Forum fermé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Après presque deux ans d'existence, les Royaumes de Quisaraedis ferme ses portes. Néanmoins, il restera accessible à ses membres si ceux-ci désirent récupérer leur textes, ou même, relire, pour le plaisir Wink

Merci à tous ceux qui nous ont suivis et soutenu.

Partagez|

Et l'heure du jugement fut venue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 14 Oct - 22:36

Accroupi sur le plus haut toit du village telle une gargouille, plus immobile qu'une statue, je ne frémis même pas alors qu'une violente bourrasque du blizzard naissant balaya la ville, transperçant mon armure et ma cuirasse comme si elle avait été de papier. Une mèche couleur sang passa dans mon champ de vision, mais je ne la remarquais même pas, surveillant le moindre mouvement autour de moi alors que des cris raisonnaient en contre-bas - la nuit tombait doucement sur la scène dans la ruelle, le sang irriguant la terre alors qu'une femme pleurait en serrant un cadavre dans ses bras. Elle faisait trop de bruit. Elle appelait à l'aide.

Il était temps d'y mettre un terme avant que tout le village ne comprenne ce qui se passait.

L'arme du crime toujours maculée du sang de ma précédente victime, je bougeais enfin, souple et sinueux comme un serpent, et me laissais couler au sol, juste derrière elle. Interrompant net son cri alors que je l'égorgeais froidement. Ne perdant pas de temps, je hissais les deux corps sanglants sur mon épaule, m'éloignais plus profondément dans les entrailles de la ville, abandonnais les cadavres dans une fosse à ordure. Ils seraient découverts, tôt ou tard, et on remarquerait leur disparition, mais en attendant, j'avais avec un peu de chance quelques jours devant moi. Quelque jour pour mettre les voiles.

Ce que je fis sans attendre. Volant un cheval dans une écurie, je le lançais au galop et m'éloignais à toute vitesse de ce village, ne ralentissant pas une seule seconde, abandonnant ma monture lorsqu'elle ne fut plus en état de me porter. Il ne me fallut que quelques heures de marche supplémentaire pour gagner le village, escaladant sans mal sa palissade pour m'introduire en ces murs. J'avais gagné un répit. Je pourrais rester ici quelques jours. Je n'avais rien mangé depuis déjà près de deux jours, et il n'était pas temps de voler - c'était à coup sûr un moyen de me faire remarquer, et je ne pouvais pas me le permettre. Pas maintenant, alors que je fatiguais, indubitablement. Lentement. Douloureusement. La marque dans mon bras avait finalement blanchit et cicatrisé, mais mes bourreaux eux étaient plus tenaces que jamais. La peine de mort me poursuivait.

Et elle finirait par me rattraper.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Lun 15 Oct - 20:40

Nous étions sur les routes depuis une vingtaine de jours, peut-être un peu moins et Aube voyageait avec nous depuis une petite semaine. Pourtant, rien n'avait changé. Kassye était toujours d'une humeur massacrante, refusant obstinément d'entendre parler de la magie. Et je ne cherchais absolument pas à prendre de gants, quitte à m'attirer quelques regards désapprobateurs d'Aube et le silence buté de mon élève. Je n'avais absolument pas le temps de faire dans la dentelle. C'était moi son maitre, ce qui signifiait qu'elle serait très rapidement au cœur de toutes les tourmentes de ce monde. Elle devait oublier ses préjugés et ses craintes le plus vite possible et apprendre à maitriser sa magie plus vite encore. Ce n'était plus une question d'acceptation, c'était une question de survie. Pour elle, et pour moi. Je ne pourrais pas passer l'éternité à venir à protéger une Sorcière buté et elle ne pouvait plus faire marche arrière.

Et toutes mes piques, toutes mes remarques ne visaient qu'à lui faire comprendre cela. Si j'avais eu plus de temps, peut-être l'aurais-je conduite dans un endroit paisible, reculé du monde et aurais-je pris le temps de lui enseigner d'abord mon savoir, pour lui faire comprendre l'importance de ses pouvoirs, puis la magie, quand elle aurait enfin compris qu'elle n'était pas maudite... Pas dans le sens où elle l'entendait en tout cas. Mais je n'avais pas le temps de jouer au gentil professeur compréhensif.

Notre voyage, bien que rapide, était terriblement monotone. Nous parlions peu, ou pour nous disputer... Enfin, Kassye râlait et je me contentais de regard lourd de sens à chacune de ses plaintes. La présence d'Aube adoucissait un peu les choses, mais pas encore assez à mon gout et visiblement, elle avait décidé de ne pas se mêler de nos affaires.
Pour une fois, je n'aurais pas été contre. J'avais assez de sujet d'inquiétude pour ne pas en plus m'inquiéter en permanence de la sécurité de mon élève.
Certes, même si elle avait été coopérative, elle n'aurait pu se défendre seule. Mais au moins aurait-elle compris la nécessité de suivre chacune de mes instructions... Rien que cela aurait été terriblement reposant !

Le premier jour de notre troisième semaine de route, nous atteignîmes les Grandes Plaines d'Eaq. L'air qui c'était terriblement rafraichis dans les Plaines de Quoadis redevint un peu plus doux, rendant notre voyage moins pénible. Le paysage était moins fade, plus distrayant et surtout, la civilisation y était plus importante et les routes plus praticables, ce qui nous ferait gagner du temps.
La nuit était tombé depuis quelques heures quand nous atteignîmes un petit village fait de pierres brutes. Propre et accueillant, comme tous ceux que nous avions croisé jusque-là, il était peut-être un peu plus riche à en croire les quelques rues pavées que nous traversions.
L'auberge se trouvait à l'extrémité Nord du village et nous n'eûmes aucun mal à la trouver et à nous y faire accepter pour la nuit...tant que nous y mettions le prix...
Cette nuit, nous pourrions de nouveau dormir dans un lit et manger un repas chaud. Peut-être cela améliorerait-il l'humeur de Kassye...pour assombrir celle de Aube.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Lun 15 Oct - 21:12

Enveloppée dans ma longue cape noire plus par souci de discrétion que réelle nécessité, bras croisés sous celle-ci, le visage fermé, je me laissais bercer par le pas tranquille de ma jument fermant la marche. Une semaine à présent que j'avais accepté d'accompagner Dirpk et son élève jusqu'à l'île des Sirènes, et je n'avais qu'une hâte : qu'on arrive enfin pour être libérée de mon engagement et mettre les voiles. J'avais confié à Dirpk tout ce qu'il avait à savoir sur les mouvements en Saraedes, il m'avait même arraché une pseudo promesse sur le fait que je n'y retournerais pas, techniquement, j'avais pour l'instant rempli mon rôle... sauf que j'avais accepté de les accompagner, et je le regrettais maintenant plus que jamais. Comme la douce quiétude des ruines d'Anavea me semblait lointaine en cet instant...

En soi, le voyage était plutôt tranquille, pour ne pas dire morne et ennuyeux, mais les perpétuelles disputes entre le maître et l'élève qui se soldaient pas un silence buté des deux partis mettaient mes nerfs à rude épreuve, et je doutais arriver à atteindre Satanael avant que je ne cède à l'envie d'en prendre un pour taper sur l'autre.

