Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Anael Darema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 12
Date d'inscription : 28/11/2012

MessageSujet: Anael Darema Jeu 29 Nov - 19:09














Nom :Darema
Prénom :Anael
Age :3627 ans
Peuple :Ondin
StatutSorcier du dixième cercle





Oracle
Empathie
Charme
Morphing
Contrôle Chimérique
Téléportation
Télékinésie
Télépathie
Invisibilité
Possession


Anael est un homme droit et juste. Très tôt exilé de son propre peuple il a toujours cherché à défendre autrui quand bien même cela est au détriment de son existence. Sans pour autant être suicidaire il fait de sa force physique et psychique un atout. Néanmoins, il fait très peu confiance aux autres, même aux membres du cercle.
Loin d'être un inconditionnel des Dieux, il a vu ce que leur égoïsme et leur égocentrisme pouvait donner durant les différentes guerres, il a méprisé leur faiblesse, même celle de sa propre divinité. Par conséquent il est loin d'être pieu, préférant concentré son attention sur ce qui est encore en vie et mérite d'être protégé.
Du même caractère lunatique que son peuple, il s'exprime chez Anael par sa proximité avec autrui, parfois chaleureux et accueillant il peut changer d'une seconde à l'autre en se montrant froid et distant, une sorte d'ambivalence développée entre ses origines et la vie parmi les êtres humains, ce qui fait de lui un être parfois incompris et souvent évité. Émotif, il se laisse guider par ses émotions, bien que son maître ait tout fait pour qu'il devienne quelqu'un de réfléchit et prudent ce sont deux mots qui ne sont jamais entrés dans le vocabulaire d'Anael, leur préférant les mots intrépide et insouciant. Ces adjectifs sont également sa fierté, car, c'est grâce à ce comportement qu'il a sauvé de nombreuses vies.
Enfin, c'est également une personne fière de ce qu'il est et de ce qu'on lui a enseigné, allant avec son caractère sanguin, il ne laissera personne proférer des paroles blessantes à l'égard de son maître, ses origines ou de son ordre.


Anael est plutôt du genre à avoir des goûts simples et peu originaux, il passe la plupart de son temps dans l'eau ou à proximité de cette dernière par conséquent il est toujours très peu vêtu, préférant être torse nu, il garde cependant une certaine intimité avec un pantalon de lin assez léger, ne tolérant que très peu le contact des vêtements ou de la chaleur.
Amoureux de l'eau et de la nature, il aime y perdre son temps et la protéger du mieux qu'il le peut, par la même il ne mange que très peu de viande mais, surtout pas de poisson, ce qui peut parfois donner lieu à des situations comiques quand il pense reconnaître l'un de ses cousins dans une assiette.
En matière de femme Anael est un homme charmant, comme la plupart de ceux de sa race et son côté « homme parfait » le rend très désirable, bien qu'en ayant joué durant sa jeunesse il est aujourd'hui plus sage de ce côté-là. Il n'a cependant jamais été marié et n'est pas prêt à l'être, préférant les multiples possibilités du célibat à l'enchaînement auprès d'une seule femme.


Comme dit plus haut, Anael est, de par sa nature de Ondin, un homme beau et bien que sa musculature soit développée et sa carrure respectable, ses origines font de lui un imberbe ce qui provoque plusieurs réactions, bien accueillis par la gante féminine, il est plutôt critiqué et rabaissé au rang d'androgyne ou d'efféminé par les hommes humains.
Plus grand que la moyenne des humains, il atteint facilement les 2mètres. En dehors de l'eau c'est un être, bien que plus élancé et plus « élégant » dans sa posture et sa manière de se tenir qu'un être humain normal. Sa peau est légèrement plus claire et son regard tout comme son maintiens sont désarmant. Néanmoins, lorsqu'il rejoint le milieu aquatique, ses oreilles deviennent des nageoires et ses deux jambes deviennent une unique nageoire caractéristique de son peuple, les écailles parcourant ses parties propres au milieu aqueux sont d'un marron presque semblables à l'écorce d'un arbre. Ses long cheveux noirs prennent des reflets légèrement mauve lorsqu'ils touchent l'eau et ses yeux verts émeraude sont capables de voir aussi bien dans l'eau que sur terre. Lorsqu'il commence à manquer d'eau ses cheveux deviennent progressivement d'une blancheur maladive qui indique la déshydratation de l'ondin.
Souvent peu vêtu, il garde cependant en permanence une sorte d'armure ou plutôt des « décorations » sur le haut de son corps qui sont l’œuvre d'un créateur ondin, le tout étant lié au niveau du buste d'Anael grâce à une pierre découverte par l'une de ses pairs au fond de l'océan et lui a offerte, il s'agit en réalité d'une perle aux reflets bleutés.



