Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Yami Noshōjo Note

avatar

Embuscade du Cauchemar
Embuscade du Cauchemar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/12/2012

Détails indiscrets
Age : La Mort et l'Ombre n'ont pas d' âge.
Humeur : Promenons-nous ... Dans les bois ...
Autre:

MessageSujet: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Ven 21 Déc - 21:18

Agenouillez, sa tête affaissée vers l'avant, Yami ne pouvait voir les actes qu'elle commettait inconsciemment, ni la sombre et terrifiante splendeur des lieux et paysages qui pourrait s’offrir à sa vision si elle daignait lever le regard. Elle était épuisée, son âme souillée à nouveau par le meurtre de plusieurs dizaines d'innocents.

Il y'a quelques jours, alors qu'elle se dirigeait en direction des Grandes Portes, elle était tombée sur un village. Étrange que d'en voir un si près de la frontière que représentaient les Monts Brumeux, et surtout si proche de Saraedes. En la voyant arriver, elle, une simple femme à l'air aussi jeune, seule, ses vêtements d'apparence riche, ils c'étaient tous réunis : les hommes en état de ce battre à l'entrée du village, les femmes et les enfants cachés dans les maisons. Morts. Ils sont tous morts. Pas aucun n'a survécu. Alors qu'elle s'approchais du village, elle éclata de rire. Non pas celui froid et distant que l'on imaginerais, mais celui d'une enfant. Le seul problème, et surtout le plus terrifiant dans celui-ci, c'était l'écho qui semblait provenir de lui-même, comme si la voix de la jeune femme résonnait à l'intérieur d'elle-même. Puis des mains sombres et ténébreuses, entourées d'une auréole violette, étaient apparues, se créant par paire pour venir frapper tout ceux qui faisaient face à leur maîtresse. Ceux qui réussissaient à passer outre cette première vague d'attaque et à tenter de frapper directement la Corrompue furent empalés par ses mêmes appendices ténébreux qui, cette fois, n'avaient pas prit la forme d'une main mais d'une pique. Inexorablement, elle avançait. Les mains se créaient autour d'elle, jaillissant du sol ou des murs à proximité de sa personne, replongeant dans les ténèbres d'où ils venaient une fois leur cible éliminée.

- Jeune fleur si fragile ... Abrite-toi de l'Hiver.

En l'espace de quelques minutes, tout le village fut décimé. Des paysans n'avaient aucunes chances contre elle. Mais elle leur avaient rendue service. S'ils n'étaient pas capable survivre à Yami, comment auraient-ils put survivre sur ces terres si proches de Saraedes. Suite à cela, elle c'étaient effondrée sur le sol. En se réveillant au milieu des cadavres pourrissants dont elle ignoraient la cause de leur décès, elle fut attristée. Pauvres enfants ! Qui donc avaient put les tuer ? Elle n'avait pas le temps de rester en ces lieux pour y chercher la réponse, elle devait se diriger vers la Forteresse Grise pour obtenir son Comté et son Titre.

Quelques semaines supplémentaires furent nécessaires pour atteindre son bût. Les Grandes Portes furent atteintes rapidement, mais elle ne ut les franchir du fait d'imposante garnison qui y était rassemblée. Avant de pénétrer sur les véritables terres Shizo, elle dut attendre qu'on lui valide son entrée. On était bien loin du cliché des hordes maléfiques et désorganisées incapables d'avoir un semblant d'administration, car ici elle était aussi diabolique que le Dieu qu'elle servait. Elle erra donc quelques temps devant les Portes, attendant que la missive envoyée à la forteresse accepte son entrée dans le territoire de Saraedes. Tuer celui qui devait vous y faire entrer et ne pas prendre le sceau qui le prouvait pouvait en fin de compte se réveler très maladroits, même pour une personne qui venait d'embrasser la cause du Dieu Sombre.

Finalement elle put passer les portes, tenant dans sa main, sans jamais le desserrer, un parchemin qui lui permettrait d'entrer également dans la Forteresse Grise, une fois qu'elle y sera arrivée.

Et lorsque le spectacle de cette incroyable forteresse s'afficha à ses yeux, elle ne sut que dire. Le plus impressionnant était sans doute cette immense et incroyable tour qui s’élançait à l'assaut des cieux, semblant être elle-même constitués de centaines de tours fortifiées de tailles variables, mais toujours titanesques,accolées les une aux autres. Le tout se terminait par ce qui ressemblait à une vague couronne architecturale qui faisait, sans aucun doute possible, de cette forteresse la plus grande et la plus formidable du monde. Et n'allez pas croire que la Forteresse Grise ne se résumait qu'a cette seule tour, aussi grandiose soit-elle, non ! La forteresse s'étalait autant au sol qu'elle s'élancait dans les cieux. D'autres tours de tailles plus modeste entouraient chaotiquement celle principale, reliées entre elles par de dizaines de kilomètres de fortifications et de bâtiments probablement dédiés au casernement, aux stockage des armes et aux cellules, sûrement en train de traverser une crises de surpopulation. Tout ici suintait l'imposance.