D'un côté, la jeune élève n'avait pas toujours tors, mais sa jeunesse et sa naïveté l'aveuglaient assez pour la rendre injuste et irraisonnée - et de l'autre, les millénaires avaient émoussé la patience de Dirpk au point de le rendre lui aussi désagréable et incapable d'enseigner les réalités de la vie sans constamment braquer Kassye, ce qui les laissait au final tous deux vexés et agacés - et moi au milieu, je m'empêchais d'intervenir en me mordant la langue, sachant pertinemment que si je prenais un parti ou un autre, l'adversaire se retournerait immédiatement contre moi... Et en attendant, bonjour l'ambiance.

La solution que j'avais imaginé serait de discuter avec l'un et l'autre à part - je pensais qu'il serait bon de rappeler à Dirpk qu'elle n'était qu'une enfant et que s'il se montrait un chouilla plus... compréhensif, elle pourrait à son tour devenir plus docile en retour, quand à Kassye, elle avait tout de même besoin d'entendre certaines chose de but en blanc, mais dans le calme, afin qu'elle comprenne peut-être un peu mieux le Sorcier et ce qu'il attendait d'elle mais qu'il était manifestement incapable d'obtenir de lui même. Du moins, pas avant quelques siècles, le temps qu'il comprenne que ce n'était pas en se montrant désagréable avec elle qu'il lui donnerait envie de coopérer.

Enfin pour l'instant, nous avions traversé les plaines sans pouvoir nous isoler une seule fois, et je rongeais mon frein alors que leurs disputes m'étaient chaque minute plus insupportable - enfin, cette nuit, nous ferions étape dans une auberge... avec un peu de chance, je pourrais peut-être enfin leur parler en tête à tête avant d'avoir à péter un plomb. Même si l'atmosphère bien trop enfiévrée de la ville me portait déjà sur le système...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 17 Oct - 20:16

Une magnifique semaine....de torture ! Je supportais de moins en moins ce fichu sorcier n'ayant jamais autant regretté que maintenant de l'avoir suivi ce jour là. Il était détestable et je lui rendais bien. Je plaignais Aube qui devait nous supporter. Je ne comprenais même pas qu'elle reste vraiment. Je préférais me renfermer dans le silence le plus souvent, me contentant la nuit de murmurer à l'oreille de ma jument lorsque j'avais besoin de partager mes pensées. C'était surement considéré comme idiot mais je m'en moquais. J'avais souvent regretté avant d'être souvent seule avant. Désormais cette solitude me manquait. Etre constamment avec lui...Cela m'agacait tellement !

ENFIN !!!!! ENFIN ! Enfin un village !!! Soupirant de soulagement, dès que j'eus les clés de ma chambre et m'être assurée que Ombrelune était bien soignée, je partis me promener dans le village sans ajouter un mot. Ils savaient que je ne partirais pas loin, je n'avais pas le choix. J'avais besoin de voir des gens souriants et agréables ! C'était vital !!

Bien couverte dans ma cape de voyage, souriante dès que je fus loin de lui, je regardais autour de moi, ayant trouvé la rue un peu commerçante. Oh rien d'extraordinaire dans ce petit village. Mais cela me changerait agréablement des arbres et de la poussière.
Peu à peu mes pas me guidèrent dans des ruelles moins fréquentées. Cela aussi me fit du bien. Etre un peu seule.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 17 Oct - 20:30

La nuit tombait, la nuit tombait et c'est cet instant précis qu'ils choisirent pour me tomber dessus à leur tour. Près d'une semaine maintenant que j'étais complètement coincé dans ce village - les Atalantes avaient fini par retrouver ma trace, et cette fois, ils semblaient déterminés à ne pas me laisser m'échapper. J'en avais décompté à peu près une dizaine répartis dans tout le village aux endroits stratégiques - j'étais presque flatté. Combien de temps cela avait dû leur prendre, nous qui étions des êtres uniques et solitaires, pour rassembler un tel effectif d'Assassins Suprêmes, et les lancer simultanément à mes trousses ?... Un an, vraisemblablement.

La fête était finie.

Ils étaient certainement tous à peu près aussi forts que moi, et ne venaient pas de passer les derniers mois en cavale, à vivre dehors et à se nourrir de ce qu'ils pouvaient voler sans trop se faire remarquer. Ils m'avaient coincé une première fois, la veille - j'avais réussi à en réchapper, couvert de blessures, et depuis, traqué nuit et jour sans relâche, je n'avais pu prendre le temps de m'en occuper, et le sang coulait, lentement, inexorablement, m'affaiblissant un peu plus à chaque goutte perdue...

Dissimulé dans une ruelle, comptant sur la faveur de la nuit pour, peut-être, tenter une dernière évasion, le cœur battant, j'attendais, aux aguets, que la voie se dégage. Je savais qu'ils étaient là. Mais je savais aussi que c'était peut-être ma dernière chance de m'enfuir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 17 Oct - 20:51

Pénétrant dans le village, j'échangeais avec Aube un rapide regard. Il se passait quelque chose dans ses rues, la tension que je sentais dans l'air était presque oppressante mais ne semblait pas atteindre les habitants. Ce qui se passait entre leur murs les dépassaient de loin...Un combat se jouait ici, mais un combat qui ne me regardait pas. Peut être y aurais-je mis mon nez, si j'avais eu le temps...mais je ne l'avais pas. Aussi passerais-je comme si de rien n'était.

Rapidement installé, je laissais Kassye filer, lui recommandant de ne pas s'éloigner de l'auberge et surtout d'être prudente.
Mais je n'eux droit qu'à quelques grognements et quand elle tourna les talon, je lui collais discrètement un sort pour ne pas perdre sa trace. Que ça lui plaise ou non, c'était plus prudent. Et si elle l'ignorait, elle ne pourrait rien dire.
Devant le regard réprobateur d'Aube, je haussais les épaules. Je n'avais absolument aucune envie de créer un nouvelle dispute entre mon élève et moi.
j'avais essayé la manière douce, ça n'avait pas fonctionné, et pourtant, j'avais pris des gants...Elle c'était simplement imaginé que je ne chercherais plus à lui parler de magie et je n'avais pas le temps d'attendre qu'elle accepte par elle même son sort.

Kassye sortie, je gagnais la chambre que je m'étais réservé et ouvrais la fenêtre pour m'y accouder, scrutant la nuit, curieux de découvrir la teneur du combat qui ne tarderait pas d'éclater. J'aimais simplement me tenir au courant, ne rien laisser passer, même le plus petits détails, c'était le seul moyen de m'assurer du sort et de l'avenir de notre monde.

Aube ne tarderait pas à me rejoindre, pour me sermonner un coup, je m'en doutais pas une seule secondes. Mais avec elle, je pourrais peut-être faire preuve d'un peu de patience. A vrai dire, l'obstination croissante de Kassye à me détester, quelques soit mon attitude envers elle, me tapait doucement sur le système et je commençais à comprendre ce que devaient ressentir les victimes de la haine de Noria.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 17 Oct - 21:17

Visiblement, tous deux étaient relativement pressés de mettre pieds à terre. Je ne les comprenais pas. J'aurais pu rester encore en selle pendant des jours et des jours, sans même m'arrêter pour la nuit, laissant simplement le repos dont avait besoin ma jument rythmer mon voyage. Mais il n'était plus temps de faire ainsi, je devais m'adapter, et comme j'avais promis, je le ferais sans rechigner. En rêvant du jour où mes attaches seraient enfin rompues... La seule chose que j'attendais avec impatience était un tête à tête avec Dirpk. Oh, il avait dû me voir venir à dix kilomètres, mais c'était bon signe... au moins, il savait qu'un truc clochait. Il refusait juste d'admettre qu'il était en grande partie responsable du problème, ou plutôt du fait que le problème ne soit toujours pas résolut depuis le temps. Et je comptais bien lui faire mettre les deux pieds dans le plat avant que nous ne soyons repartis d'ici.

