Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Première étape... la plus simple ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Première étape... la plus simple ? Dim 23 Déc - 18:07

Terre...

Jamais je n'avais autant rêvé d'entendre un mot si simple. Nous étions en mer depuis un peu plus de trois semaines et il était grand temps que nous débarquions. Je me félicitais d'avoir suivit le conseil de notre capitaine et laisser nos montures à Quinda. Jamais Itarilë n'aurait supporté un voyage aussi long, pas plus que les autres chevaux, ce n'était pas naturel pour eux.
Moi même, j'avais eu du mal. Pourtant, j'avais eu de quoi faire, les matelots m'avaient intégré à leur équipage, d'abord avec un certain amusement qui c'était teinté de respect au fil des jours passés en leur compagnie. J'étais réellement capable de les aider et si ce constat les avait surpris, eux au moins avaient accepté l'aide que je pouvais leur offrir. De toute façon, j'aurais été tellement insupportable qu'ils auraient finit par se sentir obligé de m'occuper pour avoir la paix... Tourner en rond me rendait littéralement folle et si je n'avais pu m'occuper un minimum, j'aurais fait profiter l'équipage de ma folie. Seulement, au bout d'une semaine, la routine mise en place m'ennuyait déjà, j'avais horreur des journées répétitives et c'était bien ce à quoi j'étais exposé. Tous les jours les même geste, les même réflexe au même moment, rien ne venait égayer nos journée. Les miennes surtout, parce que parmi les matelots, pas un seul ne se plaignaient de sa condition et je me faisais violence pour les imiter. Me plaindre de la monotonie de ma vie, que je partageais avec eux, aurait été les insulté et ils c'étaient tous montré trop gentil à mon égard pour que je prenne le risque de les vexer.

Alors, j'avais pris mon mal en patience. Même si mes journées étaient monotone, au moins était-elle animé. On ne pouvait pas en dire autant du reste des soldats formant mon escorte. Les pauvres, à par s'entrainer, ils n'avaient pas grand chose à faire et encore, l'entrainement dans les cale du navire était plutôt restreint.
Je n'avais plus que croisé Wylian depuis notre tête à tête à l'infirmerie, mais je me tenais informé de loin, prenant régulièrement de ses nouvelles auprès du médecin de bord. Ce dernier avait bien évidement interdiction de faire part de mon intérêt à son patient.
J'appris avec un certain désespoir que mon idée c'était révélé plutôt foireuse et je passais mes journée à tenter de trouver une solution sans y parvenir. Au moins, avec les mains occupée, je ne pouvais passer un minimum ma frustration.

Emea n'était toujours au courant de rien, elle n'aurait pas été si souriante dans le cas contraire et j'appréciais les moments que je pouvais passer en sa compagnie, même si je me sentais coupable de lui mentir. Quand elle apprendrait ce qui c'était passé sur le navire, parce qu'elle finirait par l'apprendre, un jour ou l'autre, le plus tard possible, elle m'en voudrait à mort et je pouvais la comprendre. J'aurais pu tuer quiconque m'aurait caché l'état de santé de Valandil, surtout alors qu'il était si préoccupant et que peut-être, je pouvais arranger les choses. Seulement moi, je n'avais jamais été enceinte et ce miracle était trop beau pour prendre le risque de le gâcher.

Il était grand tant que nous en finissions avec cette escapade. J'avais peur que le voyage se révèle dangereux pour elle, je voulais qu'elle puisse voir un vrai Guérisseur. Je n'avais confiance qu'en leur magie. Quant à Wylian, c'était une nécessite plus qu'absolut. La seule chose qui me rassurait un peu était la présence de Dirpk à notre arrivée sur l'ile, lui pourrait faire quelque chose pour Wylian.

C'est donc avec un immense soulagement que j'accueillis l'annonce de la vigie. Terre en vue...il était à peine midi et tous avions troqué nos cape pour des chemise plus légère. L'Hrivë n’atteignait jamais les côtés de Sanael. L'air n'avvait fait que s'adoucir depuis notre départ et aujourd'hui, alors que nous allions débarqué, nous nous serions cru en plein Laïre.

J'avais troqué ma chemise en coton pour une légère tunique de lin, épousant mes forme et découvrant mon ventre et mes bras.
Mes bottes en cuir avaient cédées leur place à de légère chaussure de toile et mon pantalon, taillé dans un tissu clair et léger laissait respirer ma peau.
J'avais laissé mes armes dans ma cabine, je n'en aurais pas besoin sur l'ile et je ne venais pas pour combattre.

Bientôt, le Port fut en vue et à peine quelques heures après l'annonce de la vigie, nous jetions enfin l'ancre et je dus me faire violence pour ne pas me précipité à terre et embrasser le sol qui m'avait tant manqué.

En ces lieux, si je voulais être certaine de repartir avec ma Perle, je me devais de faire bonne figure et attendis donc sagement les ordres et la permission de débarqué. Wylian voudrait très certainement reprendre ses troupes...tiendrait-il suffisamment sur ses jambes pour ça ?







Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Dim 23 Déc - 23:03

L'île... l'île était en vue, enfin. Accoudé à la proue du navire, alors que l'équipage s'affairait sur le pont pour préparer l'entrée au port, je gardais mon regard rivé sur le bout de terre qui émergeait à l'horizon, avant de pousser un soupir et de faire volte face pour redescendre dans les entrailles du navire. Nous n'aurions plus de temps à perdre, à présent - dès le débarquement, Emea et Eil'liathan seraient placée sous la haute surveillance de mes soldats, dans une discipline de fer que je comptais bien réinstaurer de ce pas, et nous partirions en quête de cette maudite Perle. Traversant le pont d'un pas vif sans pour autant couper la trajectoire d'un seul marin, je redescendis dans les cabines superviser le rempaquetage de toutes nos affaires, du moins celles qui nous seraient utiles lors de nos déplacements sur l'île, vu que nous logerions tout de même le reste du temps dans le bâtiment de Yavana durant notre séjour. La veille déjà j'avais astreint tous mes soldats, un à un et en équipes, à des exercices de routine pour dérouiller un peu tout le monde, et j'avais eu la joie de constater que bien sûr, ce n'était pas quelques semaines en mer et un peu d'oisiveté qui avait estompé des siècles de discipline militaire. Nous avions ensuite passé une partie de la nuit à polir et nettoyer nos armes, vérifier nos lames, affûter leurs tranchants, tendre les cordes de nos arcs - nous étions plus que prêts...

Soulagé de retrouver la fraîcheur relative des couloirs du navire, je m'autorisais une petite pose, calé contre la porte close de ma cabine sitôt que j'y fus entré - le poison avait repris sa progression dans mes veines, m'affaiblissant et me fatiguant un peu plus chaque jour. Le médecin, après la première tentative plutôt désastreuse, avait refusé de tenter de purger mon sang à nouveau, et il avait redoublé d'ardeur dans sa recherche d'un antidote... qui n'avait rien donné de plus concluant, mais il avait réussit à mettre au point une mixture qui si elle n'avait aucun effet sur la progression du poison, me rendait un minimum d'appétit et de forces. Ce n'était que temporaire... et la douleur qui ravageait mon bras m'empêchait de dormir la nuit, consumant ma chair sous ma peau comme un acide, mais je restais tout de même avec Emea pour donner le change, ce qui me permettait de l'observer à loisir alors qu'elle dormait. Le soleil et la chaleur semblaient lui avoir fait le plus grand bien, au moins autant que le bon air marin et ses escapades avec l'héritière des Daes, et sa peau s'était légèrement dorée, réchauffant son teint et rosissant ses joues plus que jamais en rehaussant sa beauté.

Heureusement, j'avais été dispensé d'une nouvelle confrontation directe avec la Princesse - depuis cette nuit là, elle semblait m'éviter plus qu'autre chose, et je devais avouer avec un mélange de honte et de culpabilité que j'en étais plus que soulagé. Nous n'étions pas faits pour nous entendre... et malgré tous nos efforts, nous finirions sans doute toujours par nous crêper littéralement le chignon chaque fois que nous tenterions de communiquer. Hors je préférais conserver mes forces pour continuer à faire bonne figure devant mes hommes... De toute façon, malgré son ennui certain, elle avait également pris des couleurs à force de batifoler sur le pont, que ce soit avec Emea ou non, et semblait en parfaite santé - il ne m'en fallait pas plus pour avoir l'esprit tranquille.

J'avais pris soin d'informer mes soldats de ma blessure - j'étais resté très vague sur mon état réel, mais je leur avais demandé à tous une vigilance constante et une obéissance à toute épreuve, ce qui avait entraîné une vague de zèle qui aurait presque pu me faire rire, si la situation ne m'avait pas apparue de plus en plus critique. Malgré les bons soins du médecin... je commençais à douter de pouvoir tenir jusqu'à Kalier... et seul Alaëstra et la Princesse étaient réellement au courant du mal qui me rongeait. Cela faisait deux personnes de trop à mon goût... mais au moins un soldat parmi eux, et pas des moindres, ce qui était toujours mieux que rien. Une chemise de lin aux manches courtes ouverte sur la poitrine, mes cheveux rassemblés en une queue de cheval sur la nuque, nous avions abandonné nos uniformes de cuir et nos capes couleur de forêt et adopté un accoutrement plus adapté à la chaleur qui augmentait à mesure que nous approchions de l'île. Bouclant ma ceinture où ne pendait que mon long poignard et quelques couteaux, je passais mes deux sabres dans mon dos, ajustant les sangles de cuir sur ma poitrine - dans les cabines voisines, mes soldats s'équipaient de même sur mon ordre. Satanael était certainement une ville pacifique... mais nous étions là pour protéger la Princesse.

Correctement équipé, nos affaires soigneusement rangées et prêtes à toute éventualité, je remontais sur le pont et ordonnais le rassemblement d'un seul mot alors même que nous jetions enfin l'ancre. J'avais conscience pour avoir vu mon reflet dans mes lames la veille de faire pâle figure aux côtés de mes soldats qui bouillonnaient de forme, sans parler de la Princesse et de ma fiancée - pâle, j'avais peu vu le soleil ces derniers jours, tentant vainement de prendre le plus de repos possible dans notre cabine, et j'avais certainement déjà perdu un peu de poids, mais j'avais pu constater la veille également que mes capacités militaires n'étaient pas encore trop atteintes... c'était tout ce dont j'avais besoin. Alors lorsque la rampe s'abaissa sur le débarcadère, je pris la tête de mon unité soigneusement rangée dans une formation au carré, au centre de laquelle Emea se laissait docilement emmener, et la Princesse avec, pour mon plus grand étonnement - j'aurais cru qu'elle passerait par-dessus bord avant même que le navire ne soit amarré... mais visiblement pour l'instant, elle avait décidé d'être sage. Pourvu que ça dure...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Mer 26 Déc - 18:30

Je ne détestais pas spécialement les voyage en mer...Mais trois semaines, c'est tout de même très long ! Surtout alors que les nausées ne vous laisse que peu de répits ! Alors, quand en fin de matinée, la vigie annonça que l'île de Sanael était en vue, le soulagement qui me gagna fut immense et fit écho à celui qui envahit tous les elfes à bord. Pour les soldats, ces trois semaines et plus encore en mer avait du être très longues. Les pauvres n'avaient pas grand chose à faire, à part s’entraîner et encore, les entraînements étaient plutôt restreint. De mon côté, j'avais au moins pu profiter de mon fiancé et de ma meilleure amie, même si j'avais du composer avec mes nausées. De moins en moins fréquentes, certes, mais relativement épuisantes ! Je devais bien reconnaître que l'idée de débarquer m'inquiétait un peu. Je pourrais voir un vrai Guérisseur, avec un peu de chance, mais l'idée être plus couvée encore que les jours précédent ne m'enchantais qu'à moitié.

Mais je devrais m'y faire et redoubler d'attention, protégée comme le plus précieux des trésors ou non, je refusais de ne compter que sur l'attention de Wylian et Eil'liathan, je devrais être vraiment plus prudente et surtout, discrète que jamais. Peut-être arriverais-je à me faire oublier de Wylian et à ne pas le déranger alors qu'il devrait diriger ses hommes...on peut toujours rêver.

L'effervescence gagna rapidement le navire et chaque soldats et matelots préparaient consciencieusement le débarquement.
Les uns suivant les ordres de Wylian, les autres ceux de Yavana. Je pris sur moi de me mettre dans un coin et attendre simplement, Wylian ne m'aurait rien laissé faire de toute façon et je ne tenais pas à rajouter un peu plus à ses obligations.

Puis enfin, tout fut prés, Yavana engagea son navire dans le port et ses matelots jetèrent l'ancre. J'aurais cru qu'Eil'liathan se jetterait à terre à ce moment là, mais, à mon grand étonnement, elle se contenta de prendre sa place au milieu de son escorte, m'arrachant un sourire. Elle resterait avec moi, certainement pour s'assurer qu'il ne m'arrive rien. Finalement, ma présence servait bien plus Wylian qu'il n'aurait pu l'imaginer, mais je n'aurais pas le mauvais gout de le lui faire remarquer...Encore.

Bien...et maintenant que la fête commence !!

Je suppose que la première chose à faire reste à retrouver Dirpk, à moins qu'il ne nous retrouve en premier et ensuite, croiser les doigts pour que la Reine des lieux soit aujourd'hui de bonne humeur...ou au moins, d'humeur conciliante, sinon, la rencontre avec l'héritière des Daes promettait d’être explosive et notre séjour, plus long que prévu et bien plus dangereux...


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Jeu 27 Déc - 13:56

Perchée sur l'un des plus hauts minarets de cristal couronnant une tour plus scintillante que la nacre, je caressais du regard la ville lumineuse et colorée en contre-bas, un large, très large sourire aux lèvres. Les cheveux fouettés par l'air marin chargé d'iode et d'embruns, j'avais, fait rarissime, abandonné l'uniforme Onorien pour adopter l'accoutrement typique des Sirènes du port, à savoir les pieds nus, et le corps à peine couvert d'un fin tissu d'un blanc étincelant drapé en un semblant de robe. Maintenue sur les hanches par une fine cordelette de cuir tressé, fendue des deux côtés à partir du haut des cuisses, le haut se composait de deux pans de tissus noués derrière la nuque, décolleté quasiment jusqu'au nombril et dénudant la totalité de mon dos. Parfaitement à l'aise dans cette tenue pourtant osée, pas gênée par les longs plis de tissu tombant jusqu'à mes pieds sur terrain plat, j'avais escaladé cette tour sans le moindre mal et profitais à présent de la vue - Sirènes et Ondins s'affairaient à mes pieds, vêtus de drapés ocres et blancs, voir bleus ou roses, mais toujours dans des teintes pastels, leurs chevelures tantôt rouge criard, tantôt bleu lagon, vert prairie ou orange flamboyant pour les plus spectaculaires. Parés de bijoux de coquillages et de nacre, j'arborais moi-même un vieux collier de fines perles d'un orange nacré, offert bien des siècles plus tôt par la Reine de l'époque. Je savais que depuis, sa fille lui avait succédé, et elle était morte depuis peu - le Vent m'avait susurré la nouvelle... j'avais été triste de ne pas l'avoir revue, une dernière fois.