Mais pas seulement. Les gigantesques forges crachaient constamment un épais et âcre nuage noires qui couvrait une bonne partie de la forteresse, recouvrant celle-ci d'une couche grasse et salissante de suie. Le souffre, la vapeur d'eau, la sueur, le charbon et la puanteur suintaient l'air ambiant.
Celui-ci était d'ailleurs également envahit par des bruis qui semblaient vouloir rivaliser les une avec les autres en termes de puissance. Les armes s'entrechoquant, les forges en activités, les corbeaux envoyés comme messagers, les ordres hurlées par des capitaines d'unités militaires, les cris d'agonies des condamnés et des torturés, ainsi que les gémissements des prisonniers et les rires des soldats à la cantine emplissait autant l'air que les odeurs.

Vos sens dans leur ensemble était mis à contribution ici.

Yami se dirigea donc vers cette forteresse impressionnante, sans marcher cette fois. Agenouillée sur un lit d'Ombre fait de plusieurs mains fusionnées les autres et autres et dont les doigts crochus entourait le corps de la jeune femme comme une défense contre ceux qui voudraient s'approcher d'elle, elle arrivait devant les portes des remparts. Du haut de la courtine, un homme lui demanda en hurlant ce qu'elle désirait. Silencieusement, doucement, elle leva son bras, le poing fermé. Aussitôt, un autre bas apparu, suivant le même geste tout en s'étirant en direction de l'homme qui venait de la héler. Elle ouvrit sa main, paume face au ciel. L'appendice sombre fit de même. Et à l'intérieur de ce dernier se tenait le parchemin qu'elle avait eut aux Portes.

Elle put rentrer.

Sans demander son reste, elle se dirigea immédiatement vers la Tour principale. Elle devait aller voir le Maître Sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Ven 21 Déc - 22:23

De l'activité enfin. Je commençais à me lasser de l'attente. Patience ne cessait de me répéter le seul être capable de ce proclamer mon Maitre.
Mais la patience n'était pas mon fort; Je voulais sortir, je voulais me battre, je voulais gagner. Je voulais semer le chaos et la mort. Mais je devais attendre. Attendre que nos effectifs grandissent encore, attendre que l'influence de mon Maitre ne s'étende et réveille les Créatures les plus sombres de notre Temps. Alors, celui qui se prétendait notre adversaire, celui qui imaginait pouvoir nous arrêter sombrerait dans le désespoir.
Depuis le jour de mon arrivée en Saraedes, je rêvais secrètement de pouvoir moins même achever ce maudit Sorcier, celui qui se disait de notre famille et l'avait pourtant détruite, celui qui c'était amusé à me torturé pour le bien du monde et celui qui torturait en ce moment même ma si précieuse petite sœur. Je le détestais, je désirais sa mort plus que tout autre chose, j'aurais voulu pouvoir l'anéantir, détruire jusqu'à son souvenir et savourer ma vengeance en dévorant son cœur.

Mais je savais que de toute ma vie, je ne pourrais que rêver de ce moment. La mort de ce monstre était orchestrée depuis longtemps et ce ne serait pas moi qui la lui donnerais. Il aurait mieux valut pour lui, peut-être l'aurais-je moins fait souffrir ? Ce qui l'attendait était pire que la mort et cette idée me faisait frisonner d'un plaisir intense, car, si je ne pourrais lui porter le coup fatal, j'aurais mon rôle à jouer dans sa déchéance et je pourrais assister à sa chute.
Je l'imaginais déjà suppliant, implorant, attendant la mort, l'appelant de tous ses vœux et cette image excitait un peu plus mon impatience.

Oh oui, je n'en pouvais d'attendre. Alors, voir ces créatures franchirent nos portes pour nous offrir leur service me mettais en joie. L'heure approchait, bientôt, le monde tremblerait devant notre puissance, devant ma grandeur et celle de mon Maitre.
Les Corrompus lâchés dans la nature, imaginant avoir un semblant de liberté, revenaient tous vers nous, Elise avait rejoint nos rangs. L'elfe n'avait aucun intérêt, mais la SpiderQueen... Sa présence me donnait une nouvelle distraction. Posséder sa porteuse serait une chose facile, posséder la Reine des Araignée en revanche serait quelque chose de plus compliqué, un défi à ma hauteur qui me permettrais de patienter encore un peu.

Bientôt, très bientôt, je pourrais savourer la douleur du peuple Diossad, lorsque leur Prince et protecteur leur reviendrait à l'état de cadavre pourrissant et alors, plus rien ne se dresserait entre moi et ma sœur. Plus rien ne pourrait se mettre entre moi et ma sœur, plus rien ne pourrait contenir ses ombre et elle serait enfin à moi.
Tué ce petit Prince de pacotille avait été un besoin pressant dés l'instant où j'avais croisé son regard arrogant, mais lorsque j'étais revenu à la Forteresse, lorsque j'avais user de mon Don de vision, j'avais compris que mon désir et la nécessite se rejoignait. Ce Prince devait mourir, sans lui, plus rien ne retiendrait ma sœur et elle me rejoindrait, d'elle même, nous apportant par la même occasion les Pouvoirs des Dieux.

Patience...encore un peu ! Mais je n'en pouvais plus d'attendre, toutes ses nouvelles recrues, tous ses voyages à travers le pays, ses petites batailles trop facilement gagnées, Elise, ça ne me suffisait pas. Heureusement pour moi, le destin m'amenait sur un plateau une nouvelle distraction. Une distractions des plus précieuse. Une réincarnation. Un espoir supplémentaire pour notre dieux.

