Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Et l'heure du jugement fut venue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Jeu 8 Nov - 19:11

Tête de mule de Sorcier de malheur. Il avait l'air au bout du rouleau, même s'il était passé maître dans l'art de la dissimulation, et j'étais loin d'être dupe - un sort du Livre III, rien que ça... il avait de la chance d'avoir encore tous ses doigts. Je faisais peut-être partie des premiers Elfes (de ce côté de ma famille, en tout cas) ayant été doté du pouvoir de guérison, posant les bases de ce qui deviendrait le futur peuple Dissael, mais ma condition d'Hybride affaiblissait néanmoins ce pouvoir par rapport aux vrais Dissaels d'aujourd'hui, sans compter que mon pouvoir marchait mieux sur moi-même que sur quiconque d'autre. De ce fait, si mon pouvoir restait assez puissant pour sauver un gamin aux portes de la mort en guérissant ses blessures et en activant un peu sa production de globules rouges, je n'étais pas capable de beaucoup plus, et certainement pas de faire repousser les membres... et il le savait...

J'étais plus inquiète pour lui que puor Kassye et Sercërauco. Il fatiguait, était visiblement tourmenté, pressé, tendu... qu'est-ce que l'Avenir pouvait nous réserver de si noir au point de le mettre dans un tel état ?... Son large sourire me rassura cependant un peu - au moins, il était encore capable de faire montre d'un semblant de bonne humeur... Ravie de me retrouver finalement dans ses bras, je me laissais enlacer, fronçant légèrement les sourcils en l'entendant.

- Tête de mule... marmonnais-je contre son torse. Et c'est pas parce que je ne me protège pas de toi qu'il faut que tu croies que ma cervelle est en libre service, le réprimandais-je ensuite d'un ton accusateur, sans pour autant me dégager.


Il était chaud... et son étreinte était douce et réconfortante.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Ven 9 Nov - 8:05

Seul son regard bougeait. C'était un peu perturbant mais ca devait l'être encore plus pour lui surtout s'il se sentait en danger. Je gardais mon léger sourire timide, sans le quitter des yeux. Lui...se moquait bien de moi. J'étais quantité négligeable. Il suffisait de le voir regarder la pièce et les autres. Clairement, il se me prenait pas en compte quelque soit ses calculs. Ou juste pour me tuer. Je devais garder en mémoire qu'il était un assassin.
Continuant ce que je faisais, je ne ratais pourtant pas son regard quand il regarda Dirpk qui venait de s'approcher. Un regard..moqueur. Il se savait capable de faire des dégâts. La question était de savoir s'il en aurait le temps avant qu'Aube et le sorcier ne le tue...Surement que non.

Je sentais ses envies de meutre...C'était tout simplement terrifiant. Comment pouvait-on souhaiter la mort de quelqu'un de cette manière ? Sans raison particulière. Nous l'avions sauvé....Même si je doutais qu'il le voit vraiment ainsi.

Je continuais encouragée par Dirkp. Dirkp qui m'annonca soudainement qu'ils me laissaient. Allons bon, 5 minutes auparavant c'était hors de question dans les mêmes conditions...Qu'est ce qui l'avait fait changer d'avis ?

*D'accord* pensais-je sans savoir vraiment si je m'y prenais correctement et s'il m'entendrait ou pas. Surement que oui. Apr§es tout il aimait s'introduire dans l'esprit des gens.

Une fois qu'ils furent partis, je me retrouvais bien bête...Que dire de plus ? Je ne savais pas. Surtout que je parlais dans le vide...Raaaaaaa !
"Sercërauco, j'espère que l'on pourra s'entendre car nous sommes coincés ensemble un moment. Je passe surement pour une fille stupide et naive mais je ne regrette pas. Parce que je pense sincèrement avoir fait le bon choix en t'offrant une seconde chance"
J'avais dit ca d'une seule traite, m'armant de courage. Pas facile de parler ainsi à quelqu'un que l'on ne connait pour ainsi dire pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Ven 9 Nov - 11:26

Tendu, je sentais pourtant mon attention chuter régulièrement - je recommençais à avoir chaud... je ne rêvais que de les éliminer pour pouvoir fuir. Je ne pouvais laisser le moindre souffle de vie derrière moi, car chaque visage que je croisais était celui d'un ennemi, et eux ne faisaient pas exception. Ils m'avaient certainement capturé et remis sur pied pour me livrer à ma guilde et empocher la récompense. Ça tombait sous le sens, et c'était tellement évident que je me demandais pourquoi je n'y avais pas pensé plus tôt. Certainement parce qu'ils me droguaient. Mais en attendant, tant que j'étais caché auprès d'eux, plus personne ne risquait de me mettre la main dessus, c'était déjà ça de pris. La petite voix de la lassitude me murmura que j'aurais dû en profiter, pour me reposer, juste un tout petit peu... mais ma méfiance supplantait tous mes désirs. Je n'avais pas confiance en eux, par conséquent, il fallait que je les tue avant de m'enfuir.

Je n'écoutais pas un mot sur deux de ce que racontait la fille, concentrant mon attention sur le couple au fond de la pièce, et le peu que j'entendais, je n'en croyais pas un strict mot. Beh voyons. Elle voulait me faire croire qu'elle éprouvait ne serait-ce qu'une once de compassion à mon égard, qu'elle ne voulait pas que je meurs ?... J'avais très envie de la faire taire définitivement. Elle éprouvait très certainement du dégoût voilé de pitié, et la simple idée me donnait envie de vomir. Suivant du regard les deux autres qui quittaient finalement la pièce, ce qui ne fit qu'attiser ma méfiance, je reportais machinalement mon regard sur la fille lorsqu'elle prononça encore mon surnom. Elle savait qui j'étais, et ne paraissait pas effrayée. Ce qui m'énervait profondément. Elle devait penser qu'elle ne risquait rien, que j'étais moins dangereux qu'un tigre muselé et ficelé comme un saucisson. Et ce qu'elle était bavarde... que quelqu'un la fasse taire, puisque j'en suis incapable !!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 11 Nov - 20:23

Tenant Aube contre moi, j’étouffais un léger rire qui se perdit dans ses cheveux et fermais les yeux.
Ce n'était certainement pas le moment, mais je ne pouvais m'empêcher d'apprécier ses moments de simplicités. Ils étaient si rare et je n'avais pas vu Aube depuis si longtemps. Elle m'avait vraiment manqué. Plus que je n'aurais pu l'imaginer et beaucoup plus que je ne lui avouerais jamais.

"Tu te répète."soufflais-je, terriblement amusé.

"Quand je pense que tu me traite de grincheux..." rajoutais-je sur le même ton.

Restant concentré sur les jeunes gens dans la pièce d'à côté, je profitais tout de même de notre intimité.
Elle avait le don de me rassurer et en sa présence, je me sentais un peu apaisé, moins inquiet et beaucoup plus détendus.
Je ne sus dire combien de temps nous restâmes ainsi, mais lorsque je sentis Kassye s’épuiser puis finalement s'endormir, vidé de ses forces par son don, je du me résoudre à repousser Aube.