Mon collier était trop court, et les perles le composant trop fines pour attester d'un quelconque rang - une petite branche de corail rouge vif faisait office de pendentif, le classant immédiatement en simple parure décorative et non sociale, ce qui me convenait parfaitement - je n'étais pas une Sirène, même pas à demi... mais plus que les Hommes, plus encore que les Elfes, j'adorais le peuple marin. J'aimais leur franchise, leur droiture et leur simplicité, leurs caractères fantasques et lunatiques, leur langue gloussante plus facile à parler sous l'eau que sur la terre ferme, leur incompréhension totale du concept de pudeur... et encore, ils s'étaient améliorés depuis ma dernière visite sur l'île. Depuis l'évolution de leur commerce, ils avaient pris l'habitude de se vêtir à peu près convenablement, au moins dans le port, afin de rendre les contacts avec d'autres peuples plus prudes plus faciles... c'était juste à mourir de rire. Relevant les yeux vers la mer... mon sourire s'élargit encore lorsque j’aperçus au loin une galère marchande aux voiles rouges.

* * *
Quelque part au milieu des Grandes Plaines d'Eaq balayée par un vent polaire sous les rayons du soleil levant, bras croisés, je poussais un dernier soupir, avant de m'arracher à la contemplation de l'espace vide sous mes yeux pour me tourner vers Sercërauco, qui me fusilla du regard. Poussant un nouveau soupir... j'allais d'abord à la jument de Dirpk. Vérifiant que sa selle était bien sanglée et les sacoches bien accrochées, je lui retirais finalement son filet, que je rangeais dans une des sacoches. S'ébrouant d'un air surpris, la jument me suivit du regard alors que je faisais subir le même traitement à Ombrelune, puis à Huinë. Restait Aenora, et je descendis l'Atalante sans ménagement du dos de sa jument pour la resangler et lui retirer son filet. Bon. Une bonne chose de faite. Pendant que Huinë rassemblait les juments, s'imposant immédiatement à la tête du troupeau nouvellement formé, je tirais d'un pli de ma cape la clef du cadenas maintenant les chaines de l'Atalante, et commençais à la faire tourner entre mes doigts.

- Bien, j'attendais ce moment depuis une éternité... nous voilà enfin seuls, en tête à tête, commençais-je, mi-amusée, mi-sérieuse. J'imagine que tu ne vas strictement rien écouter de ce que je vais te raconter, mais je vais essayer quand même avant, et je me répéterais au pire après. Une chose est certaine - on ne va pas pouvoir continuer encore longtemps à te saucissonner comme ça, et à te traiter comme une bombe en sursit - ce n'est bon ni pour toi, ni pour nous. Hors, si on te libère, la première et dernière chose que tu tenteras sera de nous tuer... et tu mourras avant d'avoir pu y parvenir. Ne fait pas cette tête, je vois bien que tu n'en crois pas un mot - c'est pour ça que je vais te le prouver, conclu-je en m'avançant, passant dans son dos pour déverrouiller le cadenas.


Les chaines se détendirent immédiatement, et je reculais d'un pas alors qu'elles glissaient le long de ses bras, s'écrasant en tintant sur le sol. Les bras enfin libres, son souffle formant des volutes de vapeur dans l'air glacial, l'assassin me jeta un regard animal en se massant les poignets - je n'en avais pas l'air... mais j'étais prête. Je l'attendais. Je ne le sous-estimais pas - il était après tout ce que sa Guilde nommait un Assassin Suprême, sans aucun doute l'un des plus forts d'entre eux malgré son jeune age... mais il était aveuglé par sa colère conférant à la folie. Il ne pourrait rien contre moi dans cet état. Le silence tomba alors qu'il me jaugeait du regard - il hésitait... il se demandait certainement à quoi je jouais. Et puis soudain, sans crier gare, comme si un mécanisme venait de s'enclencher brusquement... il se jeta sur moi.

Je dû le ranimer quatre fois, et le mettre au tapis neuf fois en tout pour qu'il ne se décide finalement à cesser l'assaut. Quelle que soit la méthode, qu'il soit armé ou non (il avait plusieurs fois réussit à me piquer des couteaux), qu'il fonce tête baissé ou qu'il réfléchisse avant d'agir... il était tout simplement absolument incapable de m'atteindre. Les deux fois où il avait réussit à vaguement percer ma garde s'étaient retournées contre lui - le reste du temps, je l'avais roué de coups sans en retenir un seul, lui brisant plusieurs fois poignet ou mâchoire, avant de le réparer et de relancer le combat. Il avait fait preuve d'une résistance et d'un acharnement incroyable - mais il était à présent hors d'haleine, pâle comme la mort... épuisé et vaincu. J'étais pour ma part à peine essoufflée - il bougeait bien malgré tout...

- Tu vas te tenir à carreaux maintenant ?... Tu ne gagneras pas. Et si tu tente quoi que ce soit, tu seras mort bien avant d'avoir la moindre chance de réussite. Maintenant au moins, tu en as eu la preuve... je te laisse donc le choix. Ou tu te tiens tranquille, et ceci - je désignais les chaines du menton - reste ici - où tu continues à faire le pitre, et je te boucle jusqu'à la fin du voyage. T'en pense quoi ?... demandais-je en haussant un sourcil.


Il s'offrit le luxe de quelques secondes de réflexion, que je lui accordais volontiers. Il tenait à peine sur ses jambes, mais me fixait d'un regard flamboyant... dans lequel pourtant tremblotait la lueur de la résignation. Il avait compris. Satisfaite, je sifflais alors doucement, et Huinë poussa Aenora vers Sercërauco, qui lui remis son filet sans un mot, avant de se hisser en selle et de diriger sagement sa jument vers la mienne. Correctement bridée, j'enfourchais à mon tour Huinë, et rabattis ma capuche sur mon visage tout en la lançant dans un trot cadencé - je ne doutais pas une seconde qu'il tenterait de m'attaquer à nouveau... mais j'avais à présent une idée très précise et détaillé de son style de combat, de sa technique et de ses méthodes. Je le verrais venir avant qu'il n'ait le temps de tenter quoi que ce soit... et en attendant, ce serait plus pratique pour tout le monde qu'il reste libre de ses mouvements.
* * *

Dégringolant de mon perchoir, je sautais dans le vide, me rattrapais à une volute, continuais à descendre plus en une chute juste contrôlée qu'en une véritable désescalade. Nous étions arrivés la veille, ou plutôt très très tôt le matin même - nous étions certainement partis après le convoi Elfique, mais à bord d'un petit voilier fin et rapide qui n'avait mis que peu de temps à faire le trajet jusqu'au port de Satanael. Je me rappelais en souriant la tête de Dirpk et Kassye lorsqu'ils nous avaient trouvé à Aveam, dégustant tranquillement à nous deux un lapin des plaines bien grillé, Sercërauco armé d'un couteau et libéré de ses chaines occupé à autre chose qu'essayer de me tuer. Arrivant enfin au sol, je me laissais discrètement glisser sur les dalles blanches recouvertes d'une fine couche de sable, et me mêlais à la foule du port en me dirigeant vers le marché. Je repérais rapidement Dirpk, Kassye et Sercë, et me dirigeais tranquillement vers eux, le sourire toujours aux lèvres.

- Ils arrivent, dis-je simplement en les rejoignant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nerwen Lythandas

avatar

Elementaire Iben
Elementaire Iben
Messages : 77
Date d'inscription : 23/07/2012

Détails indiscrets
Age : 322 ans
Humeur : Mortifiée
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Sam 29 Déc - 20:17

Réajustant ma couette haute, je me levais ensuite de ma couchette pour m'armer. J'avais passé, depuis la petite fête donnée en mon honneur, la majorité du temps à me cacher de tout le monde et surtout de Nabilac et du Général, n'osant même plus les croiser dans les couloirs tellement j'avais honte. Si j'avais pu monter en haut de la vigie pour me jeter ensuite dans le vide, je l'aurais fait, mais les marins m'empêchaient de m'approcher du mât dès que je mettais un pied sur le pont, chose assez étrange et qui m'avait tellement mortifié que je m'étais finalement enfermée dans ma cabine pour le reste du voyage.

Mais je fus bien obligée d'en sortir, ne supportant que peu d'être inactive, d'autant que je n'avais ni livre, ni harpe pour m'occuper. J'avais donc trouvé un coin isolé pour m'entrainer seule, préférant m'entrainer seule plutôt qu'avait quelqu'un. Le moindre regard goguenard m'aurait mis au tapis plus vite que la pire des blessures. Cependant, peu avant de débarquer, je fus obligée de faire face au Général, écoutant ce qu'il avait à dire avec l'envie de partir en courant. Je m'appliquai à être parfaite pour ne pas me faire remarquer, me plaçant au fond, le plus loin possible des deux elfes qui me mettaient mal à l'aise. Je n'arrivais pas encore à croire que j'avais autant dérapé... Et pourtant j'avais bien fait ça. Quelle horreur... Après avoir préparé toutes les affaires dont nous aurions besoin pour notre séjour sur Sanael, j'étais partie dans ma cabine sans demander mon reste.

Et quand la terre fut annoncée, je sautai presque dans mon uniforme, prête à descendre, impatiente de fouler le sol qui commençait à me manquer. J'attachais ma ceinture de couteaux ainsi que ma rapière à ma taille, avant de lisser une dernière fois mes vêtements et de sortir, retrouvant le groupe sur le pont. Je m'accordais un instant pour regarder l'horizon, avant de me frayer un passage pour me placer aux côtés de la Princesse Daes. Je lui devais fidélité à présent, et je me devais d'être près d'elle pour la protéger.

Une fois le bateau amarré, je me mis en marche en même temps que les autres soldats, débarquant sur le port Ondin en regardant autour de moi. Tous les habitants de l'île étaient parés de couleurs pastels, exposant leur chevelure colorée au vent doux qui soufflait sur le port. Le temps était exceptionnellement doux et j'avais du mal à croire que j'avais quitté une côté neigeuse quelques semaines plus tôt. Je revins rapidement sur terre, ne souhaitant pas m'attarder dans mes pensées pour me jeter à corps perdu dans mon rôle de soldat, que je rendossais presque avant soulagement.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Mer 2 Jan - 22:53

Nous y étions enfin, après des semaines d'un long voyage. Plus long encore pour moi que pour Kassye, ou Aube, elles avaient l'habitude de voyager à cheval, moi, pas. En temps normal, je n'usais que de la Téléportation pour me déplacer et le cas échéant d'une monture lorsque je me rendais chez les Humains, pour engloutir les dernier kilomètre de route sans me faire remarquer. Mais cette fois, les choses étaient différentes, j'avais mon élève avec moi. Après trois ans de traque souvent interrompu, j'avais enfin pu lui mettre la main dessus. La convaincre de me suivre et surtout d'accepter son sort n'avait rien eu de facile et je n'étais même pas encore certain que ce soit acquis. Même si notre courte escale à la Tour du Centre avait permis un certain rapprochement et une acceptation plus profonde. Au moins ne reniait elle plus farouchement la magie.
Evidemment, la téléporter dans mes voyages n'aurait rien eu de compliqué, fatiguant peut-être, à peine plus que d'habitude, mais il avait fallu que je tombe sur une Humaine préférant les bêtes à ses semblables et qui c'était entiché de sa monture. Et si je pouvais faire l'effort de la comprendre, il viendrait un moment ou l'affection démesuré qu'elle portait à Ombre Lune poserait problème. Elle nous ralentissait, ce qui était déjà gênant en soit, mais ce ne serait pas le seul problème. J'aurais pu la contraindre, mais elle était déjà assez sauvage comme ça, ce n'était pas la peine d'en rajouter et de toute façon, à partir du moment ou Aube avait décidé de croiser notre route, il n'avait plus été question de Téléportation.

Je voulais garder l'Hybride près de moi et ce à n'importe quel prix, ou presque. Pour l'instant, j'étais parvenu à lui en cacher la véritable raison, mais elle finirait par poser la question et je ne savais toujours pas ce que je pourrais bien lui répondre. Si je m'aventurais à lui dire la vérité, j'étais certain qu'elle ne pourrait alors plus échapper à la vision qui m'avait été offerte la nuit où Aube m'avait retrouvé. Elle ferait tout pour échapper à son destin et me prouver qu'elle n'avait besoin d'aucune protection et se jetterait inévitablement dans la gueule du loup.
C'était un cercle vicieux. Je devais la garder près de moi pour la protéger sans jamais rien lui dire au risque d'échouer, mais Aube n'était pas de celle que l'on pouvait enchaîner. J'étais certainement le seul à en avoir les moyens et je me refusais à les utiliser, je ne pouvais trahir ainsi sa confiance et utiliser ses sentiments, même pour préserver sa vie.

Pourtant, j'avais du me résoudre à l'abandonner au coeur des grandes Plaines d'Eaq, non loin des côtes pour me rendre à la Tour du Centre, harcelé par une autre vision. Le détour avait eu quelques effets bénéfique sur ma relation avec Kassye et sur la jeune femme elle même et d'autre effets un peu plus...dévastateur.
Nous avions retrouvé Aube en compagnie de Sercërauco... Ou la manie de mon élève à s'enticher d'êtres plus encombrant les uns que les autres. Au moins, l'Assassin avait-il le mérite de la pousser à user de son Don d'Empathie.
Je n'avais été qu'à moitié surpris de le retrouver libre de ses mouvements à côté d'Aube, armé, silencieux, mais calme. Il n'avait pas renoncé à la tuer, pas plus qu'il ne nous avait oublié, Kassye et moi. Il avait simplement compris que la force brute ne lui servirait à rien.
Il attendait sagement son heure, espérant endormir notre confiance pour mieux nous poignarder dans le dos. Ce qu'il ignorait, c'est que je ne lui accorderais jamais la moindre confiance. Et si il venait à menacer de près ou de loin la vie de Kassye, il ne se sentirait même pas mourir.