Une terriblement menace pour ma puissance et mon intérêt. Je ne la connaissais pas, je ne l'avais jamais vu, mais déjà, je la haïssais profondément. L'intérêt que lui portait le Maitre Sorcier m’inquiétait. Jusqu'à elle, j'étais son seul et unique espoir. Jusqu'à elle, j'étais destiné à devenir l'être le plus puissant de ce monde. Jusqu'à elle, j'étais destiné à devenir un Dieu et je n'attendais que ça.
Mais avec elle...Si les Sorciers comprenaient comment elle avait pu se reconstituer un corps, mon utilité perdrait de son intérêt et je ne serais plus l'ôte d'un dieu...Je ne deviendrait qu'un Sorcier, un plus puissant, plus doué, plus grand que tous les autres, certes, mais un simple Sorcier.

Alors, maintenant qu'elle était là...Je ne l'ignorerais pas oh non. Je la surveillerais, de près même. Je la possèderais et je ferais tous pour que personne jamais ne puisse percer son secret. Je la ferais mienne, j'en ferais ma chose, je deviendrais son Maitre, elle n’obéirait qu'à moi, elle tuerait tous les autres et le Maitre Sorcier la penserait trop folle, trop instable, trop faible. Alors, je serais assuré de garder ma place.
Car moi, j'étais puissant, consentant, j’accueillerais Shizo, je lui offrirais un corps, il posséderait mon esprit et je deviendrais lui...Je deviendrais un dieu et plus personne ne pourrait m'arrêter.

Je ne pensais qu'à celà en allant à Sa rencontre. Cette femme, celle qui voulait prendre ma place. Elle était enfin arrivée jusqu'à nous, menant le chaos sur son passage et si je la détestais, j'aimais sa façon d'être, sa folie. Je pourrais m'en délecter.
J'avais été prévenu de son arrivée, elle était aux portes de la Forteresse Grise et je n'eus aucun mal à la trouver. Le premier regard ne fit que confirmer mes envies. Je devais la posséder. Non seulement parce qu'elle menaçait ma position, mais aussi parce qu'elle était terriblement belle. Sa beauté froide n'égalait pas la beauté sauvage de ma sœur, mais ses formes la rendait au moins aussi désirable.

Je la posséderait, je m'en fis le serment.

M'arrêtant au milieu du couloir qu'elle arpentait, je lui barrait le chemin alors qu'elle avait l'air bien décider. A en croire a télépathie, elle voulait rencontrer le Maitre Sorcier.

Pas encore ma belle, pas avant que tu ne sois à moi. Je ne laisserais personne d'autre te posséder. Pas même mon Maitre.

Le contact avec son esprit me fit frisonner. Si perturbé, si fragile, c'était...délicieux. Souriant de toute mes dents, j’observais cet être étranges, cette morte vivante avec une grande attention.

"Bienvenu en ces murs Dame Yami"
commençais-je, prenant soit de noircir mon aura, je voulais qu'elle comprenne à qui elle avait à faire.

Je n'étais pas un Sorcier, je n'étais pas un Élémentaire, j'étais les deux. J'étais le descendant de la Première Élémentaire de l'Histoire et du Premier Sorcier du Monde. Je réunissais leur puissance en moi. J'étais plus fort qu'elle ne le serait jamais...

"C'est un plaisir de vous comptez parmi nous, vous ne regretterez pas votre choix, soyez en certaine."

L'amadouer restait le meilleure moyen de la posséder, qu'elle s'en rende compte n'avais pas grande importance.





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Yami Noshōjo Note

avatar

Embuscade du Cauchemar
Embuscade du Cauchemar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/12/2012

Détails indiscrets
Age : La Mort et l'Ombre n'ont pas d' âge.
Humeur : Promenons-nous ... Dans les bois ...
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Ven 21 Déc - 23:37

On lui avais dit d'attendre, qu'un quelqu'un l’emmènerais voir le Maître Sorcier. Elle avait obéit, sagement, gentiment. Yami était gentille. Elle ne voulait faire de mal à personne. Mais personne ne voulait la croire. Tout le monde la fuit, tout le monde l'évite. Pourquoi ? Pourquoi ne l'aime t-il pas ? La raison doit forcément être que Yami est méchante, et qu'elle mérite d'être punit. Elle mérite d'être seule. Naito ... Comme vous seriez fière de votre épouse dévouée si vous pouviez voir ce qu'elle était devenue ! Elle va récupérer le Comté de Svalbard. Vous entendez ? Elle va récupérer les terres que vous avez si ardemment défendu, et cela jusqu'au prix de votre vie ! Le château serait rebâtie, la région redeviendras prospère, le soleil recommencera à briller sur ce monde. Et vous, vous régnerez à nouveau sur votre Comté aux côtés de votre épouse bien-aimée.

- Seigneur Naïto ... Chuchota t-elle avant qu'une fine larme ne vienne à naître au coin de son droit. Celle-ci coula rapidement le long de sa joue, se détacha de la peau douce et parfaite de la jeune femme, puis chuta.