La bataille faisait rage, la dernière grande bataille de notre temps. A vrai dire, chaque bataille devait être la dernière... depuis près de 3000ans maintenant nous en étions à cette dernière bataille, luttant parfois pour notre liberté, d'autres fois pour nos Dieux mais finalement le plus souvent, nous nous battions tout simplement pour survivre.
Les siècles qui venaient de s'écouler n'avaient été que tristesse et désolation, abandonnés par les Dieux et leur prétendu pouvoir... si c'était cela, avoir du pouvoir, si cela signifiait devenir égoïste, oubliant ceux qui avaient besoin de nous, de notre force, alors je ne veux pas de ce que les hommes appellent le pouvoir ; je veux rester moi-même, me dressant sur le champs de bataille opposant mon corps aux armés du Dieu noir, plantant mes lames jumelles dans les chaires de ses créations. Pour toujours, user de ma propre force pour protéger les plus faibles, si un jour on me demandait ce qu'est le pouvoir pour moi, c'est ce que je répondrai.
L'an 2404 hein... année définitivement à effacer des livres d'histoire, car au-delà du désespoir et de la faim, de la sécheresse et du malheur, s'était étendu sur nous une ère de ténèbres... Shizo, ce nom maudit, quand bien même cela aurait amené le monde à sa perte, c'est dans sa gorge que je voulais planter mes lames. Ces trolls, ces gnomes et autres immondices de la terre n'étaient que des obstacle à mon véritable but et à celui de mon Maître... Karadrass. Cet homme froid avait fait de moi le sorcier que j'étais en ce temps, fier et insoumis, que cela soit au cercle ou à une autre personne. « Souviens toi de ce jour où tu entres dans le premier cercle, m'avait-il alors dit, car en jour tu comprends ce qu'est la différence entre la dévotion et la soumission ».