Mais pour l'heure, il se tenait à carreau et il l'avait fait jusque ici. Depuis que nous l'avions retrouvé, lui et Aube, jusqu'au moment ou nous avions du embarquer pour Sanael en laissant, après une longue négociation, nos montures à la charge de la jument d'Aube, habituée à se gérer seule.
La traversée de l'océan avait été aussi rapide que tranquille et à mon grand étonnement, Sercërauco se tint tranquille même dans les rues de la capitale du Peuple de l'Eau.

Aube avait été rapide à nous fausser compagnie, elle c'était fondue dans la masse avec une facilité presque déconcertante et j'aurais pu l'étrangler d'oser se pavaner parée des atours - si tant est qu'elles en aient- des Sirènes. Elle était simplement époustouflante et bien trop belle pour ne pas éveiller de vieux souvenirs. Quand elle était revenu vers nous, à peine vêtue, tentant de convaincre Kassye de l'imiter, j'avais été incapable de retenir un sourire. Elle était bien la seule femme au monde -à une exception près- capable d'éveiller celui que je m’astreignais à garder presque mort au fond de moi.
Il ne m'avait pas fallu longtemps pour me décider à l'imiter et à adopter le ....costume (?) local. Pantalon et chemise de lin blanc écume, je préférais rester le plus couvert possible, histoire de ne pas éveiller le sens de l'humour plus que douteux d'Eil'liathan.

Pudique...Si Cyliea me voyait.

Nous étions arrivés la veille et jusque là, Kassye n'avait cessé de s'extasier et de poser des questions, Aube de s'échapper et escalader et Sercërauco, contre toute attente, se tenait parfaitement tranquille, même lorsque nous déambulions entre les étales des marchands.
Mais la visite touristique fut abrégée aux alentours de midi, lorsque Eil'liathan et son escorte débarquèrent au port. Je n'aurais su dire si l'annonce de son arrivée me soulagea ou si, au contraire, elle augmenta encore mon anxiété. Je présentais l’engueulade, il n'y a pas d'autre mot pour décrire ce qui m'attend, peut-être l'avais-je mérité en un sens, mais j'y réfléchirais quand elle sera de retour à Nakae et en sécurité, ou presque...

"Je sais..." soufflais-je à Aube avec un clin d'oeil.

Rappelant Kassye, je me dirigeais vers le port. L’amarrage de la Niniel passa inaperçu, ce n'était qu'une galère marchande parmi d'autre, connus du Peuple de l'Eau qui plus est, le camouflage parfait. Peut-être Yavana serait-elle parvenue à adoucir la colère d'Eil'liathan...on peut toujours rêver.

Rapidement, je me frayais un chemin dans la foule se pressant sur les quais. Marins et marchands s'afféraient autour de nous, mais je les ignorais, seul m’intéressais la Princesses Daes et son escorte. Kassye, Aube et Sercërauco sur mes talons, je m'arrêtais à quelques mètres à peine de la passerelle descendue sur les quais pour permettre le débarquement des passagers.

Wylian fut le premier à apparaître, à mon grand soulagement. J'avais eu peur qu'il ne soit pas de taille face à Syl'adran, mais heureusement, mes peurs étaient infondées. Mes visions ne m'avait malheureusement jamais trompées.
Il avait l'air légèrement fatigué, il devait donc être véritablement épuisé, mais cela aussi, c'était un mal nécessaire.
Plusieurs soldats le suivirent et enfin, Eil'liathan posa le pied sur la passerelle, accompagnée d'Emea et je ne pus m'empêcher de grincer des dents.
Voir la Princesse Daes si peu de temps après son ancêtre me fis presque un choc, mais j'étais depuis habitué à son étrange ressemblance avec Laïla et rester impassible, comme à l'accoutumé, ne fut pas bien compliqué.

Evidemment, le débarquement des elfes attira l'attention, mais leur allure était assez intimidante pour dissuader les curieux.
Tous avaient l'air en forme, à mon grand soulagement. Eil'liathan avait même l'air de bonne humeur.

Youpi...



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Jeu 3 Jan - 12:07

Mains dans les poches, l'air maussade, je jaugeais d'un oeil mauvais toutes ces créatures exubérantes qui se pavanaient dans le marché sous un soleil de plomb - depuis le temps maintenant que je me faisais trimbaler par cette bande de zozos (plus de deux semaines, déjà, je n'arrivais pas à y croire...), je m'étais plus ou moins habitué à la lumière du jour... mais la chaleur qui régnait en maître sur cette île de malheur me rendait légèrement apathique, et le soleil me brûlait la peau. J'avais beau porter un pantalon et une tunique de lin à manches longues, mon cou et mon visage rosissaient à vue d'oeil, et la folle aux cheveux blancs avait déjà dû me soigner deux fois - je sens que je vais adorer le séjour. Enfin au moins, à mon grand étonnement bien que je le dissimule parfaitement, personne ici ne releva mon étrange couleur capillaire - en même temps, ce serait juste du foutage de gueule, songeais-je en regardant un couple passer, lui arborant des cheveux plus longs que les miens d'un vert bleuté.

Dans cette foule anonyme de créatures colorées et à moitié à poil nous dépassant toutes au minimum de 20 bon centimètres, la petite Sorcière gambadait comme un jeune chiot qui découvre le monde - j'avais eu l'occasion d'en voir, une fois, dans une maison d'une de mes victimes, et c'était le seul comparatif que je connaissais s'approchant le plus de son attitude à cet instant. Elle regardait tout avec un mélange de crainte et d'émerveillement... et je ne pouvais m'empêcher de trouver le spectacle vaguement amusant, bien malgré moi. Je n'en montrais rien bien sûr, m'appliquant à conserver un air revêche que j'espérais suffisamment décourageant pour la dispenser de m'adresser la parole, ce qui marchait plus ou moins... enfin pour l'instant, elle avait surtout juste mieux à faire.

Je sentais le poids permanent du regard du Sorcier dans mon dos - il ne me faisait pas confiance, et il avait bien raison, même si pour l'instant, paumé sur cette île, je rageais de savoir que je ne pourrais rien tenter. La chaleur me ralentissait, le soleil me gênait, et puis tout ce bruit, cette foule, ces créatures dont je ne croyais même pas l'existence possible quelques jours plus tôt... et de ce que j'avais cru comprendre, j'allais même voir des Elfes sous peu. Alors, patient, je rongeais mon frein, tout en sachant que lorsque je voudrais agir, il faudrait que je compose avec l'autre folle - je n'arrivais toujours pas à croire qu'elle ait pu me battre. Battu, par une fille, plusieurs fois d'affilées, par KO total. Je n'en revenais toujours pas, et ne l'en haïssais que d'avantage. Enfin pour l'instant, assommé par la chaleur, je n'étais pas en état d'haïr qui que ce soit - juste bon à suivre lentement le mouvement, j'essayais surtout de ne pas me perdre dans la foule - ça aurait pu être une idée... mais je savais qu'une fois séparé du groupe, j'aurais certainement du mal à quitter l'île pour regagner le continent. Ça me faisait mal de l'admettre, mais j'avais pour l'instant besoin d'eux, alors je restais sagement les mains dans les poches, non loin du Sorcier, surveillant d'un oeil la gamine dont les cheveux châtains prenaient des reflets acajou sous le soleil cuisant.

Puis soudain, je me figeais, jetais un regard par-dessus mon épaule - c'était bien ce que je pensais, l'autre folle était revenue. Habillée (si je puis dire...) de ce qui semblait être la mode locale, un collier de perles autour du coup, sa peau était plus sombre que jamais, ses cheveux argentés luisaient au soleil, et son regard pétillait - elle avait l'air plus que ravie d'être ici... Depuis qu'elle m'avait prouvé qu'elle était plus forte que moi, je ressentais pour elle un mélange de haine, mais aussi de curiosité et presque... de respect, bien que je n'en ai pas réellement conscience - je pensais souvent à elle, et je m'étais demandé ce qu'elle pouvait bien être pour être aussi... bizarre. Avec ses pupilles fendues, sa peau mate et ses cheveux blancs, elle ne ressemblait à aucune description de créatures mythique ou non que je connaissais... en revanche, j'avais fini par trouver à quelle Guilde elle appartenait. Elle avait tous les talents pour être une Atalante, une Assassin Suprême largement qualifiée, mais elle n'en n'était pas une - je l'aurais rencontrée avant sinon. Je ne la voyais pas voler pour vivre, elle semblait trop droite pour ça, avec ses notions d'honneur et blablabla, donc pas Milme - restait Onoro, et lorsque j'y avais enfin pensé... la réponse m'étais apparue comme une évidence. Après un échange rapide avec le Sorcier, nous nous dirigeâmes de nouveau vers le port - je n'aimais pas la mer... les reflets du soleil sur l'eau étaient aussi douloureux à regarder que lorsqu'ils me cramaient la peau. Là, une galère aux voiles rouges venait visiblement tout juste de jeter la passerelle, et ses passagers débarquèrent alors - donc... c'est ça, des Elfes ?...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nabilac Alaëstra

avatar

Ancien Eclaireur
Ancien Eclaireur
Messages : 101
Date d'inscription : 06/02/2012
Localisation : Là où l'on me conmande d'aller...Au front génèralement.

Détails indiscrets
Age : 321 ans
Humeur : Egale en toutes circonstances.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Jeu 3 Jan - 14:26

Nous y étions, après des semaines de voyage, d'ennui et récement d'inquiètude. Après notre rencontre en cuisine, Wylian avait adjoint la parole aux actes et avait réunit l'ensemble de notre unité pour expliquer aux soldats son état de santé relativement préoccupant. Evidemment, personne ne c'était permis la moindre remarque, pourtant, nous devions tous penser la même chose. Rentrer à Kalier devenait une nécessité presque absolue. J'en étais presque réduit à voiloir abandonner notre mission pour assurer la santé de notre Général, mais j'avais dans l'idée qu'il n'apprécirait pas l'idée et de toute façon, se serait un déshonneur pour tout le monde. Nous devions nous contenter de tout faire pour alléger son fardeau.

Alors quand l'ile fut en vue, personne n'eut besoin du moindre petit ordre pour organiser le débarquement.Rejoignant ma cabine, je réunissait rapidement mes affaires. Seulement ce bon nous aurions besoin, le reste serait conserver à bord, puisque nous enprunterions de nouveau le navire de Yavana pour rentrer. L'idée de devoir de nouveau passer plus de trois semaines en mer n'était pas pour me plaire, surtout en considérant l'état préoccupant de Wylian, j'avais peur qu'il ne puisse tenir trois semaines de plus, sans compter les semaines que nous devrions passer sur les routes pour ramener la Princesse Daes chez elle.

Mais je ne devais pas m'en préoccuper pour l'instant, si je voulais aider, je devais accomplir mon devoir comme je l'avais toujours fait, avec encore un plus de zèle peut-être.
Remontant sur le pont, habillé pour ne pas souffrir de la chaleur, armée comme à mon habitude, je rejoignis mes compagnons, remarquant Nerwen qui prenait place près de la Princesse Eil'liathan. J'esquissais un vague sourire en remarquant son aplomb, elle m'évitait soigneusement, ça ne m'avait pas échappé et je m'étais sentie obligé de prendre quelques précautions, histoire d'éviter un accident. A cause d'une mauvaise blague, ça aurait été vraiment idiot.

Prenant ma place dans l'escorte, je me mis en marche comme les autres, impassible, la mine sévère, ici, nous ne connaissions rien ni personne, je n'avais que très rarement croisé Sirène ou Ondin, mais je savais qu'ils étaient plus grand que nous et donc plus dangereux encor
e pour nous...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Jeu 3 Jan - 15:19

Me glissant avec aisance parmi la foule de Sirènes et d'Ondins qui faisaient leur marché, vivifiée par la brise marine, je m'amusais de ma petite taille aux côtés du peuple marin, et repérais rapidement Dirpk et les deux gamins. Haussant un sourcil amusé à la réponse du Sorcier, je ne commentais pas et me retins de justesse pour ne pas lui tirer la langue - M. Je-sais-tout va. Kassye semblait totalement émerveillée par les richesses du port, quant à Sercërauco, je grimaçais légèrement en remarquant qu'il avait déjà repris un léger coup de soleil. En même temps, à cette heure-ci, le soleil frappait fort... et sa peau qui n'avait presque pas vu le jour depuis qu'il était Atalante en prenait pour son grade. Remontant à côté de lui, j'effleurais sa main qu'il retira en me lançant un regard courroucé, mais j'avais eu le temps de le soigner - en plus, j'étais pas aidée... enfin, au moins avec moi il avait la garantie de ne pas finir aussi rouge que ses cheveux.

Fermant la marche, j'essayais de me contenir et de ne pas leur fausser compagnie, une fois de plus, pour aller voir de plus près tout ce qui accrochait mon regard, que ce soit les gigantesques poissons colorés que les marins ramenaient de leurs filets ou les sacs de perles revendues aux nobles sitôt légèrement polies, et suivis sagement le petit groupe jusqu'au navire des Elfes. Je filerais plus tard... je n'avais pas encore eu le temps d'aller voir si une auberge que j'aimais beaucoup était toujours tenue par le même vieil Ondin revêche. Son auberge s'appelait "Au 8 tentacules", quelque chose du genre, et il était spécialisé dans la cuisine des bestioles à tentacules justement... certainement le plus grand cuisinier de tout Sanael, même si l'auberge était située dans l'un des quartiers les plus mal famés de la ville.

Rêvassant tranquillement, je manquais presque rentrer dans Kassye lorsque notre petit groupe s'immobilisa brutalement sous la conduite de Dirpk - ah... nous y étions. Curieuse, j'observais le sommet de la passerelle d'où les Elfes apparurent bientôt, et la vision du premier de la file m'arracha un léger sourire teinté de nostalgie. Il était le portrait de sa mère... typiquement Diossad, et ses cheveux noués sur la nuque brillaient avec plus d'éclat que l'or au soleil de Satanael. J'avais tellement hâte de rencontrer Cindara... et lui, où avait il été pêcher ces yeux là ??... Je n'avais jamais vu ça chez un Diossad, probablement une vieille réminiscence génétique de l'époque d'avant l'Age de la Répartition. Les Elfes qui suivirent étaient eux aussi typiquement Diossads - grands pour des Elfes, bien qu'aucun ne le soit autant que le Prince, carrés d'épaules et bien armés - j'avais moi-même conservé ma précieuse dague sanglée à la cheville, non seulement parce qu'elle m'était aussi chère qu'elle était inestimable, mais aussi parce que je restais Onorienne avant tout. Le peuple de l'eau voyait d'un mauvais oeil des étrangers débarquer sur leurs terres armés jusqu'aux dents, mais nous avions de bonnes raisons de l'être.