Seulement, elle fut rattrapée par l'une des Ombres. L'imposante main ténébreuse avait jaillit du sol pour récupérer de bout de son index crochu la larme salée de sa maîtresse. Lentement, le bras s'allongea pour arriver à la hauteur du visage de l'enfant. Chaleureusement, elle prit dans es mains celle faite de Ténèbres, le remerciant de ce geste. La main voulait la réconforter et elle le comprenait.
Pourtant elle ne put s'empêcher de regarder cette larme que lui tendait la main. Elle plongea littéralement ses yeux dans cette contemplation, se sentant attirée par elle. Puis, en y réfléchissant, des souvenirs lui revinrent, liés aux larmes mais également au sang. La perte de sa famille, son époux et sa ville. Et plus elle y repensait, plus elle sentait une haine inextinguible naître en elle, se deversant dans l'ensemble des ses membres.

Yami et Naito partageait un lien puissant au delà de simple compréhension des mortels ! Et maintenant ce lien à été rompu, détruit par la faute de ceux que la comtesse avait jurée de défendre ! Le Roi n'était jamais arrivée pour défendre une Svalbard exsangue et ruinée. Jamais il n'est sortit de sa si merveilleuse capitale, cette ville dont il était si fier, pour protéger ses sujets et ses vassaux. Maintenant Svalbard et les noms de ses derniers comtes étaient tombés dans l'oubli. On ne parlait d'eux qu'en usant du passé, crachant sur leur gloire et leur honneur par la simple utilisation de ce temps. Ils avaient péris, pour rien, alors que des larmes qu'ils avaient brandit pour protéger leurs peuples Yami et Naito aurait dut tracer le chemin qui mène jusqu’ à l'honneur et la prospérité ! Ils auraient dut voir l'avenir, pas devenir des emblèmes du passé ! Les gens qu'elles tuaient imploraient sa clémence ou regrettaient des actes qu'ils s'imaginaient avoir commis et dont ils expiaient la faute dans une dernière parole. Mais ils finissaient par mourir. On ne s'adresse pas à un corps. Un corps n'est rien. Son âme, en revanche, est tout. Qu'ils s'adressent donc à son âme mouillée par des larmes de sang amères et froides, là ils pourraient espérer se faire entendre de l'entité ni mort, ni vivante.Tous l'avait trahit. Elle avait perdu la totalité de son existence par la trahison de quelques uns ... Ils allaient payer, tous autant qu'ils étaient ! Et pour cela, il ne fallait qu'une seule chose : la présence de Shizo.

Une forte cette dernière pensée formulée dans son esprit torturé, Yami sentit une douce caresse sur sa joue. Elle avait fermée les yeux lorsqu'elle avait repensée à son passé. En les rouvrant, elle put voir cette même main de ténèbres, la paume délicatement posée sur la joue. Aussitôt, se calma. Elle avait gagnée en haine et en résolution.

Quelques temps plus tard, lorsque la personne pénetra dans la pièce, tout ce qu'il vu c'était cette jeune femme allongée en train de jouer avec une main faites de pure ténèbres qui lui faisait face. Leur doigts s'entremélaient, tandis quel'enfant riait d'une voix enjouée, chantant cette chanson dont elle ignorait la provenance.


- Sa peur en main, sa peur au cœur ...

Les racines ont déchirées son cœur ...

Et l'ont mangées de l'intérieur, ces racines qui ont germées ...

Les pétales tombent et les fleurs fanent ...

Les voix appellent "Viens maintenant ! Viens ici! "


Tandis qu' elle chantait, d'autres mains naissaient autour de son buste et de ses jambes étendues, passant au dessus d'elle pour mourir en disparaissant de l'autre côté de ce même corps. Ils la protégeaient.

Puis elle sentit la présence de l'homme. Aussitôt elle tourna son regard vers lui, son sourire disparaissant pour laisser place à un "oh" de surprise. Ses yeux n'exprimaient rien d'autre qu'un singulier intérêt, un peu comme un enfant qui rencontrait "un drôle de monsieur". Elle l'écouta d'abord parler, tout en se levant et en s'approchant de lui. Arrivée à portée de main, ce qui une distance très dangereuse quand elle concerne Yami, celle-ci répondit :


- Vous êtes heureux de me voir ?

A ces mots, un sourire ému et reconnaissant se dessinait déjà sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Sam 22 Déc - 21:29

Je ne la laisserais pas m'évincer. Je devais être le premier, je devais l'attirer de mon côté, qu'importait ce que pourrait en dire mon Maitre, je ne pouvais pas lui permettre de trouver une autre solution pour réincarner notre Dieu tout puissant, je devais le devenir. Je voulais le devenir.
Je voulais gouter à cette puissance, je voulais dominer le monde, je voulais gouter ma vengeance à travers celle du Dieu noir et je pourrais de mes mains récupérer tout ce que l'on m'a pris. Je pourrais alors effacer le passé et écrire l'avenir. Je ne souffrirais plus aucun rival.
J'avais pris trop de risque pour être évincé maintenant. J'avais accueillit l'âme d'un Sorcier, je me l'étais approprié, j'avais gagné ce rude combat, après des semaines, des mois de souffrances, alors que j'avais cru que mon corps ne résisterait jamais à la lutte de deux âmes, j'avais réussit à fondre celle du Sorcier dans la mienne...A moins que ce ne soit l'inverse.