Il m'avait trouvé sur la plage ce jour-là... je n'avais même pas 100ans, à vrai dire j'en étais encore loin, autrement dit, encore un enfant pour mon peuple. J'étais là, étendu sur le sable, rejeté par les miens, jugé comme un traître et un meurtrier. Qu'avais-je donc fait pour mériter un tel châtiment ? Rien... je m'étais simplement éveillé à la sorcellerie, oh soyons clairs, d'autres avant moi l'avaient fait sans que cela ne pose de réel problème, sauf que voilà, quand vous éveillez votre don comme étant oracle, il y a deux solutions, soit on vous prend pour un fou, soit pour un criminel et pas de chance pour moi, j'avais tiré les deux. Sauf que voilà, cette première vision n'avait pas été des plus réjouissante quand vous voyez celle avec qui vous avez grandi, votre meilleure amie et qui, selon vos parents, sera la femme que vous épouserez, mourir dans d'atroces souffrances à cause d'un bateau passant un peu trop près, une sirène trop curieuse et des marins... trop lâches.
J'ai essayé de la prévenir, avec les mots qui étaient les miens à l'époque, avec mes doutes et mes incertitudes sur ce que j'avais vu et que je ne pouvais pas comprendre, un pouvoir naissant et une jeunesse insouciante avait fini par nous conduire tous les deux à notre perte. Je n'avais pas réussi à la dissuadé et l'oracle se réalisa, capturée par des marins, je mis plusieurs minutes à atteindre le pont de leur navire... trop tard, c'était à peine croyable que des hommes étaient capables de tant de mal en si peu de temps. Ils avaient fait d'elle un simple jouet, incapable de se défendre je l'avais entendu crier mon nom, sa voix auparavant cristalline n'étant devenu que des pleurs et des larmes et quand enfin j'étais arrivé, elle n'avait plus de souffle ou si peu... pourquoi ? Pourquoi une telle cruauté ? C'est ce jour-là que j'ai tranché pour la première fois une gorge et... j'ai aimé ça, aimé entendre ceux qui avaient fait tant de mal mourir en s'étouffant avec leur propre sang, aimé étancher ma colère et ma rage dans la mort de mes ennemis.
Une innocente était morte... par... ma faute ? Si je ne lui avais pas raconté mon rêve aurait elle seulement été nagée dans ces eaux là ? Si je n'avais rien dit, peut-être serions-nous resté dans la citée sous marine comme nous l'avions prévu ? Je n'ai jamais trouvé de réponse à ces questions et aujourd'hui encore je me les posent. A quoi servait donc ce « don », cette « magie » si ce n'était que pour rester un spectateur passif des événements ? Les questions, le trouble, la colère, la tristesse, tout cela se mélangeait alors que je tenais le corps désormais sans vie de ma camarade de jeu. Comment le monde réel avait-il pu nous rattraper aussi rapidement ? Comment de l'insouciance étais-je passé au désespoir ? Comment de la joie étais-je devenu un bloc de haine ?
Je l'ai ramené parmi les nôtres ce jour-là, son corps revenant sous sa forme originelle, mais gardant les traces et les stigmates de ce qu'elle venait de vivre, pardonne moi Uria, pardonne moi... . Lorsque je suis revenu je n'ai trouvé en face de moi qu'un rempart d'incompréhension et de honte, il leur fallait un coupable, j'étais là avec ce cadavre dans les bras, tout désigné pour être celui sur lequel ils allaient passer leur colère, trop bête que j'avais été pour taire mon don, ils m'accusèrent de l'avoir tué pour prouver que je disais vrai. Meurtrier ils m'ont appelé, chassé, je l'ai été, au cadavre froid, mais que pourtant je ne voulais pas lâcher j'ai été arraché, de ma cité j'ai été exilé, de l'amour des miens j'ai été privé.
Et voilà, voilà la début de mon histoire et la raison pour laquelle j'étais sur la plage ce jour là, dans ce mélange d'incompréhension et de colère, avais je seulement envie de ces pouvoirs si c'était pour être chassé ? C'est alors qu'un homme s'approcha de moi...


« Arrête de pleurer » avait-il ordonné. Ne l'ayant pas entendu arrivé, j'avais relevé la tête d'un coup, découvrant derrière le rideau de mes larmes un homme aux cheveux bruns, un humain à n'en pas douter, de par sa carrure, ses vêtements et sa... pilosité, bien que sa barbe fut remarquablement taillée pour ne laisser qu'un bouc. En revanche, son regard bleu était aussi froid que les profondeurs de l'océan.
« Qu... qui êtes-vous ? » avais-je alors simplement répondu d'une voix saccadé par les pleurs.
« Un homme que tu vas aimer détester, l'homme qui fera de toi un sorcier que tu le veuilles ou non »
Les sourcils s'étaient alors froncés, mon regard plus dur semblant plaire à cet homme.
« Pourquoi le voudrais je ? Je suis là à cause de ça ! Je n'ai plus le droit d'approcher des miens à cause de ça ! Je crache sur votre magie et votre enseignement ! »