Soupirant légèrement, je lui sourit presque tristement. J'aurais voulu pouvoir profiter encore un peu de notre étreinte.
Je rejoignis pourtant Kassye dans la chambre voisine et la portais jusque dans sa chambre pour la mettre au lit. Elle avait besoin de repos et même si elle n'apprécierait certainement pas de se réveiller loin de Sercërauco, je préférais qu'elle puisse se reposer loin de l'influence de ses émotions.
Elle ne se maîtrisait pas assez pour être en sécurité face à autant de folie.

L'Assassin c'était endormit lui aussi et Aube vérifia rapidement ses fonction vitale.
Il allait bien, nous pourrions repartir dés le lendemain. Si nous trouvions de quoi l'immobiliser sans magie. Mais en attendant, je ne levais pas le sort et cédais à Aube pour aller finalement prendre un peu de repos dans ma propre chambre.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Lun 12 Nov - 14:40

Calée dans ses bras, les yeux mi-clos, je ne fis pas plus cas que ça de son intrusion dans mes pensées - après tout, si je ne me protégeais pas de lui, c'était bien pour qu'il ait accès à mes pensées, afin que je ne lui cache jamais rien. Mais c'était quand même un vrai mufle d'en profiter sans raison. Et ça l'amuse en plus !! Souriant à sa répartie, je ne répondis rien, me contentant de soupirer en fermant les yeux - oui, grincheux, et j'étais inquiète de savoir pourquoi. Il ne pouvait être devenu ainsi sans raison... n'est-ce pas ?... Pensive, je restais contre lui aussi longtemps qu'il le voulu, passant mes bras autour de sa taille, le visage enfoui dans son cou, contre ses cheveux étrangement noirs. Je les préférais blancs, ça lui allait tellement mieux... mais je dois me faire sénile aussi, parce que je me répète. La blancheur des miens, contrairement aux siens, n'était pas originelle - blonde de naissance, comme mon père, j'avais hérité de mes gênes humains le blanchissement des cheveux dû à la vieillesse, aussi si à mes 70 ans, j'avais conservé mon apparente jeunesse, mes cheveux s'étaient éclaircis et affinés pour virer au blanc argenté commun aux humains agés.

Le silence était retombé dans la pièce à côté, et Dirpk ne tarda pas à me repousser pour aller s'occuper de son élève - un léger sourire aux lèvres, je le laissais faire, même si j'aurais voulu prolonger notre étreinte, parce que cela signifiait aussi qu'il allait enfin pouvoir dormir un peu. Veillant quelques heures sur son sommeil, assise au coin de la cheminée, je finis par retourner dans ma chambre - laçant une à une toutes les pièces de ma cuirasse, je m'enveloppais dans ma cape encore humide et pris la poudre d'escampette pour quelques heures, retrouvant ma jument avec joie pour une folle chevauchée jusqu’au village voisin. Profitant de ma solitude et de mon semblant de liberté retrouvée, je mis rapidement la main sur des vêtements pour notre petit assassin de compagnie, mais ce n'était pas ce que j'étais venue chercher de plus important. Ce fut finalement dans une boucherie que je trouvais les menottes idéales pour entraver l'Atalante - il ne pourrait rester en continu sous l'emprise d'un sort, ça n'aiderait pas Kassye à gagner sa confiance ni Dirpk à éviter de s'épuiser bêtement, et même si le fait de l’enchaîner pourrait paraître barbare au premier abord, c'était une solution que je trouvais simple et efficace. Il pleuvait toujours lorsque je repassais les portes du village au matin, chargée de mon butin et menant par la bride une petite jument pie alezane en plus de Huinë, et j'esquissais un sourire en trouvant Kassye en train de préparer sa propre monture.

- Je peux te confier Huinë et cette jument le temps que j'aille chercher Dirpk et Sercërauco ?... demandais-je doucement à la jeune femme. Elle n'a pas de nom, je te laisse lui en choisir un si tu veux, elle est pour ton Atalante.


J'avais remarqué l'affection qui la liait à sa monture, et j'imaginais qu'elle devait assez aimer les chevaux en général pour accepter de s'occuper des deux juments durant mon absence... Huinë était comme toujours impeccable, mais la petite nouvelle était boueuse et un peu craintive, et je comptais sur elle pour arriver à la dompter.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mar 13 Nov - 20:52

Je soupirais doucement. Il ne me regardait même pas. Il...se moquait de moi. J'étais négligeable à ses yeux. Et ca me rendait folle de colère. C'était injuste ! Vraiment ! Je ne lui demandais pas de m'aimer ou même de m'apprécier. Juste...de ne pas m'ignorer.
Mon bavardage sembla le convaincre de me regarder. C'était un progrès. Je me tus, étant surement ridicule à parler dans le vide et à la place je pris le tissu pour lui passer doucement sur le front tout en continuant de tenter de l'apaiser avec ce fichu pouvoir.Lentement je me mis à piquer du nez pour finir par m'endormir sur ma chaise dans une position qui promettait un réveil difficile. Je ne sentis pas le sorcier me ramener dans mon lit.

Je dormis comme une masse et lorsque je me réveillais j'étais complètement déphasée et surtout avec un sacré mal de tête. Je m'étirais un long moment, bus beaucoup d'eau dans l'espoir de faire passer mon mal de tête, puis je rassemblais mes affaires. Sachant que nous partirions surement sous peu, je descendis voir ma jument pour la préparer. Je ne me sentais pas capable de retourner voir l'assassin tout de suite.
Je passais un long moment à bichonner mon Ombrelune sans la seller...J'allais attendre le signal du départ. J'étais en pleine séance de papouilles quand j'entendis Aube. Je me tournais lui souriant doucement avant de rosir. Mon atalante ? N'importe quoi !
"Bien sur !"
je pris donc Huinë et l'autre les installant côte à côte mais pas trop prêt. Voyant l'état de la jument sans nom je me fis un devoir de la rendre présentable et surtout de la tranquiliser en lui parlant doucement. Comment allais-je l'appeler ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mar 13 Nov - 21:08

Où ils sont partis les autres ??... Inquiet, je tentais encore une fois de bouger, mais j'en étais tout simplement incapable - j'étais coincé, et ça commençait à devenir sacrément énervant !!! Puisqu'il n'y avait à présent plus personne dans la pièce, je reportais ma colère sur elle et la fusillais du regard, excédé - elle aurait certainement beaucoup moins envie qu'on s'entende si elle me libérait tient !! Elle n'aurait même pas le temps de se rendre compte qu'elle était morte avant de toucher le sol. Ne la lâchant pas du regard, je me délectais d'imaginer ses cris, sa surprise, ma lame pénétrant sa chair tendre, son sang sur mes mains... le goût du sang me manquait, le goût du vrai sang, du travail bien fait, du meurtre sauvage... oh oui, elle ferait une excellente victime le moment venu. Mais ce moment n'était pas venu. Et pourtant... pourtant... bizarrement... ça devait être la drogue mais... à l'idée de partir... j'éprouvais comme... du regret ?... Non... ça ne pouvait pas être ça...