Je me moquais bien de changer, d'évoluer, tant que j'obtenais plus de puissance. Et peu importe que le Maitre Sorcier tienne à mon intégrité, je me moquais du peu de sentiment qu'il pouvait avoir, je n'étais même pas flatté d'être l’objet de ses émotions si rare. J'aurais pourtant du l'être , pour lui, rien ne comptait plus à présent que l'éveil de Shizo et ce qu'il avait du sacrifier pour permettre le retour de son Dieu. Il n'y avait qu'une toute petite poignée de personne au monde capable d'attiser son intérêt et s'attirer un peu de sa sympathie. Mais je me moquais d'être compté parmi ses gens là. Tout ce que je voulais, c'était la force. Je ne désirais plus que devenir un dieu et cette femme, cette morte à moitié vivante, à moins que ce ne soit l'inverse, cette folle osait se mettre en travers de mon chemin.

Et comme je ne pouvais l'éliminer sans en payer les conséquences, je me contenterais de la faire mienne. J'empêcherais les autres de percer son secret, j'attiserais sa folie, je la pousserais à ce détruire toute seule, je la reconduirais au néant sans même qu'elle s'en rende compte et elle me suivrais aveuglément. J'en ferais ma chose avant de la détruire, j'apprendrais tous ses secrets, je me les appropriais et je les détruirais. Personne ne m'empêcherait d'offrir mon enveloppe charnel à Shizo. Personne ne m'empêcherait de m'approprier l’âme d'un dieu.
Personne ne m'empêcherait d'atteindre les sommet, pas même mon Maitre.

Et maintenant qu'elle était face à moi, enveloppé par ses ombres, jouant avec, semblable à une petite fille pure et innocente, je compris que les choses seraient plus faciles encore que je ne l'imaginais. L'image qu'elle offrait était à la fois magnifique et terrifiante. Elle avait l'air si jeune, si pure, si innocente, si candide pourtant, elle était enveloppé par des Ombres si noires que même moi, j'en frissonnais. Elles semblaient cherir l'enfant qu'elles protégeaient au plus haut point et la jeune femme ne semblait ni comprendre, ni même se rendre compte de sa propre noirceur.

Innocence de la mort...

La fille des Ténèbres. Ce surnom lui allait à ravir.

Souriant devant le spectacle fascinant qu'elle offrait, je frissonnais de plaisir lorsque mon esprit frôla le sien. La folie n'était pas un terme assez large pour la décrire. Elle ne savait pas ce qu'elle était, elle ne comprenait pas sa puissance et sa propre noirceur, elle ne comprenait pas le monde l'entourant. Elle n'avait que le passé en tête et cette envie de le retrouver. Cette envie de plaire, de rendre fière, quoi qu'il en coute. Et cette envie de bien faire sans en être jamais capable.
L'approbation, l'intérêt, l'amour... Comment un être si noir, à peine envie pouvait-il rechercher l'amour ? J'adorais sa perdition et toutes ses contradiction. Elle était si...candide, se serait si simple.

Souriant de l'un de ses sourire que j'offrais souvent à ma sœur, doux, protecteur, aimable, je hochais la tête et la regardais s'avancer, les yeux mort remplit d'espoir.
Si délicieux...
Levant une main, je la passais dans les ombres entourant la jeune avant de planter mon regard dans le sien. Ce sourire...

"Évidement, je vous attendais avec une grande impatience."
susurrais-je plus charmeur que jamais, presque tendre, si j'étais encore capable de faire preuve de tendresse...

"Il faudrait être fou ma Dame pour ne pas comprendre votre grandeur."
assurais-je usant d'un ton confiant et ronronnant.

Elle serait à moi.





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Yami Noshōjo Note

avatar

Embuscade du Cauchemar
Embuscade du Cauchemar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/12/2012

Détails indiscrets
Age : La Mort et l'Ombre n'ont pas d' âge.
Humeur : Promenons-nous ... Dans les bois ...
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Sam 22 Déc - 22:48

Sa grandeur, disait-il ? Quelle grandeur ? Qu'est-ce qui pouvait, aux yeux du monde et au regard de son passé et de ses actes, pouvait paraître un tant soit peu remarquable chez elle ? Elle avait échouée dans tout ce qu'elle avait entreprit, déçut la totalité des espoirs que sa famille, son peuple et son époux avait placés en elle. Elle n'avait pas sauvegardée sa lignée, avait échouée à protéger son Comté et ses habitants et avait faillit dans la protection du Royaume. Et pour toutes ces erreurs, en punition de tout ces échecs, comme pour la punir de son incompétence, elle fut tuée, sans mourir.

Une pensée bien contradictoire par rapport à ce à quoi elle avait songée quelques instants plus tôt.

Et pourtant, lorsque l'homme lui parlait, il disait explicitement qu'il l'attendait, qu'il l'aimait. Pas du même amour que Naito avait éprouvé pour sa femme, mais d'un autre genre. Il semblait la respecter. Même plus, il ne la craignait pas. Il ne se comportais pas comme tout ces autres gens qui l'avaient fuit lorsqu'ils avaient vus, lorsqu'ils avaient remarqués qu'elle n'était pas comme tout le monde. Et pour cela, pour cette simple et pourtant agréable impression de gentillesse à son égard, Yami éprouvait déjà pour l'Homme une reconnaissance éternelle et sans limite.