Patientant sagement aux côtés de Dirpk, j'observais le débarquement, les Sirènes et Ondins se décalant un peu pour laisser place, curieux pour certains, pas ravi de voir les nouveaux venus aussi armés pour d'autres, mais bon enfants dans l'ensemble... mais je cessais de m'en préoccuper définitivement lorsque celle qui ne pouvait qu'être la Princesse Daes passa la passerelle pour descendre dans le port. Si nous n'avions pas été en présence d'autant de monde, j'aurais certainement poignardé Dirpk sur place. Je comprenais mieux à présent pourquoi il était si attaché aux Daes, et particulièrement à leurs têtes couronnées... jusque là, j'avais juste cru que c'était simplement en rapport avec Elle. Mais jamais je n'aurais cru que ça aurait pu être à ce point. Durant une fraction de seconde, mon souffle se bloqua dans ma gorge, et mon coeur loupa un battement... ou peut-être deux ou trois.

Si je n'avais pas su depuis longtemps que Laïla avait choisit de passer l'éternité auprès de Cyliea, si je n'avais pas moi-même vu son cercueil de cristal, si toute ces certitudes n'avaient pas été ancrée en moi depuis des siècles... j'aurais presque pu croire que c'était Laïla elle-même qui descendait vers nous à cet instant. La Princesse lui ressemblait de manière si frappante... ce teint légèrement doré, cette épaisse chevelure sombre et miroitante comme la pierre dont ils avaient la couleur... Seuls ses yeux attestaient de son identité - l'un était d'un bleu indigo plus vrai que nature... mais l'autre se teintait du pourpre de la Corruption. Ainsi donc, les Ombres faisaient du dégâts même dans les coeurs les plus purs. Peut-être était-elle aussi légèrement plus petite. Mais pour le reste... même stature, même allure, même attitude, même regard, presque la même aura. Un physique parfait, à la limite du supportable.

Insupportable pour moi en tout cas. J'avais définitivement plus que hâte de mettre les voiles, de laisser Dirpk s'occuper des Elfes, puisque c'était son devoir, pas le mien. J'avais le goût amer de la défaite sur ma langue alors que mon coeur se contractait douloureusement. Comment pouvais-je encore me permettre d'espérer, alors qu'il existait une femme comme elle sur cette terre. Elle n'avait certainement rien eu d'autre à faire que naître pour avoir un million de chances de plus que moi de conquérir Son coeur un jour. Aujourd'hui, elle était très jeune... mais viendrait le jour où ce ne serait plus un obstacle pour Dairiun.

Descendante de ma si lointaine cousine... comme tu as de la chance...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Jeu 3 Jan - 19:42

Tenir en place n'était pas une chose facile. Je ne rêvais plus que de fouler la terre ferme et peu importe quelle serait la nature du sol sur lequel je poserais enfin les pieds, je le ferais avec plaisir. J'aurais tout donner pour pouvoir planter mon escorte sur place et m'élancer en courant dans les rues de Satanael jusqu'au palais Royale. Je rêvais d'espace... Palpable. Je rêvais de courses à pieds, à cheval, de sable, de terre, de l'humus de la forêt, de culture, d'arbre, de végétation, d'odeur, de bruit, de foule. Je ne désirais plus que changer d'air et oublier le plus possible l'odeur salée de l'océan, le remous des vagues, l'infinité d'eau. Je rêvais de voir de nouveau des limites, m'assurer que le monde n'était pas qu'un horrizon de bleu entre ciel et mer. Bêtement, l'espace de quelques secondes, lorsque la vigie avait annoncé "terre en vue", j'avais cru à un rêve. Nous étions enfermés depuis si longtemps, voguant sur un océan pourtant synonyme de liberté pour ses habitants et ceux qui l'aimait, que j'avais cru que l'eau avait finit par tout engloutir.

Mais je n'avais pas rêvé et nous débarquions enfin. On était loin de la liberté de mouvement et d'espace que j'appelais de tout mon être, mais je m'en contenterais. Entouré des soldats Diossad, accompagnée d'Emea et de Nerwen, je passais la passerelle et soupirais presque de soulagement lorsque je pus enfin poser les pieds sur le sol. En cet instant, je me moquais de la chaleur presque écrasante qui régnait en maitresse sur l'ile, je me moquais du regard des passant et autres travailleurs du Peuple de l'Eau, tantôt curieux, émerveillés ou courroucés, tout ce qui comptait pour l'instant, c'était le sol sous mes pieds.

Comme je rêvais de fausser compagnie à Wylian. Je l'aurais fait, sans l'ombre d'une hésitation, j'aurais même entrainé Emea dans ma course, si je n'avais pas été consciente de l'état de santé préoccupant de Wylian. C'était la seule chose, en dehors de la grosses d'Emea, qui me poussais à rester digne et endossé mon rôle de Princesse Héritière et ambassadrice de mon peuple. Finalement, Syl'adran avait bien plus aidé Wylian qu'il ne le pensait. Tout ce que j'espérais, c'est que cette aide inespéré ne soit pas fatal à son bénéficiaire, j'aurais certainement du mal à me le pardonner.

Suivant Wylian, qui avait repéré Diprk dans la foule je me frayais un chemin à travers les rangs des soldats formant mon escorte pour rejoindre Wylian qui présentait respectueusement ses salutations à ce maudit Sorcier de malheur. En trois semaines de voyage, j'aurais imaginé pouvoir me raisonner et oublier ma colère, mais à le voir là, attifé de l'uniforme local et accompagné en plus, je sentie ma colère retrouver de ses forces.

Je ne prêtais qu'une vague attention à la jeune fille aux cheveux châtains derrière le Sorcier, passait rapidement sur l'Humain aux airs patibulaire...d'une tomate bien mure mais m’attardai légèrement sur la femme aux cheveux blanc. Ce n'était évidement pas une elfe, malgré ses pupilles fendues...une hybride peut-être ? Mais finalement, je m'en moquais. Dirpk était entouré d'inconnu, c'était pour ses inconnu là que des soldats avaient perdus la vie et je ne pardonnerais pas à Dirpk de m'avoir abandonné pas plus que je ne me pardonnerait la mort de ces soldats.

"Vous vous êtes même offert le luxe d'arriver avant nous...formidable."
lâchais-je en guise de salutation.

Je n'avais aucune attention d'être ni poli, ni aimable. Il m'avait abandonné, j'aurais pu attendre encore pour qu'il puisse m'accompagner et épargner la vie des Diossad, mais il avait préféré m'envoyer sur les routes au péril de la vie des autres, alors qu'il nous aurait suffit d'une journée, deux peut-être pour que je puisse récupérer ma Perle d'Eau.
Il était aussi coupable que moi et...il m'avait abandonné...





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Jeu 3 Jan - 20:45

Cette chaleur... c'était littéralement étouffant, d'autant plus parmi la foule du port. Prenant la tête de notre escorte, je repérais immédiatement le Sorcier et... les personnes l'accompagnant dans la foule, et paré de mon masque froid et impassible, j'ignorais les regards des Sirènes et Ondins qui louchaient sur nos armes et traversais rapidement et efficacement la foule pour les rejoindre. Je n'étais pas étonné qu'il soit parvenu à arriver avant nous, en revanche, je ne m'attendais pas à le trouver accompagné de plus d'une personne. La jeune demoiselle dans son dos était visiblement Humaine, ainsi que le garçon aux cheveux... rouges vifs, très déconcertant, mais je me méfiais immédiatement de lui - bien qu'il paraisse calme et désintéressé, son aura bouillonnait de noirceur à l'égal des Corrompus. Une troisième personne complétait le petit comité d'accueil, et ce fut celle qui retint le plus mon attention - elle avait sans aucun doute du sang Elfique, comme l'attestaient ses pupilles fendues... mais sa silhouette souple et musclée, sa peau étrangement sombre et ses cheveux grisonnants comme ceux d'une personne âgée me déconcertaient un peu - elle paraissait à la fois douce et dangereuse, jeune et sans age, mais une chose était certaine, la vue de la Princesse semblait lui avoir fait l'espace d'une fraction de seconde... comme un choc.

Je doutais que cette dernière l'ait remarqué, occupée qu'elle était à bousculer mes soldats pour venir se planter devant le Sorcier, et à peine avais-je ouvert la bouche pour le saluer avec respect et dignité elle vint ajouter son grain de sel, me faisant grincer des dents. Elle n'avait pas tenu en place bien longtemps... enfin heureusement, j'avais déjà pu constater que le Sorcier semblait habituer à gérer sa protégée, aussi préférais-je garder le silence, histoire d'éviter de retourner les foudres de la Princesse contre moi - j'avais eu ma dose sur le navire, et je préférais tenter de préserver le plus longtemps possible la trêve relative instaurée depuis notre dernier... "échange". Laissant donc le Sorcier se débrouiller avec la Princesse en colère, je tournais à nouveau mon regard vers la femme aux cheveux blancs ainsi que les autres accompagnateurs du Sorcier.

- Nous ne nous attendions pas à retrouver le Maître Sorcier si entouré. A qui avons-nous l'honneur ?... demandais-je avec calme et autorité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Jeu 3 Jan - 21:59

Voir Eil'liathan débarquer sagement, entouré des soldats Diossad fut un soulagement de courte durée. Dés qu'elle apparut, visible de tous, non seulement, l'attention de la foule redoubla, mais je sentis Aube se raidir à mes côtés, j'entendis son coeur cesser de battre l'espace d'une seconde, son souffle court lorsqu'elle posa pour le première fois les yeux sur la Princesses Daes. Il ne lui fallut qu'une fraction de seconde pour faire le lien et je dus retenir une grimace. Je n'avais pas besoin de mon Empathie ou de ma Télépathie pour deviner le fond de ses pensées et la garder près de moi alors que je devais aussi veiller sur Eil'liathan ne serait pas une chose facile. Retenant un soupir, je pris soin de ne pas tourner les yeux vers l'Hybride, de peur d'y lire clairement sa surprise, sa déception et peut-être même une certain résignation. Je n'avais aucune envie de la voir abandonner maintenant, j'avais besoin de sa présence à mes côtés, aussi égoïste que cela puisse paraître, j'avais toujours pu compter sur elle et j'espérais sincèrement que ça dure.

Wylian nous repéra immédiatement et je le laissais nous rejoindre sans esquisser le moindre mouvement. de nouveau, je retins un soupir, prenant garde à rester égal à moi même, impassible mais pas glacial. Les choses se déroulaient comme prévu et si je n'en étais pas enchanté, au moins n'aurais pas trop à batailler pour que le Destin suive la voix de la Paix.
J'avais beau savoir que ce qui nous attendait été un mal nécessaire, je ne pouvais m'empêcher de me sentir mal en présence de Wylian et Emea, je savais ce qui les attendait et je ne pouvais m'empêcher de m'en vouloir.

Evidemment, Wylian n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche qu'Eil'liathan fit son apparition. Elle avait l'air en colère certes, mais moins que ce à quoi je m'attendais. Son séjour l'avait peut être un peu apaisé.
Retenant un énième soupir, je me contentais de la fixer sans bouger, soutenant son regard sans mal. Elle m'en voulait, c'était évidement et je pouvait la comprendre. Après tout elle avait de quoi. J'aurais pu alléger son fardeau, j'aurais pu l'aider à obtenir sa Perle en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, j'aurais pu lui permettre d'éviter de croiser de nouveau son frère, de se sentir responsable des soldats qui avaient donné leur vie pour elle, j'aurais pu la protéger des épreuves qu'elle venait de traverser, mais je l'aurais alors condamné à bien pire.

"Bonjour Votre Altesse." répondis-je inclinant légèrement la tête.

C'était ma manière à moi de la remettre à sa place, je la connaissais assez pour savoir qu'elle avait horreur qu'on lui rappelle son rang et ses responsabilité. Ca aurait pour effet de refroidir sa colère, elle attendrait de pouvoir me hurler dessus en privé, tout simplement parce qu'elle savait que je n'aurais aucun mal à la réduire au silence en public. Je serais plus coulant loin des yeux et des oreilles indiscret.

"Je sais que vous m'en voulez, mais croyez moi Eil'liathan, si j'avais pu faire autrement, je vous aurais personnellement accompagné. Je l'ai déjà fait avant, si j'avais pu recommencé, je ne m'en serais pas privé. Et si Votre Altesse reste l'une de mes priorité dans ce monde, elle n'est malheureusement pas la seule, mon devoir exige de moi quelques sacrifice, je suis navré que vous ayez à en subir vous aussi les conséquences. Tout comme je suis navré pour les soldats que vous avez perdu votre Altesse"

Ca, c'est fait...
Haussant un sourcil en la voyant ouvrir la bouche pour me répondre, visiblement agacé par ma rhétorique, j'esquissais un sourire en la voyant rendre les armes. Après tout, c'était moi qui lui avait appris cet art, il était normal que je le maîtrise mieux qu'elle. J'avais eu près de cinq mille an pour l'exercer.

"Tout comme je suis navré pour les soldats que vous avez perdu votre Altesse" repris-je en me tournant vers Wylian. J'aurais pu pousser un peu plus loin les formules consacrée Diossad en évoquant honneur et devoir accomplit, mais Eil'liathan semblait décidé à ronger son frein et à ne pas laisser exploser sa colère, il était inutile de lui donner de bonnes raisons de changer d'avis.

"Peut-être pourrions nous abréger les civilité et aller directement à ce qui nous intéresse, nous sommes rester tous trop loin de chez nos trop longtemps." remarquais-je.

"Je ne m'y attendais pas non plus Altesse. Certaine surprise ne sont pourtant pas toujours désagréable."

Coulant un coup d'oeil à Aube, je retins un soupir en remarquant qu'elle éviter soigneusement de croiser mon regard.
Tête de mule !!! Tant pis pour toi tiens !!!
Prenant l'Hybride de vitesse, je pris sur moi de faire les présentation. J'avais une petite engeance personnelle à prendre.

"Je vous présente Aube Lyon'Onoro, je pense qu'il est inutile de vous en dire plus sur sa personne."

Elle allait détester, mais je m'en moquais, elle avait déjà trop user de mon nom pour que je n'use pas du sien de la même façon.
Sa lui apprendra à bouder pur rien.

"Et voici Kassye, elle est mon élève." continuais-je en désignant la jeune fille.

Je préférais ne pas la présenter directement en temps que Sorcière du Premier Cercle. Pas encore, pas tant que j'étais certain qu'elle avait réellement accepté son rang sans y être obligé d'une quelconque manière.