Sentant soudain quelque chose de froid sur mon visage, je me rendis alors compte que j'avais fermé les yeux, et je les rouvris pour fusiller de nouveau la jeune femme du regard - elle me prenait pour son animal domestique ou quoi ?!! Furieux, mais épuisé... je ne me rendis finalement même pas compte que je perdais de nouveau conscience, pour un long moment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mar 13 Nov - 21:43

Rassuré sur l'état de Kassye, je profitais de ce qu'elle dorme pour user d'un Sort de Puissance, elle en aurait besoin pour parvenir à mettre un pied devant l'autre demain matin.

De retour dans ma propre chambre, certain que Kassye ne risquait plus rien et que Sercërauco ne pourrait pas s'enfuir, je consentis à fermer les yeux et évidement, ne mis pas bien longtemps à m'endormir pour me réveillé au milieu de la nuit, rattrapé par les conséquence d'un sort du troisième livre. La douleur était supportable, très désagréable, mais supportable et je passais une grande partie de la nuit prés de la fenêtre ouverte, ravi par l'absence de Aube. Elle aurait voulu me soulager et n'aurait pas cessé de me harceler jusqu'à ce que je la laisse faire. Je parvins à me rendormir quelques heures avant l'aube pour me réveiller avec le soleil. Perclus de courbatures, évidement.
La chevauchée de la journée promettait d'être épique.

J'aurais voulus m'assurer de l'état de mon élève, mais je préférais remettre notre inévitable confrontation à plus tard, inutile de lancer les hostilité dés le matin, aussi-je me contentais-je de m'assurer de son état en usant de mes pouvoirs. Ce qui me tira une grimace. D'accord, mauvaise idée pour le reste de la journée. Soupirant, nostalgique, je pris le temps de me rafraichir, me changer et rassembler mes affaires avant d'aller vérifier l'état de Sercërauco.
Il était en bonne forme, toujours inconscient, mais sa fièvre avait disparut. Il serait faible encore plusieurs jours, il avait perdu trop de sang pour se remettre en deux nuits, mais je n'allais pas m'en plaindre, il serait plus contrôlable.

"Qu'est ce que je vais faire de toi ?" soupirais-je alors que la porte s'ouvrait.

Il faudrait trouver une solution pour qu'il puisse voyager, parce qu'immobilisé par la Stupéfixion, il ne pourrait jamais tenir à cheval.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mar 13 Nov - 21:56

Plantée devant la porte de son box, j'attendis avec amusement que la jeune femme se remettre de sa gêne pour lui confier les juments, d'autant plus que je ne voulais rien lui imposer. J'étais parfaitement capable de m'en occuper moi-même... mais je voulais aller voir Dirpk au plus vite. J'étais inquiète pour lui, et même si je savais que la première partie de sa nuit avait été paisible, puisque je l'avais veillé, je doutais franchement qu'il ait pu se reposer ainsi d'une traite jusqu'à l'aube. Alors laissant sans plus de cérémonie les juments à Kassye lorsqu'elle en accepta la charge, je fis volte face et, une fois n'est pas coutume, passait par la porte pour traverser la grande salle et monter les escaliers menant aux chambres. Je trouvais Dirpk dans celle de l'assassin, et j'esquissais un sourire - au moins, il était en état de tenir debout...

- C'est une excellente question... espérons que Kassye aura la réponse, murmurais-je doucement en le rejoignant au chevet du garçon. J'ai des vêtements, et de quoi l'enchainer. Ton élève ne sera certainement pas ravie, et lui non plus, mais je n'ai pas trouvé autre chose, et j'ai cru comprendre que tu étais un chouilla... pressé. Descend avec Kassye prendre l'air deux minutes - je m'occupe de lui, dis-je en posant une main sur son épaule.


Avant de froncer les sourcils. Ça m'aurait étonné tient. Alors avant qu'il n'ait le temps de protester ou de se dégager, je lui transférais un peu d'énergie tout en réparant les micro-déchirures de ses muscles pour éliminer les courbatures. Ça le rendrait peut-être un peu moins bougon, qui sait...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mar 13 Nov - 22:05

Alors que je m'occupais de la petite jument craintive a grand renfort de mots doux, je revis Sercërauco me fusiller du regard la veille alors que j'avais juste voulu soulager sa fièvre. Ca promettait pour la suite. Mais j'étais opiniâtre. Au moins m'avait il vraiment regarder. C'était un sacré progrès selon moi. Enfin...étant donné les menaces de mort dans son regard peut être pas. Je soupirai avant de reprendre ma litanie. "Et comment je vais t'appeler toi ? Tu mérites un joli nom" Je continuais de farfouiller dans mes souvenirs pour tenter de trouver. Et je finis. Je souris soudainement "Que penses tu d'Aenora ? Je crois me rappeler que cela signifie la douceur. Il faudra au moins ca pour l'atalante...et puis tu sembles avoir un caractère plutôt doux en dehors de ta timidité. " Je souris satisfaite du baptême.

Quand elle fut aussi propre que les deux autres, je souris satisfaite. Et j'étais bonne pour aller me laver rapidement. Ne voulant pas remonter dans ma chambre et ayant toutes mes affaires, je pris un seau d'eau propre et me cachant dans la stalle de ma jument, je fis un brin de toilette avant d'enfiler des vêtements propres.
Satisfaite je repris mes câlins aux cheveux. De toute façon nous ne tarderions pas à partir...Et je m'inquiétais du voyage avec l'assassin. Comment allait-il voyager ? J'étais sur que ce serait tout sauf librement. Un sort ? De vraies entraves ? je ne savais pas. Je fis la moue, priant pour que ca n'agrave pas trop son humeur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mar 13 Nov - 22:20

D'une inconscience profonde et incontrôlée, je passais à un sommeil lourd et réparateur, puis de plus en plus léger jusqu'à somnoler dans une semi-inconscience vigilante - je savais que j'étais seul dans la pièce, raison pour laquelle je n'avais pas rouvert les yeux... et je dû finalement me rendormir un moment, puisque lorsque je revins à moi, j'ouvris immédiatement les yeux. La jeune fille de la veille avait disparu, mais les deux autres étaient toujours là, et je les fusillais immédiatement du regard. J'étais toujours immobilisé, comme je le remarquais rapidement, ce qui m'inquiéta encore - ça y est, ils avaient décidé que j'étais en état d'être livré à les bourreaux ?... les lâches. Ils feraient moins les fiers si je n'étais pas muselé...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mar 13 Nov - 22:47

Aube de retour, nous pourrions rapidement partir, pourtant, je n'étais pas pressé de mettre le pied à l'étrier.
Si seulement je pouvais téléporter tout ce beau petit monde...Avant, j'aurais pu.
Kassye était vraiment un boulet. En d'autres circonstances, la traîner et me montrer conciliant pour l'amadouer ne m'aurait pas posé de problème, peut être même que son attachement inattendu pour le garçon m'aurait amusé, mais ce n'était pas le moment.
Vraiment pas. Et courir après le temps en ce traînant deux boulets, aussi adorable soient-il, n'était pas une chose facile. Alors si on considérait qu'en plus, ils n'avaient absolument rien de mignon...