Et pourtant, à l'entrée du village, je cru comprendre que tout mes bons sermonts destinés à réconcilier maître et élève ne me seraient finalement peut-être pas utiles. Dirpk aussi l'avait senti... il se passait quelque chose. Mais si lui semblait s'en moquer, ou du moins ne pas pouvoir prendre le temps de s'en préoccuper... moi, j'aimais bien fouiner, et je voulais déjà connaître la cause d'une telle tension. Un combat à mort se jouait entre ces murs... mais contre qui et quoi ?... C'était ce sur quoi je spéculais alors que nous passions les portes, renonçant à abandonner ma jument pour la nuit - je ferais comme tout le monde, pour changer... Mais sitôt que Huinë fu bien en sécurité dans un box, je m'évaporais sans crier gare, comptant sur Dirpk pour assurer la sécurité de son élève.

Il ne me fallut pas longtemps pour trouver l'objet de ma curiosité. En passant par les toits, je rencontrais bien plus de monde que je n'aurais pu l'imaginer - des Atalantes... qui me prirent pour une simple Onorienne, et me mirent en garde par pure courtoisie. Après tout, nos Guildes étaient jumelles... je n'avais pas à intervenir, c'était leur proie, mais au moins maintenant, je savais ce qui se passait. Me laissant glisser le long de la gouttière, j'arrivais au niveau de Dirpk acoudé à sa fenêtre, et me glissais contre lui avec un sourire.

- Les Atalantes ont retrouvé leur petit Démon... me contentais-je de résumer.

Cette affaire avait fait bien assez de bruit comme ça, il devait être au courant... sinon, je me ferais une joie de lui expliquer quel danger courait sa jeune et innocente élève à cet instant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 17 Oct - 21:35

Je me promenais avec de moins en moins de plaisir. Quelque chose me faisait mal. Mon empathie sentait...une tension..et le désir de tuer. Pas contre moi. C'était bien trop diffus.....mais je savais que ca n'était pas contre moi. Je ne comprenais pas ce qui se passait mais c'était mauvais.
Et histoire d'en rajouter une belle couche...l'orage éclata brusquement. Un coup de tonnerre. Le déluge. Je gémis lorsque je réalisais que malgré ma cape je serais trempée. Il pleuvait tellement.

Soupirant je dus me décider à rentrer. Un peu perdue, je m'enfonçais dans les ruelles. Je réalisais rapidement que je me trompais de chemin. Soupirant de nouveau, je tentais de rectifier le tir sans réaliser tout de suite que je suivais en réalité le sentiment diffus de volonté de mort. Lorsque je le réalisais je palis. Je m'étais rapprochée de la source de cette volonté. C'était donc une très mauvaise idée. Je décidais malgré tout d'avancer. Je venais de repérer une ruelle que j'avais emprunter un peu plus tôt et qui normalement devrait me permettre de retrouver mon chemin pour l'auberge.
J'avais hâte, un bain ne serait surement pas du luxe !

Soudain j'entendis des bruits de lutte. C'était aussi là bas que je sentais ce quelque chose de diffus. Cette envie de meurtre et de sang. Mais aussi la douleur...quelqu'un se faisait attaquer et souffrait ! J'en étais sure ! Et je ne pouvais pas partir en sachant cela !
Je me mis à courir en direction du bruit manquant de glisser à cause de la pluie. Je déboulais dans une ruelle et je me figeais les yeux écarquillés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sercërauco

avatar

Atalante Déchu
Atalante Déchu
Messages : 27
Date d'inscription : 14/10/2012
Localisation : A quoi bon, vous ne me rattraperez jamais.

Détails indiscrets
Age : Aucune idée, moins de la vingtaine.
Humeur : Dangereuse, la soif de sang me taraude.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 17 Oct - 21:57

La nuit était maintenant tombée, plus tôt que prévu à cause des lourds nuages qui avaient appesanti le ciel toute la journée, et quelques grondements retentirent au loin dans le silence... la tempête approchait. C'était maintenant ou jamais. Régulant ma respiration de mon mieux, une main compressant mon flanc où était ouverte ma plus importante blessure sous ma cuirasse, un éclair zébra le ciel, et dans un flash lumineux, je les vis qui m'encerclaient lentement, tel le gibier qui a acculé sa proie. Mais j'esquissais un sourire sous mon masque.

Je n'étais pas encore mort.

Et si je devais mourir, et bien je les entraînerais tous avec moi dans la mort. Il en serait ainsi. Sortant de l'ombre, je me mis immédiatement en garde, armes en mains - c'est à la faveur du second éclair qu'ils fondirent sur moi en chœur. La pluie ruisselant sur ma cuirasse, des mèches de cheveux retombant sur mes yeux, je ne les écartais même pas - la vue n'était pas le principal sens qui aiguisait ma perception. Mon sixième sens était le meurtre, et je le tuerais tous, jusqu'au dernier. Un combat féroce s'engagea entre eux et moi - eux aussi devaient savoir que ce serait le dernier. Que leur mission soit menée à bien... ou non, ce soir, tout finirait, et la pluie laverait nos corps et nos armes. Rapide malgré mes blessures, plus vicieux qu'eux tous réunis, je commençais à les faire tomber, un à un. Inexorablement, et bien qu'ils parviennent à eux tous à affaiblir suffisamment ma garde pour continuer à m'infliger de lourdes blessures, je tenais bon - je tomberais... mais le dernier, quoi qu'il m'en coûterait.

Les villageois s'étaient tous réfugiés dans les auberges ou chez eux, nous étions seuls sur scène cette nuit - un rideau de pluie nous dissimulait pourtant, et je tuais d'un coup bas un autre assassin. Des toits nous dégringolâmes dans une nouvelle ruelle - ils ne faisaient plus dans la dentelle... ils ne désiraient plus que ma mort, et moi la leur. Mais... alors qu'un autre tombait, égorgé à mes pieds, je me repris à espérer. Il n'en restait plus que deux. Non, plus qu'un seul. Faisant volte face... je me retrouvais nez à nez avec... une fille.

Mais d'où elle sort celle là ???!!... Pas de temps de savoir. Un éclair. Une lame réfléchissant la lumière. Levant un de mes derniers couteaux, je l'envoyais droit sur elle. Il frôla sa joue... et se planta avec un son mat en plein cœur du dernier assassin, qui s'effondra dans un râle d'agonie.

Le temps se figea, une seconde. Il ne restait plus qu'elle. Mon dernier témoin. Mes doigts se resserrèrent sur le manche de mon poignard.

Puis ma vue se troubla.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Mer 17 Oct - 22:01

Le voyage promettait d'être long. J'avais pensé que la présence d'Aube pourrait aider. Peut-être aurait-elle pu s'entendre avec Kassye et lui offrir un peu de compagnie. Autre que la mienne, puisque j'insupportais mon élève.
Maintenant que je me retrouvais seul pour y penser, j'aurais pu rire de notre situation. Si je n'arrivais pas à me faire à la haine que Kassye portait aux miens et à la magie, c'est parce que je n'avais simplement jamais eu à l'éprouver. A chaque fois que j'avais eu à me tenir en présence d'Humains, ils avaient toujours ignoré ma véritable identité. Mais je n'avais pu la cacher à Kassye et me heurter à la violence de ses préjugés me laissais un gout amer.