"Le jeune homme à ses côtés est connu sous le nom de Serceraucö, c'est un Atalante." précisais-je en gardant pour moi sa folie et la raison de sa présence à nos côtés.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Ven 4 Jan - 13:30

J'étais... réellement et définitivement dégoûtée. Celle là, je l'avais vraiment, vraiment, vraiment pas vue venir. J'avais envie de rire et de pleurer à la fois, d'un rire amer, de larmes acides. Gardant mon regard braqué sur elle, je me trouvais incapable de détourner les yeux - chaque mouvement emprunt d'une grâce sauvage rehaussait sa beauté, sa jeunesse et sa vitalité, et même à cet instant, lèvres plissées en une moue qui faisait écho à la colère qui crépitait dans son regard, elle restait le portrait craché de la première Élémentaire... et accessoirement, de la plus belle Elfe que Cyliea ait jamais créé, selon ses propres mots. Remontant rageusement le convoi Elfique, sitôt que le Prince Diossad ait salué la saloperie de Sorcier à mes côtés, elle se planta devant lui, lui lançant un regard qui exprimait une colère que j'avais du mal à saisir... et dont je me moquais bien. Tout ce que je voyais, c'était qu'elle était encore plus belle vue de prêt que de loin. Malgré son léger hâle, sa peau scintillait comme de la nacre au soleil, l'éclat de son teint était sans pareille, et les richesses des abysses paraîtraient ternes et fades face aux lueurs qui animaient son regard indigo.

Arrachant mon regard à la contemplation de la jeune femme, j'échappais un léger soupir, essayais de m'éclaircir les idées - de toute façon, ce n'était pas comme si j'avais toujours su que c'était perdu d'avance. Mais... croire, un tout petit peu, n'avait jamais fait de mal à personne... or là, même croire ne m'était définitivement plus permit. Lui qui revenait en plus de la Tour du Centre... j'étais certaine qu'il avait dû trouver un moyen, à un moment ou un autre, de s'octroyer quelques minutes de solitude face au cercueil de Laïla. Ne prêtant aucune attention, ou du moins essayant, à l'échange entre la Princesse et le Sorcier, je reportais mon regard sur le Prince Diossad, esquissais l'ombre d'un pâle sourire. Finalement, lui par contre ne ressemblait pas tant que ça à sa mère, et je retrouvais en lui les yeux en amande et la mâchoire plus carrée de son père... sans compter qu'ils avaient, à très peu de choses près, presque exactement le même timbre de voix. Mais... en y prêtant plus d'attention, je remarquais les cernes sous ses yeux, son teint relativement pâle en comparaison des autres Elfes... Fronçant les sourcils, je gardais le silence, fermais brièvement les yeux - le Vent me porta un relent de chair putréfiée, brûlée... et lorsque je rouvris les yeux, mon regard tomba sur le bandage à son bras droit.

Il se passait des choses là-dessous, et j'y aurais volontiers jeté un coup d'oeil, mais certainement pas maintenant. Je connaissais bien l'honneur Diossad, et le Prince n'apprécierait certainement pas que je pointe du doigt sa faiblesse en public. Un peu calmée, mon sourire se fit un peu plus franc alors qu'il reprenait la parole - tout le monde semblait considérer la Princesse comme une bombe à retardement... les voir se contorsionner pour éviter les sujets qui fâchent, Dirpk inclut, avait quelque chose de vaguement comique. Changeant habilement de sujet, le Prince nous demanda alors indirectement les présentations... et je manquais m'étrangler, une seconde fois, en entendant Dirpk. Le fusillant d'un regard noir de colère masquant à peine la douleur à vif que je ressentais, et ressentirais certainement toujours, en face de la Princesse, je pinçais les lèvres... il n'était pas temps de faire des scandales. Même la petite Princesse s'était contenue, avec près de trois mille ans de plus à mon actif, je devrais arriver à faire bonne figure aussi...

- ... J'apprécie en général de conserver un minimum d'anonymat, rétorquais-je un peu sèchement à l'attention de Dirpk, bien que j'évite soigneusement de croiser son regard. Aube Lyon suffira donc... permet moi juste de te dire que tu ressemble beaucoup à ta mère, Wylian, ne pu-je m'empêcher de relever avec un sourire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Ven 4 Jan - 14:37

L'air frais et emprunt d'une odeur de musque et d'épice, typique d'un marché, me fit un bien fou. Depuis des jours, je ne sentais que le sel de la mer et cette odeur avait finit par m'être insupportable, augmentant la violence de mes nausées fréquentes. Pouvoir poser les pieds sur la terre ferme me tira un sourire heureux et soulagé. A côté de moi, Eil'liathan se tenait tranquille, pourtant, je la sentais impatiente d'être libre de ses mouvements et je pouvais la comprendre. Mais si elle se décidait à ne plus coopérer, je ne la laisserais pas m’entraîner avec elle. Non seulement parce que j'avais affirmer à Wylian que je pourrais modérer les élans de sa protégé, mais en plus parce que ce n'était pas le moment pour moi de faire des folies.

Pourtant, je brûlais de déambuler de nouveau dans les rues de Satanael. Je gardais de cette ville un merveilleux souvenir et j'aurais voulu avoir l'occasion d'aller faire un tour sur les différents marchés de la ville. Mais je n'étais pas là pour ça et pour l'instant, nous devions nous concentrer sur notre objectif. Ou plutôt, celui d'Eil'liathan. Wylian en tête, nous débarquâmes en rang serré, malgré la chaleur étouffante de l'endroit. Promenant mon regard sur ce qui m'entourait, je remarquais quelques regards courroucés et d'autres curieux. Si l’amarrage du navire était passé inaperçu, notre arrivée fut plus remarqué. Ce n'était pas tous les jours qu'une troupe de soldats Diossads débarquait au Port de Satanael, armé jusqu'au dents.

Mais ni Wylian ni les soldats ne prêtèrent attention aux passants. Dirpk était là, il nous attendait, entouré de plusieurs personne et je retins un soupir en sentant la Princesse Daes se raidir. Si elle avait pu oublier sa colère durant notre voyage, elle venait de la retrouver et j'avais peur qu'elle ne puisse se contenir.
Je levais les yeux au ciel lorsqu'elle se fraya un chemin parmi les soldat pour rejoindre Wylian, Dirpk et ceux qui l'accompagnait.
Retenant un soupir, j'entrepris de la suivre mais restait légèrement en retrait, saluant simplement le Sorcier d'un hochement de tête avant de grincer des dents. Mais intervenir fut complètement inutile. Car, comme d'habitude, il la força à garder le silence et a attendre sagement que les choses se passent. En plus, il n'avait pas tout à fait tord. Eil'liathan, malgré son rang n'était pas le centre du monde.

Scrutant les compagnons du Sorciers, je me demandais qui ils pouvait bien être. Deux Humains, le garçon, avec les étrange cheveux rouge me semblait dangereux, il dégageait quelque chose d’inquiétant, mais je ne me sentais pourtant pas en danger. tant que je n'étais pas seul avec lui, ce qui n'avait aucune raison d'arriver. La jeune femme semblait plus réservée et nous observé avec un mélange de fascination et de méfiance et je lui offrit un sourire qui se voulait rassurant. Nous ne la mangerions pas. restait la femme au cheveux blanc qui dévisageait Eil'liathan avec une certaine insistance. Elle semblait sans age, sans race et sans émotion précise. Elle ressemblait à une elfe, sans pouvoir faire partie des notes... Un hybride ? Elle avait quelque chose de fascinant, dégageant autant de douceur que de force et une certaine sauvagerie. Elle m'effrayait autant qu'elle m'intriguait autant qu'elle m'effrayait et je me surpris à la dévisageait de la même manière qu'elle dévisageait la Princesse à mes cotés.

La voix de Dirpk me fit revenir à la réalité et j'écarquillais légèrement les yeux. L'identité de la jeune expliquait son étrange apparence et son aura fascinante. Elle était au moins aussi légendaire que le Sorcier se tenant à ses côtés. Mais contrairement à se dernier, je la croyais morte depuis bien longtemps.

Visiblement j'avais tord.

Et maintenant que je connaissais son nom, je ne pouvais m'empêcher de la dévisager plus encore et étouffais un hocquet de surprise en l'entendant évoquer la mère de Wylian, ce qui m'obligea à m'arracher à la contemplation de l'Hybride pour me concentrer sur son fiancé en grinçant des dents.
Comment allait-il le prendre ?


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Ven 4 Jan - 15:33

Gardant le silence, ne pouvant cependant retenir un soupir exaspéré, je laissais le Sorcier se débrouiller avec la Princesse - chacun son tour hein, moi ça faisait des semaines qu'elle me faisait tourner chèvre, et je n'avais pas la chance d'avoir son autorité et son emprise sur elle. Moi, elle ne m'écoutait pas, et j'avais dû composer avec, alors maintenant qu'il s'en débrouille - je ne doutais pas une seconde qu'il arriverait à la réduire au silence en un claquement de doigt. Profitant d'avoir accomplit mon devoir, après avoir salué le Sorcier je m'accordais un bref coup d'oeil sur le port et sa population - je n'étais jamais venu sur cette île... et je sentais malgré moi une curiosité typiquement maternelle rejaillir des tréfonds de mon subconscient. Partout l'activité battait son plein sous le soleil de plomb qui ne semblait gêner personne - Sirènes et Ondins, vêtus de tissus clairs et souvent transparents déambulaient dans le port, arborant des tatouages à l'encre indigo pour certain, des rangées de perles fines pour d'autres, et il ne me fallut qu'un regard pour comprendre la hiérarchie sociale du peuple de l'Eau et leurs attributs.

Tous portaient leurs cheveux plus ou moins longs, passant par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel en des teintes vives et provocatrices, généralement assorties à leurs iris - grands, élancés, plus ou moins musclés suivant s'ils étaient marin tatoué ou noble croulant sous les rangs de perles, leurs visages étaient généralement assez plats, leurs lèvres pulpeuses, leurs yeux assez ronds mangeant une bonne partie de leur visage... un peu comme des poissons, en fait, tout simplement. Ils se déplaçaient avec grâce et volupté, et à les voir ainsi, je comprenais mieux les Légendes qui couraient sur leur traîtresse beauté - car il était aussi connu que sous leur apparence divine, leur caractère était souvent lunatique, imprévisible, et par conséquent dangereux.

Au dernier plan derrière le Sorcier, la ville étincelait de mille feu entre ses monuments de cristal et ses cascades et fontaines qui semblaient irriguer toute la ville, la sublimant de sa lumière pour la rendre aussi éclatante que le soleil. Malgré notre mission, malgré ma blessure, malgré toutes les charges qui pesaient sur mes épaules et qui m'avaient conduites ici à cet instant... j'étais sincèrement heureux d'avoir pu me rendre, au moins une fois, sur cette île légendaire, et d'avoir pu contempler de mes propres yeux les créatures mythique qui la peuplait. Mon devoir était de protéger mon Royaume, et j'avais beaucoup à faire aux frontières pour empêcher les Corrompus de pénétrer nos terres... ma vie ne serait qu'une longue bataille contre ces créatures, j'en avais conscience, alors pour une fois, j'étais ravi de changer un peu d'air.

Mais très vite, je reportais mon attention sur les gens accompagnant le Maître Sorcier, et plus particulièrement sur la femme aux cheveux blancs. Trop grande pour une Elfe, trop petite pour être une Sirène, elle était pourtant vêtue comme l'une d'entre elles, portait un collier de perles, un poignard à la cheville... sa peau était étrangement mâte, mais d'une teinte caramel dorée, pas noire comme celle des Corrompus... Elle paraissait tantôt avoir notre age, tantôt aussi vieille que le Sorcier à ses côtés... il m'était tout simplement impossible de la cerner, et ça plus le fait qu'elle ne cessait de regarder la Princesse avec insistance m'agaça un peu. Mais je n'en montrais strictement rien, comme toujours, et lorsque je sentis son regard glisser finalement sur moi je ne pu retenir un frémissement - même sans la regarder dans les yeux, j'avais l'impression qu'elle pouvait lire jusqu'aux tréfonds de mon âme...

- Ils sont en paix, à présent, répondis-je simplement au Sorcier sans insister d'avantage sur le fait qu'ils n'avaient fait que leur devoir, et qu'ils étaient mort dans l'honneur - il avait réussit à contenir l'exubérance de la Princesse jusque ici, je n'avais pas l'intention de lui mettre des bâtons dans les roues maintenant. Vous avez raison - je m'en remets à vous pour nous guider jusqu'à l'objet de votre quête, approuvais-je d'un léger hochement de tête.


Il était plus que temps que les choses s'activent maintenant. Reportant mon regard sur les compagnons du Sorcier, celui-ci à ma demande procéda finalement aux présentations... et le nom de sa compagne jeta un lourd silence sur notre petite assemblée. S'il n'avait pas été si âgé et si vénérable... j'aurais pu croire qu'il se fichait de nous, mais c'était un sport que se réservait généralement la Princesse Tyan'Lirulin... aussi devait-il avoir raison, bien que j'ai du mal à le croire. Mais en même temps... ça expliquait beaucoup de chose. La Première Hybride de l'histoire, mi-Elfe, mi-Humaine donc, ce qui justifiait ses pupilles fendues et sa peau tannée par le soleil, son allure sans âge et son aura aussi douce que dangereuse. Si elle était bien celle que nous présentait le Sorcier, elle devait avoir au moins 2500 ans... mais surtout, elle était donc la créatrice de la première Guilde, Onoro, les Mercenaires. Mais nous n'étions pas au bout de nos surprises, et j'eu bien du mal à contenir la mienne en l'entendant s'adresser à moi ainsi - c'était certainement la première fois qu'une inconnue se permettait de me tutoyer... et de ce qu'elle laissait entendre...

- ... Vous avez connu ma mère, murmurais-je simplement en réponse, promesse d'une discussion future.


Ce n'était pas le moment du tout... d'autant plus que le sujet promettait d'être douloureux... mais je devais savoir. Curieusement, je n'étais pas offensé par ses manières directes, ni par son allusion à un passé révolu depuis longtemps - elle venait simplement de me signifier qu'elle pouvait me parler de ma mère, chose que je n'avais jamais pu faire avec mon père, ne pouvant compter que sur ma mémoire vacillante pour me rappeler d'elle... alors, si elle pouvait me parler de cette femme que j'avais finalement si peu connu... j'essayerais d'en apprendre le plus possible.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Ven 4 Jan - 22:53

Je rêve ou Wylian viens de ... Soupirer ?? Non mais je rêve ! Il devrait être content que je me trouve un nouveau souffre douleur et un qui avait mérité de l'être en plus !!! Bon d'accord, au premier abord, j'étais persuadé que Wylian méritait le sort que je lui réservais et le faire tourner en bourrique alors qu'il se pavanait sous mon nez, me rappelant sans cesse mon frère, mon fiancé et tout ce que je refusais d'être, m'avait paru normal et presque naturel. Mais notre séjour un peu trop prolongé et nos brèves entrevues m'avaient obligé à revoir légèrement mon jugement. Mais si j'avais décidé de lui facilier les choses, pour préserver sa santé et celle d'Emea qui n'avait absolument pas besoin de s'inquiéter pour moi, il se pourrait bien que je vienne à changer d'avis !!