Il avait alors simplement levé son index vers moi, provocant une onde de choc si puissante qu'elle m'avait littéralement envoyé dans le décor, bon il faut dire que j'avais toujours aimé la nature, les arbres, les petits oiseaux etc. mais pour le coup, je ne m'attendais pas à la voir de si près. Alors que je ramassais mes os, pensant les avoir éparpillés un peu partout au cours de mon vol, l'humain s'approcha de moi, l'air déterminé et pourtant il n'y avait sur son visage aucune colère...
« Idiot ! Sais-tu seulement ce que cela signifie être un sorcier ? Tu seras à jamais rejeté par la plupart des êtres, mais la véritable marque d'intelligence sera pour toi de devenir assez puissant pour protéger ton idéal. Même si aujourd'hui tu hais les tiens pour ce qu'ils t'ont fait, il viendra un jour où tu voudras les protéger au prix de ta propre vie, alors à ce moment-là tu deviendras un véritable sorcier, car tu auras compris que la haine et la colère ne sont que des sentiments passagers et qu'il ne tient qu'à toi de les transformer en une force bénéfique pour le rester de ce monde. »
Je restais interdit devant ces mots, quelques syllabes à peine arrivaient à sortir de ma propre bouche, certainement en grande partie à cause de la douleur mais bon.
« Je me nomme Karadrass et je serai ton maître. »
J'inclinais simplement la tête en signe d'accord, qui étais-je pour refuser cela après ces mots ? En quelques phrases il avait fait disparaître ma haine pour la remplacer par un étrange sentiment, celui de la paix.

Mon entrée dans le cercle ne fut pas entourée d'un feu d'artifice ni même d'une quelconque cérémonie, je n'étais pas exceptionnel, je ne le suis toujours pas. J'étais un prétendant comme les autres, peut-être avais je vécu des début plus difficile que d'autres avec mes pouvoirs, mais après tout, quelle différence cela faisait-il en ces lieux ? Aucune. Et jamais mon maître ne me parla de nouveau de ce jour, ni même de ce qu'il savait ou non des raisons qui m'avaient conduit sur cette plage.
Karadrass était un homme érudit, respecté par beaucoup comme étant une sorte de puits de science, il ne laissait cependant jamais de côté une occasion de s'entraîner, mais pensais que l'on pouvait atteindre sa cible plus facilement en ayant étudié ses points faibles auparavant. Mais surtout, selon lui, pratiquer la sorcellerie ne dispensait pas de savoir manier une arme, il avait plus que conscience des faiblesses d'un sorcier au corps à corps, la plupart d'entre eux préférant un bâton à une véritable arme désireuse de trancher la chaire de l'adversaire. Aussi m'offrit-il deux épées jumelles, forgées dans le même métal... des épées venant de mon peuple. Forgé par des ondins désireux de me voir réussir, mensonge ou réalité ? Peu importait, car avec ces lames à mes côtés, j'avais l'impression d'avoir le peuple entier en train de me soutenir et plus le temps passait plus je m'entraînais pour pouvoir les protéger tous, pour que jamais la mort d'Uria ne soit oubliée.

Mais mon entraînement fut plus rapide que prévu, la guerre était à nos portes et nous fûmes tous réquisitionné, du 1er au 13ème cercle, je venais seulement d'atteindre le troisième lorsque je foulais pour la première fois le champ de bataille... 1618, la grande bataille du marais maudit... bataille... faible mot pour décrire la boucherie et l'horreur qui eut lieu cette année là. Des morts des deux côtés et cette odeur, celle des cadavres en décomposition qui me restera dans le nez plusieurs mois après avoir la fin de la guerre. Je crois que c'est à ce moment-là que j'ai commencé à perdre la Foi que j'avais en nos Dieux, peut-être parce que finalement leur pouvoir n'était pas à ce point tout puissant ou tout simplement parce que je me suis rendu compte qu'ils avaient besoin de leurs « créations » pour régler de futiles querelles de familles et que sous prétexte qu'ils nous avaient façonné, nous devions nous lancer à corps perdu dans la bataille, sacrifier nos corps et nos vies pourquoi ? Satisfaire l'égo démesuré d'une poignée de guignols auréolé ?... Oui, c'est aussi à ce moment-là que je me suis mis à blasphémer, simple retour des choses, simple vide après une bataille. J'ai vu beaucoup d'humain devenir fou après cette guerre, beaucoup trop de personnes sombrer dans une dépression ou qui avaient toujours l'impression d'être au combat, de ne pas avoir perdu, un bras, une jambe, un ami, un parent.
Ce jour-là j'ai décidé de devenir le bouclier de ces hommes faibles et je repris la lutte tout comme mon apprentissage dans les cercles.