Je connaissais l'aversion de son peuple pour la Magie. Par certain aspect, je pouvais la comprendre, même si je trouvais les préjugés idiots. On ne nous laissez pas le bénéfice du doute, mais c'était peut-être mieux ainsi, ou pas. Je n'aurais su le dire. rester méfiant envers toutes forme de magie était le meilleur moyen de l'éviter, mais aussi, celui de se laisser emporter dans une guerre dont on ignorerait tout.

Mais, malgré mon age, jamais cette haine de la magie n'avait été directement dirigée contre moi et maintenant que j'y pensais, je compris que c'était ce que j'avais le plus de mal à intégrer. Oui, c'était risible, je réagissais comme un gosse qui ne supporte pas qu'on ne l'aime pas. C'était pire que risible, c'était pitoyable. Et le temps qui me pressait, le Médaillon et cette foutue bestiole inssassiable émaillait encore un peu plus ma patience.
Peut-être aurais-je du lui laisser un peu plus de temps... Peut être pas. Je m'étais rarement sentie aussi impuissant et cette fois-ci aucun de mes pouvoirs ne pouvais me venir en aide.

Mais plus j'y pensais, plus je réalisais que le défi que réalisais Kassye était bien plus motivant que tous ceux que j'avais connu.
Finalement, j'avais l'occasion de savoir ce que je valais vraiment, gagner le respect que l'on m'accordais toujours très naturellement de part mon statut...Seulement, ce n'était absolument pas le moment de jouer à ça...

Ruminant encore et toujours, suivant distraitement la trace laissée pas Kassye.
Je ne sursautais pas lorsque Aube fit son apparition, me décalant simplement pour la laisser entrer et attendit son sermon. j'aurais pu sourire à la pensé que ma réponse pourrait la surprendre. Mais les mots qu'elle prononça n'étaient pas ceux que j'attendais et je redescendit brutalement sur terre.

Tournant la tête brusquement vers la jeune femme, je la jaugeait quelques secondes, croyant à une blague. Mais ce n'était pas son genre et maintenant qu'elle le disait, ça me semblait évidement.

"Et merde..." râlais-je en tournant les talons, je récupérais ma cape négligemment sur le lit.

Je tendis la mains pour qu'Aube s'en saisie, elle était certes rapide, mais pas autant que je pouvais l'être. A peine sa peau eut-elle effleurée la mienne que je nous téléportais, me félicitant d'avoir jeté ce sort à Kassye.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Jeu 18 Oct - 17:31

M'installant sur l'encadrement de la fenêtre, je croisais les jambes, observant la réaction de Dirpk. Visiblement, je l'avais coupé en pleine réflexion... ruminait-il un quelconque monologue pour me prouver par A+B que sa petite protégée n'était qu'une tête de mule ?... j'espérais bien que non, ça aurait été indigne de lui, et puis de toute façon nous n'avions pas le temps. Tranquille en apparence, je m'inquiétais pour Kassye - si l'Atalante déserteur lui tombait dessus alors qu'il était traqué, cela risquait tout simplement de se transformer en bain de sang, et toute colère feinte mise à part, je ne pensais pas que Dirpk serait spécialement ravi de retrouver son élève en petits morceaux.

Et moi non plus, d'ailleurs.

Heureusement que je n'avais pas perdu de temps pour aller fureter et savoir ce qui se passait, tout ça pourrait rapidement très mal finir... et à l'entendre, Dirpk en avait visiblement bien conscience. Le laissant aller récupérer sa cape, il me tendit la main et je n'hésitais pas une seule seconde - sautant à terre, je réduisis la distance nous séparant en deux larges enjambées, et à peine ma main eut-elle effleurée la sienne que je nous sentis happés par son pouvoir. Cela faisait bien longtemps que je n'avais éprouvé cette sentation... que je n'avais été confrontée d'aussi près à la puissance qu'il dissimulait si bien d'ordinaire. C'était une sensation si familière... si intime.

Nous arrivâmes dans une ruelle sombre alors que le déluge avait commencé à inonder la ville. En moins d'une seconde, j'analysais la situation d'un rapide coup d'oeil, notant les corps, le sang, et Kassye à côté du corps de celui qui devait être le fugitif. Il était encore en vie. Corriace le petit... en même temps, c'était ainsi qu'ils l'avaient forgé. Jusqu'à le rendre fou. Retenant un soupir, je tirais mon vieux poignard elfique de ma ceinture en m'avançant - ce qui devait être serait.

Ce garçon devait mourir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Jeu 18 Oct - 20:06

Figée, je regardais l'homme en face de moi.Il était rouge...complètement rouge. Ses cheveux, sa tenue, ses yeux...tout me paraissait complètement rouge. Il baignait dans le sang. Oui c'était...le sang...Et des cadavres. Je n'avais aucun doute sur leur mort. Je le sentais. Je sentais la mort. Je sentais la douleur. Je sentais le sang.
Choquée, je regardais l'homme, la pluie ruisselante emportant mes larmes. Tant de douleur. Physique. Morale. L'homme en face de moi était sur le fil. Il allait sombrer.

Incapable de bouger, je le regardais lever un couteau. Le tonnerre gronda. Le couteau partit. Je ne bougeai pas. Il me frôla, laissant une fine coupure indolore sur ma joue. Le sang qui en coula fut emporté par la pluie. Ce ne fut que lorsqu'il s'effondra que je repris conscience de mon environnement. L'homme qui s'effondrait derrière moi. Mon coeur battait très, trop vite, à mes tempes, ma respiration, était heurtée, j'avais froid. Et il s'effondrait. Sans réaliser qui arrivait je courus le prendre dans mes bras, m'agenouillant entre les cadavres, dans le sang et la boue.
Pleurant toujours bien que sous la pluie cela ne se voit pas. Je repoussais une mèche doucement, presque tendrement, de ses cheveux collés par la pluie. Il..semblait moins vieux que je ne l'avais cru vu de près, mais j'étais bien incapable de lui donner un âge entre son masque et son expression toujours crispée malgré l'inconscience. Je ne réalisais pas combien mon empathie affectait mon jugement. J'aurais du avoir peur, être dégoutée par cet assassin, car il en était un vu sa précision et sa victoire face à tous ces hommes, mais je n'éprouvais que de la douleur, sa douleur et de la compassion.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Jeu 18 Oct - 20:32

Je nous téléportais dans une ruelle sombre des quartiers peu fréquenté du village. La ruelle servait de scène à un spectacle macabre.
Du sang et des corps partout. Au dessus de nous, l'orage se déchaînait, éclairant la ruelle d'une lueur froide.
Il ne me fallu qu'une fraction de seconde pour analyser froidement la situation. Les Assassins aux trousses de leur démon étaient tous morts et cette constatation me tira des frison d'horreur. Ils en avaient pire qu'une machine à tuer. Mais lui aussi était gravement atteint et malgré le sang rependu, la tension constante régnant dans la ville avait disparue. Il n'y aurait plus de combat pour se soir.