Aussitôt, elle s'agenouilla devant lui, enlaçant ses jambes de toute la tendresse qu'elle était capable. En levant son regard vers celui de l'homme, celui-ci put voir que son visage était fendu d'un sourire si pure et si innocent qu'on en oublierais presque que cette région était la terre de l'ombre et du mal par excellence. La seule comparaison suffisamment parlante pour décrire cette situation serait comparer Yami à une petite fille qui se serait perdue, puis qui aurait été retrouvée par un inconnu qui lui aurait promis de la ramener à ses parents. L'expression dans ses yeux, son sourire et son attitude était exactement les mêmes. La jeune femme c'était perdue, et elle avait été retrouvée.

Mais retrouverait-elle ses parents ?


- Yami est gentille ... Yami ne veut faire de mal à personne ! Yami ne veut pas être méchante ! Disait-elle d'une voix plaintive et brisée. Aussi plaintif et brisé que l'était son esprit.

Quelques instants auparavant elle ne parlait que de vengeance et de meurtre, promettant l'extermination de tout ceux qui oserait se mettre entre elle et la récupération de son Comté et de son époux. Maintenant, elle disait à qui voulait l'entendre qu'elle ne voulait de mal à personne.

Et cela grâce à cette homme et à sa gentillesse.

Seulement, une chose empêcha la jeune femme de lui accorder une totale et absolue confiance. Lorsqu'elle baissa à nouveau le regard et regarda derrière la personne qu'elle enlaçait, elle le vit. L'esprit de Naito se tenait là, dans cette pièce, aussi digne et splendide qu'il l'avait été dans sa vie terrestre. Son visage était grave, ses yeux désapprouvait l'attitude de la jeune femme.

Pourquoi Monseigneur Naito n'aimait-il pas cet homme qui se montrait si prévenant avec Yami ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Dim 23 Déc - 19:43

Je ne pensais pas trouvé en cette femme un esprit si perturbé. Je l'imaginais hautaine, arrogante, persuadé de sa supériorité, assurée de sa puissance et de son importance. Je pensais trouver une femme capable de s'opposer à moi, capable d'éveiller mon intérêt, capable de se faire désirer et pas simplement parce qu'elle me mettait en danger. Au lieu de ça, je trouvais une enfant, un corps articulé par des Ombres dépourvu de réelle conscience. Une âme en peine, sans souvenir, sans désir, sans détermination. Tout ce qu'elle était encore capable de recherchait, c’était l'approbation et l'amour des autres, alors qu'elle aurait du ignorer jusqu'au sens de ce mot.

Mais je n'étais pas déçu, non loin de là. Certes, je n'aurais pas à batailler, la manipuler serait la chose la plus simple du monde, la posséder serait un vrai jeu d'enfant, rien de divertissant en soit, mais sa folie et sa perdition était si grande qu'elles suffisaient largement à la rendre intéressante et captivante. L'aura de folie et d’innocence qu'elle dégageait avait quelque chose de fascinant et maintenant que j'avais pu toucher son esprit, je n'étais pas certain de pouvoir me passer de sa douce et délicieuse folie. Si belle à contempler, si facile à exciter. La briser serait un jeu d'enfant et la maintenir sur le fil de l'existence un défi des plus exaltant.

Je devais absolument la faire mienne. Pour me protéger mais aussi pour me distraire. Avec elle, je ne m’ennuierais jamais.
Je pourrais m'amuser à la pousser au bord du gouffre pour la récupérer avant qu'elle n'y plonge, je pourrais la pousser à me haïr et à m'aimer, à me vénéré et à m’obéir et je ferais de sa puissance mon jouet.

Je du retenir un long éclat de rire quand elle se jeta à mes genoux pour s'y accrocher presque avec désespoir. Qu'elle en prenne l'habitude, bientôt, je serais sa seule bouée, la seule personne capable de la maintenir dans le monde des vivant.
Satisfait au possible, malgré la facilité, je retins un sourire malsain pour m'accroupir devant la jeune fille. Je crois que je ne pourrais plus jamais me passer de ce sourire innocent, de sa jeunesse apparente. Elle ressemblait simplement à une enfant égaré.
Une enfant égarée et complétement folle. J'adorais ça.

"Je sais ma Dame." soufflais-je en glissant une main sur son visage après l'avoir poussé à lâcher prise.

D'apparence doux et avenant, je me méfiais pourtant de son pouvoir.

"Rien ne t'y oblige Yami...Tu es adorable." assurais-je changeant de ton, j'adoptais celui que mon père utilisais lorsqu'il s'adressait à ma soeur et moi...fut un temps.

"Tu pourra faire ce que tu veux ici Yami, je ne laisserais personne exploiter ton pouvoir." promis-je.

C'était vraiment trop facile, mais bientôt, elle se montrerais terriblement distrayante.





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Yami Noshōjo Note

avatar

Embuscade du Cauchemar
Embuscade du Cauchemar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/12/2012

Détails indiscrets
Age : La Mort et l'Ombre n'ont pas d' âge.
Humeur : Promenons-nous ... Dans les bois ...
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Sam 29 Déc - 20:59

- Mais ...