Le temps passa, les années et les siècles n'ayant plus d'emprise sur moi ou sur mon corps, je vis certaines personne mourir de vieillesse alors que je les avais vu naître, j'ai vu le monde changer, les gens changer, j'ai vu poser les premières pierres de certaines cités comme leur inauguration.
C'est étrange, de voir le monde changer, de n'être qu'une espèce de spectateur sans véritable impact sur le présent, pourtant, nous étions des êtres du passé et nous serions toujours là à l'avenir, étrange sentiment qui me fit me remettre en question de nombreuses fois.
Heureusement Karadrass était toujours là, calme et froid, analysant chaque situation et calmant mes ardeurs, m'obligeant à réfléchir sur le sens des choses et les conséquences de nos actes en tant que sorcier. Nos pouvoirs étaient capables de changer irrémédiablement la face du monde, c'était pour cela que nous devions à tout prix ne jamais sombrer dans les limbes et ne jamais vendre nos âmes à Shizo. Chaque leçon, qu'elle soit de sorcellerie ou de combat me laissaient des marques, autant mentales que psychique, mon maître avaient les mots pour convaincre, pour expliquer et surtout le génie pour transmettre le savoir, que ce soit à grands coups de poing lors des entraînements ou de prison magique lors d'une leçon de patience. C'est peut-être pour m'éviter l'influence de son meilleur ami, Dirpk, que mon maître m'imposait autant de règle et de sang froid. Dirpk, était quelqu'un de joviale à l'époque, presque insouciant, plaisantant allègrement et passant une partie de son temps dans les tavernes à regarder les jolies filles. Je n'ai jamais vraiment compris comment ces deux-là avaient pu devenir amis et pourtant, ils étaient inséparables ainsi qu'avec le frère de Dirpk... mais tout cela remonte à si longtemps, peut-être suis-je l'un des seuls à m'en souvenir.
Et le monde se mit à dépérir, les Dieux nous ayant quittés, il ne restait presque aucune magie sur cette terre et l'âme même de la planète commençait à le ressentir. Les hommes mourraient, les sorciers perdaient leur pouvoir, les eaux se faisaient dangereuses même pour mon peuple, il ne s'agissait pas seulement de la mort ou du désespoir ce dont le monde souffrait était de sa propre disparition. Alors que je me surpassais chaque jour pour gravir les cercles, je pensais naïvement que si j'arrivais à devenir plus puissant je pourrai créer ma propre source d'énergie, devenir une source pour cette terre... prétention ou insouciance ? Même encore maintenant j'ignore de quoi il s'agissait, mais alors que je passais les cercles, c'est alors que fut décidé l'édification de la tour du centre... oh présomption de l'esprit humain et divin. Je l'ai détesté de la première à la dernière pierre...


« Pourquoi construire cette abomination ?! L'homme peut s'en sortir seul si nous les sorciers nous l'aidons ! » Clamais-je à l'époque.
« Aurais-tu la prétention d'être un Dieu, mon jeune apprentis... »
[color=cyan]« Maître... les Dieux... ils nous ont trahi ! » [/cyan]
« Mais sans eux ce monde n'est plus, sans eux plus rien n'existera et la magie que tu manies ne sera plus qu'une simple illusion, une attraction pour touriste. Écoute moi, je sais que je t'ai toujours encouragé à penser par toi-même et à croire en toi plus qu'en quiconque, mais cette fois c'est différent. Nous devons leur faire confiance une dernière fois. »
[color=cyan]« Bien... maître... » [/cyan]
Ces mots m'avaient coûtés, mais il avait raison, les Dieux étaient le dernier espoir de l'ordre et si jamais je m'y opposais, tout cela ne serait considéré que comme une rébellion de plus à l'encontre de mes pairs plus sages et plus puissant.