Je suis maudit, je vois pas d'autre explication.
Retenant un soupir, j'ignorais le regard noir de Sercërauco pour me concentrer sur Aube et hausser un sourcil.
Elle avait plutôt intérêt à réussir, parce que non seulement, un échec ne l'aiderait pas à supporter sa condition, mais en plus, l'idée de traîner Sercërauco pour devoir finalement le tuer ne me plaisait pas vraiment.

" Si elle y parvient, elle comprendra peut-être que la sorcellerie n'est pas toujours un mal. Tu as eu une bonne idée." répondis-je avec un sourire.

"Ils sont tous les deux beaucoup trop jeune pour tout ça." soupirais-je finalement en lançant un coup d'oeil à Sercërauco, visiblement, il était en colère, frustré.

Va falloir t'y habituer mon grand, parce que ça ne fait que commencer.
Et...ah, les soins, j'aurais du les voir venir. Soupirant légèrement en sentant le Don de Aube agir, je me dégager doucement en relevant les yeux sur elles;

"Si il y a des conséquences à payer, ce n'est pas pour faire jolie, tu ne me rend pas service là." râlais-je.

Elle le savait en plus, j'avais passé les trois quart de sa vie à le lui répéter. Et c'est moi la tête de mule.
Considérant finalement les vêtements et la chaîne, je hochais la tête, c'était finalement le meilleur moyen, même si il ne plairait pas à Kassye. Elle n'avait pas vraiment le choix.

"Ça ira, je lèverais le sort dés qu'il sera enchaîné, se sera plus simple que de le faire descendre dans cet état."

Et il était hors de question que je lève le sort avant qu'autre chose ne l'entrave et surtout pas en le laissant seul avec Aube.
Nous prenions assez de risque comme ça !



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 14 Nov - 18:54

Restant légèrement en retrait derrière Dirpk, je croisais le regard du garçon qui avait repris conscience, et qui ne semblait désirer qu'une seule chose : nous faire la peau avec les dents, ou autre supplice impliquant notre mort quasi immédiate, et je retins de justesse un soupir. Après tout, moi, je l'avais juste sauvé... heureusement que la tâche de l'apprivoiser ne m'incombait pas, je n'en n'aurais pas eu la patience. En revanche, si Kassye parvenait à faire quelque chose de ce garçon... j'aurais le pouvoir de lui offrir une deuxième chance dans la vie. Et bizarrement, j'espérais malgré tout sincèrement avoir l'occasion de mettre mes plans en application. Souriant en entendant Dirpk, je ne répondis rien, simplement contente qu'il approuve. Et je vais me faire engueuler dans 5... 4... 3... 2... 1... bingo...

- Vieillard grincheux et radoteur, marmonnais-je à mi-voix.


J'envisageais une seconde de protester, et d’insister pour qu'il nous laisse seul... mais après tout, il fallait bien que je fasse des concession moi aussi de temps en temps, aussi me contentais-je d'un soupir en réponse, avant de me pencher vers Sercërauco pour le redresser sans aucun mal.

- Ecoute bien ce que je vais te dire, gamin, commençais-je en vissant mon regard dans le sien, et vu la colère et le soupçon d'étonnement qui luisait au fond de ses prunelles, j'avais toute son attention sinon plus. Comme te l'as expliqué Kassye hier, elle a sauvé ta vie en réclamant son Droit du Sang sur toi. Tu es donc officiellement sous sa responsabilité... mais officieusement, tu as déjà compris que c'est nous qui allons surveiller le moindre de tes faits et gestes, et ce pour un très, très, très long moment, exposais-je froidement en passant sa chemise par-dessus sa tête, avant de lui enfiler les manches avec rapidité et efficacité. Nous t'avons soigné, nous allons te prendre en charge pour une durée déterministe, et tu as donc dès à présent deux solutions : ou tu acceptes le contrat qui te lie par le Droit du Sang de Kassye, et tu saisis cette chance de racheter tes fautes et de t'accorder une seconde chance - ou bien tu tente de jouer au plus malin... et je te tuerais de mes mains avant même que tu ne me voies venir, murmurais-je froidement en le remettant sur ses pieds d'un mouvement sec.


Pas gênée le moins du monde par sa nudité - quand je vous dit que j'ai passé peut-être un peu trop de temps avec les Sirènes... - je terminais de l'habiller en constatant que malgré sa faiblesse évidente, il tenait au moins sur ses jambes, et j'étais malgré moi bien contente de sa docilité forcée. Elle ne durerait plus maintenant, mais au moins, j'avais pu l'habiller et l’enchaîner tranquillement. Resserrant les cordons de sa tunique en lin, je vérifiais d'un dernier coup d'oeil que tout était bien en place - par-dessus la chemise longue en lin, je lui avais dégoté une longue veste de laine ocre, ainsi qu'un vieux pantalon de cuir brun et des bottes doublées de fourrure. Considérant ensuite les chaines, j'hésitais une seconde... mais lui liais finalement les poignets dans le dos - ça serait beaucoup plus inconfortable que s'il avait les mains devant, mais lui laisser les mains presque libres et enchaînées, c'était carrément lui mettre une arme dans les mains pour le pousser au crime. Il me restait des chaines pour entraver ses jambes, mais il n'en n'aurait pas besoin tout de suite, aussi lui lançais-je un dernier regard éloquent en me reculant pour signifier à Dirpk que j'avais fini - voyons voir comment va se comporter notre jeune rebelle une fois libéré...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 14 Nov - 19:38

Comment une femme capable de m'agacer si tôt le matin avait-elle pu me manquer à ce point ? Et à cause de qui je râle hein ??! Je ne pris même pas la peine de répondre, ce n'était pas vraiment utile. Elle savait parfaitement pourquoi je ne la laissais jamais me soigner lorsque je devais user d'un Sort du Livre Trois.

J'avais déjà dû demander l'aide des Guérisseur lorsque l'un de ses Sorts m'avaient coûté un bras...Entre autres choses, mais quand les seules conséquences à supporter étaient de petites courbatures à peine handicapantes, je devais les supporter, simplement. Je ne devais pas me plaindre. Je pouvais même m'estimer heureux. Mais si je tentais de m'y soustraire, j'étais certain que la prochaine fois, les conséquences seraient plus graves encore.

Et elle le savait. Elle avait même déjà eu à assister aux conséquences de ses soins qui au final m'avaient bien plus amoché qu'autre chose. Mais visiblement, ça ne l'avait pas marqué plus que ça. Moi, en revanche, je n'avais pas apprécié le fait de perdre un poumon parce qu'elle n'avait pu supporter l'idée de me voir me traîner quelques courbatures l'espace d'un ou deux jours.