Kassye était bien vivante, un miracle certainement. Prise dans les combats des Assassins, elle aurait pu être un dommage collatérale.
Au lieu de ça, à peine apparaissions-nous dans la ruelle qu'elle se précipitais vers le Déserteur, visiblement inconscient. Du coin de l'oeil, j'aperçus Aube tirer l'une de ses lame et retins un soupir. La mort était le châtiment réclamé par la guilde d'Atalantea pour tout Assassin tuant sans distinction et le démon qu'ils avaient eux même crée ne ferait pas exception. Il devait mourir, c'était la seule solution pour qu'il cesse de tuer.

Dégrafant ma cape en suivant Aube, je déposais sur les épaules de Kassye, trempée jusqu'au os et presque désespérément accroché à celui qui l'aurait tué sans hésitation si il avait été encore conscient. Sachant qu'elle ne maîtrisait pas du tout son Empathie, je n'avais aucun mal à imaginer ce qu'elle pouvait ressentir et j'avais peur que la folie débordant de cet homme ne puisse l'atteindre. Comme aurait pu le faire celle d'un Corrompu.

"Kassye... lâche le." murmurais-je, posant doucement mes deux mains sur ses épaules.

"Il faut que tu repousse ses sentiments. Tu te perdrais dans le cas contraire."

Je parlais avec douceur, penché sur la jeune fille, j’espérais qu'il ne soit pas déjà trop tard et qu'elle puisse saisir pleinement le sens de mes paroles.

"Kassye..."répétais-je sur le même ton.

"Lache le...c'est finit."

Relevant les yeux sur Aube, j'échangeais avec elle un rapide regard. La douleur et la folie dévorant cet homme était telle, que même alors qu'il était inconscient, je pouvais les ressentir. Kassye l'avait croisé bien éveillé et sans aucune maîtrise sur son don, elle devait souffrir le martyr et si elle ne se protégeais pas, elle sombrerait dans la folie elle aussi.

"Tu dois repousser ces sentiments qui ne t'appartienne pas pour ne plus souffrir." soufflais-je, toujours penché sur mon élève.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Jeu 18 Oct - 20:46

Le son du glissement de ma lame dans son fourreau se noya dans les crépitements du déluge se déversant sur nous, mais si je me retrouvais totalement trempée en quelques secondes, la colère des éléments ne me dérangeait pas - en revanche, je pouvais encore sentir dans l'air la haine et la douleur qui avaient motivé ce combat à mort, et la puissance de cette folie m'arracha un léger frisson alors que je m'avançais lentement vers la jeune femme et l'Atalante. Elle ne semblait pas blessée, contrairement au garçon qu'elle serrait compulsivement dans ses bras, et je posais un genou à terre, laissant Dirpk séparer son élève en douceur de l'assassin. Je n'allais pas le tuer alors qu'il était encore dans ses bras... elle en avait assez vécu pour ce soir...

Déjà que je n'étais pas spécialement ravie à l'idée de tuer un jeune humain totalement sans défense. Il était peut-être un meurtrier, mais moi non, et l'idée de tuer un enfant relégué au rang de machine bonne pour la casse me dégoûtait, mais je savais aussi que je ne pourrais rien de plus pour lui. Une mort rapide et indolore... et vite, avant que ma morale ne me rattrape de trop. Mais Kassye se cramponnait à lui comme à une bouée, l'air profondément traumatisée, et je gardais le silence pour ne pas rompre le contact que Dirpk tentait de nouer avec son élève.

Qu'il fasse vite, qu'on en finisse.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Jeu 18 Oct - 21:15

Il avait si mal...si mal....douleur...le sang...Je le serrais doucement contre moi, le regard fixé sur lui, perdue dans ce que je ressentais. Le froid me paralysait autant que sa douleur.
Sa douleur...ma douleur....Oui..ma douleur. Il...non j'allais franchir la limite...Je frissonnais longuement en sentant deux mains sur mes épaules puis une voix...une voix douce et grave...Je la connaissais cette voix. Mais j'avais mal...Non il avait mal...J'oscillais entre les deux sentiments. Lui...moi...La douleur. La douleur ! La limite ! La déchirure ! Je sentais tout cela se mêler et me rendre lentement....folle.

Une voix

Une lueur

Un espoir

Cette voix. Il me parlait. Qui ? Dirkp....ce nom me fit revenir un peu à moi. Je levais mon regard noyé dans sa souffrance mais pourtant conscient vers lui. "Son âme...elle hurle"soufflai-je. Puis je regardais de nouveau celui que je tenais contre moi. Je me penchais posant mon front contre le sien, fermant fort les yeux, ignorant l'odeur de pluie et de sang. Il avait tellement mal...Son âme...et moi aussi. Cela me déchirait...Les larmes redoublèrent...et un sanglot m'agita. Pourquoi avait-il si mal ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Jeu 18 Oct - 21:37

Concentré sur Kassye, je n'en ignorais pas Aube pour autant. Prés de nous, elle attendait plus ou moins patiemment.
Je n'avais besoin d'aucun pouvoir pour savoir qu'en plus de vouloir épargner Kassye, l'idée de devoir achever elle même ce garçon, même pas conscient, la répugnait. Elle ne connaissait que trop bien la valeur de la vie et ce que la guilde avait fait à ce gosse était innommable. Un jour, il faudrait les arrêter...un jour. Mais pas maintenant.
Tout ce que nous pouvions faire, c'était réparer leur erreur et achever leur démon. Pour lui, c'était bel et bien la fin, il ne pouvait y avoir d'autre issue et je savais qu'Aube en était parfaitement conscient. Pourtant, l'idée du meurtre de sang froid devait la rebuter. Elle n'était pas une meurtrière, et tuer de cette façon était tous sauf élégant, mais nous n'avions pas le temps de faire dans la finesse.

J'aurais pu achever ce gosse moi même, mais je savais qu'elle ne me laisserait pas faire. Fondatrice reconnue de la guilde d'Onoro, elle se considérait responsable de ses jumelles, Atalantea et Milme et j'aurais beau lui répéter qu'elle n'avait pas à s'en préoccuper, je ne pourrait jamais la faire changer d'avis. Les Assassins tous morts, elle considérerait que c'était son devoir de réparer leur plus grande faute, peu importe ce que cela pouvait impliquer.

Fixant l'or de mes prunelles au vert indescriptible de sienne, je l'interrogeais pourtant silencieusement. Elle n'avait qu'un mot à dire et je lui confierais Kassye pour m'occuper du Déserteur.
Même si pour cela, il fallait faire lâcher prise à cette dernière. Soupirant légèrement en croisant furtivement son regard, je hochais la tête.

"Je sais."répondis-je toujours avec la même douceur.

Posant un genoux à terre, je gardais mes mains sur ses épaules. Elle était à deux doigts de sombrer dans la folie, emportait par ses sentiments et ceux de l'Assassin.

"Tu ne peux rien pour lui..."