Les mots n'arrivaient plus à sortir de sa bouche. Il y avait en ce moment même un tel nombre de pensée et de réflexions qui se bousculaient à l'intérieur de l'esprit de la jeune femme qu'essayer de les traduire tous par des mots semblait être impossible. En tout lieux, elle se plaqua les mains sur ses tempes, tentant de faire taire toutes ces voix dans sa tête : celle de Seigneur Naito qui lui reprochait de faire confiance à cet homme, ce dernier qui avait pourtant l'air si prévenant, lui qui tendait la main à une étrangère que tous fuyait, la sienne propre qui ne cessait de chanter et enfin une dernière, bien plus sombre, bien plus ténébreuse et surtout bien plus lointaine. Cette dernière voix ne c'était jamais prononcée avant. Elle était nouvelle. Et pourtant, elle était terriblement familière. Comme si elle faisait partie de Yami elle-même.
Toutes ces voix se mêlaient donc dans une tourbe silencieuse qui n'avait d'écho que l'intérieur du crâne de la Fille de la Main. Des gens voulaient son pouvoir ? Des gens en avaient après ses Mains ? Pourquoi ? Pourquoi voulaient-ils ôter les derniers objets sur cette terre pour quoi Yami présentait encore une réelle affection ? Ce n'était pas un souvenir fantôme qui réapparaissait de temps à autres sous ses yeux où une lointaine voix qu'elle ne connaissait pas, c'était après son propre être qu'on en voulait. Et cela, elle ne le laisserait jamais passer.


- Mais Yami est gentille ! Yami ne veut faire de mal à personne ! Pourquoi tout le monde hait-il Yami ? Répetait-elle inlassablement.

Déjà, créatures menaçantes, des ombres adoptant la forme à présent familière des mains protectrice de Yami se créaient autour d'elle, tourbillonnant comme l'aurait fait autant de requin dans les yeux desquels on verrais toute la soif de sang et l'amour du carnage. N'importe quelle personne censée le verrais et reculerais. Tout ceux qui étaient effrayés par la jeune femme et ses amis auraient fuit, l'abandonnant comme elle le fut de son vivant.

C'était certain, son nouvel allié allait faire de même. Aussitôt elle ferma les yeux, se les couvrant également de ses mains. Elle ne voulait pas le voir fuir. La lumière de ce monde était trop cruelle pour elle. L’homme qui lui avait rendu ses souvenirs lui avait également rendus la douleur déchirante qui allait avec. Il avait tiré l'enfant de son doux rêve éternel dans lequel elle errait depuis des siècles. Et il l'avait payé de sa vie. Celle-ci nourrissait à présent les monstrueuses mains qui lui avaient prisent sont dernier souffle. Elle n'aspirait plus qu'à une chose maintenant: revenir dans son rêve.

Et l'homme en face d'elle pouvait l'aider. Si du moins il était encore là, ce dont elle doutait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Jeu 3 Jan - 12:57

Affalée sur le sol, entourée d'Ombres, drapée de soie, noyée sous l'ébène de ses longs cheveux, elle semblait terriblement fragile. Sa peau blanche, son teint de pêche à peine dénaturé par sa nature Ténébreuse, la faisait ressembler à une poupée de porcelaine. Aussi belle que fragile.
Aussi fragile que folle et aussi folle que dangereuse. Elle même était trop jeune, dans son corps et dans son esprit, elle avait beau avoir vécu de longs siècles, lorsqu'elle avait repris miraculeusement forme humaine, elle était redevenue la jeune fille qu'elle avait été avant de sombrer dans les Ombre et la Mort. Mais son pouvoir, ses ombres qui prenaient forme pour la protéger envers et contre tous, qui semblaient presque animées de sentiments, elles, elles étaient véritablement dangereuse. Même moi je n'étais pas certain d'être complétement en sécurité, mais je ne devais pas reculer.
Même alors que ses Ombres se faisaient menaçante, je devais rester près d'elle, si je voulais me l'approprier, si je voulais qu'elle me fasse confiance, je devais lui offrir ce qu'elle avait toujours recherché : un remède à sa solitude, un peu d'affection, une preuve qu'elle n'était pas une monstre, qu'elle n'était pas haïssable.
Restant accroupie près de la jeune fille alors qu'elle semblait tenter plutôt désespérément de faire le tri dans sa folie, je grinçais légèrement des dents en sentant son pouvoir me frôler. Vraiment puissant. Mais je l'étais plus et j'usais de mes propres ombres pour me protéger. Si en plus, elle pouvait s'imaginer que nous étions pareille.

"Je n'en doute pas une seule seconde." assurais-je en attrapant l'une de ses mains.

"Je ne laisserait personne se servir de toi, Yami, tu n'aura pas à faire de mal à qui que se soit."
promis-je en serrant sa main.

"Moi, je ne te hais pas Yami..." soupirais-je en attrapant sa seconde main pour découvrir son visage et attrapais délicatement son menton entre mes doigts pour la forcer à relever la tête et me regarder pour lui sourire.

Je détestais user de ce ton doux et milieux, mais pour l'amadouer je n'avais pas vraiment le choix.





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Yami Noshōjo Note

avatar

Embuscade du Cauchemar
Embuscade du Cauchemar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/12/2012

Détails indiscrets
Age : La Mort et l'Ombre n'ont pas d' âge.
Humeur : Promenons-nous ... Dans les bois ...
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Mer 9 Jan - 0:29

- Alors Yami vous protègera. Yami détruiras tout ceux qui ferrons du mal à son ami.