Mais le lui rabâcher ne changerait rien, tout ce que j'allais gagner, c'était une énième dispute et je l'avais assez entendu me traîner de vieillard grincheux.
Et comme elle avait visiblement décidé de s'occuper de Sercërauco, le débat était aussi clos qu'inutile. Je reculais légèrement, fixant pourtant le garçon.

Il avait l'air passablement en colère et je n'avais pas besoin d'user de mon Empathie pour le savoir. Si on lui en avait laissé l'occasion, il nous aurait tué, ou aurait essayé, sans la moindre hésitation.

Il serait plus simple d'apprivoiser un Griffon, à côté de l'Assassin, c'était de grosses bestioles douces et sociables !!
J'esquissais un sourire en voyant la façon dont Aube s'occuper du garçon, sans le moindre tact, ni dans ses gestes ni dans ses paroles.
Elle en était presque effrayante.

Sercërauco était incapable de bouger, toujours sous l'emprise de la Stupéfixion. Il ne tenait même pas sur ses jambes de par sa propre volonté, il devait se contenter de rester dans la position dans laquelle nous déciderions de le mettre.
L'idée ne devait absolument pas lui plaire et par conséquent et ne pas l'aider à refouler sa colère.

Soupirant légèrement quand Aube eut fini, j'observais longuement le jeune homme, loin de le trouver suffisamment saucissonné à mon gout. Mais si nous voulions qu'il puisse tenir correctement à cheval, nous n'avions pas le choix. La Stupéfixion le privait de tout équilibre et même si nous étions parvenu à le hisser à cheval, au premier galop, il aurait chuté.
Je n'avais donc pas vraiment le choix.

"Insigna." soufflais-je à contre coeur...voilà, la bête et lâchée, voyons voir si Aube à su se montrer persuasive.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 14 Nov - 20:00

J'étais là entre eux deux, privé de ma liberté de mouvement par des entraves invisibles, et mes soupçons se confirmèrent alors que je les écoutais se parler comme si j'étais pas là - l'un d'entre eux était forcément Sorcier, et la gamine devait l'être aussi s'ils espéraient qu'elle puisse avoir la moindre influence sur moi. Et le constat, loin de me rassurer, m'arracha un frisson de dégoût. Ils m'avaient donc sauvé la vie pour faire de moi l'esclave de leurs pouvoirs. Charmant. Condamné à l'immobilité par l'un d'entre eux, je les écoutais donc attentivement, puisque c'était tout ce qui me restait à faire, et essayais de déterminer à vu d'oeil lequel des deux était Sorcier... ou Sorcière. A leurs auras et leur assurance mutuelle, je devinais qu'ils étaient tous deux puissants et certainement plus âgés qu'ils n'en avaient l'air - était-ce aussi le cas de la gamine ?... Aucune idée, et quelque part, je m'en fichait. Moi, tout ce que je voulais, c'était percer leurs barrières pour pouvoir les tuer et m'enfuir.

Un sort ?... c'était bien ce que je pensais. Pfff. Les lâches. Mais alors que je les fusillais tous deux du regard en les imaginant mourir dans les pires souffrances qui soient... la femme se pencha brutalement sur moi, et je rivais automatiquement mon regard dans le sien... et si j'avais été libre de mes mouvements, j'aurais eu un mouvement de recul. Ses yeux... je n'avais jamais vu d'Elfes, mais comme tout un chacun, j'étais à peu près au courant de leurs caractéristiques physiques. Et cette pupille, fendue, comme celle des chats et des reptiles... pourtant, elle n'avait pas les oreilles pointues, si ?... Je regarderais plus tard. Pour l'instant, je lui rendis son regard, écoutant son discours sans broncher alors qu'elle m'habillait - c'est une plaisanterie, c'est ça ?... La seule chose pour laquelle je voulais bien la croire, c'était sur le fait qu'elle me tuerait de sang froid au moindre écart. Et j'avais envie de dire que c'était réciproque, mais je n'était pas certain que mes premiers mots jouent en ma faveur, aussi conservais-je le silence. Si j'avais bien compris... il me suffirait de faire profil bas en attendant mon heure. J'étais patient. Je pourrais faire ça.

Alors me laissant enchaîner docilement, puisque je n'avais pas le choix, elle coinça mes mains dans mon dos, enroula la longueur de chaîne autour de mes bras, jeta une cape de grosse toile brune sur mes épaules, rabattit la large capuche sur ma crinière irrégulière et flamboyante... puis l'homme aux cheveux noirs prononça un mot. J'eu soudain la brève impression qu'on me privait de tous mes os - vacillant sur mes jambes... je retrouvais cependant rapidement mon équilibre, et si je dardais toujours sur eux un regard sombre... j'attendis docilement la suite des évènements, sans faire mine de m'enfuir, ni même de bouger, alors que je sentais avec joie que j'avais de nouveau le total contrôle de mon corps.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Ven 16 Nov - 8:53

Je continuais de bichonner les deux chevaux à ma charge sans oser m'occuper de celui d'Aube. Pour ce cheval magnifique je me contentais de lui caresser doucement l'encolure. Les chevaux sont des compagnons des plus adorables. Je continuais tranquillement murmurant à chacun des petits mots sans sens tout en me demandant ce qui se passait pour Sercërauco...Ils devaient être en train de s'occuper de lui pour que l'on puisse repartir...Je n'avais aucune envie d'assister à cela. C'était surement suffisamment humiliant pour lui d'être privé de tout mouvement.

Les robes des deux juments étaient luisantes. Je les avais plus que bien lustrées. Ombrelune....Je souris. Ma compagne de galère...Je profitais de ce moment seule et au calme pour réfléchir. Je devais désormais faire avec mon besoin d'aider l'assassin. Ce qui passait par la maitrise de mes pouvoirs. Ce qui impliquait....bon sang...Ce que ca pouvait m'ennuyer. Je ne voulais pas tout cela...Mais lutter plus longtemps serait vraiment..stupide. Contrairement à ce que ce sorcier énervant devait surement se dire, j'avais compris...Compris que nier ne me changerait pas. C'était juste trop de bouleversement. Du jour au lendemain tiens tu es sorcière tu dois me suivre je suis ton maitre...Bon après...je ne pouvais m'en prendre qu'à moi même, il était prêt à partir sans moi...et je l'avais rejoint. Parce que malgré cette histoire de poursuivants....j'étais irrémédiablement appelée par cet homme. Au fond de moi je savais. Je savais que je n'avais d'autre choix qu'apprendre ou finir par mourir d'inexpérience.

