendait peut-être à un bon petit duel rhétorique ?... Sauf que je n'étais absolument pas en état de jouter contre elle à cet instant, et une défaite de plus à l'horizon n'était pas vraiment une idée pour m'enchanter.

Elle finit par détourner le regard, et je laissais mon bras retomber doucement en soupirant, ramenant un peu plus Emea contre moi sans m'en rendre compte dans une attitude plus ou moins défensive. Face à ma propre soeur... mais c'était justement bien là qu'était le problème.

- Cindy... murmurais-je doucement. S'il te plait... je suis très heureux de te voir. Simplement, vous vous doutiez bien en partant que je ne serais pas ravi à l'idée que vous ayez effectué le voyage seules, sans escorte et en Hrivrë au risque de vous faire piéger par la neige. Je m'inquiète pour vous, tu peux comprendre ça, non ?... demandais-je en la regardant gentiment malgré sa froideur affichée.


Plutôt que répondre, elle se leva d'un mouvement raidit par l'agacement, et je ne doutais pas une seconde qu'elle n'avait absolument pas l'intention de répondre à mon invitation précédente de venir nous rejoindre un moment. Les princesses sont bien les femmes les plus compliquées que j'ai jamais croisées... Bon. Me détachant à regret d'Emea, je posais délicatement une main sur sa joue à la peau si douce, caressant sa pommette de mon pouce tout en effleurant doucement ses lèvres des miennes.

- Pardonne-moi, je te retrouverais plus tard, murmurais-je rien que pour elle, avant de la libérer de mon bras.


Avançant vers ma soeur qui avait ouvert la fenêtre, boudeuse, je tendis la main dans le but de caresser doucement sa joue, saisissant ensuite une mèche de ses cheveux que je fis rouler entre mes doigts.

- Cindara, appelais-je doucement, espérant qu'elle tournerais enfin les yeux vers moi, désireux de me faire pardonner de mon accueil peu chaleureux.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Ven 30 Déc - 23:35

Blotti contre Wylian, je profitais enfin pleinement de pouvoir le retrouver, tout de même attristée de savoir que ce calme revenu ne serait que très temporaire. Je doute franchement qu'après le repas de ce soir, il soit enclin à la moindre conversation.
Soupirant un remarquant l'attitude de Cindara, je décidais de remettre définitivement mes idées à plus tard... Ou pas

Celle là aussi j'aurais du la voir venir non ? Non...On ne peut absolument rien voir venir avec Cindara. Même en la connaissant, même en sachant qu'elle était impulsive, irréfléchit, imprévisible et un chouille capricieuse, il restait impossible d'anticiper ses réactions.
C'est marrant, mais plus j'y pense et plus j'ai l'impression de décrire Eil'liathan. Oui, vraiment, elles se ressemblaient beaucoup à quelques détails prés, bien sure, mais les même mots pouvaient parfaitement les décrire toutes les deux sans jamais trahir leur personnalité respective.

Je failli approuver les paroles de Wylian et tenter de ramener Cindara à la raison, avant de me souvenir que, l'un comme l'autre, avaient horreur que l'on se mêle de leur dispute, si tant est que l'on puisse appeler cela comme ça.
Le surnom dont Wylian affublait habituellement sa soeur faillit me tirer un nouvel éclat de rire, plutôt mal venu au vu de l'humeur visiblement exécrable de Cindara ...Décidément, elles se sont données le mot !!! Je souris tout de même en sentant Wylian me ramener un peu plus contre lui, comme si il voulait me protéger de sa soeur. Il en était à un point où, pour tenter de la devancer il envisageait même le pire.
J'aimais beaucoup Cindara, mais par moment, l'envie de lui coller une bonne paire de baffes me démangeait tellement que j'en avais du mal à garder mon calme.

Retenant un soupir lorsque mon fiancé se détacha de moi, visiblement aussi désolé que moi, je souris pour le rassurer. Je comprenais tout à fait qu'il ressente le besoin de calmer sa soeur, et je ne serais pas fâché qu'il y parvienne. Jamais je n'aurais le courage de gérer et les frasques de Cindara et celles d'Eil'liathan, déjà qu'une à la fois, ce n'était pas simple...Seigneur, mais pourquoi avais-je accepté de l'accompagner ?
Deviendrais-je mazo ? Je vois pas vraiment d'autre explications !

Attrapant sa main je hochais la tête. De toute façon, j'avais aussi à faire, c'était l'occasion rêvée, mais que j'aurais préféré reste SEULE avec lui qui m'avait tant manqué ! J'aurais peut être du planter Cindara enfaite !
Attrapant la main que Wylian passa sur mon visage en une caresse qui me tira un frison, je l'attirait doucement à moi, me hissant sur la pointe des pieds pour poser une furtif baiser sur ses yeux avant de lui offrir un sourire qui se voulait encourageant.