Ravie de constater qu'il se contentait d'un bref soupir, je reportais toute mon attention sur le Sorcier face à moi. Il semblait égale à lui même.
Ni heureux, ni triste, aussi joyeux qu'a son habitude, si peu qu'un bout de bois puisse éprouver de la joie. Impassible en toutes circonstances et jusqu'au bout. Au moins ne semblait-il pas totalement inaccessible, comme pouvait l'être Wylian. Il se contentait de masquer à la perfection la moindre de ses émotions et deviner ses pensées était impossible, même pour ceux qui comme moi, le connaissait depuis des siècles.

Droite et raide face à lui, la mine fermée, je contenais au mieux ma colère. Je lui en voulais terriblement. D'avoir imaginé que je ne pouvais pas attendre, d'avoir poussé mon père à former pour moi une escorte de soldats qui ne m'avaient jamais rien demandé, qui n'étaient même pas de mon peuple. Je lui en voulais d'avoir mis pour moi autant de vie en jeu pour moi. Mais je n'eus même pas le temps de lui exprimer véritablement le fond de ma pensée. Sa réponse attisa un peu plus ma colère et je serrais les poings. Comment osait-il me parler ainsi ? Me faire passer devant tout le monde pour ce que je n'étais pas, une garce capricieuse. Évidement, je savais qu'il avait des responsabilités, évidement, je savais qu'il ne pouvait pas passer son temps à s'occuper de moi. Mais notre voyage ne lui aurait couté qu'une journée, deux au maximum et j'aurais pu attendre qu'il est réglé ses affaires. Mais il ne m'avait même pas interrogé.
Bouillant de rage, je détournais les yeux, serrant les dents. Si j'avais pu, je lui aurais fait mordre la poussière. Mais je n'en avais pas les capacités, en revanche, je pouvais toujours l'ignorer, pour commencer. Avant de pouvoir exploser et lui cracher tout le venin que je lui réservais au visage.

Lorsque je détournais les yeux, mon regard croisa celui de la femme aux cheveux blancs. Je n'arrivais pas à la définir. Elle semblait sans age, sans émotion, elle me paraissait aussi impénétrable que le Sorcier, aussi mystérieuse et aussi savante et alors que je croisais son étrange regard, écrin de la pupille fendue caractéristique des elfes, je frissonnais légèrement. Elle semblait capable de lire en moi comme dans un livre ouvert et son insistance à me dévisager me mettait profondément mal à l'aise.

Détournant de nouveau les yeux, je préférais m'intéresser à notre environnement, mais je sentais le poids du regard de cette femme sur moi.
Je commençais à me demander si je la connaissais ou si elle m'en voulait pour une obscur raison.
Mais comme je n'obtiendrais pas de réponse immédiatement, je préférais me désintéresser d'elle ou essayer. Alors que Dirpk faisait les présentation, j'examinais chacune des personne qu'il nous présentait.

Esquissant un sourire, je tournais de nouveau les yeux vers la femme...Aube. La légendaire créatrice de la guilde Onoro, l'un des première hybride de notre monde, à moitié Dissael, à moitié Humaine. Elle était de sang royale, des deux côtés. Ça expliquait son étrange apparence. Dans son genre, elle était plutôt belle, réunissant les critère de beauté de deux peuple réunit. Elle était aussi certainement unique.
Concentrant mon attention sur le reste de la troupe, je m'arrêtais sur l'Humaine que Dirpk avait désigné comme son élève. Plissant légèrement les yeux, je retins un soupir et un sourire mauvaise. Je ne l'avais jamais vu et elle semblait...perdu, méfiante et fasciné à la fois. Était-ce pour elle que Dirpk avait envoyé les Diossad à la mort ? Était-ce pour elle qu'il m'avait abandonné ? Tu parle de responsabilité...

Dégouté, je détournais les yeux, ne me préoccupant plus d'eux. Je ne désirais plus que récupérer ma Perle et rentrer chez moi pour tous les oublier.
Soupirant légèrement, je hochais simplement la tête lorsque l'idée d'avancer un peu fut évoqué avant de sursauter légèrement en entendant Aube s'adresser au Prince. Je ne pus m'empêcher de dévisager Wylian. Je ne pouvais m'empêcher d'être un peu inquiète pour lui, non seulement à cause de sa santé, mais aussi à cause de l'évocation de sa mère, ça ne devait pas être simple pour lui et je ne pouvais m'empêcher de compatir.

"Si nous y allions..."
suggérais-je, désireuse de changer de sujet, j'espérais que Wylian pourrait se concentrer sur son travail et non pas sur ses souvenirs, j'étais bien placé pour savoir que ce n'était jamais agréable.





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Sam 5 Jan - 0:05

Oui décidément, le soin évident que prenaient les deux hommes au choix de leurs mots dans le but d'éviter de contrarier davantage la petite Princesse était réellement très distrayant... très amusant. D'autant plus pour Dirpk... le voir se contorsionner pour éviter de fâcher une gamine tout en lui clouant efficacement le bec, à plus de 5000 ans, il y avait de quoi se tordre de rire de le voir se plier aux caprices d'une jeune Elfes de certainement pas beaucoup plus de 300 ans. Enfin, sa magnanimité n'était certainement pas sans rapport avec le physique de la demoiselle... elle ne devait même pas avoir conscience de sa chance. Comment pouvait-il seulement supporter de la regarder en face ?... Je ne trouvais qu'une seule réponse, qui bien évidemment me déplut fortement.

Espérait-il un jour voir revivre son Amour ?... Car elle ne faisait pas que lui ressembler - elle était ni plus ni moins que sa descendante directe, le sang de son sang, la chair de sa chair, elle était elle, elles ne faisaient qu'un, seul quelques Ages les séparaient aujourd'hui... mais le temps coulait vite, et bientôt elle deviendrait une femme aussi importante et intelligente que ne l'avait été son aïeule... et aussi belle, bien entendu, ce qui n'était pas pour la desservir. Je n'arrivais même pas à réellement m'agacer de la mesquinerie de Dirpk - peu m'importait en réalité qu'ils sachent qui j'étais ou non. Ils me voyaient tous sans doute pour la première et dernière fois - quant à moi, j'avais tenu ma promesse, j'avais accompagné Dirpk jusqu'à Sanael, plus rien ne me retenait à présent sur l'île que mon amour pour ses habitants. Sercërauco pouvait largement rester à sa charge - ça n'avait jamais été mon problème, de toute façon - et je ne parlais même pas de son élève - il n'avait pas besoin de moi. Il n'avait jamais eu besoin de moi... j'avais juste su me rendre utile aux moments opportuns, voilà tout.

Et le moment était passé.

Mon évocation directe et publique de la défunte Reine Diossad provoqua une certaine vague de panique, mais je soutins le regard du Prince - j'avais fait depuis des siècles du deuil un art de vivre... la perte de Ràthloriel m'avait beaucoup attristée, car c'était une Elfe fraîche et fantasque comme j'en avais peu rencontré malgré ma longue vie et mes nombreux voyages, mais je m'en étais remise... comme de tout le reste. Visiblement, la jeune Elfe brune derrière le Prince, sur laquelle je levais enfin le regard, semblait au courant de ce détail de son existence, et j'en conclut qu'elle ne pouvait être autre qu'Emea Dall'Assield, sa fiancée. J'avais senti son regard peser sur moi avec au moins autant d'insistance que je ne me permettais de dévisager la Princesse Daes, et lui adressant un sourire rassurant, je reportais mon attention sur le Prince à sa réponse, qui ne me surprit pas, avant de lui répondre d'un simple hochement de tête. Pas maintenant, pas ici, mais oui, je te dirais tout ce que je sais sur ta mère, c'est une promesse, car c'est ton droit. J'étais en revanche plutôt étonnée que la Princesse Daes semble également au courant - aux dernières nouvelles, je ne les savais pas très intimes l'un envers l'autre... mais après tout, je ne pouvais pas tout savoir, moi.

- Je vous accompagne voir la Reine, exprimais-je d'un ton égal, qui cependant ne souffrait aucune contradiction.


Rester en présence de la Princesse était une véritable torture... mais ça faisait longtemps que je n'étais pas venue sur l'île, saluer la famille royale était la moindre des politesses...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Sam 5 Jan - 22:02

Après le passage à la Tour qui avait changé bien des choses. A commencer par ma façon de voir la magie. Je n’étais pas encore à l’aise ou heureuse de cela. Mais j’étais plus ouverte à cet art. Ce qui avait eut pour conséquence d’améliorer mes relations avec Dirkp. Ca et ce…que j’avais vu.
Nous avions fini par rejoindre Aube et Sercërauco. Leur route ensemble avait aussi changé des choses. Désormais le jeune homme était libre de tout mouvement. Quelle surprise que de les avoir retrouvés mangeant tranquillement. Oh je ne me faisais pas d’illusions sur de possibles bons sentiments, Aube avait du trouver un moyen de le faire se tenir tranquille. Lequel ? J’avais ma petite idée mais je ne me risquerais pas à demander.
Nous avions repris notre route dans une ambiance beaucoup moins lourde, aidée par mon empathie que j’entrainais sur le jeune homme l’air de rien, pour finir par arriver au port afin de rejoindre Sanaël. Et là ce fut le drame. J’avais du, après d’âpres négociation abandonner OmbreLune. J’en étais encore malade rien que d’y penser. Ma OmbreLune…
Je secouais la tête refusant d’y repenser.
Arrivés à Sanael je m’étais jetée à corps perdu dans l’observation de tout ce qui était nouveau et inconnu pour ne surtout pas penser à ma jument.
Je dus aussi argumenter contre Aube à propos de me changer pour aborder une tenue proche de la sienne et j’avais fini par l’emporter en sifflant, une fois que nous fûmes seules, que lorsque j’aurais ses formes je n’hésiterai pas mais qu’en attendant ca n’était pas le cas et que donc il en était hors de question que je quitte ma tenue actuelle, allégée certes par rapport à celle que je portais avant mais encore bien couvrante composée d’un pantalon en lin avec une tunique assortie…En fait…j’avais la même tenue que Sercërauco dans une coupe un peu plus féminine et dans d’autres couleurs. Et peu importait que j’avais encore un peu trop chaud et que je n’étais pas du tout féminine !
Moi au moins je ne prenais pas de coup de soleil, pas comme certain…J’hésitais entre le plaindre et rire.
J’explorais la ville avec plaisir. Jamais je n’avais poussé aussi loin lorsque je voyageais seule. Puis Elle arriva. Pas trop tôt. A cause de leur fichu suite lente j’étais loin de ma jument !
J’avais fini par oublier ce nuage noir dans mes pensées quand j’avais enfin pu voir des elfes. Des Elfes !
Me tenant prêt de mon maitre j’observais aussi discrètement que possible les créatures des légendes. Les femmes…avaient de quoi achever de me complexer après Aube…Je retins une exclamation de surprise quand je vis une des elfes…incroyable ! Et les hommes de quoi me faire rougir…Déprimant…
Le…Chef de ce groupe, était ce vraiment le bon terme, vint nous saluer…Enfin saluer Dirkp en fait. Et la femme aussi…Celle qui ressemblait à la femme de la Tour….enfin saluer….saluer vite dit. Je retins un ricanement qui aurait été malvenu, je n’étais pas la seule à ennuyer le sorcier. Les elfes me remarquèrent à peine sans aucune surprise..Sauf une qui me fit un sourire…C’était vraiment pour moi ce sourire ? Je lui rendis faiblement Je retins un roulement des yeux trop intimidée par ces gens aux auras très fortes. C’était à prévoir…j’étais la seule humaine…sorcière..demi sorcière en fait vu mes capacités..Enfin bref tout ca pour dire… Même Sercërauco avait plus de charisme que moi.
…Dites je m’auto apitoie là non ?
Finalement j’avais été mauvaise langue. Le chef…semblait vouloir savoir qui nous étions.
Et j’appris au passage qu’il était un roi ou un prince vu le Son Altesse…Comme la femme qui ressemblait à l’autre…Bien ca c’était fait j’avais de quoi complexer jusqu’à la fin de mes jours tant en terme de physique, que de rôle, que d’auras…que tout en fait.

Je serrais les poings dans mon dos pour ne pas laisser paraître mon trouble en entendant l’échange comprenant que les autres responsabilités de Dirkp c’était moi…et que des soldats étaient apparemment morts à cause de moi indirectement puisque Dirkp était venu me chercher au lieu de partir avec eux. Magnifique. Merveilleux. Génial. J’aime ma vie.

Quand ce fut mon tour d’être présentée, je fis un simple signe de tête. Je ne savais pas quoi faire d’autre et de toute façon l’attention se centra rapidement sur Aube... Normal pour quelqu’un d’aussi incroyablement fascinant. Même si,…j’avais vu le regard et le sourire de l’Elfe…Mauvais. Dégouté. Nous ne serions surement pas amies. Pas que j’en avais envie mais quitte à tenter d’approcher un elfe j’allais commencer par les gens souriant…Donc la femme qui couvait l’homme du regard. Son altesse Wylian.
Est ce que quelqu’un aurait la bonne idée de faire les présentations inverses ? Hum ? Ca m’arrangerait un poil quand même.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Sam 5 Jan - 22:58

Je sentais toute la tension qui émanait d'Aube sans pouvoir la comprendre. Comme si gérer les élans d'Eil'liathan ne suffisait pas, il fallait aussi que je ménage la sensibilité de l'Hybride, mais qu'ai-je faut pour mériter ça ? Et pour couronner le tout, je sentais également le malaise de mon élève. Au moins, elle, je pouvais la comprendre. Seul Sercërauco semblait égale à lui même etje l'enviait un peu de pouvoir se moquer éperdument de notre situation. A cette allure là, je vais faire comme lui et ne plus réver que d'évasion.