Soupirant je tentai de me convaincre d'être plus...agréable avec lui. Mais il me tapait tellement sur les nerfs. Ce qui me braquait. Et ce qui le braquait. Nous tournions en rond.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Sam 17 Nov - 13:03

Reculant d'un pas, je le détaillais de la tête aux pieds, satisfaite de mon oeuvre. Ainsi défait de sa cuirasse rouge et noire et désarmé, vêtu de cuir et de laine, dans de chaudes teintes ocres et brunes, il aurait presque pu passer pour un gamin normal... si on exceptait sa carrure imposante pour un garçon de son age, sa peau étrangement blafarde, carnation pas seulement due à son anémie mais bien à une vie nocturne, son épaisse chevelure cramoisie, d'un rouge si vif qu'il en faisait presque mal aux yeux, et la lueur sournoise qui luisait au fond de ses prunelles cerclées d'ocre. Soupirant doucement, je rabattis sur son visage la capuche bordée de fourrure de sa cape, et signifiais à Dirpk d'un signe de la tête qu'il pouvait le libérer. Mon regard rivé dans celui de l'assassin... je frémis alors qu'il chancelait, prête à le rattraper s'il tombait, mais il retrouva rapidement l'équilibre - sa brutale libération avait dû le surprendre... mais il avait également encore pâlit si c'était possible, preuve que tous mes pouvoirs n'avaient pas suffit à le remettre totalement d'aplomb. Mais nous n'avions pas le temps d'attendre plus. Et le bichonner ne nous mènerait à rien sur du long terme de toute façon... alors autant y aller.

- Bien, commentais-je simplement alors qu'il ne bougeais pas, se contentant de nous maudire du regard. Allons-y.


Rabattant ma propre capuche noire pour dissimuler mes cheveux blancs, je l'attrapais par une rangée de chaines et le bousculais un peu pour le faire passer devant moi - il n'avait certainement pas apprécié du tout, surtout que son équilibre restait précaire et qu'il avait failli trébucher, mais moi, je n'étais pas là pour qu'il m'aime bien. J'étais juste là pour le tuer s'il le fallait, le reste, je le laissais à Kassye. Descendant les marches en silence, je le conduisis aux écuries, où nous attendait la jeune femme - Huinë s'était rangée dans une stalle où elle mâchouillait du foin pendant que la Sorcière s'occupait des deux autres juments, et j'esquissais un sourire en voyant que la pouliche que j'avais trouvé pour Sercërauco était lustrée et semblait bien moins apeurée que plus tôt.

- Essayes seulement de t'enfuir, et je te jure que tu feras la première partie du voyage dans les vapes, menaçais-je l'assassin alors que je le lâchais pour seller sa jument.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Sam 17 Nov - 17:45

Tendu, prés à relancer un sort à tout moment, tout en sachant que cette fois-ci, ça me coûterait cher, je libérais Sercërauco à contre coeur. Kassye était hors d'atteinte, Aube prête à réagir et lui, largement handicapé par le reste de ses blessures et ses chaines, il n'avait aucune chance. Et visiblement, il le savait.

Vacillant sur ses jambes, surpris de se retrouver de nouveau maître de son corps, il ne tarda pas à se reprendre mais se contenta de rester debout, nous assassinant du regard.
face aux éclairs que lançaient ses yeux, je me contentais de hausser les épaules J'avais finit par prendre l'habitude des gens ingrat. Mais franchement, il serait bien qu'il n'oublie pas que si il vit encore, c'est en parti grâce à nous. Bon d'accord, surtout grâce à Kassye, mais si nous n'avions pas voulu céder au caprice de mon élève, lui serait mort depuis déjà deux jours.

M'effaçant pour laisser Aube conduire le garçon, je refermais la porte derrière eux pour les suivre jusqu'aux écuries.
Kassye nous y attendait sagement s'occupant de plusieurs montures. Aube avait du dégoter un cheval pour Sercërauco, elle pensait à tout, en même temps, vu que la proposition venait d'elle, elle avait intérêt à nous faciliter au maximum les choses. Personnellement, je n'avais besoin que d'un peu de magie pour voyager.

"Comment tu te sens ?" demandais-je à l'intention de Kassye, préférant ne pas user de la magie pour l'instant.

Je laissais Aube expliquer ce qu'il risquer à Sercërauco, pour l'instant, l'état de mon élève m'intéressait beaucoup plus.
Mais en attendant, je la trouvais bien gentille avec lui. Si ça ne tenait qu'à moi, à la moindre tentative, quelque quelle soit, il n'aurait simplement plus l'occasion de voyager.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Sam 17 Nov - 23:51

Chancelant une seconde, je retrouvais cependant rapidement mon équilibre, ravis de sentir que j'étais de nouveau libre de mes mouvements... ou presque. Discrètement, roulant des épaules comme pour me détendre, je testais la solidité des chaînes qui m'entravaient - les poignets liés et remontés au milieu du dos, le torse enroulé de quatre longueurs de chaines, maintenues par un cadenas dont la femme aux cheveux blancs venait de récupérer la clef pour la faire disparaître dans les plis de sa cape, je constatais avec aigreur que j'étais bel et bien coincé. J'étais fort... mais pas stupide, et me libérer de ces chaînes sans la clef me serait totalement impossible. Mais je ne désespérais pas - mon heure viendrait... je savais que je finirais par trouver un moyen de me libérer. En attendant, feindre la docilité me servirait, et ne ferait qu'augmenter leur surprise le jour où je leur échapperait. Rendant son regard à cette femme qui me toisait, elle me bouscula pour me faire passer devant elle, et je réprimais un grognement - frémissant de colère, j'ouvris la voie, puisque je n'avais pas le choix, et traversais le couloir avant de descendre une volée de marches pour me retrouver dans la salle principale d'une auberge.

Une fois dehors, je levais brièvement les yeux alors que nous traversions la cours, gêné par la lumière - et pourtant, les nuages bas chargés de pluie transformaient la lumière du soleil en une pâle lueur blanche... Le temps était semblable à celui qui sévissait lorsque j'avais perdu conscience. Je brûlais de savoir combien de temps j'étais resté ainsi... mais je me refusais à leur demander. L'état de mes blessures indiquait des mois de cicatrisation - mais ils étaient aussi Sorciers, Elfes et que sais-je encore, et l'un d'entre eux avait aussi pu accélérer ma guérison. J'étais perdu... mais n'en montrait rien alors que nous traversions la cour, sentant les fines gouttelettes de la pluie incessante déjà percer l'épais tissus de ma cape. Dans les écuries, je reconnu la fille de la veille - à la lumière du jour et le regard moins trouble, je remarquais les tâches de rousseurs constellant ses pommettes, et ses iris clairs me parurent aussi envoûtants que ceux de la femme aux pupilles fendues, alors je lui jetais un bref coup d'oeil mauvais avant de baisser les yeux sur l'autre - ça va, j'ai compris t'inquiètes. Je ne suis pas stupide, je sais que je n'irais pas loin là tout de suite. Alors restant sagement sur le côté, je l'observais seller un cheval tacheté de roux, avant qu'elle ne me fasse signe d'approcher. Mettant un pied à l'étriller, elle me poussa dans le dos pour m'aider à me mettre en selle, mais je n'eu presque pas besoin d'elle - je n'aimais pas particulièrement les chevaux, ce qui ne m'empêchait pas d'être bon cavalier. Visiblement satisfaite, elle cadenassa le reste de ma chaîne qui pendait le long de mon bras à une boucle sur la selle de mon cheval, puis elle enfourcha son propre cheval, aussi noir que le cuir dont elle était vêtue, tendant les rênes de mon cheval... à la gamine aux cheveux bruns. Elle allait me mener comme un animal de compagnie.