« Anael, l'avenir sera triste et de nombreuses larmes seront versées, tu devras te lever au milieu des cadavres une dernière fois. Ce sera ton ultime épreuve pour franchir le 10ème cercle. »
« Je ne serai jamais un pantin Maître, je refuse de voir les cadavres s'amonceler devant moi, à quoi cela sert-il de voir l'avenir si nous ne pouvons le contrer ? »
« Tout simplement à ce qu'il soit moins noir, que se serait-il passé ce jour-là pour ton amie si tu n'avais pas été là ? »
« Le résultat aurait été le même Maître, elle est morte et cela rien ne peut le changer »
« Mais tu lui as rendu un hommage comme peu de gens en sont capables, tu as accepté ton châtiment de bannissement en souvenir d'elle, parce que tu ne voulais pas que sa mort prennent les proportions d'un procès. Anael, je t'ai appris à refouler tes sentiments, mais je ne sais pas si tu en seras un jour capable alors écoutes moi... faire de son mieux, son maximum, ce dont on est capable, ne sont pas des phrases dignes d'un sorcier de ton niveau. Ces sentiments transformes les, insuffle les au plus profond de toi et alors, quand tu les sentiras dans chaque parcelle de ton corps, fais les exploser pour créer un miracle. »

Je n'ai jamais oublié ces mots, pas plus que mon maître. Après cela nous n'avons jamais reparlé de la question des sentiments. Et mon entraînement a une nouvelle fois été arrêté, car le dernier âge de notre monde allait s'étendre sur nous : l'âge de la désolation.

Jamais je n'ai connu une guerre qui ressemblait à ce point à un massacre, Shizo déferlait sur le monde à la tête d'une immense armée. Et nos armes tranchèrent, massacrant les abominations du Dieu qui revenaient sans cesse plus nombreuses... nous ne pouvions pas gagner, pas sans le pouvoir des Dieux, tout ce sang versé ne leur suffit-il pas ? Ces morts en nombreux insolents pour sauver ce monde qu'ils ont eux-même délaissé ne leur prouve-t-il pas notre volonté ?
Mais voilà que le combat s'engage à nouveau, mes forces me quittent un peu plus chaque jour, combien de temps pourrons nous tenir face à eux ? Tout fini par se jouer pour moi ce jour-là, dans une grande cité humaine, à des milles et des milles de la cité sous marine. Alors que nous défendions l'un des derniers bastion de l'humanité et alors que mes épées, rougies par le sang de mes ennemis commençaient à montrer des signes de faiblesse, je sentis une magie m'entourer, une dernière fois, mon maître était là, juste devant moi, tel un rempart pour protéger cette ville contre les hordes de Shizo, pour la première fois il se retourna vers moi et son visage habituellement impassible arborait un des sourires les plus merveilleux qu'il m'ait été donné de voir de toute mon existence...


« Anael, aujourd'hui, j'ai eu envie de croire en ce que tu appelais les sentiments, relève toi mon apprentie, car aujourd'hui tu es l'un des maîtres de la magie, tu viens d'ouvrir la voie vers le 10ème cercle. Relève toi et bats toi ! »
Mais alors qu'il prononçait ces mots je sentais toute sa magie venir en lui, une ultime vague qui mettrait à genoux nos ennemis au prix même de sa vie, aujourd'hui il se dressait pour protéger l'humanité, pour protéger ses frères d'armes, son meilleur ami et moi, son apprentie, aujourd'hui il me laissait la main pour parcourir les derniers cercles de moi-même. Et alors qu'il paraît paisiblement, je sentais monter en moi cette colère que j'avais connue jadis et alors que son corps disparaissait dans une puissante explosion magique je brûlais ma mana et alors...

« Invocatis Phénix ! »

Le phénix, l'oiseau ardent déploya ses ailes pour nous aider à détruire nos ennemis, volant aux travers des troupes ennemis alors que les Dieux entendaient enfin notre appel. Mais quel intérêt pour moi à présent ? Sombrant dans une mélancolie profonde, je n'avais aucun corps sur lequel pleurer, aucune tombe sur laquelle me recueillir, au milieu du champ de bataille j'étais là, à genoux tentant de rester digne... je regardais le creux de mes mains qui ne pouvaient serrer l'insondable et une voix derrière moi, une main me prenant par le col m'ordonnant de me relever... Dirpk était là, je devais tenir, le temps que les Dieux reviennent et nous aide à conquérir la victoire.
Ha la victoire... oui nous l'avons eu, pas ce jour-là, mais lorsque les Dieux comprirent que c'est leur orgueil et leur vanité qui avait causé tant de mort et de violence. Leur sommeil était ce qui pouvait nous arriver de mieux, désormais endormit, je ferai tout pour que jamais ils ne se réveillent. Nous avions besoin d'une longue période de paix, nous avions un monde à reconstruire, enterrer nos morts et panser nos propres blessures.