J'aurais pu lui expliquer que si elle avait maîtrisé son Empathie, elle aurait peut être pu apaiser la souffrance de ce garçon, mais ce n'était pas vraiment le moment d'engager une nouvelle dispute. Et de toute façon, il aurait fallu énormément de volonté et de puissance pour pouvoir vraiment aider le démon d'Atalantea.
Soupirant légèrement, je la tirais doucement en arrière, jusqu'à pouvoir refermer mes bras autour d'elle. Elle était visiblement incapable de se protéger et si je voulais la sauver, je n'avais plus trente-six solution.
Usant de ma propre Empathie, j'entourais Kassye d'une aura de douceur apaisante, puisant dans mon calme et mes propres défenses pour l'aider à reprendre ses esprits.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Jeu 18 Oct - 22:05

Me redressant pour m'éloigner de quelques pas, histoire de laisser un peu d'air au Sorcier et son élève, je sentais ma volonté vaciller et s’effilocher comme un vieux pull - d'ici quelques instant, je n'aurais plus la force de faire ce qui devait être fait... Kassye semblait complètement perdue, ce qui était assez révélateur de l'état mental dans lequel devait être l'Atalante - il était temps de mettre fin à ses souffrances... mais je doutais de seconde en seconde de pouvoir endosser une telle responsabilité. Soupirant franchement cette fois, m'accrochant fermement au manche de mon poignard, je m'adossais au mur, fixant sans le voir Dirpk et son élève, jusqu'à croiser son regard, et je hochais imperceptiblement la tête - non. Pour une fois, cette histoire ne relevait pas de ses fonctions. Mais nous ne pouvions pas passer la nuit là non plus.

Alors lorsque Dirpk enlaça son élève pour tenter de l'arracher au corps de l'assassin, dont le sang continuait de couler, affaiblissant son pouls de minute en minute, je saisis mon ouverture - c'était ma dernière chance, tant que j'avais encore assez de volonté pour accomplir l'inéluctable. Mon poignard serré dans la main gauche, le visage fermé, je posais un genou à terre et pris en douceur le corps du garçon, l'allongeant sur le sol détrempé de pluie et de sang, et plaçais la pointe du poignard sur sa poitrine, au niveau du coeur, comptant sur Dirpk pour emmener Kassye loin d'ici pendant que je m'occuperais des corps.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Ven 19 Oct - 17:21

Il...il savait ? Alors pourquoi il ne faisait rien pour l'aider ? Mais je fus rapidement distraite par la douleur. Je n'écoutais rien de ce que pouvait me dire le sorcier, trop concentrée sur la douleur atroce que je ressentais. Il était si blessé...COmment pouvait-on être blessé à ce point ? Que lui avait-on fait pour que son ame en soit à ce point ? Cela me dépassait. Cela me tentait. Mon esprit se synchronisait lentement...Puis la douceur, la chaleur, une odeur. Lentement le voile sanglant qui recouvrait mes émotions se déchira laissant place à de l'apaisement. En réalisant ca, je me débattis violemment. "Non ! C'est lui qu'il faut aider ! Pas moi ! Aidez le lui !" je ne voulais pas qu'il m'aide ! Je voulais que l'on aide ce garçon !!

Mes yeux s'écarquillèrent d'horreur quand je vis Aube poser son poignard. Ca c'était hors de question. Je m'arrachais à l'étreinte de Dirpk n'hésitant pas à lui enfoncer mon coude dans le ventre pour profiter de la surprise et me jeter sur Aube pour la bousculer et me mettre au dessus de l'homme inconscient. Je fusillais du regard les deux personnes. "Non" soufflai-je avec fureur. C'était injuste de tuer une personne qui souffrait autant. Et j'étais intimement persuadée qu'il ne fallait pas qu'il meurt !

De nouveau je repris assez brutalement conscience de la pluie, du froid et du sang. Tellement de sang. Un haut le coeur m'agita mais je ne changeai pas de position pour autant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 21 Oct - 14:04

Parvenant tant bien que mal à arracher Kassye au corps inerte de l'Assassin, je la serais contre moi, usant de mon propre pouvoir dans l'espoir qu'il l'aiderait à reprendre le dessus et démêler ses émotions de celle du garçon. Ses souffrances n'étaient pas sans rappeler celle des Corrompus et je n'avais pas besoin d'user d'un quelconque pouvoir pour discerner son âme brisé. Il était fou tout simplement... Sa guilde l'avait rendu fou et en avait perdu le contrôle. Oui, c'était injuste, oui, il n'aurait pas du à vivre ce calvaire, mais nous ne pouvions plus rien y faire et Kassye devait le comprendre.

Serrant un peu plus mon élève alors qu'elle se débattait, je retins un soupir. Lui jeter un sort aurait été bien plus facile et rapide que de tenter de la convaincre que nous ne pouvions rien pour ce garçon. Mais j'étais intimement persuadé qu'elle ne me le pardonnerait pas. J'avais déjà du mal à instaurer un quelconque dialogue entre nous, il était inutile d'en rajouter.
Un coup d'oeil à Aube me permis de confirmer ce que je pensais. Elle voulait se charger elle même du sort du garçon et le plutôt serait le mieux. Il fallait que j'arrive à ramener Kassye à l'auberge, elle n'avait pas besoin d'assister à ça.

"Je ne peux pas Kassye...C'est un fugitif, il est condamné à mort depuis longtemps."
soufflais-je, resserrant encore mon étreinte alors qu'elle se débattait de plus belle.

Aube profita de ce que la jeune fille ne soit plus accroché au corps de l'Assassin pour appliquer sa sentence. Elle n'en eu pas l'occasion. Le coup que m'envoya mon élève dans les côtes me surpris et me coupa le souffle, me forçant à lâcher prise.
La garce...
Relevant les yeux sur Aube, je poussais un long soupir las. A insister de la sorte, Kassye me forcerait à utiliser la magie sur elle et je pourrais dire adieu à une quelconque coopération.
Est-ce que, juste une fois, les choses ne pourraient-elles pas être simple ? Si j'étais paranoïaque, j'aurais pu croire que Kassye faisait de son mieux pour me contre dire en permanence.

"Et qu'est ce que tu compte faire de plus ? Si tu le sauve maintenant, si tu le soigne, tu peux être sure que, dés qu'il en aura l'occasion, il te tuera pour s'enfuir. Au mieux tu lui aura accordé quelques semaines de répits et permis de faire de nouvelles victimes innocentes. Il n'y a plus que le sang qui compte pour lui. C'est peut-être horrible, ou injuste, mais nous n'y pouvons rien."
soupirais-je, quasiment certain que tout ce que je pourrais dire lui passerais à des kilomètres au dessus de la tête.





Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 21 Oct - 15:09

Cette situation commençait à me porter sur les nerfs. Je n'aimais pas la parlote inutile, l'inaction alors que l'on sait ce qu'il nous reste à faire. Kassye n'écoutait rien, noyée dans le maelström noir d'émotions du tueur, Dirpk n'arrivait pas à se faire entendre, à ce rythme là l'Atalante allait tout simplement mourir de ses blessures. Ce qui n'était peut-être pas plus mal... Silencieuse, mon regard luisant braqué sur eux, j'attendais pourtant que Dirpk arrive à reprendre le contrôle de la situation, et surtout de Kassye - mais alors que j'allais enfin appliquer la sentence qui poursuivait le jeune homme depuis si longtemps, et tant pis si elle y assistait, elle frappa le sorcier et se précipita pour protéger l'assassin. Mais c'est pas possible à la fin, on va pas y arriver !! Excédée, j'allais cesser la dentelle et repousser la jeune femme, quitte à l'assommer pour achever le garçon et laisser Dirpk la ramener pour m'occuper des corps, quand je me figeais dans mon élan, redressant vivement la tête vers les toits.