Retenant un soupir, j'inclinais légèrement la tête à la réponse du Prince, visiblement, lui aussi avait compris que certes des notions Diossad dépassaient un peu trop Eil'liathan. Ce que je trouvais parfaitement idiot, car, qu'elle le veuille ou non, elle aurait agit exactement comme les Soldats qui avaient donné leur vie si elle avait du se retrouver dans leur situation. Elle n'étais pas très différente de Wylian,contrairement aux apparences et leur vécut n'était pas bien différent, leur ressentie en revanche...
Son honneur comptait moins pour la Princesse Daes que sa vie, elle avait vu mourir trop de monde pour elle et avait finit par comprendre la valeur d'une vie, même si parfois, elle donnait à cette même valeur un peu trop d'importance. Et elle en était arrivé au point ou elle tentait désespérément de contenter tout le monde, mais elle ne pouvait préserver les vies auxquelles elle tenaient sans mettre la sienne en jeu et elle le savait.

Soulagé d'avoir pu faire taire Ei'liathan sans avoir à aller jusqu'à l'esclandre, je grinçais tout de même légèrement des dents.
Mon petit numéro n'avait pas vraiment allégé son humeur et j'allais avoir du mal à me faire pardonner. La seule raison qui me poussait à être si magnanime avec elle était le fait qu'elle n'avait pas tout à fait tord. Je l'avais abandonné, et je l'avais fait volontairement. J'avais forcé sa rencontre avec Wylian et j'avais sacrifier des vies pour sauver la sienne, mais elle ne savait pas encore à qu'elle point elle avait raison. Et j'espérais qu'elle ne le saurais jamais, sinon, je pouvais dire adieu à sa coopération, elle refuserait de me savoir à moins de 100 kilomètres d'elle si elle apprenait les réelles raisons de mon abandon.

Passant aux présentation, j'aurais presque pu sourire alors que je présentais Aube. Elle n'avait pas du tout apprécier la blague et semblait plus en colère encore.
D'accord, elle n'aimait pas ça, de là à se mettre en colère de la sorte...Qu'est ce que j'ai fait ...Encore ?

*L'elfe blond devant nous et le Prince Diossad Wylian Tyl'Illan, à côté de lui, il s'agit d'Eil'liathan et la jeune elfe brune qui te souris gentiment, c'est Emea, la fiancé de Wylian.*

Dans mon dos, je sentais Kassye un peu perdue et passablement impressionné, alors, même si je savais qu'elle n'aimait pas ça, je l'aidais à recoller les morceaux grâce à la Télépathie. J'espérais que sa mémoire ferait le reste, puisqu'elle m'avait questionné sur les elfes le soir de notre rencontre. Je revins à la réalité en entendant Aube d'adresser à Wylian...ça pouvait pas attendre franchement ?! Comme si il avait besoin de ça maintenant. Mais l'échange n'alla pas plus loin, Eil'liathan se sentie obligée d'intervenir et la façon dont elle s'y pris aurait pu me tirer un sourire.

Bien...enfin presque.

Et maintenant, comme j'explique à Aube que je préfère qu'elle reste avec Sercërauco ? A la base, c'était quand même son idée de le traîner avec nous, alors, d'accord, elle avait eu une excellente idée, mais si elle pouvait m'aider un peu...Et comment je lui explique ça sans la mettre un peu plus en colère ?

"Je préférerais que tu reste avec Sercërauco, je ne me voit pas justifier sa présence au palais et tu es la mieux placé pour t'occuper de lui..."

*S'il te plait ?*finis-je à l'aide de la Télépathie.

Un jour, il faudra qu'elle m'explique comme elle fonctionne quand même, parce que là, j'ai un peu de mal à suivre.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Lun 7 Jan - 13:47

Une chose était certaine - le Peuple de l'Eau était tout sauf un peuple guerrier. Aucun ne portait d'armes visibles, seuls les marins et les pêcheurs arboraient quelques couteaux incurvés pour vider les poissons ou couper des cordes, et rien qu'à les voir il était évident que peu d'entre eux étaient habilités au combats. Les seuls qui semblaient capables de tenir une épée correctement étaient répartis en faction sur le port, et se comptaient sur les doigts d'une main - plus grands que les autres et particulièrement baraqués, tous portaient le même pagne blanc et un armement léger - des soldats, sans doute, mais leur nombre témoignait de la tranquillité des lieux. Les passant qui sentaient le poids de mon regard me le rendaient bien souvent avec une curiosité non dissimulée, parfois accompagnée d'un sourire ou d'un froncement de sourcil à la vue de nos propres armes - je commençais à douter qu'il eut été si judicieux que ça de débarquer ainsi armés... mais je me rassurais en reposant mon regard sur la Princesse. Peuple pacifique ou non, n'importe qui pouvait se dissimuler dans la foule et frapper à notre insu... mieux valait être préparé à réagir le plus promptement possible.

Mais malgré les merveilles du port, je commençais à avoir sérieusement la bougeotte - malgré la chaleur qui attisait le feu de ma blessure, j'avais hâte de conduire mon unité sur une plage où nous pourrions nous entraîner avec plus de sérieux - un peu comme sur notre bonne vieille Plage Bleue... Même les promesses muettes d'Aube ne pouvaient me distraire de cet objectif, en revanche, la tension qui semblait croître de seconde en seconde entre la Princesse Daes, l'Onorienne et le Maître Sorcier ne m'échappa pas, et je retins un froncement de sourcil - je ne comprenais pas ce qui se passait, et bien que cela ne nous concerne certainement pas, je me demandais ce qui était à l'origine de ce malaise. La jeune Sorcière semblait également rêver de se glisser dans un trou de souris, et compensait en se planquant à demi derrière son maître, mais comme mon rôle me le dictait je ne lui accordais pas un regard - je n'aurais certainement fait que l'effrayer un peu plus, de toute façon. Seul le jeune Humain aux cheveux rouges semblait se moquer éperdument de nous - mains dans les poches, son teint blafard, preuve d'une vie certainement plus nocturne que diurne, rosissait déjà sous le soleil cuisant, mais même son immobilité et son calme apparent ne pouvaient masquer son aura, presque aussi noire que celle des Corrompus. Il faudrait que je le surveille... il n'approcherait pas la Princesse ni Emea à moins de deux mètres. En attendant, il se retrouvait à présent sous la garde de l'Hybride... ce qui ne me rassura qu'à demi, vu la joie que cela sembla induire chez elle.

- En route, conclus-je simplement.


Et si la Princesse pouvait daigner retourner au centre de la formation, histoire que nous servions enfin un peu à quelque chose...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Date d'inscription : 26/12/2011
Localisation : Là où Wylian va...quoi qu'il m'arrive aussi de courir après Cindara, histoire de limiter les dégâts

Détails indiscrets
Age : 3 siècles et 19 petites années, l'Immortalité à ses avantages
Humeur : Toujours d'apparente bonne humeur, l'apparence rejoint souvent la réalité.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Mer 9 Jan - 0:37

J'avais un peu de mal à saisir d'où pouvait venir la tension ambiante. Certes, Eil'liathan était en colère et la façon dont lui avait répondu Dirpk n'avait pas du arranger les choses, mais visiblement, elle avait l'air décidé à ce contenir. Ce dont je lui était reconnaissante, un scandale en pleine rue ne ferait qu'attirer un peu plus l'attention des passants, reviendrait forcément aux oreilles de la Reine et la mettrait certainement de mauvaise humeur, nous poussant à prolonger un peu plus notre séjour. Et si j'étais contente de pouvoir de nouveau admirer les merveille de Satanael, j'étais également pressé de rentrer chez moi. Pressé d'être au calme, en sécurité, de pouvoir rencontrer un Guérisseur Dissael et de m'assurer de ma santé et surtout, surtout, de celle de l'enfant que je portais.

Suivant l'échange entre le Sorcier, mon fiancé, la Princesse et la lègendaire Hybride d'une oreilles, je tentais de comprendre pourquoi tant de tension émanait de cette dernière. En y regardant de près, elle semblait légèrement tendu et je ne pouvais m'empêcher d'en ressentir une certaine gêne. Peut-être étions nous d'une certaine façon en danger, peut-être le sentait- elle déjà. A moins qu'elle est déjà décidé qu'elle ne supportait pas Eil'liathan, elle ne serait pas la première à la haïr au premier coup d'oeil. Mais je n'arrivais pas à imaginer quelqu'un de si vieux, si sage faire preuve de ce genre de mesquinerie.

L'entrevu aurait pu prendre une autre dimension, alors que Dirpk avait réussit à réduire la Princesse Daes au silence, c'est Aube qui aborda un autre sujet sensible. Si sensible et si personnel que Wylian, pourtant si impénétrable et impassible, surtout en public, ne put s'empêcher de réagir, même de façon fugace et discrète. Sa réaction en disait long sur ces réelles sentiments et je ne savais pas si je devais me réjouir qu'il puisse enfin entendre véritablement parler de sa mère, ou si au contraire, je devais redouter l'entrevue. Qu'en ressortirait-il ?

Mais ce sujet ci, bien qu'emplit de promesse fut rapidement mis de côté et je haussais un sourcil en remarquant l'empressement d'Eil'liathan. Soit, elle est très pressé, soit, elle est très malade mais en tout les cas...elle est au courant, c'est évidement. J'aurais bien aimé savoir comment elle aurait pu savoir, mais je n'avais pas vraiment le temps d'éclaicir ce point maintenant, alors que la tension montait encore d'un cran, émanant toujours de la même personne. Visiblement le Sorcier avait dit quelque chose de trop et l'idée de rester en arrière ne semblait pas vraiment plaire à Aube.

Qu'on en finisse par pitié...

Hochant la tête à l'intervention de Wylian, je tirais doucement Eil'liathan en arrière pour l'inciter à reprendre notre place au sein de l'escorte et enfin pouvoir faire avancer les choses.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Mer 9 Jan - 17:51

Malgré l'amusement que je ressentais de voir tous leurs ronds de jambe pour éviter d'enflammer la Princesse, malgré celui que je ressentais également face à l'émerveillement évident de Kassye, la vue de la Princesse m'était toujours aussi douloureuse - chaque seconde qui passait me faisait noter un nouveau détail, une nouvelle mimique, un reflet dans sa chevelure, une étincelle dans son regard... comment pouvait-elle autant ressembler à quelqu'un qu'elle n'avait jamais dû rencontrer que dans les livres ??... En attendant, elle semblait se contenir à grand peine, et je me demandais bien ce qui pouvait la mettre aussi en colère. Ce n'était tout de même pas le simple fait que pour une fois, Dirpk ait abandonné son rôle de nourrice pour s'occuper un peu de ses affaires, en lien étroit en général avec l'avenir du Monde tout de même ?... Bah, ça ne me regardait pas, et de toute façon, je m'en moquais bien. Tout ce que je voyais, c'était qu'elle était insupportablement belle, insupportablement ressemblante avec son aïeule, et insupportablement en colère.

Et à cette allure là, ça n'allait pas tarder à être également mon cas pour la dernière partie. Retenant un soupir irrité, j'estimais que ce n'était peut-être pas plus mal - malgré son impassibilité, je notais que Wylian avait senti l'anormale tension entre nous, et il n'était certainement pas le seul... j'irais voir la Reine plus tard, seule... et de meilleure humeur, ce serait mieux. Il fallait que je me calme... et que je ne laisse pas ce nuage gâcher mon séjour improvisé. J'aimais cette île, j'aimais ses habitants, hors de question de me laisser abattre maintenant... Pinçant les lèvres, j'acquiesçais en silence - après tout, il n'avait pas tout à fait tord, l'Atalante n'avait rien à faire au palais royal. Lui faisant signe de me suivre, je me détournais du convoit Elfique au coeur duquel la Princesse et son amie reprenaient place, partant dans la direction opposée, Sercërauco, égal à lui-même, sur mes talons.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Sam 19 Jan - 22:34

Refusant de croiser le regard du Sorcier, je croisais les bras sur la poitrine, préférant me concentrer sur le reste de ses compagnons. Mais croiser le regarde de - comment s'appelle-t-elle déjà ? -profondément. Une dizaine de soldat Diossads étaient mort pour qu'elle puisse trouver son Maitre. Personne ne me fera croire qu'elle n'aurait pas pu attendre un ou deux jours de plus. Dirpk pourrait dire ce qu'il voudrait, s'amuser à me rappeler sa propre importance et ma place, somme toute futile à côté de la sienne, je ne changerais pas d'avis. Et si elle ne pouvait pas attendre, moi, je le pouvais. Je n'étais plus à ça prêt, surtout lorsqu'il s'agissait d'éviter mon frère et épargner des innocents, quelque soit leur rôle et peu importe leur honneur. Ils auraient pu mourir pour une cause plus noble, pour leur pays, pour leur famille, pas pour une parfaite inconnue...
Contenant du mieux que je pouvais ma rage, je me détournais finalement pour me concentrer sur la si célèbre Aube, étonné par la façon dont elle s'adressa à Wylian et surtout, surprise par sa réaction. Je me doutais que le sujet devait le toucher, plus que n'importe quoi d'autre, mais au point qu'il réagisse, qu'il laisse filtrer un semblant d'émotion. J'aurais presque pu le plaindre et décidais qu'il était grand temps de passer à la suite. Et visiblement, il était de mon avis.

J'esquissais un sourire en coin lorsque Dirpk demanda à l'Hybride de rester surveiller ses petits protégés. Visiblement, elle n'apprécia pas du tout, pourtant, elle ne fit aucun commentaire. J'étais certaine que Dirpk allait payer ça et j'adorais déjà Aube. Si elle pouvait le faire un peu tourner en bourrique, ce qui devait déjà être le cas à en croire les mots qu'il avait soigneusement choisit pour exprimer sa demande, se ne serait que méritais. Et j'avais dans l'idée qu'elle pourrait lui en faire voir de toute les couleur, simplement pour se venger de l'affront qu'il venait de lui faire. A sa place, j'aurais certainement fait la même chose, je sentais qu'Aube n'était pas du genre à obéir et j'étais certaine qu'elle finirait parle faire douloureusement comprendre à ce Sorcier de malheur... Rien que pour ça, je l'aimais déjà !