Et c'est ainsi que le peu d'indépendance psychologique qu'elle détenait fut réduit à néant par les subtils paroles de Syl'Adran. Son esprit fragile avait trouvé son maître. Elle était à présent totalement dépendante de lui. Et pourtant, si tel était le cas, alors l'inverse était également vrai. Car le sorcier-élementaire devrait à l'avenir s'assurer de garder un contrôle totale sur la jeune enfant. Il suffisait en effet qu'elle rencontre une personne disposant d'un charisme et d'une autorité plus forte, en plus de pouvoir l'aider à remplir ses objectifs, pour qu'elle abandonne son présent seigneur pour un autre. Ainsi en allait-il de sa loyauté, aussi fugace que sa raison.
Mais d'ici là, elle serait l'élement le plus loyal et, sans aucun doute, le plus efficace de Syl'Adran, détruisant tout ses ennemis et remplissant avec efficacité toutes les missions qu'il lui assignera. Elle fera de la volonté de son maître la marche selon laquelle le monde tourner. Elle comblerais ses désirs, ses attentes et ses plans. Dans la même logique, elle cherchera à remplir ses propres objectifs, et l'un d'entre-eux était apparu durant cette conversation. Cette voix qui semblait émaner des ténébreux appendices, venant d'un lointain inatteignable. Et pourtant, cette voix paraissait ne faire qu'un avec l'âme de la jeune noble. Qui était-ce ? Ce n'était pas Seigneur Naïto, car le souvenir qu'elle avait de sa voix était celui d'un chant, agréable et doux, protecteur et passionné. Même lorsqu'il hurlait ses ordres à ses hommes durant la guerre, il avait gardé en lui cette fougue et cette humilité qui avait charmé Yami. Seigneur Protecteur de Svalbard, il avait à cœur de défendre les valeurs de la justice et de la chevalerie. Il avait respecté cette éthique jusqu'à sa glorieuse mort sur le champ de bataille. Et dans ce décès que son épouse sombra dans les Ténèbres.
Cette voix qu'elle ne connaissait pas et qui faisant pourtant partie intégrante de sa personne l'au plus haut point. Qui était-ce ? Où était-il ? Pourquoi lui parlait-elle ? Elle était déjà suffisamment hanté par les fantômes et les souvenirs de sa vie passée, n'était-ce pas assez ?
Les Ombres s'agitaient, réagissant à cette réflexion interne à l'esprit tourmenté de leur maîtresse. Oui, cette voix, grave, puissante, autoritaire et surtout intimidante, faisait tout autant partie de ces mains que de la jeune femme, sachant qu'elle ne faisait déjà qu'un avec elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer. Lun 4 Fév - 12:26

Serrant délicatement la main de Yami dans la mienne, mon pouce, posé sur sa joue dessinais un arabesque. Caresse fugace destinée à appuyer mes propos. Quelqu'un de normal aurait compris que chacun de mes gestes, chacun de mes regard, chacune de mes paroles étaient calculés, mais Yami n'était pas normale, loin de là et son esprit était bien trop dérangé pour que la pensée de la précipitation ne traverse son esprit. Je lui parlait presque comme un homme amoureux sans rien connaitre d'elle, du moins, c'est ce qu'elle aurait du croire, mais elle ne s'en formalisait absolument pas. Évidement, puisqu'elle n'attendait que ça, un peu d'attention, un peu de considération. Faire semblant de lui accorder ce qu'elle recherchait tant n'était pas un lourd tribu à payer pour me protéger moi même.
Réfrénant l'envie de sourire fièrement, ravi d'être si facilement arrivé à mes fin, je me contentais de sourire doucement à la jeune femme lorsqu'elle affirma qu'elle me protégerais.

Je l’espère bien...Et je compte bien en profiter. A partir de maintenant, je ne me salirais les mains qu'en cas de nécessité, ou par ennuis.
Le reste du temps, je pourrais utiliser l'esprit troublé de la Fille de la Main et son Don un peu trop exceptionnel à mon gout. Mais je n'avais plus à m'en soucier, puisque maintenant, ce Don était à moi. Je devrais faire preuve de vigilance pour le conserver, mais je savais que la seule personne capable de m'arracher Yami à présent ne se soucierait d'elle que lorsqu'il comprendrait en quoi son existence même pouvait servir ses propre projets. En attendant, il ne jurait que par moi et j'avais l'intention de faire en sorte que cela ne change jamais. Pour l'instant, contrôler Yami, ma plus grande ennemis mais une force qui était mienne, serait suffisant. Mais lorsque son existence menacerait mon futur, je n’hésiterais pas. Si les choses n'avait pas été aussi faciles, je n'aurais pas hésité à l'instant même...

"Tu aura alors tout ce que tu as toujours désiré Yami..."


Mes paroles sonnait comme une promesse alors que je savais que le lui faire croire serait simple...






Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer.

Revenir en haut Aller en bas

Ouvre ton Coeur à l'Appel de l'Enfer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ouvre ton coeur et viens chasser avec moi [PV Etoile d'Aurore][JDE]
» │♦ "Mes ailes s'étant déployées, j'ouvre maintenant mon coeur aux autres . "♦│
» appel à votre bon coeur
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis :: -