Les Atalantes n'étaient pas tous morts. Réagissant au quart de tour, je dégainais mon sabre et repoussais l'assaillant à l'instant où il nous tomba littéralement dessus, mais alors que je l'envoyais bouler, je me redressais dans la foulée, n'abandonnant pas ma posture de garde, mais levant mon sabre entre mes mains aux-dessus de ma tête. Si les codes Atalantes n'avaient pas changés, cela équivalait à un drapeau blanc. Un genoux au sol, lame au clair, l'assassin cuirassé et masqué hésita une seconde, et riva son regard au mien, avant de se relever lentement.

- Paix, prononçais-je assez fort pour être entendue malgré le fracas de la pluie, abaissant mon arme sans pour autant rengainer.
- Paix, répondit-il d'une voix grave en s'avançant. Livrez-nous le déserteur Atalante, et il ne vous sera fait aucun mal, prononça t-il au nom de sa guilde.

Tout aurait pu prendre fin à cet instant. Dirpk aurait emmené Kassye, l'Atalante aurait été exécuté, la Guilde enfin lavée de son péché. Mais alors que j'allais reculer... je resserrais ma prise sur la poignée de mon sabre. Je venais de prendre une décision. Elle nous poserait certainement nombre de problème, mais en réglerait certainement d'autre au passage - d'autre plus urgents, en tout cas.

- Je réclame ici et maintenant le Droit du Sang - cet homme s'est attaqué à cette innocente jeune fille, en conséquence, elle dispose à présent du droit de vie ou de mort sur lui, déclamais-je, fermement campée devant Dirpk, son élève et le corps du jeune Atalante.

Perplexe, l'assassin ne s'attendait visiblement pas à ce que j'en connaisse autant sur leurs lois et surtout que je réclame le dû de Kassye - ne répondant pas immédiatement, il me jaugea du regard... avant de finalement détourner les yeux sous le poids du mien. Puis de braquer son regard sur la jeune femme.

- Le Droit du Sang prime sur la sentence de mort, prononça t-il visiblement à contre-coeur. Que décidez vous ? demanda t-il directement à Kassye.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 21 Oct - 16:07

Je restais bornée, je ne les laisserais pas le tuer. Cet homme était complètement fou de douleur. Son âme était brisée et hurlait. Je ne connaissais pas son histoire, je ne le connaissais pas, j'étais ignorante de beaucoup de choses. Mais je refusais qu'on le tue comme ca. Comme un animal. C'était...lui avait-on jamais laissé une seule chance ? Etait-il vraiment juste un assassin ? Nous ne le connaissions pas !
Me tuer ? S'enfuir ? Faire d'autres victimes...?
"Il pourrait aussi bien se racheter ! "criai-je la voix rauque, consciente d'être surement très naïve et très idéaliste...mais sa douleur...son âme..
J'allais attraper la mort à rester sous cette pluie. Et lui allait mourir si nous ne prenions pas rapidement une décision.

Lorsque nous fûmes attaqués, je fus complètement inutile, regardant Aube réagir et obtenir un moment de trêve. Je resserais mon étreinte sur l'homme, tremblant de tous mes membres. J'avais froid. Et lui il devait aussi avoir froid. Et tout ce sang qu'il perdait...

Hagarde, je tentai de comprendre ce qui se passait avec ces personnes. Je savais qu'ils en voulaient à cet homme que je tenais contre moi....Mais pourquoi ?

L'attaquant me fixa. Il attendait une réponse. J'écarquillais les yeux tentant de comprendre, rejouant la conversation...et je compris que c'était à moi de choisir. Soulagée, je caressais doucement les cheveux ensanglantés.

"Je veux qu'il vive"murmurai-je, prenant conscience que je devrais en assumer les conséquences. Parce que cet homme n'était pas quelqu'un de bon et gentil, je le savais parfaitement, je ne pouvais nier que Dirkp avait raison, je le sentais. Mais il avait si mal...Il méritait une autre chance, j'en étais persuadée


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 21 Oct - 19:53

Fixant Kassye, je me contentais de la dévisager. Elle avait beau se débattre, ressentir la souffrance de ce garçon, en ressentir de la pitié, ou quoi que se soit d'autre, elle savait que j'avais raison, elle en était complétement consciente, alors pourquoi s'obstiner de la sorte ?
Quand elle cria de nouveau, je me contentais de hocher lentement la tête. Non, il ne pourrait pas se racheter, pour ça, il aurait fallut qu'il est conscience du mal qu'il avait fait autour de lui, du mal qui rongeait son être. Et sa conscience c'était éteinte depuis bien longtemps. Il ne vivait que pour tuer. Sa réputation lui collait à la peau, au moins autant que la mienne.
Soupirant de nouveau, je me décidais à user de la magie. Nous n'avions plus le temps de tergiverser. De toute façon, si je tentais de la convaincre qu'elle faisait fausse route, nous en aurions pour des heures. Le garçon ne tiendrait jamais jusque là.
Je sentais l'impatience d'Aube faire écho à la mienne. Elle ne ferait pas dans la dentelles encore longtemps et tant pis si elle devait simplement battre Kassye...C'était peut être le mieux, au moins, elle ne m'en voudrait pas d'avoir user de la magie. Mais elle était largement assez insupportable comme ça sans qu'en plus nous lui donnions des raisons de nous hair un peu plus.
Enfin moi surtout...Parce que jusque là, elle ne détestait pas Aube. Ce qui ne tarderait pas à changer si elle s'obstinait.

Pourtant, rien ne se passa. Aube ne perdit pas patience et je n'usais d'aucune magie. Nous n'étions plus seuls et Aube le savait elle aussi. Elle réagit au quart de tour alors que de nouveau Assassins nous tombait dessus.
Je me contentais de rester immobile, elle n'aurait aucun mal à les repousser et à leur faire entendre raison.

Autant rester discret quant à ma présence.

Au moins, le problème était réglé...Ou pas. Elle veut ma mort ou quoi ??? Écarquillant légèrement les yeux, je les relevais sur Aube, si j'avais pu l'étrangler, je l'aurais fait. Pourtant, quand l'Assassin laissa le choix à Kassye, je me contentais d'un long soupir et relevais les yeux sur mon élève.
En y réfléchissant, ce n'était peut être pas une mauvaise chose.

"Si tu décide de lui laisser la vie sauve, alors, il sera sous ta responsabilité, jusqu'à ce que sa guilde décide qu'il a suffisamment expié ses fautes. Mais si tu veux qu'il y parvienne, si tu veux réellement l'aider, tu devra apprendre à maitriser ton Don, c'est l'unique moyen de soulager son âme."
expliquais-je le plus sérieusement du monde, plus impassible qu'une statut.

Ce garçon m'offrirait peut être une chance d'apprendre quelque chose à cette gamine capricieuse.

" Si tu veux qu'il vive, tu devras devenir une Sorcière." assénais-je sans jamais baisser les yeux.





Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aube Lyon

avatar

Créatrice de la Guilde Onoro
Créatrice de la Guilde Onoro
Messages : 90
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Liée par ma promesse, je vogue vers Sanael !