Suivant docilement Emea, non sans accorder un énième regard noir au Sorcier et un regard un peu plus suspicieux au jeune homme roux à l'air passablement ennuyé, je regagnais ma place au sein de l'escorte. Notre périple jusqu'au palais ne passa bien évidement pas inaperçu et je pestais intérieurement de ne pouvoir pleinement apprécier le spectacle offert par les rues commerçant que nous traversions. Les soldat, tous plus grand que moi, me cachais la vue et j'avais du mal à avancer sur la pointes des pieds, si bien que je finis par y renoncer, histoire de ne pas avoir l'air trop ridicule. Je me contentais de levers le nez pour admirer les trésors de marbre blanc, de cristal et d'argent qu'offrait la ville. Les fontaines se comptaient par dizaine, par endroit, les murs eux même étaient fait d'eau. L'argent et le cristal reflétait la lumière du Soleil et la diffractait de façon à ce que les rues déjà couvertes de trésor se parent d'arc en ciel chatoyant. Plus nous avancions et plus les rues gagnaient en voluptés, les bâtiments se faisait plus imposant, plus riche encore si cela était possible, les rues plus grandes et plus aérées.
Même de ma place, je pouvais voir, au delà des têtes blondes de Wylian et blanches de Dirpk, menant la marche, la falaise de calcaire blanc s'élevant vers le ciel et tranchant avec l'azur. C'était contre ce roc qu'avait été érigé le palais royal et nous nous en rapprochions.

Aussi magnifique que le reste de la ville, il semblait pourtant modeste. Après tant de majesté, l'on était en droit de s'attendre à une feu d'artifice d'argent, de cristal et de marbre, mais le palais restait, comparé au reste de la ville, somme toute...discret. Et avec le recul, il n'était pas difficile de comprendre qu'il ne s'agissait là que d'un choix purement tactique. L'immense bâtisse, toute de colonnes et de dômes au abords des quartiers riches de la ville, abritant salles de réception et autres casernes, étaient la pour donner le change, attirer l’œil et l’ennemi et ainsi protéger la famille royale pour lui permettre de fuir en cas de nécessite.

Entrer dans le palais royale fut une chose facile. Les soldats étaient certes des étrangers armée jusqu'au dents, mais ils escortaient deux tête couronné elfique, de deux royaumes différents et le Sorcier du Treizième Cercle ouvrait la marche. Nous annoncer fut totalement inutile et accéder à la salle du trône se fit sans encombre.

Comme la première fois, je restais scotchée devant la majesté et la somptuosité de l'endroit. L'eau était à l'honneur dans tout la pièce, immense qui plus est, et se teinté des couleur du prisme lumineux qu'était le cristal constituant, avec le marbre blanc, les immense colonnes ouvrant un couloir drapé de bleu et d'argent, menant à un immense bassin au pieds de deux trônes surélevé et à l'image du reste de la pièce.
Ils semblaient à la fois très fragile et terriblement fort, imposant, même vide.
Je me sentais terriblement petite en ces lieux et c'était une bonne chose, car faire preuve d'humilité en présence de la Reine était la meilleur façon de s'attirer ses bonnes grâces, alors, lorsqu'elle apparue dans toutes sa splendeur, parfaite ambassadrice de son peuple, évinçant par sa présence son époux, pourtant aussi majestueux que n'importe quel monarque digne de ce nom, je m'inclinais devant elle, imitant le reste de mes compagnons.

Jz devais tenir mon rôle, me forcer à l'humilité et je serais bientôt rentré chez moi...





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Nerwen Lythandas

avatar

Elementaire Iben
Elementaire Iben
Messages : 77
Date d'inscription : 23/07/2012

Détails indiscrets
Age : 322 ans
Humeur : Mortifiée
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Lun 21 Jan - 1:24

Une fois sur le port, je foulai avec bonheur les pavés solides du quai, heureuse de retrouver la terre ferme... Avant de regarder autour de moi, surprise. Le peuple de l'Eau, malgré mes informations, me surprenait. Ils étaient grands, fins et totalement dénués de pudeur. J'en venais à rougir en voyant sans le vouloir les courbes des Sirènes, les muscles fins des Ondins à peine cachés par des tissus irisés et légers. Me concentrant sur ma tâche, je ne cherchais plus à regarder autour de moi, fixant mon regard sur le dos du soldat qui me devançait, attendant la suite.

Quand je remarquais le petit groupe qui s'approchait de nous, je me concentrais un instant sur eux, me rendant rapidement compte qu'aucun d'eux n'était à craindre... A part peut-être l'humain aux cheveux rouges. Je concentrais mon attention sur lui un instant, avant de remarquer qu'il ne bougerait surement pas. La femme à ses côtés, avec la peau brune et les cheveux immaculés, semblait le tenir tranquille sans lui accorder ni un regard, ni une parole. Elle semblait sans âge et autour d'elle flottait une aura de maitrise et de calme... Troublée par l'intervention du Sorcier du Treizième Cercle. La conversation semblait tendue, et avant que je ne me demande pourquoi, je me remis toute seule à ma place en jugeant que ce n'était pas mes affaires. Effleurant du regard la jeune fille qui se cachait derrière le Sorcier, je ne lui accordais pas plus qu'un regard, avant d'attendre le signal du départ.

Quand, enfin, nous nous remîmes en route, je repris le pas, protégeant la princesse Daes ainsi que Dame Dall'Assied, même si c'était inutile. Malgré quelques regards vindicatifs, personne ne cherchait à attaquer notre formation et nous traversâmes la ville, somptueuse, sans s'arrêter, jusqu'au palais. Une fois arrivés, je m'arrêtais et m'écartai légèrement de la Princesse, pour la laisser s'avancer dans la salle du trône. J'admirais sa force... A sa place, je serais déjà morte de peur.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wylian Tyl'Illian

avatar

Prince Héritier des Diossads
Prince Héritier des Diossads
Messages : 216
Date d'inscription : 25/12/2011
Localisation : Enfin à Satanael.

Détails indiscrets
Age : 323 ans.
Humeur : Fatigué... mais je le cache, plus impassible que jamais.
Autre:

MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ? Sam 2 Fév - 21:46

Ce n'était pas parce que la ville semblait paisible et ses habitants innocents qu'il fallait se croire en sécurité, aussi ne relâchais-je pas mon attention une seule seconde durant notre échange avec le Sorcier et ses compagnons, prenant mon devoir plus au sérieux que quoi que ce soit d'autre à présent que nous étions de nouveau sur une terre où pouvait nous guetter une potentielle menace. La Princesse était visiblement en colère, mais à mon grand soulagement elle nous épargna une scène en plein milieu du port - quelque chose me soufflait que ce silence se paierait plus cher encore en privé... mais j'espérais que le Maître Sorcier saurait la gérer seul sans que cela ne me retombe dessus à un moment où l'autre. Visiblement contrariée, celle que j'avais parfois vu nommée la Lionne Blanche dans les livres d'histoire s'éloigna sans plus de cérémonie, l'Humain aux cheveux rouges et la jeune Sorcière sur les talons, et je leur jetais un dernier regard avant d’emboîter le pas au Sorcier - je n'aimais pas me laisser mener en aveugle... mais là, je n'avais d'autre choix que de faire confiance au Maître Sorcier.

Emea et la Princesse à nouveau au coeur de notre escorte, j'indiquais notre mise en marche d'n infime mouvement de tête à mes soldats, et nous nous éloignâmes de la mer pour mieux nous enfoncer dans l'éclatante architecture de la ville. Concentrant d'avantage mon attention sur une potentielle menace, la beauté de cette architecture ne laissa pourtant aucun de nous indifférent - la ville entière semblait creusée dans le calcaire blanc de la falaise, agrémenté de marbre blanc, de coupoles de verre ou peut-être même de cristal vu leur éclat. Le sol de dallage blanc était recouvert d'une fine couche de sable argenté, et nos pieds disparaissaient dans les nappes de brume miroitantes, l'humidité ambiante générée par les innombrables fontaines et cascades qui dégringolaient des toits, ruisselaient sur les murs et diffractaient la lumière en d'incroyables arc-en-ciel reliant entre-elles les constructions à la finesse défiant les lois de la physique. Noyés dans la foule de créatures gigantesques par rapport à nous, leurs iris et chevelures rappelant en écho les arc-en-ciel qui décoraient leur cité, ils apparaissaient comme aussi irréels que les Dieux, à peine couverts de tissus clairs et chatoyant, et je tombais réellement sous le charme de cette ville où nous évoluions sur un nuage dans une bulle d'arc-en-ciel.

Mais alors qu'apparaissait un titanesque bâtiment central dont le toit n'était qu'un immense dôme de cristal d'où cascadaient un rideau d'eau s'écroulant avec fracas dans un large bassin qui entourait l'édifice, nous bifurquâmes dans une rue annexe pour nous en éloigner - ce n'était donc pas le Palais Royal ?... Un peu étonné, bien que je n'en montre rien, le Sorcier nous fit finalement prendre une rue en parallèle de la côte pour nous guider vers un autre édifice, plus modeste. La raison m'en parut alors évidente - le bâtiment central, rassemblant à lui tout seul ce que la ville comptait de plus précieux dans la virtuosité et la richesse de son architecture, de ses cascades et de ses décorations, était un leurre destiné à tromper un éventuel ennemi. C'était sans doute un bâtiment officiel, qui devait peut-être loger quelques familles, éventuellement les gardes ?... Servir également de lieu de divertissement et/ou de réunion, mais le Palais Royal lui se dressait à présent devant nous, paraissant presque bancal après la perfection de la symétrie de la ville. A la fois somptueux et sobre, il était taillé dans le calcaire de la falaise et s'écroulait en escalier de pics et de tours jusqu'à la mer elle-même, jouant de ses fontaines et cascades pour donner l'illusion que les eaux bleues du large se dressaient en longs tentacules pour embrasser les tours et iriser la pierre blanche de mille feux.

Visiblement, nous étions plus ou moins attendus, les gardes cuirassés d'argent laissant pénétrer le Sorcier et nous-même dans le Palais sans essayer de nous arrêter, sans même nous accorder un regard. Le Maître Sorcier semblait savoir où il allait, puisqu'il nous guida sans peine jusqu'à ce qui devait être la salle du trône, et notre petit groupe s'immobilisa dans un ordre parfait devant un large bassin au pied de deux immenses trônes de cristal qui reflétaient les jeux des eaux en contre-bas, les faisant paraître mouvant et ondoyant lumineux et presque... vivants. Mais lorsque le couple royal fit son entrée, arrivant derrière les trônes d'une pièce annexe derrière un rideau d'eau, nous oubliâmes immédiatement les merveilles dont nos yeux venaient d'être abreuvés au travers du Palais.

S'asseyant tranquillement sur son trône, paraissant plus gigantesque encore que tous les autres Ondins malgré sa position, impassible mais paisible, le Roi posait sur nous un regard d'un bleu plus insondable que les profondeurs d'où il était né. Simplement drapé dans une toge bleu-nuit maintenue par une rivière de perles formant une ceinture autour de ses hanches, un plastron d'argent incrusté de perles et de pierres-précieuses ornait sa poitrine et ses bras et ses chevilles étaient entourés de bracelets d'argent et de perles. Nus-pieds, sa peau était si pâle, si diaphane qu'elle en paraissait bleutée et reflétait les jeux de lumière de l'eau à ses pieds. Posée sur son interminable chevelure d'un noir miroitant et bleuté, une couronne de coquillages trempés dans l'argent et incrustée de perles ajoutait encore à sa stature. Il tenait en guise de sceptre un long trident aux extrémités meurtrières, et, l'arme à son poing combinée à sa taille et à son incroyable carrure que l'on devinait sous sa toge m'indiqua immédiatement que s'il était Roi, c'était bien parce qu'il était certainement le plus émérite des guerriers de l'île, ce qui m'attira immédiatement son respect.

Mais malgré toute sa grandeur, malgré tout son éclat et sa richesse, il paraissait fade et terne au côté de son épouse, la Reine irradiant d'un éclat tel que je n'en avais jamais vu chez aucun autre monarque. Elle n'était pourtant pas à première vue ni la plus belle, ni la plus grande des Sirènes que nous avions pu croiser en ville - sa peau, lumineuse et laiteuse, n'avait pourtant rien à faire envier à une fille du peuple, et ses longues boucles brunes aux reflets roux flamboyants étaient finalement d'une teinte assez banale après l'arc-en-ciel de chevelures que nous avions vu chez des membres plus modestes de leur société. Et pourtant, debout, droite et fière devant son trône, sous le poids de son regard glacial aux iris à la fois rouge, orange et or, couleur de feu, j'eu soudain l'impression de n'être qu'une minuscule et insignifiante créature, et je m'empressais, comme tous les autres, de baisser les yeux et de poser un genou à terre.

Vêtue d'une robe dont le drapé flottait derrière elle en une longue traîne mousseuse, le long tissu irisé aux reflets mouvants de rouge et d'or ne dissimulaient en rien la perfection de sa silhouette, et donnait l'illusion qu'elle était vêtue de lave en fusion et de flammes. Chaque agrafe, chaque fibule, chaque bouton de l'habit semblait d'or pur, et des rangées de perles blanches se noyaient dans le torrent de flammes autour des hanches et du cou de la souveraine, rappelant par une savante disposition l'éclat de sa propre peau d'albâtre. Egalement pieds-nus comme tous les Sirènes et Ondins, ses bras, ses poignets et ses chevilles étaient cerclés d'or et de rubis, de topazes et grenats, mais aucune pierre n'égalait la froideur et l'éclat de ses pupilles braquées sur nous. Prise dans les entrelacs des boucles brunes et brillantes disposée en une coiffure compliquée, une lourde coiffe d'or couronnait la Reine, sertie de perles et de pierres, décorée de coquillages figés dans le métal précieux, et un voile orangé si fin qu'un simple courant d'air semblait pouvoir le déchirer flottait dans son dos, couvrant partiellement sa chevelure et intensifiant un peu plus encore la profondeur de son regard. Elle tenait dans ses mains un lourd sceptre d'or ciselé, orné d'un rubis aussi gros qu'un oeuf, et, s'immobilisant au sommet des marches du trône, elle balaya notre assemblé d'un regard qui me brûla la nuque.

- Vous pénétrez en ma demeure bien lourdement armés, Seigneurs, murmura t-elle alors dans un Elfique parfait, mais l'écho amplifié de sa voix raisonna dans toute la salle du trône. Craignez-vous à ce point le courroux du Peuple de l'Eau, ou bien est-ce une déclaration de guerre ?... poursuivit-elle toujours en Elfique, ne détournant pas une seule seconde son regard perçant des nouveaux venus.


Spoiler:
 

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Première étape... la plus simple ?

Revenir en haut Aller en bas

Première étape... la plus simple ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Première étape vers la fortune [solo]
» Siège d'Etherna ... Première étape d'une épique épopée
» Première étape [ Libre et gratuit d'accès ^^]
» Première étape d'une longue série [Marcus Vicinius & Rigborg]
» Discuter, la première étape d'une vie sociable | Domaine Yuki | Ft. Yuki Kaya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  :: -