Le temps fut long, je vis ceux que j'avais connu changer. Dirpk le premier, en prenant la tête de notre ordre, nous partîmes à la chasse au Shizo, un exercice dont je me délectas et qui permit de me renfermer, ne parlant que lorsqu'il s'agissait de faire s'exprimer ma magie.
Depuis ce jour moi aussi j'ai changé, surveillé par l'ordre pour mes nombreux comportements mais également pour cet événement récent qui a coûté la vie à de nombreux innocent... un mage tel que moi, j'ai été trompé par une illusion, mais je ne veux pas en parler, pas tout de suite...
La jeune femme qui me suit ? C'est mon élève, elle a décidé d'abandonner son nom et depuis se nomme Thyrael, je l'ai découverte alors qu'elle venait de faire un saut non programmé dans le temps. C'est une jeune femme d'une vingtaine d'année, extravertie au possible et qui m'attire de nombreux ennuis là où je n'en avais pas vraiment besoin, mais j'ai foi en elle, elle a remarquablement intégré le cercle est en est déjà au quatrième. J'ai décidé de la former pour enfin pouvoir partir de ce monde que je n'ai que trop foulé. J'ai l'impression que cette gamine est un peu folle par moment, enfin... disons que sauter partout et s'extasier devant la moindre étincelle magique est une de mes définitions de la folie. Quoiqu'il en soit, visiblement, la relève est là...




(Facultatif) Si vous désirez un rang spécial pour votre personnage, notez le ici.


(obligatoire pour la validation, lisez bien le règlement Wink)

Code validés

[i]


Dernière édition par Anael Darema le Jeu 29 Nov - 20:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 352
Date d'inscription : 16/12/2011
Localisation : Je n'ai plus de foyer...

Détails indiscrets
Age : Mais j't'en pose des questions moi ?... 120 ans, je sais j'les fait pas...
Humeur : Mais mêles-toi de tes oignons !!
Autre:

MessageSujet: Re: Anael Darema Jeu 29 Nov - 19:49

Ah ah, un confrère sardine, enfin !!! Bon, encore un sorcier aussi, mais ça change des Elfes et des Humains !!
Style agréable, pas (ou peu... oui je sais je suis chiante avec ça...) de fautes, mais je relève simplement deux/trois petits détails à préciser.

"...ne tolérant que très peu le contact des vêtements ou de la chaleur. " -> la chaleur, il devrait pourtant être immunisé de naissance, Satanael étant le coin le plus chaud de Quisaraedis, pour te dire actuellement nous somme en Hrivë, ça neige de partout... et sur l'île, y'a juste quelques coups de vents et une chute des températures... de trois degrés Celsius, donc en tant qu'Ondin il devrait au contraire plutôt craindre le froid ^^

Pour le physique, tout est parfait... ou presque !! En tant qu'Ondin encore une fois, il ne peut pas ressembler à un être humain lambda... il est très grand, ça c'est parfait, mais il doit également posséder certaines caractéristiques de son peuple, comme une peau blanche et irisée peu commune chez les simples être humains, des yeux plutôt grands, un aspect d'une perfection presque irréelle, n'oublions pas les légendes sur le peuple de l'eau qui séduisait les marins par leur beauté... pour mieux aller les noyer au fond de l'océan. Inutile de préciser tout ça dans tes textes bien sûr, mais tu dois garder à l'esprit que ton Ondin ressemble à tout... sauf à un être humain lambda UU"
Les branchies s'ouvrent dans le cou lors du passage à l'état aquatique (je sais c'est précisé nul part UU"), ses oreilles sont alors plutôt des nageoires ^^

Le terme "touriste" fait un peu tâche au milieu de ton magnifique récit épique... Pour le reste... AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh J'ADORE TON HISTOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! J'aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiime les bon gros pavés bien juteuuuuuux *3*3*

Bienvenu parmi nouuuuuuuuus !!