Détails indiscrets
Age : A vu de nez, qu'en pensez-vous ? :)
Humeur : Tantôt légère, tantôt plus grave, aussi lunatique que les Sirènes que j'adore.
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 21 Oct - 21:04

Campée devant les Atalantes, sabre négligemment abandonné dans une garde basse, la tension régnait dans la ruelle alors que nous nous jaugions mutuellement - ils pouvaient aussi très bien décider que leur traque passait au-dessus de leurs lois... ils n'auraient pas été les premiers assassins à se permettre une petite entorse au règlement. Et puis, peu importent ce que savent les morts, ils ne peuvent plus le communiquer à personne... sauf que dans ce cas précis, ce qu'ils ignoraient, c'était que j'étais tout à fait de taille à tous les affronter. Mais je ne tenais pas du tout à me mettre la Guilde à dos, et surtout pas pour sauver la peau d'un déserteur dans l'éventuelle optique de gagner définitivement la coopération de Kassye. S'ils faisaient mine de passer outre ma requête, nous abandonnerions le déserteur à son sort, et Dirpk et moi mettrions Kassye en sécurité loin d'ici, que ça lui plaise ou non.

Et vu sa naïveté à l'égard de l'Atalante, y'avait de fortes chances pour que ça ne lui plaise pas du tout... mais finalement, le représentant de la Guilde accepta ma demande, et s'adressa ensuite à Kassye. Voilà, c'était à elle de décider maintenant, et vite, qu'on en finisse. Evidemment elle plaida la cause du jeune homme, et si je pouvais sentir la désapprobation de Dirpk suinter par tous ses pores, il comprit enfin mon raisonnement dans la foulée, et expliqua à Kassye la réelle profondeur de la responsabilité qu'elle s’apprêtait à prendre.

- Mais je me porte garante à sa place, ajoutais-je, toujours tournée vers les Atalantes, de tous les méfaits commis par ce garçon dans le passé, le présent et le futur, et s'il fait à partir de maintenant une nouvelle victime dans les temps à venir, je me plierais aux lois de la Guilde, et abattrais de déserteurs de ma main, afin d'appliquer la sentence en sursit.

Le porte-parole passait de Kassye à Dirpk à moi, attendant une dernière confirmation de la jeune fille - j'avais à présent fait tout mon possible pour eux... c'était désormais à elle d'accepter ce qu'impliquerait la survie provisoire du jeune homme.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2012

Détails indiscrets
Age : 17 ans
Humeur : Ca ne te regarde pas!
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 21 Oct - 21:33

Je regardais le sorcier alors qu'il m'expliquait ce que ca voulait dire. Je m'étais engagée sur une voix difficile. Je serais désormais responsable de sa conduite. Une lourde responsabilité que je ne devrais jamais oublier. Une lourde responsabilité pour quelqu'un dont je ne connaissais que la douleur et le métier. J'allais surement le regretter un jour. Mais pour le moment c'était ce qu'il y avait de mieux à faire et je le savais.
Je frémis quand il parla d'apprendre à utiliser mon don pour l'aider, à devenir une sorcière. Ses yeux dans les miens, j'hésitais une seconde. Et je renonçais. Pas à lui. A mon refus de devenir sorcière. Si cela me permettait de l'aider à apaiser son âme...Alors je le ferais. J'avais été trop intimement lié à sa douleur pour pouvoir y renoncer même si je haissais les sorciers. Je me haïrais...Mais lui retrouverait la paix, peu importait le temps que cela me prendrait. Je m'en fis mentalement le serment. "Je deviendrais Sorcière" Ce que ces mots pouvaient me faire mal. Mais c'était le prix à payer pour aider cet homme. Ce tueur.

Aube reprit la parole. Elle se portait garante ? Pour l'abattre évidement. J'allais surement avoir beaucoup de mal à m'occuper seule de lui. Pourtant je le ferais. Il le fallait.

Je hochais lentement la tête en regardant Aube "Il n'y en aura pas besoin, je vais l'aider" Bien que je ne sache absolument pas par quels moyens j'allais pouvoir réussir cela. Enfin si dans l'immédiat, je savais. Il fallait le soigner. Et éviter der ester sous une telle pluie.

J'avais l'impression d'avoir brutalement vieillie. J'avais eu cette impression quand ma famille m'avait rejeté. C'était une sensation très désagréable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dirpk

avatar

Maitre du Cercle des Sorciers
Maitre du Cercle des Sorciers
Messages : 195
Date d'inscription : 05/01/2012
Localisation : Partout à la fois...

Détails indiscrets
Age : Quel age à le monde?
Humeur : Cela dépend de tant et tant de choses...Beaucoup trop
Autre:

MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue. Dim 21 Oct - 21:51

Soutenant le regard de Kassye, j'y lisais le combat qui faisait à présent rage en elle. Si elle voulait sauver ce garçon, ou au moins essayer, il lui faudrait renoncer à son Humanité et devenir ce qu'elle détestait par dessus tout. Il lui faudrait se plier à mon enseignement, à mes règles. Et son acceptation ne signifiait pas simplement l'apprentissage de la maitrise de l'Empathie. Elle devait devenir Sorcière, ou le laisser mourir.
Et si finalement elle échouait à sauver l'âme de l'Assassin, alors, elle se serait sacrifié pour rien. L'idée d'Aube était plutôt bonne, dans la théorie. Mais j'aurais préféré que Kassye en vienne à apprécier ses Dons. Certes, cette solution m'offrait un répits non négligeable. Je me plaignais moi même de ne pas avoir le temps d'attendre qu'elle se décide à coopérer. Mais j'aurais tout de même préféré continuer à courir après le temps plutôt que la pousser à se détester elle même et tout ça pour sauver un parfait inconnu.

Ignorant Aube et son discours, je ne lui fit pas remarquer qu'à la moindre incartade, je tuerais le garçon avant qu'elle n'est pu dégainer la moindre lame.
Je venais peut être de trouver un moyen de faire plier mon élève, mais je ne la mettrais pas en danger pour autant. L'assassin serait en permanence sous ma surveillance...Comme si je n'avait que cela à faire.
La décision prise, je hochais la tête. J'avais un affreux pressentiment, mas je ne pouvais plus faire machine arrière. Me redressant légèrement, je reportais mon attention sur l'Atalante, certainement pas le seul aux alentours. Mon regard se fit dur, mon aura glaciale et presque menaçante et je le toisais presque avec dégout.

"Votre présence en ces lieux n'est donc plus nécessaire."affirmais-je d'une voix forte

"Passer donc ce message à vos supérieurs : cessez de briser des vies, il se pourrait que je décide de vous sacrifier un peu temps...A l'occasion."

Menace à peine voilé, mais les Atalantes n'étaient pas tous fou furieux et jamais ils ne s'attaqueraient de front à moi.
Leur puissance réunit ne suffirait jamais à m'anéantir.
Ma détournant finalement, j'adressais un coup d'oeil à Aube puis à Kassye, chargeais le garçon sur mon épaule et disparut pour retourner à l'auberge. JE préférais encore éviter de passer par la salle commune avec un garçon à moitié mort dans les bras. Je pourrais lui dispenser les premier soins et Aube pourrait faire le reste.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Et l'heure du jugement fut venue.

Revenir en haut Aller en bas

Et l'heure du jugement fut venue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Sujets similaires

-
» L'heure du jugement approche. ft. Nymeria Sand-Daemon Sand-Ryon Allyrion-Oberyn Martell-Valena Allyrion
» Jugement Brignol Lindor: condamnation a perpetuite de 2 ...
» Liban : un petit jugement citoyen
» Jugement rendu : un papon désavoué!
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Quisaraedis ::  :: -