"Bonne chance." soufflais-je sur ses lèvres avant de le libérer à contre coeur.

"A plus tard Cindara." dis-je plus fort sur un ton un brin dur signifiant que si elle en voulait à Wylian pour des futilité comme l’accueil qu'il avait pu lui réserver, qui soit dit en passant aurait pu être bien pire !, moi, je lui en voulait de gâcher nos retrouvailles à cause de ses caprices.
J'avais risqué gros en la couvrant et en l'accompagnant. Si son père lui passais toujours tout, ce n'était absolument pas mon cas et je lui tenait rancune de l'oublier en se laissant aller à de futile caprice.

Refermant délicatement la porte de la chambre derrière moi, laissant Wylian et Cindara seuls (ça aurait vraiment du être le contraire...Rah comme je peux la détester par moment !!) j'échappais un soupir agacée puis secouais la tête pour reprendre contenance et sortis des appartement réservés à Wylian.

Bien maintenant mettre la main sur Dirpk !!



<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cindara Tyl'Illian

avatar

Princesse des Elfes Diossads
Princesse des Elfes Diossads
Messages : 44
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où bon me semble

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 11 années je vous laisse faire le compte
Humeur : Râleuse
Autre:

MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!! Dim 1 Jan - 12:38

Cindy, nya, nya, nya... Il croit pouvoir m'avoir par les sentiments ? Je suis déçue je pensais que mon propre frère me connaissait bien mieux que cela mais à ce que je vois ce n'est pas le cas bien loin de là. Non, il m'est impossible de comprendre comment après un mois sans se voir Wylian puisse être aussi froid lors de nos retrouvailles. Emea au moins avait même eu droit à un moment seule avec lui pendant que je patientais pour au final... Rien du tout. C'est d'ailleurs une des choses qui me met le plus en colère, tout ce voyage pour absolument rien de plus qu'un soupir, un regard et un nouveau soupir avant un "je capitule" comme je me battais contre lui et qu'il admettait sa défaite.

En entendant Emea je ne dis pas un mot de plus, haussant légèrement un sourcil en entendant le son de sa voix qui était légèrement plus dur que d'habitude. Elle peut bien m'en vouloir, même si je dois admettre que cela m'ennuie je refuse de laisser passer l'attitude de mon frère et je ne comprend d'ailleurs pas pourquoi elle non plus n'est pas déçue. Certainement parce que son caractère est moins têtu que le miens... Même si je ne parierais pas la dessus...

Je sentis plus que je n'entendis la présence de sa majesté derrière moi et je ne daignais pas lui accordé un regard, trouvant plus intéressent ce qu'il se passait dehors. Je sentis le mouvement vers moi et je dressais la tête et le tournant légèrement pour que ça main ne touche pas ma joue. C'était trop facile de venir comme une fleur et de m'appeler d'une voix douce en espérant peut-être que tout serai oublier. Je n'étais pas aussi manipulable. Il tenait une mèche de mes cheveux entres ses doigts mais je n'y faisais pas plus attention, le ventre appuyé contre le bord de la fenêtre, les bras croisés sur ma poitrine et le regard au loin.

Un soupir m'échappa. Je n'aimais pas me disputer avec lui... Mais je ne voulais pas céder non plus. Je gardais le regard rivé sur un point dans le ciel puis je me décidais à parler :

- Parfois j'ai l'impression que tu ne m'aimes pas, que je suis un poids pour toi dis-je d'une voix plate cependant empreinte d'une certaine tristesse.

Emea avait eu droit à un sourire lorsque nous étions dans la cours du palais et qu'elle avait rejoint le petit groupe en haut des marches. Wylian l'aimait peut-être plus que moi parce qu'elle était plus facile à vivre. Moi je ne changerait pas mon caractère, même pour lui, tout le monde possède sa barrière. Lui c'était son masque impassible, froid et distant ; Moi c'était mon caractère exécrable.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!!

Revenir en haut Aller en bas

Je suis une grande fille, il faut vous le dire en quelle langue ???!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Quelle Guilde choisir ? Ce topic est là pour vous aider !
» MARIE DE LORRAINE ♛ « Je suis de grande taille, mais j'ai le cou petit. »
» Quelles langues parlez-vous ?
» Eh je suis là c'est moi Suo vous me chercher ? [en cour]
» GRACE & SWANN ▷ One day, you will be lucky. Maybe... Not sure.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  ::  :: -