Génial.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 18 Nov - 18:24

Ce fut quelques bruits et le renaclement des chevaux m'alertèrent. On arrivait. Qui ? Je vis d'abord...hum...Je plissais les yeux et je reconnus enfin Sercërauco dont les cheveux de sang étaient habilement dissimulés par une capuche. Je froncais les sourcils en le voyant attaché mais je ne dis rien. Je m'y attendais. J'étais naive mais quand même pas à ce point. Et j'avais ressenti, j'avais vu. Il nous tuerait s'il le pouvait. J'aurais juste préféré qu'il y ait un autre moyen de le garder avec nous que le lier parce que j'étais sure que ca n'allait pas le mettre dans de bonnes dispositions. Ca ne mettrait personne même la plus gentille des personnes sur cette terre dans de bonnes dispositions. J'étais tentée d'essayer de ressentir ses émotions mais j'avais trop mal à la tête pour le moment. J'accueillis tout le monde d'un sourire un peu timide, j'étais mal à l'aise de tenter d'être agréable et gentille mais Aube et l'arrivée de l'assassin m'avait beaucoup fait réfléchir. J'étais devenue très revêche depuis que ma famille m'avait rejetée.

Je croisais brièvement son regard et je lui fis un petit sourire timide sachant qu'il allait surement m'envoyer sur les roses du regard. Le sorcier me parla et je m'approchais. Sa première question...me parut trop gentille pour être honnête mais je me forçais à me rappeler. Je devais faire un effort.
"J'ai mal à la tête et je suis fourbue mais ca ira....Et...et vous ?" poser la question avait été difficile et je l'avais fait sur un ton un peu brusque. Pourtant je l'avais fait et c'était un progrès.
Du coin de l'oeil je regardais le garçon être installé sur la jolie jument. "Elle s'appelle Aenora"dis-je pour lui mais aussi pour Aube qui m'avait laissé choisir.

Je m'écartais du sorcier pour monter sur ma jument avant de regarder bêtement Aube me tendre les rennes d'Aenora. Puis je me rappelais. Il était ficelé. Et surement plus que bien ficelé.
Je pris les rennes et je les attachais à ma selle afin d'avoir les mains libres. J'étais prête à partir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 18 Nov - 18:38

Bien, il avait visiblement compris à qui il avait affaire - il n'était peut-être pas aussi perdu que je ne l'avais d'abord cru, et je commençais à penser que Kassye avait peut-être une chance d'en faire quelque chose. Nous verrons bien. En attendant, il resta docilement dans mon dos alors que je sellais et bridais sa jument avec du matériel emprunté à l'ancien propriétaire, et lorsque je le bousculais à nouveau pour l'inciter à se mettre en selle, il s'exécuta docilement. Beaucoup trop docilement à mon goût, mais je me doutais de toute façon qu'il rongeait son frein - il avait compris qu'il ne nous aurait pas en s'en prenant à nous de front, alors il devait certainement attendre le bon moment pour agir. Ce qu'il ignorait, c'était que ce moment ne viendrait jamais... et que d'ici là, il serait soit mort, soit il aurait changé d'avis.

Je sentais Dirpk un peu tendu... mais esquissais un sourire alors qu'il allait parler à son élève - mon coup de gueule n'avait pas été si inutile que ça, j'en étais certaine, et je retournais un grand sourire à la Sorcière alors qu'elle nous regarder arriver d'un air timide. D'ailleurs, elle se donna la peine de lui répondre, presque gentiment... et même de lui retourner la question. Beh voilà, on va finir par y arriver, peut-être... Attrapant les rênes de Huinë qui venait de s'approcher docilement, je sautais souplement sur son dos, rajustant les plis de ma cape le temps que tout le monde soit en selle, puis je m'avançais vers Kassye en lui tendant les rênes d'Aenora avec un clin d'oeil. C'était un joli prénom, digne de la pouliche, et qui, je l'espérais, aurait un peu d'influence sur son cavalier... qui avait l'air plus que ravi à l'idée d'être mené comme un enfant, mais c'était comme ça. Libérée pour un temps de toute obligation, sachant Sercërauco incapable de nuire et Dirpk sur ses gardes, je rendis les rênes à ma jument, et la laissais bondir en avant, plantant tout le monde sur le tas - je voulais profiter d'un peu de calme durant encore quelques heures, et je ne m'éloignerais de toute façon pas trop pour les laisser prendre de l'avance et les rejoindre rapidement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 18 Nov - 19:03

Je ne savais pas trop si j'étais ravi de voir Sercërauco coopérer de la sorte. Il avait sans aucun doute comprit qu'il ne pourrait ni s'échapper, ni nous tuer en nous affrontant directement, preuve qu'il lui restait encore un peu de lucidité. Mais il n'était pas du genre à se laisser mener à la baguette sans rien préparer pour se venger...De quoi d'ailleurs ? Après tout, on lui a sauvé la vie, il serait grand temps qu'il se rentre ce léger détail dans le crâne !!
Son regard, toujours aussi mauvais était bien la preuve qu'il ne serait pas toujours aussi sage. Si nous avions le malheur de baisser notre garde ne serait-ce qu'un quart de seconde, il en profiterait.
Et il mourait la seconde suivante, mais peut être aurait-il le temps de faire des dégâts. Pour cela, je décidais de ne jamais lui accorder ma confiance, même lorsqu'il ferait preuve de bonne volonté, je n'arriverais jamais à croire qu'il ne le faisait pas pour nous berner.

Et je refusais de me fier à ma télépathie. Après tout, il était Atalante et il savait que j'étais un Sorcier. N'importe qui d'un peu doué et lucide pouvait décider de masquer ses véritables pensées et je n'étais plus aussi puissant, percer ses défenses ne me serait pas si facile que ça. Ce qui ne m'empêcherait pas de régulièrement essayer, jusqu'à être certain de mon jugement. Alors, je consentirais peut-être à le libérer de ses chaines...pas avant ! Que ça plaise ou non à Kassye.

Cette dernier nous attendait avec...je rêve ? Elle sourit ? Des semaines que je me la traîne et c'est bien la première fois que je la voit sourire !
Bien, c'est confirmé les miracles existe. Je ne pus pourtant m'empêcher de lancer un regard irrité Aube. Comme si j'avais attendu son coup de gueule pour m’inquiéter pour mon élève... En revanche, c'était la première fois qu'elle me répondait si aimablement et surtout qu'elle me retournait la question.

Nouveau coup d'oeil irrité en direction d'Aube.

"Beaucoup mieux que prévu..." répondis-je en coulant un léger sourire à Kassye.

Le prochain sort du Livre Trois, je vais le payer cher...Elle aura l'air maline la Guérisseuse quand je me retrouverais avec un doigts...si j'ai de la chance...en moins !