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Date d'inscription : 28/11/2012

MessageSujet: Re: Anael Darema Jeu 29 Nov - 19:58

Haaa c'est que la boite a finir par être pleine il va ne manquer que l'huile! bref merci xD
Concernant la chaleur, je parle sous son aspect humain, une chaleur qui va le désécher littéralement va forcément le déshydrater plus vite, c'est dans ce sens là que je voulais le dire.
Pour le physique j'ai changé un peu histoire de coller un peu plus à ce que tu m'as dis.

Et bah... heureux que l'histoire de plaise alors et merci =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eil'liathan Tyan'Lirulin

avatar

Princesse Héritière des Daes
Princesse Héritière des Daes
Messages : 453
Date d'inscription : 05/12/2011
Localisation : Sur l'Océan...Enfin tranquilisée.

Détails indiscrets
Age : Hum...très polie... 313 ans. J'suis plutôt bien conservée hein? Normal abrutis, j'suis une elfe !!!
Humeur : J'aime jouer au jeu du chat et la souris et je suis le chat !!
Autre:

MessageSujet: Re: Anael Darema Jeu 29 Nov - 20:02

Bon ben, je m'en doutais un peu, mais je suis pas déçue !!! Bien au contraire !!!
Je suis doué enfaite ! Ok...j'arrête l'auto congratulation ! Mais tu as remarquablement bien intégré l'univers du fow (c'est affreux comme j'ai l'impression de me répéter ses derniers temps XD)

Accessoirement, t'as pété le mythe de Dirpk... je te vénère XD

Bon, il y a quelques détails à changer, on en a parlé, je te fais confiance la dessus !

Pour ce qui est des remarques d'Aby, personnellement, le fait qu'il n'aime pas la chaleur me choque pas, c'est pas parce qu'il passe toute sa vie dans un climat tropical qu'il doit aimer ça XD
En plus, si tu fait le calcul, il est né avant que les Sirènes et Ondins aient des jambes, donc, tout ce qu'il a connu de la terre ferme, c'est ce que sont maitre lui en a montré.

Après pour le physique, effectivement, peut pas vraiment ressembler à un humain, mais rien l'empêche d'être humble XD

Je te souhaite pas la bienvenue, je me suis déjà extasié de ton inscription XD

J'suis contente de te voir parmi nous, d'autant plus alors que je sais ce que tu donne en RP et ça promet !

Edit : même pas le temps de poster que les modifications sont faite. Le physique me plait plus comme ça effectivement ! La chrono, on est bon, c'est farpait !

Validation officielle ^^





Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quisaraedis.forumgratuit.org
Messages : 12
Date d'inscription : 28/11/2012

MessageSujet: Re: Anael Darema Jeu 29 Nov - 20:24

Que de compliments Embarassed Je vais finir par avoir les chevilles gonflées xD Merci et au plaisir de rp alors Wink



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Luna Ab'Alinuë

avatar

Princesse Héritière des Dissaels
Princesse Héritière des Dissaels
Messages : 91
Date d'inscription : 24/06/2012
Localisation : Chez moi ou dans les bois... Comment saurais-je ?

Détails indiscrets
Age : 323 ans
Humeur : Toujours douce !
Autre:

MessageSujet: Re: Anael Darema Lun 3 Déc - 23:04

Coucou ! Very Happy

Quelle histoire, mais quelle histoire ! :O J'adore, tout simplement ! *.* Comme ton personnage d'ailleurs... Un Sorcier qui blasphème, magnifique je dois avouer Razz

Amuse toi bien à Quisaraedis !


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Anael Darema

Revenir en haut Aller en bas

Anael Darema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Voyage de la compagnie de Bois doré, Argonui, Anael, Jango
» Anaël, le barde errant des Havres
» Motocross daverdisse - 30 mars 2014 ...
» Il n'y a pas de honte à avoir ! [Anael & Duela]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  ::  :: -