Sellant rapidement ma propre monture, je gardais tout de même un oeil sur Sercërauco. Tout le monde fut rapidement prêt et quand Aube aida l'Assassin à se mettre en selle, je mis moi même le pied à l'étrier, ne soupirant même pas alors qu'Aube lançait sa monture au galop.

Je me contentais de placer ma monture à côté de celle de Kassye, nous faisant prendre un petit trot tranquille pour quitter le village et laisser Sercërauco se faire à sa condition.

Quand est-ce qu'on arrive ?




Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 18 Nov - 20:11

Ficelé avec des chaines, les bras remontés dans le dos, et en prime cadeau ma chaîne fixée à ma selle, j'étais bel et bien coincé - et je n'avais pas intérêt à tomber, sinon je lécherais le sol sur quelques dizaines de mètre, traîné par mon cheval, jusqu'à ce que quelqu'un ait la bonne idée de l'arrêter. Fortement agacé par cette constatation, je me calais sur ma selle, le regard luisant de haine - comme il sera délicieux de me délecter de leur sang à tous. Plissant les yeux, gêné par la lumière du jour, je songeais que j'allais devoir m'y faire - ils devaient vivre comme tout le monde, vivant le jour et dormant là nuit... encore une bonne raison de les haïr. Fusillant de plus belle la fille du regard, Sorcière donc, alors qu'elle me souriait, je pris le parti de l'ignorer une fois qu'elle fut en selle - patience, patience, patience...

Suivant du regard la femme en noir alors qu'elle détalait, je m'interrogeais - partait-elle pour de bon ?... ça m'étonnerait. En reconnaissance peut-être... mais ce petit groupe n'avait pas l'air du genre à se soucier des ennemis qu'il pourrait rencontrer sur sa route. Un simple caprice alors, peut-être. Ou une dispute ?... ce serait l'idéal. Agir au sein de rangs divisés était toujours beaucoup plus simple. Mais je cessais rapidement d'y songer, concentré sur le trot cadencé et un peu sec de ma monture. Stupide bestiole. Enfin, qu'elle soit là ou non, je fus rapidement obligé de constater, une nouvelle fois, que je n'étais pas prêt de mettre les voiles. Gêné par la lumière du jour, vaguement perturbé par ce nouveau rythme de vie diurne, je me fatiguais surtout très rapidement, et je serrais les dents pour suivre le rythme - j'avais dans l'idée qu'agonisant ou non, rien ne les empêcherait de poursuivre leur route. Et je ne voulais pas montrer ma faiblesse. Alors, bien que légèrement fiévreux et de plus en plus fatigué, je fixais rageusement l'horizon, suivant le rythme sans prononcer un mot. Moi qui croyais que je ne pourrais pas les détester plus encore...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 18 Nov - 21:56

Bon ca c'était fait...Il venait de me fusiller du regard et sa capuche ne me l'avait pas caché. Merveilleux. Comment étais-je sensée aborder un mur ? Non même un mur serait plus facile à aborder. Puis je me rappelais pourquoi...et je lui refis un sourire malgré tout. Je pouvais et je n'abandonnerai pas.

Dirpk sembla..surpris de mon air avenant. Je pouvais le comprendre. Mais c'était quand même un poil vexant. Je n'étais pas si terrible que ca....Bon ok avec lui si je l'étais. Mais quand même. Je ne ratais pas son regard à Aube...ca le défrisait visiblement qu'elle ait réussi à tirer de moi quelque chose de positif.
J'attendis sa réponse...et je souris un peu de nouveau "Tant mieux alors" Et je lui tournais le dos. Ca n'était pas facile de ne pas m'énerver. De rester gentille et aimable alors qu'il représentait tout ce que je ne voulais pas devenir.

Visiblement le prénom avait été bien choisi pour Aube. Aube qui s'en alla.Cette femme était sacrément...étrange. Et indépendante. Et forte. Et belle...N'importe qui voudrait lui ressembler. Je fis la moue. Pourquoi n'étais-je pas gâtée comme elle niveau physique au moins ? Oui c'était bassement physique et de la jalousie...Mais zut c'était injuste ! Je secouai la tête pour repousser ca. Il y avait des soucis plus importants. Comme comment allais-je nouer un semblant de lien avec Sercërauco ? Car ca n'était pas gagné.

Pour me changer les idées je tentais de nouer une discussion avec le sorcier "Je..suis..disposée à apprendre..."Même si je ne savais pas trop quoi. Et ce que ca pouvait être difficile de dire ces mots...Tsss

Je lancais fréquemment des regards derrière moi à l'assassin notant alors que nous avancions la dégradation de son état. Il vacillait sur son cheval par moment. Une seconde nos regards se croisèrent et je frissonnais. Il regardait rageusement l'horizon...Enfin moi en l'occurence.
Je cessais de le regarder et je tatonnais timidement avec mon empathie ressentant son état de fatigue. Mais nous n'étions pas prêt de partir. Je devrais peut être monter avec lui et le soutenir ? Au cas ou ?....Non aucune chance j'allais me faire repousser.
Soupirant je tentai de lui transmettre un peu de calme...Pas évidant quand on était soit même tout sauf calme...




Dernière édition par Kassye le Dim 18 Nov - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 18 Nov - 22:08

Raaaaaaah cette saleté de vieux Sorcier grincheux de misère !!! En deux brefs coups d'oeil, il venait de me signifier tout le bien qu'il pensait de mes initiatives, et pour un peu, je l'aurais volontiers giflé pour le secouer un peu. Ça l’ennuierait de remarquer qu'au moins, pour aujourd'hui, il n'était pas en miette, l'assassin était maîtrisé et son élève aimable avec lui ??!! Mais non, Môssieur il préfère me faire les gros yeux et râler. Et bien qu'il râle tient, il commençait à vraiment me porter sur les nerfs ce coup ci. De là à ce que je crache sur ma promesse et ne le plante là avec son élève et son Atalante, il n'y avait plus qu'un pas. Après tout, c'était ni mon problème, ni mes affaires... et si combat pour le bien de notre monde il devait y avoir un jour, je pouvais toujours m'en retourner d'où je venais jusqu'à ce que les rangs soient formés. Alors comme toujours, je sortirais à nouveau de l'Ombre, et les Onoriens feraient leur part du travail. En attendant, je lui avait fait part du mouvement que j'avais suivis en Saraedes... il n'avait plus besoin de moi pour l'instant...

Oui, c'était vraiment tentant, pourtant en milieu de journée je réapparu dans leur dos, point noir sur la route derrière eux - je n'avais pas l'intention de me mêler à eux pour l'instant, occupée que j'étais à ruminer. Dairiun me manquait...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue.

Revenir en haut Aller en bas

Et l'heure du jugement fut venue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Sujets similaires

-
» [Fin Juin 550] L'heure du Jugement [PV Bélisaire / Liao]
» L'heure du jugement approche. ft. Nymeria Sand-Daemon Sand-Ryon Allyrion-Oberyn Martell-Valena Allyrion
» Jugement Brignol Lindor: condamnation a perpetuite de 2 ...
» Liban : un petit jugement citoyen
» Jugement rendu : un papon désavoué!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  :: -